Député Elisée Kiemdé : Les militants UPC du Bazèga dénoncent une « fraude à la loi » par l’appartenance à la fois à l’UPC (opposition) et à la majorité

vendredi 6 octobre 2017 à 02h52min

C’est la substance de la conférence de presse organisée dans la matinée de jeudi, 5 octobre 2017 au siège national du parti, Union pour le Progrès et le Changement (UPC), par les responsables des sous-sections de la province du Bazèga (circonscription d’où est élu le mis en cause). Par cette sortie, les militants UPC de cette localité exigent la démission du député de l’Assemblée nationale, synonyme de la remise du mandat électif aux mandataires (électeurs).

Député Elisée Kiemdé : Les militants UPC du Bazèga dénoncent  une « fraude à la loi » par  l’appartenance à la fois  à  l’UPC  (opposition)  et  à  la majorité

Les responsables locaux du « parti du lion » se veulent clairs : Elisée Kiemdé doit démissionner, dans un bref délai, de l’Assemblée nationale pour laisser la place à son suppléant.

Cette sortie fait suite à une lettre ouverte adressée à l’intéressé, le 25 septembre 2017, par laquelle, les militants de ladite province demandaient cette démission.

« Les militantes et militants du Bazèga exigent, dans les plus brefs délais, que le député Kiemdé démissionne de l’Assemblée nationale pour que le mandat qu’ils ont acquis de haute lutte leur revienne », a lancé le secrétaire général de la sous-section UPC de Kombissiri, Clément Pacmogda

Pour rappel, c’est à sa session extraordinaire du 20 juillet 2017, que son bureau politique national a exclu Elisée Kiemdé du parti pour « connivence avec des partis politiques adverses pour nuire à l’UPC, désertion des réunions du parti depuis près de deux ans et refus de s’expliquer ».

Selon les conférenciers, « la goutte d’eau ayant fait déborder le vase a été son refus d’obéir à la discipline du parti lors du vote de la loi sur les Partenariats publics-privés (PPP) ». A la charge du député Kiemdé également, des manœuvres avec le défunt président du parti au pouvoir, alors président de l’Assemblée nationale, pour « liquider » le parti dans le Bazèga et dans la région du Centre-sud (d’où relève la province) et bien d’autres manœuvres dans le cadre de ce projet.

A en croire les conférenciers, le député Kiemdé a fait une fraude à la loi, en jouant à la fois pour l’UPC (opposition, ndlr) et pour la majorité présidentielle.
Selon les conférenciers, suite à la lettre ouverte (sus-mentionnée), le député Elisée Kiemdé a réitéré son engagement à céder le mandat. « Mais, son idée était peut-être de le faire à six mois de la fin de la législature ! », analysent les conférenciers avant de réitérer la requête des militants de la province de voir, dans un bref délai, sa démission de l’Assemblée nationale.

Dans cette détermination, les conférenciers ont déclaré que les militants du Bazèga se réservent le droit d’entreprendre toute action qu’ils jugeront utiles, pour réclamer leur siège dont le député veut faire sa propriété.

Quid donc de l’interdiction du mandat impératif du député ? Sur cette question, les conférenciers ont déclaré que l’exigence des militants du Bazèga respecte bien ce principe que stipule que tout mandat impératif est nul.
Après démonstrations de l’évolution de ce principe (inscrit dans la Constitution de juin 91), le juriste Kouliga Nikiéma (sous-section UPC de Saponé) a indiqué qu’une jurisprudence (un précédent, Conseil constitutionnel du Burkina) existe même en la matière.

Par voie de conséquence, disent-ils, l’UPC, par cette démarche, ne viole pas la règle de l’interdiction du mandat impératif du député. C’est pourquoi, à défaut d’obtenir cette démission, les responsables du parti comptent l’obtenir via les procédures devant les juridictions compétentes.

Lire aussi : UPC : Les militants de la province du Bazèga demandent la démission du député Élysée Kiemdé
O.O
Lefaso.net

Messages

  • Vraiment, je suis égaré par la politique et je me demande si je suis le seul. A les lire, j’ai tendance à dire qu’il doivent se référer à la loi mais en même temps je me demande si le député Kiemdé mis en cause n’abuse pas de la même loi. S’il est élu député UPC, cela veut dire qu’il a travailler en étroite collaboration avec les responsable locaux de ce parti. Si après la victoire il fuit son parti et ses anciens collaborateurs de la victoire ainsi que les électeurs, il y a problème aussi. Les populations ont au moins le droit à la redevabilité. Il y a eu un moment même où chaque député a reçu 1 000 000 pour aller rendre compte des activités parlementaires. il y aun certain nombre délus qui ont consommé impunément ces sous. pour moi les députés dits nationaux (liste nationale) ne devraient pas prendre cette somme en son temps. Bon Dieu, si la politique c’est comme ça, je vous parie que LE TAUX DE PARTICIPATION AUX ECHEANCES ELCTORALES A VENIR VA CONSIDERABLEMENT BAISSER. Il faut une loi pour recadrer la pagaille politique, l’égarement des populations par les positions très instables. Mes chères populations des villes et des campagnes vont vaquer à leurs occupations et laisser les prédateurs se trahir et se retrahir. Que Dieu sauve le Burkina Faso, amen.

    • Le problème ici est qu’il a été chassé du parti et non qu’il est parti de son propre gré.Dans ce cas à qui la faute ?

    • Merci BILL. Mon problème ici est qu’on assiste au retour des élus qui ne reconnaissent les populations si ce n’est pas au moment des campagnes électorales (or c’est une chose qui a été décriée dans les premières législatures de la 4e République). Maintenant comme il ya une loi qui protèse le député s’il est exclu de son parti, il décide de boycotter les activités de son parti, il ne vient pas vers l’électorat, mais en même temps, il ne démissionne pas. Nous les électeurs, est-ce qu’on pourra chaque fois aller accomplir notre devoir de voter et après on ne comprend pas quel chemin nos élus empruntent ? En fin de compte il faut craindre que nous ne prenons tout le monde même chose et on va aller voir notre commerce et autres que d’aller voter. Et la démocratie va réculer loin. C’est c que j crain

  • Tant que ces postes electoraux seront une amelioration a la condition de vie des elus, ce comportement ne cessera pas.
    Pourquoi vont-ils quitter un poste qui leur rapporte un salaire mensuel de plus d’un million de F CFA ? C’est une vie douce !
    L’ecrasante majorite des politicients Burkinabe n’ont aucunement le bien etre des poppulations en tete. C’est juste eux, leur famille, parents et amis !.

  • Kiemdé Elysé, nous pas bouger !!!!!!. C’est trop facile, ceux qui ont suivi la campagne présidentielle et législative savent comment les candidats se sont défoncés et ont sillonnés au risque de leur vie le moindre petit hameau du Burkina pour faire gagner leur parti. Il y a 8000 villages au Burkina et même si chaque candidat a couvert 2% cela fait 160 villages avec l’état de nos routes que nous connaissons.La plupart des candidats même tombent malades après la campagne. C’est donc un poste arraché de haute lutte et il n’est pas normal que pour un oui ou pour un non on demande de rendre le poste. Pas moyen bouger..!!!!!

  • Vous etes entrain de perdre votre temps le député KIEMDE a un mandat représentatif et non impératif donc vous allez exclure aussi les 13 députés UPC qui veulent créer leur groupe parlementaire.

  • je ne vois pas ce que monsieur kiemdé attend pour porter plainte contre ces derniers.

  • Monsieur kuilga et compagnie on vous attend fermement et de pied ferme . Ceux qui vous poussent on les connais et on vous vois venir . Les gens parlent et geules et ne connaissent pas comment ce parti a été construit ; vous parler mais vous ne savez pas qui est ce monsieur Diabré . Allons seulement adviendra que pourra ; ce qui est sûr on vous attend de pied ferme .
    Vous dites que les autres sont instrumentaliser par l’honorable defun député salif Dialo, et vous , vous êtes instrumataliser par qui ??? .
    Bonne gens monsieur Diabré ne vous dit pas tout demandé lui plutôt ce qui se passe que de chercher à retiré des mandats .
    Dans un parti une seule personne ne peut détenir la vérité il faut souvent écouté aussi les autre cadres de ce parti . Aujourd’hui 13 députés rendent le tablier pour créer leurs groupes parlementaire et tout de suite on prend des raccourcis que s’est pour obtenir des postes et manger avec le pouvoir vraiment stupide .
    Monsieur kuilga et compagnie quand vous aurez retiré les mandats de vos collègues svp refusé le salaire que l’on va vous tendre et continuez à accepter tout ce qu’on vous raconte .
    Vous n’êtes que des benis oui oui . Si pour vous tenir tête à un président de parti qui lui même est obnubilé par le pouvoir et n’a qu’un seul objectif, être président vaille que vaille au détriment de la cohésion d’un groupe et de son parti équivaut à de la traitise alléluia . Donc de grâce si les autres veulent aussi devenir ministre ou plantons ils ont pleinement le droit . Donc arrêté de nous empoisonné l’air avec vos sorties ridicules .alors on vous attend vraiment et fermement .

    Sougri

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés