Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

mardi 20 juin 2017 à 00h37min

« Processus démocratique au Burkina Faso, de 1960 à nos jours : bilan, enjeux et perspectives ». C’est autour de ce thème principal, que la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) a organisé, le samedi, 17 juin 2017 à Ouagadougou, un panel. Cette activité de réflexion qui a mobilisé, dans la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), plusieurs participants de toutes les franges sociales, a été animée par des spécialistes et figures bien connues de la vie publique burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina-Faso : Selon  la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

Selon le président de la CODER, Rasmané Ouédraogo, ce panel participe de la mise en œuvre de l’offre politique de la Coalition. Cette proposition comporte quatre axes, dont celui de la sauvegarde de la démocratie au Burkina, dit-il, avant d’ajouter que l’activité tient également au contexte. ‘’En effet, après ce que notre pays a vécu ces trois dernières années, et au moment même où nous sommes en train d’opérer le basculement vers la Vème République, un regard rétrospectif et une profonde rétrospection de notre processus démocratique sonnent comme une évidence.

Il s’agit pour nous, d’établir un bilan objectif, de tirer les leçons y relatives, d’identifier les défis, enjeux et menaces qui pèsent sur la démocratie, mais aussi de saisir les opportunités qui se présentent pour une consolidation du processus pour une promotion de la culture démocratique dans notre pays. Toute chose qui nous permet d’envisager l’avenir avec sérénité et espérance’’, a situé Rasmané Ouédraogo en guise de propos introductifs. A l’en croire, en créant ce cadre d’échanges, de réflexions et de partages sur la problématique de la consolidation de la démocratie au Burkina, la CODER a pour ambition de contribuer à l’édification d’une société plus juste, plus solidaire et plus prospère.

Pour cet exercice, la CODER politique a misé sur des avertis du sujet pour développer, chacun, un aspect en lien avec le thème central. Ainsi, Pr Albert Ouédraogo, enseignant de Littéraire orale africaine à l’Université, est intervenu sur ‘’les paramètres et les facteurs crisogènes, socio-politiques du Burkina et les leçons y relatives’’ ; le constitutionnaliste, Pr Abdoulaye Soma, a analysé ‘’les propositions susceptibles de contribuer à la consolidation du processus et la promotion de la culture démocratique au Burkina’’. Toujours au chapitre des panélistes et sous-thèmes, Dr Abdoul Karim Saïdou, enseignant d’Université, a jeté le regard sur ‘’tradition, enjeux du Code électoral et des élections sur la gouvernance politique, des principes et fondements de l’Etat de droit et la consolidation de la démocratie’’ tandis que Dr Djibrina Ouédraogo, enseignant-chercheur, a exploré ‘’les bien-fondés, l’opportunité, les innovations majeures, les points forts et les faiblesses de l’avant-projet de Constitution’’. La police des échanges a été, quant à elle, assurée par le juriste et politologue, Siaka Coulibaly, qui a, lui-même, fait également un développement sur ‘’les acquis, insuffisances et des enseignements du processus démocratiques au Burkina de 1960 à nos jours’’.

Le décor campé, le modérateur, Siaka Coulibaly a d’abord salué la pertinence de l’activité qui, selon lui, vise à consolider la démocratie au Burkina, à contribuer aux réflexions sur les pistes ou les solutions pour non seulement sortir d’une situation difficile, mais également imprimer une marche plus radieuse, plus performante au pays « afin d’en faire l’ilot de stabilité et de paix qu’il a longtemps été ».

« La démocratie n’est pas seulement le gouvernement de la majorité en écrasant la minorité »

Quelles réformes pour la promotion et la consolidation de la démocratie ? C’est l’interrogation principale autour de laquelle a gravité l’intervention du constitutionnaliste, Pr Abdoulaye Soma, ‘’porte-parole’’ des panélistes (c’est lui qui s’est adressé à la presse à la fin des communications). Il a introduit sa réflexion en développant les principes qui doivent, selon lui, animer toutes reformes dans la Constitution d’un Etat démocratique. Il s’agit du « conventionnalisme constitutionnel » et du « consensualisme institutionnel ».

En termes de réformes qu’il faut actuellement au Burkina, Pr Soma a suggéré celles qui promeuvent l’équilibre au niveau de la gouvernance ; l’équilibre en termes de région, de religion, d’ethnie, de coloration politique. « La démocratie n’est pas seulement le gouvernement de la majorité en écrasant la minorité », a-t-il estimé, précisant que l’opposition, par exemple, doit avoir le droit de participer à certaines institutions de la République. ‘’Il faut faire des reformes beaucoup plus profondes sur la transparence et la redevabilité pour sauvegarder les ressources financières et économiques de la République. Et de ce point de vue, il y a beaucoup de choses à réformer et les réformes déjà engagées paraissent insuffisantes. Il faut encore aller beaucoup plus en profondeur pour faire en sorte que l’argent du peuple ne serve que le peuple’’, a prôné Pr Abdoulaye Soma, par ailleurs président de la Société Burkinabè de Droit constitutionnel (SBDC).

« Peut-être que nous avons tort d’avoir eu raison tôt. Mais, il n’y a pas de solutions … »

« La CODER n’es t pas seulement une opposition porteuse de justice, de paix et de réconciliation, elle est avant tout une opposition politique », a soutenu Rasmané Ouédraogo à l’issue des communications. Pour son président, la CODER a donc ouvert un chantier, dans l’espoir que d’autres acteurs apportent leur contribution pour la suite. Sur la réconciliation nationale à proprement dite, les responsables de la CODER sont sans ambages. ‘’ (…). Nous avons cru, et nous sommes toujours convaincus, qu’il n’y a pas de solution, il n’y a pas d’issue pour le Burkina-Faso sans la réconciliation. Quoiqu’on dise, tôt ou tard, on doit en arriver. Peut-être que nous avons tort d’avoir eu raison tôt. Mais, il n’y a pas de solutions, le pays a besoin de ses fils pour qu’on puisse gérer au mieux nos difficultés, nos défis qui sont devant nous » , a réitéré Rasmané Ouédraogo pour qui, « chaque jour perdu, chaque heure de retard…est préjudiciable pour la société, en matière de cohésion et de mobilisation des énergies pour l’œuvre d’édification nationale ».

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net


Encadré :
Parmi les invités à ce panel, des responsables de partis politiques de la Majorité présidentielle. Ici, Aly Badra Ouédraogo, président du Rassemblement des patriotes pour le renouveau, RPR, donne son appréciation

Nous sommes, en tant que parti membre de la majorité, beaucoup plus porté sur le dialogue inter-partis. Il n’y a pas d’animosité, pas d’ennemité entre les partis politiques qui agissent sur la scène politique nationale. C’est pourquoi nous avons voulu, à travers cette participation, témoigner, une fois de plus, notre solidarité envers tous les partis politiques qui agissent au Burkina et inviter l’ensemble de nos militants aussi à cultiver le même esprit. Le Burkina-Faso demeure notre toit commun. C’est vrai qu’il peut y avoir des divergences politiques, qui nous divisent, mais nous devons toujours avoir à l’esprit que c’est seul dans l’union et la concertation que nous pouvons arriver à construire un Burkina où il va faire bon vivre pour tout le monde.

Les partis politiques également ont une mission, celle de participer à l’édification d’une nation forte et unifiée et nous pensons que pour des actions entrant dans le cadre de cette mission-là, nous ne pouvons pas briller par notre absence. C’est pour cela que nous sommes présents ici ce matin, pour accompagner l’initiative, qui est en réalité accompagner la démocratie burkinabè. C’est pour donner un autre son de cloche à tous ceux qui pensent que l’activité politique en elle-même porte les germes de la division. Que les gens puissent comprendre qu’en réalité, l’activité politique est noble, en ce sens qu’elle doit permettre l’édification d’une nation et sans union, il n’y a pas de nation prospère, forte.

C’est vrai que nous sommes-là, pas au nom de la majorité présidentielle, mais même au niveau de la majorité présidentielle, nous revendiquons, en tant que RPR, notre autonomie en terme de vision, en terme de mise en œuvre des stratégies pour accompagner la démocratie au Burkina-Faso. Et en tant qu’un parti qui a aussi pour cible, la jeunesse, notre présence doit interpeller l’ensemble des jeunes (que ce soient ceux qui sont en politique ou ceux qui sont apolitiques) afin qu’ils puissent comprendre qu’il est vrai, la politique est-là, mais le destin des jeunes, l’avenir des jeunes, se pose aujourd’hui également avec acuité. Et c’est dans l’union des jeunes que nous pouvons arriver effectivement à bousculer afin de prendre toute la place qui est la nôtre, pour que nous puissions définir de nouveaux schémas d’un Burkina meilleur, où il fait bon vivre, dans l’inclusion et avec la participation de tout le monde.

O.L. O
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 juin à 01:38, par ben
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Vous constituez un obstacle pour cette réconciliation. Après vos crimes, c’est la vérité, justice et le pardon peut être. vous oubliez qu’on a ramassé des corps calcinés dans vos maisons ? alllez donc rencontrer les familles des victimes si vous êtes au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 02:09, par Gangobloh
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Pourrait il y avoir réconciliation sans justice ? Pourrait il y avoir justice sans vérité ? Pourrait il y avoir pardon sans reconnaissance des faits ? Pour tout cela, que chacun interroge sa conscience et l’écoute. Cessons de jouer à l’hypocrisie pour nos intérêts égoïstes et nous vivrons mieux ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 04:02, par Le Citoyen
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Bien parler, Badra Ouédraogo, tu le donnes envie de faire la politique. Si tout le monde avait la même perception politique avec toi, le pays se porterait mieux. Puisse Dieu te donner la force pour mettre en action ta vision.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 06:31, par Zas
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Encore et encore de belles réflexions. Invitez ces gens de la CODER à la soupe et vous verrez qu’ils oublieront leur fameuse réconciliation nationale. Comme aime le dire un de leurs membres, le Burkina Faso est un pays de désert et tout le monde se connait.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 07:59, par KOTIGUI
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    C’est la légèreté du ministère de l’administration territoriale qui a emmené tout ça. Il y’a déjà le CEFOP qui regroupe les partis de l’opposition. Que veit dire cette CODER que Rasmané Ouédraogo qualifie d’opposition politique ? Est ce un parti ? Qu’on nous éclaire sur cet aspect des choses. Et cette obscession de la reconciliation est vraiment troublante.En quoi la population Burkinabè est divisée ? Il y’a seulement des gens qui ont gravement fauté et qui doivent repondre de leurs actes. Sortir au nom de la reconciliation nationale pour exiger l’impunité ne passera pas. Que chacun assume et ensuite il pourra vivre tranquilement dans ce pays. Personne ne déteste son camarade. On dit seulement que dans un état démocratique, tout manquement doit être puni et ensuite la vie continue.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 08:58, par mate
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Votre ambition est noble. je vous en remercie.
    Cependant, la fondation de votre édifice n’est pas posée ; et elle n’est rien d’autre que la vérité et la justice.
    Acceptez ceci ou non, mais c’est une nécessité absolue à suivre.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 09:47, par Sidpasata Veritas
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Une réconciliation "obligée" n’en n’est pas une : c’est un simulacre et le Burkina n’en a pas besoin.
    Il faudra d’abord se mettre d’accord sur ce que vous entendez par "réconciliation nationale".
    - s’il s’agit que les hommes politiques au pouvoir se réconcilient avec ceux qui ont perdu le pouvoir ou qui n’ont plus aucun espoir de parvenir au pouvoir ; cela n’est pas une cause nationale. Que les retraités de la politique abdiquent tout simplement et qu’ils aillent se reposer s’ils sont trop vieux pour travailler ou qu’ils se trouvent d’autres activités que la politique qui ne doit pas être vue comme un métier ou un vulgaire gagne-pain indispensable. La réconciliation entre des politiciens qui ont des comptes à se régler n’est pas une cause nationale. Que la CODER arrête de prendre ces marchandages de politiciens pour une réconciliation nationale. C’est ainsi que le régime déchu de Blaise Compaoré voyait les choses : il se prenait pour la nation entière, faisant de ses moindre désir autant de cause nationale, justifiée par sa seule logique à imposer à tous à tout prix. ça, c’est du passé !
    - s’il s’agit de dire qu’il faut réconcilier le pouvoir et l’Opposition, c’est alors prendre la confrontation des idées politiques pour un conflit de personnes, ce qui est une aberration sans nom. Laissez les deux quand s’affronter politiquement et démocratiquement
    - s’il s’agit de dire qu’il faut réconcilier avec leurs victimes innocentes ceux qui, hier au pouvoir, prenait toute la nation en otage pour servir leurs intérêts égoïstes, et qui n’ont pas hésiter à faire tirer sur une population désarmée et insurgée contre leurs abus, alors, c’est prendre le burkinabè pour des imbéciles et les enfants du bon Dieu pour des canards.
    En tout état de cause, ce n’est pas aux bourreaux d’enseigner le pardon aux victimes qui attendent que justice leur soit rendue à eux qui s’insurgeait pour mettre fin, ente autres, à l’impunité. Aucune vraie réconciliation n’est possible sans la JUSTICE pour les victime. Qui a commis une faut ? Qu’il le reconnaisse d’abord, qu’il l’avoue, qu’il accepte la sanction avant de demander pardon. Alors seulement, si la victime le souhaite, la réconciliation sera possible.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 10:57, par @@GOG
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Vous les bourreaux vous faites comme si le pouvoir en place est contre la réconciliation et c’est dommage. un adage de chez nous dit que celui qui marche tché tchè pense que celui qui est accroupi ne le voit pas venir . Quand cette réconciliation verra jour ce ne sera pas une victoire pour vous bourreaux mais une victoire pour le pouvoir en place .Détrompez-vous donc et arrêtez vos enfantillages .Le peuple fera alors beaucoup confiance au régime actuel et non à vous dont les crimes sont inqualifiables.Vous êtes entrain de distraire le peuple mais vous vous trompez d’approches.Notre peuple est intelligent ,digne ,vigilent et saura vous remettre à votre place .

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 12:51, par Touabga
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Bonjour chers forumistes. Je vis au village et lis la presse écrite et en ligne, j’écoute la radio et suit la télévision. J’entends beaucoup parler de RÉCONCILIATION dans tous ces organes mais aucun n’a jamais défini ou donné le contenu de cette réconciliation. Au village, j’ai demandé aux sages mais les réponses qu’ils donnent ne se rapportent pas à celle de la CODER. Pouvez-vous m’aider à mettre un contenu à ce concept (mot) ? Ici, au village, les militants MPP, CDP, UNIR, UPC, NTD... se fréquentent. La dernière fois que je les ai vus, ils étaient tous aux funérailles de la mère du conseiller municipal du MPP. A l’enterrement, ils y étaient également. Avant, c’était au mariage de la fille du responsable communal du CDP. Je les observais se taquiner et partager ensemble le dolo (la bière) et le "gaoré".

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 15:15, par SAMBIGA
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    LA REPUBLIQUE DU BURKINA FASO EST VERS SON DEVELOPEMENT AVEC SES ELUS POLITIQUES. CELUI QUI SE RECONCILIER AVEC CETTE REPUBLIQUE VEILLERA SE CONFORMER AVEC SA CONSTITION , SES AUTRES EN VIGUEUR ET LES AUTORITES POLITIQUES ELUS PAR SUFFRAGE UNIVERSEL.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 19:40, par Toēenga
    En réponse à : Burkina-Faso : Selon la CODER, la réconciliation nationale est un passage obligé. Tôt ou tard !

    Touabga, ce que tu dis me réconforte. C’est ça même la politique. Tu vois même au village, on a compris que la politique c’est le combat des idées alors qu’en ville la politique rime avec la violence, le dénigrement de l’autre.
    Salut fraternel à tes villageois.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés