Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Marche contre la faim dans les écoles : des cantines scolaires pour tous !

Accueil > Actualités > Société • • lundi 13 juin 2005 à 07h14min

L’association Citoyens du Monde et le Programme alimentaire mondial (PAM) au Burkina Faso, appuyé par d’autres ONG, ont organisé le dimanche 12 juin 2005 une marche humanitaire à Ouagadougou. Objectif : conscientiser l’opinion publique sur la situation des enfants et mobiliser des ressources pour nourrir 10 000 élèves supplémentaires dans le cadre des cantines scolaires.

"Non à la faim des enfants, oui à « Une école, une cantine », oui à « Une éducation pour tous" ; tel a été l’hymne entonné par un chœur de marcheurs composés d’écoliers, d’étudiants, de représentants d’organisations épousant la présente initiative, et d’officiels tels que le ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, Mathieu Ouédraogo, parrain de la marche ; le président du Conseil supérieur de l’information (CSI), Luc Adolphe Tiao, patron de cette initiative ; la représentante résidente de l’UNICEF, Mme Joan French ; la représentante adjointe du PAM. 

Les marcheurs sont partis, aux environs de 9 heures, de la place de la Nation pour se retrouver une quarantaine de minutes plus tard au rond-point des Nations unies en passant par le rond-point des Cinéastes puis devant la maison du Peuple.

Tous vêtus de tee-shirts prônant la lutte contre la faim des enfants, les défenseurs de la cause des sans voix, dont la majorité est membre de Citoyens du Monde, se sont engagés bénévolement dans cette mission noble, a dit le coordonnateur national de la marche, Adama Taoko, sans aucun salaire, aucun perdiem, aucune forme de compensation matérielle. Et d’ajouter : « Aujourd’hui, nous ne sommes pas seuls à marcher. A travers le globe, des millions d’autres personnes marchent ; 270 manifestations pacifiques sont organisées dans plus de 80 pays. Toute la terre doit le savoir : les enfants ont faim. Toutes les bonnes volontés doivent contribuer, faire parler leur cœur ».

En effet, sur 800 millions de personnes souffrant de l’insécurité alimentaire chronique, près de 167 millions sont des enfants de moins de 5 ans qui n’ont pas accès à de la nourriture quantitativement suffisante et qualitativement satisfaisante. Conséquence : un enfant affamé meurt toutes les 5 secondes dans le monde. Au Burkina Faso, la situation n’est guère meilleure, car sur plus de 6 millions d’âmes vivant en dessous du seuil de pauvreté, la malnutrition touche environ 38,7% des enfants de moins de 5 ans. En d’autres termes, 4 enfants sur 10 ont faim.

Le parrain de la marche, le ministre Mathieu Ouédraogo, conscient que la cantine favorise la fréquentation de l’école par l’élève et donc plus de réussite scolaire, a plaidé comme tous les intervenants pour « Une école, une cantine scolaire ». Pour lui, on ne pourrait construire le Burkina de demain avec des enfants malnutris et malades, et c’est pourquoi son département, à travers le Programme décennal de développement de l’éducation de base (PDDEB), fait de la cantine scolaire dans chaque école son cheval de bataille.

Et pour la pérennisation de cette activité scolaire, il faudrait, a-t-il indiqué, passer des cantines assistées aux cantines endogènes. Quant au patron de ce mouvement, le président du CSI, il a manifesté sa consternation, en ce 21e siècle, de voir que malgré une assistance depuis 40 ans en matière de cantine scolaire, des millions d’enfants n’ont toujours pas accès à une alimentation saine, équilibrée et en quantité suffisante.

Selon Luc Adolphe Tiao, le genre humain aurait été à l’abri d’une telle situation s’il y avait eu jusque-là une exploitation judicieuse et une bonne répartition des ressources alimentaires du monde. Il a félicité les initiateurs de cette marche ainsi que leurs partenaires, tout en invitant les organisations nationales et internationales, les Burkinabè et les partenaires au développement, à œuvrer pour que des fonds puissent être mobilisés afin de nourrir au moins 10 000 élèves supplémentaires de notre pays dans le cadre des cantines scolaires.

Les Burkinabè sont appelés à laisser parler leur cœur à l’endroit de leurs enfants car, on le sait tous, la cantine a sauvé plus d’un à une époque donnée, et certains auraient vite abandonné les bancs s’ils n’étaient pas sûrs d’avoir leur ration quotidienne à l’école.

Cyr Payim Ouédraogo
Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le ministre de l’artisanat s’enquiert de l’avancement des travaux
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit effectuer une visite médicale pour s’assurer de son aptitude », rappelle Dr Emilie Somé
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la main » de la FAO : Le plan d’investissement du Burkina Faso de plus de 500 millions de dollars au menu des échanges
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses pour des enfants vulnérables
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses meilleurs élèves et enseignants de l’année scolaire 2021-2022
Fin de formation des commandants et directeurs de secours : 22 stagiaires prêts à affronter leurs nouveaux défis
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » encourage des meilleurs élèves du BEPC 2022
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à mains armées reste la principale attente des populations
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de mort plaide non-coupable devant le juge
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for the world fait don d’équipements au service d’ophtalmologie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés