72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

vendredi 22 septembre 2017 à 16h27min

Donald Trump a fait part, le mardi passé 19 septembre 2017, lors de la 72e assemblée générale de l’ONU, de sa vision du monde. Paraissant donc pour son premier discours prononcé à cette tribune mythique de l’ONU, il a notamment condamné la Corée du Nord et traité son premier dirigeant d’ « homme fusée ». Trump n’a pas oublié l’Afrique, même si sa connaissance du continent reste très approximative avec un nouveau pays que lui seul connaît !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

Donald Trump a prononcé un premier discours très attendu à la tribune de la 72e assemblée générale de l’ONU. Huit mois après son arrivée à la Maison Blanche, le président américain a donné sa vision du monde.

Corée du Nord "tu me menaces, je te menace"

Devant quelque 130 chefs d’État et de gouvernement, Donald Trump a tout d’abord dénoncé les "États voyous", qui selon lui sont une menace pour le monde, et affirmé que l’armée américaine allait devenir "plus forte que jamais".

Dans son allocution de 45 minutes, le président américain s’en est ensuite fermement pris au régime de Pyongyang, le qualifiant de "régime vicieux". Il a menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d’attaque. « Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, cet "homme-fusée", est embarqué dans "une mission-suicide" », a-t-il lancé. « Les États-Unis sont prêts, disposés et en mesure de répondre militairement à Pyongyang, mais nous espérons que cela ne sera pas nécessaire », a-t-il poursuivi.

Il a par ailleurs mis en garde les États qui non seulement auraient des échanges commerciaux avec un tel régime, mais fourniraient aussi des armes et un soutien financier à un pays qui risque de faire plonger le monde dans un conflit nucléaire.
« Trump m’a insulté, moi et mon pays, sous les yeux du monde entier », a affirmé le président nord-coréen dans une déclaration sans précédent diffusée par le quotidien officiel du régime.

Qualifié d’« homme-fusée » par Donald Trump, Kim Jong-un menace de « dompter par le feu le vieux malade mental américain ». « Au lieu de me faire peur, les menaces de ‘’Trump’’ m’ont convaincu que le chemin que j’ai choisi est correct et que je dois le suivre jusqu’au bout », conclut Kim Jong-un, qui promet des représailles « de plus haut niveau ».

En visite à New York pour l’assemblée générale de l’ONU, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a précisé que ces représailles pourraient consister en un essai de bombe à hydrogène dans l’océan Pacifique. Ce qui représente une menace inédite et gravissime.

Iran

Après la menace nucléaire nord-coréenne, Donald Trump a évoqué le dossier iranien. L’accord nucléaire conclu avec l’Iran est « un des pires auquel s les États-Unis aient jamais participé et représente un "embarras" pour eux », a-t-il lancé.
« Nous ne pouvons pas laisser un régime meurtrier continuer ses activités déstabilisatrices (...) et nous ne pouvons pas respecter un accord s’il sert à couvrir l’éventuelle mise en place d’un programme nucléaire », a-t-il déclaré.

Venezuela

Le président américain Donald Trump a dénoncé la "situation inacceptable" qui perdure au sein de la "dictature socialiste" qu’est le Venezuela. « Nous ne pouvons pas rester sans rien faire. En tant que voisin et ami responsable, nous devons avoir un but pour les Vénézuéliens : leur rendre leur liberté, remettre le pays sur les rails et regagner la démocratie », a-t-il ajouté, en se disant prêt à ‘’de nouvelles actions", sans préciser lesquelles.

Les réformes nécessaires de l’ONU

Donald Trump a évoqué les dysfonctionnements internes de l’ONU, qui entravent selon lui l’efficacité de l’institution. La contribution américaine est injustement élevée, a-t-il estimé, qualifiant les 22 % de la participation américaine au budget de "fardeau financier injuste".
Il a terminé son discours en appelant les nations à être patriotes. « Nous demandons un grand réveil des nations, pour raviver l’espoir et débloquer le potentiel de la vie elle-même », a-t-il dit en conclusion.

L’Afrique, un énorme potentiel commercial. Et de nouveaux pays créés par Trump !

« L’Afrique a un potentiel exceptionnel pour les affaires. J’ai beaucoup d’amis qui vont dans vos pays pour essayer de devenir riches. Je vous en félicite. Ils dépensent beaucoup d’argent. (...). Et pour les entreprises américaines, c’est vraiment devenu un endroit où elles doivent se rendre, elles veulent s’y rendre », a déclaré Donald Trump à ses hôtes africains invités à un déjeuner, en marge de la 72e assemblée des nations unies.

Ce rassemblement a été l’occasion pour le locataire du bureau ovale, de mettre en lumière les réalités du continent. « En Afrique, les gens souffrent des conflits. En Centrafrique, au Congo, en Libye, au Mali, en Somalie et au Soudan du Sud notamment, ils vivent des moments très difficiles et très dangereux », a rappelé Trump.
Aussi s’est-il réjoui de travailler en étroite collaboration avec le continent africain afin de mettre fin à l’existence des différentes factions terroristes. « Des groupes terroristes, comme l’Etat islamique, les Shebab, Boko Haram, et Al-Qaïda menacent la paix africaine. Les Etats-Unis sont fiers de travailler avec vous pour éradiquer leurs refuges, pour couper leurs finances et pour discréditer leur idéologie dépravée », a indiqué Donald Trump.

Dans ce contexte de lutte contre ces groupes terroristes, Trump a fait une première annonce, celle d’envoyer prochainement une mission de haut niveau en Afrique et qui sera conduite par Nikki Haley, l’ambassadrice des USA à l’ONU. Avec comme principal objectif d’aider les pays africains à résoudre les conflits qui plombent le développement du continent et assombrissent les perspectives de croissance. Il soutient à cet effet : « nous suivons attentivement et sommes profondément préoccupés par la violence en cours au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. Des millions de vies sont en danger et nous continuons de fournir une aide humanitaire. Mais de vrais résultats pour arrêter ces catastrophes nécessitent un processus de paix dirigé par des Africains et un engagement réellement sincère de toutes les parties concernées(…) pour vous aider dans vos efforts, j’envoie l’ambassadrice Nikki Haley en Afrique pour… ».

Certains chefs d’Etat africains conviés à diner, d’autres deviennent la risée….

En marge de la 72e assemblée générale des nations unies, le président américain, n’a donc pas occulté cette autre partie du monde qu’est l’Afrique.

C’est ainsi qu’un dîner en leur honneur a été organisé. Donald Trump s’est dit « honoré » d’être en présence des chefs d’Etat de Côte d’Ivoire, d’Ethiopie, du Ghana, de Guinée, et de « Nambie. », en voulant faire référence à la Namibie. Vous l’aurez compris, Donald Trump, s’est peut-être trompé ou du moins, n’en sait que peu ou trop sur ce pays d’Afrique australe. Et bien que la langue de Trump ait un peu fourché à l’évocation de la Namibie, il n’a pas manqué de faire les louanges de ce pays à travers son système de santé, « (…), le système de santé est devenu progressivement autonome », a fait savoir le président américain.

La liste des chefs d’Etat africains conviés à déjeuner, en marge de la 72e assemblée générale des nations unies, n’a pas été ouverte à tout le monde.

Le président américain lors de son discours au déjeuner a laissé entendre : « Je suis ravi de présider ce déjeuner qui rassemble les leaders de la Côte d’Ivoire, de l’Ethiopie, du Ghana, de la Guinée, de la Namibie, du Nigeria, du Sénégal, de l’Ouganda et de l’Afrique du Sud. En particulier, je veux remercier le président Condé, qui représente l’Union africaine » a déclaré Trump à l’entame de son discours présentant ainsi ses hôtes du jour.

A ce dîner de travail, organisé le mercredi 20 septembre 2017, en l’honneur des chefs d’État et les ministres des Affaires étrangères de l’Afrique subsaharienne, un fait, pas des moindres s’est produit.

En effet, à l’annonce de l’invitation des chefs d’Etat africains de la maison blanche, Paul BIYA s’est empressé de poster une photo sur son mur, pour annoncer son arrivée à la réception, rapporte le chroniqueur camerounais, Rémy N’Gono sur sa page Facebook.

Ainsi, se faisant accompagner de son épouse et d’une forte délégation, ils auraient été purement et simplement virés à l’entrée parce que leurs noms ne figuraient pas sur la liste signée de TRUMP.

Voici la liste officielle des chefs d’État et ministres des Affaires Étrangères invités au dîner publiée par Rémi NGono :

- Alpha CONDÉ et Mamadi TOURÉ (Guinée ) ;
- Alassane OUATTARA et Marcel Amon-TANOH (Côte d’ Ivoire ) ;
- Macky SALL et Sidi KABA ( Sénégal ) ;
- Nana AKUFO ADDO et Shirley AYORKOR BOTCHWEY ( Ghana) ;
- Hage G. GEINGOB et Netumbo Nandi- NDAITWAH ( Namibie ) ;
- Muhamadu BUHARI et Geoffroy ONYEAMA ( Nigéria ) ;
- Jacob ZUMA et Maite NKOANA- MAHABANE ( Afrique du Sud ) ;
- Yoweri MUSEVENI et KUTESA (Ouganda ) ;- Hailemariam DESALEGN, Premier ministre et Workeneh GEBEYCHU ( Éthiopie) .

Repris par Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Sources : Le Figaro, www. rfi.fr ; AFP et Reuters, la Tribune.fr
Autres sites web : http://afrique.latribune.fr/politique/leadership/2017-09-21/donald-trump-l-afrique-a-un-enorme-potentiel-commercial-751258.html
Crédit image : www.google.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 septembre à 17:34, par Le Vigilent
    En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

    42 invites au total et vous nous presentez une liste officielle qui n’en compte que 16. Qui sont alors les autres invites ?

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre à 10:34, par kwiliga
      En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

      Ben, en tous cas, il ne semble pas qu’il y ait eu de Kabore, dans les 26 non cités.
      En fait, depuis le départ (sa campagne, son élection), Trump n’a vu dans l’Afrique qu’une opportunité d’enrichissement pour lui et ses amis milliardaires. Il l’a clairement annoncé : le Business ok, la lutte contre le terrorisme ok, mais pour ce qui est d’apporter l’aide des USA au continent Africain, ça c’est terminé.
      Il a d’ailleurs pris pour prétexte le dernier attentat à Ouaga, pour retirer tous les volontaires du Peace corp (142 personnes) du Burkina Faso.
      L’avenir est sombre et son amélioration, si elle ne vient pas des Africains eux mêmes, ne passera en tous cas pas par les états unis.

      Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 22:35, par Yak
    En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

    C’est très, très, très bien fait pour Paul Biya, sa chantal et leur délégation. Ceux qui veillaient sur l’entrée du lieu du dîner auraient dû les congédier à coups de cross pour leur apprendre à vivre et à se respecter un tant soit peu !!!! Garibouya, jusqu’en Amérique, à un dîner de Trump sans gêne, sans honte, sans vergogne ?
    Pour s’inviter à un dîner avec Trump (Trump, c’est le bon Dieu ?), on oublie qu’on représente "l’honneur" d’un pays, le Cameroun et au-delà, "l’honneur" de tout un continent, l’Afrique ! Pauvre Afrique, ton malheur et ta déchéance proviennent de tes propres enfants.
    C’est tout de même ahurissant. Quelle honte ! Et pas que pour le Cameroun. C’est la honte internationale pour tous les africains.
    Et puis, Paul Biya, à l’âge qui est le sien doit se comporter en personne respectable et non pas ça : ""à l’annonce de l’invitation des chefs d’Etat africains de la maison blanche, Paul BIYA s’est empressé de poster une photo sur son mur, pour annoncer son arrivée à la réception"" Pas étonnant que nous les africains soyons la risée là-bas avec de tels comportements.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 10:59, par TANGA
    En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

    Est ce un honneur de manger à la même table que Ronald TRUMP ou d’être invité à manger à côté de lui ? THAT’S THE QUESTION !
    Comment considèrent ils les Africains ces Occidentaux ? Surtout ce TRUMP !
    Comment voient ils le monde ?
    ll faut que nos dirigeants fassent front commun pour éviter les va t en guerre comme TRUMP. Refuser leurs manières de faire et dire : Nous comptons aussi. C’est par ce que vous n’êtes pas les seuls que vous bander vos muscles.
    Dans tous les cas, l’Afrique n’a plus à craindre de l’occident puisque nous traitons beaucoup avec la Chine et bientôt beaucoup avec le GENERAL POUTINE l’homme affiché clairement contre les bandits et filous de tout genre comme les djihadistes et leurs suppots.

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre à 14:30, par Yak
      En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

      Mon cher Tanga, moi je dirais plutôt que les africains ont intérêt à sortir de leur attentisme pour se donner les moyens de se prendre en charge et de se développer par eux-mêmes.
      Que l’Afrique se tourne désormais vers la chine et vers Poutine, pourquoi pas ? Cependant, une grande vigilance s’impose car les sentiments des chinois et ceux de ton général Poutine à l’égard des africains (et des noirs en général), ne diffèrent pas de ceux des occidentaux.
      Tout comme Trump le ferait, chinois et russes se ruent sur le continent africain pour s’enrichir en espérant que les africains continueront à être dupes et corvéables à merci comme ils l’ont été avec les occidentaux. Point barre ! Ce n’est pas parce qu’ils aiment les africains.
      La chine et la Russie ne viennent pas pour aider l’Afrique à se relever ; alors là, pas du tout. Tous viennent pour leurs intérêts.
      Nous les africains, ne réalisons pas encore le mépris qu’ont les asiatiques et les russes pour les noirs. Ou, nous feignons de ne pas voir.
      Si nous nous livrons à ces gens "le ventre en l’air", nous serons très désagréablement surpris. Sans être prophète de malheur, je dirais même que ça pourrait être pire que la domination des occidentaux.
      D’ailleurs, pourquoi les africains attendent toujours qu’on vienne les aider à développer l’Afrique, en saluant béatement l’arrivée sur le continent de toutes sortes d’envahisseurs et de prédateurs ?
      Les juifs ont été dominés et malmenés aussi. Mais, ils se sont donné les moyens de libérer leur génie créateur, de surmonter les obstacles, de créer un État prospère dans le désert (Israël) et de s’imposer dans le concert des nations. Pour un tout petit pays, leur armée est l’une des plus redoutables au monde. Pourtant, ils ont souffert aussi. Pourquoi les africains se laissent-ils piétiner à longueur de siècles ?!

      Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 16:27, par Lavieille
    En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

    RAWA, même si TRUMP se dit que le monde se résume aux Etats-Unis, aux Etats Unis, ils dorment pas. Ils créent, ils travaillent et il n’y a pas de Mounafika làbà. On peut pas acheter quelqu’un làbà de tuer son propre frère, comme Blaise l’a fait à SANKARA. Et làbà tout le monde est pré-occupé par le travail. TRUMP a parfaitement raison, parce que nous africains et plus particulièrement Burkinabè, on est lâche. On ne travaille que reculer l’Afrique en arrière. L’Afrique d’avant même dans ses traditions vaut mieux que l’Afrique d’aujourd’hui, parce qu’il n’y a plus d’humanisme. En développement, imagine si SANKARA était vivant, quel batard de terroriste allait s’aharder planer sur le sol Burkinabè. Voilà qu’on l’a assassiné bêtement par la complicité de son propre frère que le peuple dans sa majorité a condamné je peux dire le premier jour et paf le deuxième jour tourner la page et suivre l’assassin dans sa faute, pour leurs tubes digestifs. Si SANKARA allait vivre les 27, allons-nous être là où on est aujourd’hui ? puisse pour avoir quelqu’un, il faut passer par un de ses proches, et nous Africains on est prêt pour çà pour s’enrichir. SANKARA était là simplement pour se faire héros, c’est tout, par contre pour savoir que c’est par intérêt, voilà même qu’on ose à tripatouiller la constitution pour rester mourir au pouvoir comme si l’on est prince héritier d’un roi. Que Dieu fasse naître des vrais hommes intègres dans le continent africain. SVP Web Master, laisse passer. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 16:55, par Corne
    En réponse à : 72e Assemblée générale de l’ONU : Le monde selon Donald Trump

    M. Kwiliga, il vous semble qu’il n’y ait eu de Kabore, dans les 26 non cités, à mon avis je trouve que c’est pas mal, Kabore n’est pas le seul non cité et il reste égale à lui-même, Il n’est pas renommé comme l’assassin blaise qui montait sur les tribunes à chaque fois à l’étrangé pour prendre les parole alors que c’est son pays qui est le plus paubre du monde. Quelle honte. Voilà que cette arrogance l’a poussé à se titrer homme fort devant les grandes puissances làbà tout en oubliant que son pays pauvre n’est pas vu par les USA, et sans tarder, le voilà qui a détalé en plein midi avec son fort qui lui a abandonné ce jour..

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés