Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

Par AFP • lundi 19 juin 2017 à 00h29min

Une attaque jihadiste contre un lieu de villégiature proche de Bamako fréquenté par des étrangers a fait deux morts dimanche, dont une Franco-Gabonaise, mais une trentaine d’otages ont été libérés lors de ce premier attentat anti-occidental depuis 2016 dans la capitale malienne.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

Le ratissage se poursuivait dans la soirée dans les environs pour retrouver les assaillants, dont le nombre n’a pas été précisé.

La cible, le campement Kangaba, un agréable "ecolodge" et site de détente situé à la périphérie de Bamako prisé des expatriés, fondé par un Français, évoque d’autres sites attaqués par les groupes jihadistes du Sahel ces dernières années, notamment la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam (mars 2016, 19 morts, dont huit étrangers).

"C’est une attaque jihadiste. Les forces spéciales maliennes sont intervenues", a déclaré à l’AFP le ministre malien de la Sécurité, Salif Traoré. Elles ont été appuyées dans leur assaut par les militaires de l’opération française antijihadiste Barkhane et de la mission de l’ONU (Minusma).

Au moins "32 otages" ont été libérés, a annoncé l’armée malienne dans un communiqué, faisant état d’"un assaillant blessé qui s’est débarrassé de son arme pistolet-mitrailleur".

Il a également laissé derrière lui "des bouteilles contenant des substances explosives", selon le ministère de la Sécurité.

Une cliente franco-gabonaise est décédée à l’hôpital, et une autre personne en cours d’identification a été tuée, selon la même source.

Parmi les personnes évacuées, dont plusieurs se trouvaient en maillot de bain, certaines ont affirmé que les assaillants avaient crié "Allah akbar" (Dieu est le plus grand).

Un témoin interrogé par la télévision publique ORTM a dit avoir vu arriver un homme à moto qui a ensuite "commencé à tirer sur la foule", puis "deux ou trois personnes" venues avec un autre véhicule.

Après avoir ratissé l’établissement "chambre par chambre", les forces de sécurité poursuivaient leur traque des assaillants, selon le ministre de la Sécurité.

Des riverains ont dit à l’AFP avoir entendu dans l’après-midi des coups de feu en provenance du lieu attaqué. Une fumée s’élevait au-dessus du site, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le chef de l’Etat français Emmanuel Macron, attendu à Bamako le 2 juillet pour le prochain sommet du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), "suit de très près l’évolution de la situation", selon la présidence française.

La dernière attaque jihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à mars 2016, contre l’hôtel Nord-Sud abritant la mission de l’Union européenne qui entraîne l’armée malienne (EUTMMali) et a participé à l’opération de dimanche. Un assaillant avait été tué.

Le 9 juin, l’ambassade des Etats-Unis avait publié une consigne de sécurité à l’intention des citoyens américains les informant d’une "menace d’attaques accrue" à Bamako dans les lieux fréquentés par les Occidentaux.

Dans une tribune publiée en janvier lors du sommet Afrique-France à Bamako, le propriétaire du campement Kangaba, Hervé Depardieu, s’était insurgé contre les alertes de sécurité des chancelleries occidentales, dont il dénonçait les incohérences.

"Les consignes de sécurité alarmantes émises par le consulat et les +conseils aux voyageurs+ dissuasifs du site du ministère (français) des Affaires étrangères entament sérieusement notre joie de vivre et nos libertés", déplorait-il.

Le Mali est sous état d’urgence quasiment sans interruption depuis l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015, qui avait fait 20 morts, outre ses deux auteurs.

L’attentat avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

En mars 2015, une attaque contre le restaurant-bar La Terrasse avait fait cinq morts, dont deux Occidentaux.

Le nord du Mali était tombé au printemps 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l’application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et dans le sud du pays, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

afp

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 juin à 07:11, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

    - C’est reparti ! Ces chiens crasseux de djihadistes ont le même mode opératoire. Encore Bamako, mais cette fois aux alentours. Mon cher ami Simon Compaoré est prévenu. Bientôt avec la fête de Ramadan, les environs de Ouagadougou risquent de vivre la même chose. Il faut que les grands lieux de villégiature et autres grands maquis bien connus de Loumbila, Saaba veillent au grain désormais.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:58, par Patriota
    En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

    J’encourage Simon et nos FDS a redoubler de vigilance. L’ambassade des USA avait deja alerté de risque aussi sur le burkina. A la population de franchement collaborer en informant d’un moindre suspect.
    Aux promoteurs de lieux de détente Il est temps et vraiment prendre à bras le corps le probleme en y investissant serieusement dans la securite. Les vigiles n y peuvent rien dans ce contexte, il faut placer la police armée à l’entrée et à l’interieur. Cela va rassurer d’avantages la clientele.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 12:05, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

      - Patriota, biensûr que si on met la police c’est plus rassurant. Mais tu vois que si les contrats sont signés, ce sont les grands boss de la police qui se sucrent et laissent ceux qui gardent les lieux avec un pauvre 1.500 fcfca par jour !? Qui est fou pour se faire tuer pour 1.500 fcfa journalier ? Le nez vaut plus cher que celà. Voilà pouqruoi quand il y a des rafales, le policier met en pratique ce qu’il sait faire pour bien se camoufler et attendre la fin, ou bien il prend ses jambes à son cou. Qui est fou ? On vient de faire la situation et ceux qui étaient dans ces pratiques sont désormais connus de tous, mais qu’est-ce qui est fait jusque-là ? Rien ! Alors que ceux qui bouffent aillent aussi garder les lieux et soient en face des terroristes.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 14:11, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

    - Chers amis, nous et nos autorités devrons prendre très au sérieux cette affaire de terrorisme. Les djihadistes sont entrain de mettre la Mali, notre voisin, en coupe réglée. Tenez-vous bien ! Tôt ce lundi 19 juin 2017 au petit matin un poste des Forces Armées Maliennes à Bamba a été attaqué. Suite à cette offensive un militaire malien a été tué et deux autres blessés. Côté assaillents, seul un mort !

    NB  : Bamba est une ville et un chef-lieu de commune du Mali, dans le cercle de Bourem et la région de Gao. Elle est située sur la rive gauche du Niger, à 220 km à l’Est de Tombouctou et 245 km au nord-ouest de Gao.

    - Attention frères burkinabè ! Soyons prêts et affrontons en aidant nos Forces !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 15:09, par dura
    En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

    Que nos dirigeants redouble d’effort dans l’équipement de nos braves Forces de l’Ordre et de Sécurité pour qu’ils puissent s’en sortir face à ces sauvages obscurantistes morts ambulants. Qu’ils aillent au diable avec tous leurs adeptes. Que Dieu les punisse, que le Prophète SWA les maudisse. Comme ils ne connaissent pas la vie ils ne vont jamais la connaitre même. C’est eux les perdants puisse qu’ils vivent dans la clandestinité. Leur satan vit en cachette. Il sera jamais Dieu. Que Dieu protège son peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 10:03, par Tous unis contre le terrorisme
    En réponse à : Mali : deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

    Donc ceux qui aiment les festivités, les hôtels et lieux ambiants et de monde sont prévenus. On n’a pas dit de ne pas fêter ou ne pas profiter de la vie.

    Mais ouvrir l’oeil et signaler ce qui est suspect. Surtout quand c’est un moment où des nationalités différentes se retrouvent, ou il y a des personnalités etc.

    Généralement ces terroristes profitent d’une faille. Demander un minimum de sécurité et moi je dis directement enveloppe à ces policiers sur place pour la sécurité pour le encourager dans leur métier. Ces terroristes se disent qu’ils vont peut être mourir et veulent amener un maximum de personnes avec eux.

    La sécurité du pays dépend des autorités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés