Coopération bilatérale Canada-Burkina : La mise en œuvre du Projet d’appui à la démocratie jugée satisfaisante

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • mercredi 28 juin 2017 à 22h36min

Dans le cadre du Projet d’appui à la démocratie au Burkina Faso, une deuxième session du comité directeur bilatéral s’est tenue à Ouagadougou le 28 juin 2017, sous la présidence conjointe du président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo et l’Ambassadeur du Canada, Vincent Le Pape.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Coopération bilatérale Canada-Burkina : La mise en œuvre du Projet d’appui à la démocratie jugée satisfaisante

Des participants venus du Canada, de la Suède, de la Suisse, des Etats Unis d’Amérique, de la France et du Burkina Faso se sont réunis, ce mercredi 28 juin 2017, à Ouagadougou. L’objectif était de faire le bilan de la première année de mise en œuvre du Projet d’appui à la démocratie au Burkina Faso (PADEB) et jeter les bases des actions futures. Le projet qui s’étale sur cinq ans a une enveloppe de 1,320 milliards de F CFA (3 millions de dollars canadien), financé par le gouvernement du Canada au profit de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, avec le Centre parlementaire comme agence d’accompagnement. Selon l’Ambassadeur Vincent Le Pape, le PADEB a atteint de bons résultats. Il a notamment cité l’appui à une mission des parlementaires femmes Burkinabè au Québec et la mise en œuvre du Plan stratégique de l’Assemblée nationale (AN).

Sur ce dernier point, le président de l’AN, Salifou Diallo a traduit un sentiment de satisfaction. Car, au plan financier, ils ont dépensé moins de 300 millions de F CFA pour une foule d’activités qui se sont bien déroulées. « Ce matin, notre souci c’est qu’avec le Canada et les autres partenaires financiers, nous puissions accélérer la mise en place des financements de chacun des projets du Plan stratégique », a-t-il précisé. Au total six programmes et 18 projets sont en attente de financement. Aussi, a-t-il saisi l’occasion de cette rencontre pour dévoiler les activités phares du Plan stratégique de l’AN pour l’année en cours. « Nous nous sommes proposés d’organiser une rencontre importante entre les élus locaux et nationaux sur le thème du transfert de compétences et des ressources financières vers les collectivités locales », a-t-il confié. Pour Salifou Diallo, le choix de cette problématique n’est pas fortuit : « au Burkina Faso, théoriquement le processus de transfert est réalisé mais dans les faits, il y a un gap important ».

Un forum sur l’autonomisation des femmes en novembre prochain

L’autre activité et non des moindres se rattache au forum Ouest africain sur l’autonomisation des femmes. Elle réunira les femmes parlementaires avec l’implication de plusieurs pays partenaires autour du mois de novembre. Pour le président de l’Assemblée nationale, il est de leur responsabilité de plaider auprès des parlements de la CEDEAO et de l’UEMOA pour la mise en place de directives communautaires tendant à renforcer l’autonomisation des femmes.

Le Canada a une priorité sur l’autonomisation des femmes. C’est pourquoi, l’ambassadeur Vincent Le Pape a réaffirmé l’engagement de son pays à appuyer cette activité à travers le Centre parlementaire. Toutefois, ce sont les autorités du pays, le législatif, l’exécutif qui sont dans le siège du conducteur. Bien avant, l’ambassadeur du Canada est revenu sur les acquis du PADEB. « Le fait de mobiliser collectivement la communauté des partenaires pour appuyer un plan est un résultat tangible. Sans oublier la visite du président de l’assemblée pour rencontrer ses homologues du Québec au niveau du parlement canadien. Il était accompagné par trois députés femmes et trois députés hommes, et de partis politiques différents », a-t-il relevé.

Le Centre parlementaire intervient dans 72 pays. « Nous apportons les expériences internationales qu’on a accumulées pendant 49 ans. On identifie les experts internationaux qui vont aider à mieux définir les stratégies les plus appropriées pour l’autonomisation des femmes par exemple. Nous intervenons également dans le domaine des mines en montrant comment on peut mieux gérer l’industrie d’extraction de telle sorte que la population en bénéficie (…) », a laissé entendre le président et directeur général du centre, Jean-Paul Ruszkowski.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés