Visite d’Emmanuel Macron au Maroc : Une rupture avec l’usage

LEFASO.NET | Youmali KOANARI • mercredi 14 juin 2017 à 18h00min

Les 14 et 15 juin, le Président français Emmanuel Macron se rendra au Maroc comme il l’avait confié lors de la campagne présidentielle. Ce premier déplacement d’un président français au Maghreb rompt avec l’usage de ses prédécesseurs qui se rendaient d’abord en Algérie, grande rivale du royaume chérifien. Au cœur des échanges, la lutte contre le terrorisme et la crise au Golf.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Visite d’Emmanuel Macron au Maroc : Une rupture avec l’usage

Lors de la campagne présidentielle, le président Emmanuel Macron s’était rendu en Algérie et en Tunisie. Il avait laissé entendre lors d’une interview, qu’il se rendrait au Maroc si les Français lui accordaient leur confiance. Ce mercredi 14 juin 2017, il partagera l’Iftar (le repas de rupture du jeune du ramadan) avec la famille Royale à Rabat.

Selon l’Elysée, cette visite de deux jours est « un cadre personnel pour que le président et le roi fassent mieux connaissance et posent les bases de la relation franco-marocaine ».

Au cœur des échanges, la lutte contre le terrorisme notamment en Lybie, afin de poser des actes diplomatiques dans les mois à venir, mais aussi voir les cadres par lesquels ils uniront leurs efforts de médiation dans la crise au Golf. Notons qu’aucun homme d’affaires ne fait partie de la délégation officielle française.

Cette visite de Macron rompt avec l’usage. Ses prédécesseurs notamment Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, pour leur premier déplacement en tant que président au Maghreb, s’étaient d’abord rendus en Algérie. Pour ménager la susceptibilité de la grande rivale du Royaume Chérifien l’Algérie et ainsi jouer à l’équilibriste, les autorités françaises ont fait savoir que le président français se rendrait dans les semaines à venir à Alger. Aussi, Jean-Yves Le Drian, est actuellement en visite à Alger pour discuter du dossier libyen.

Notons que l’Algérie est un soutien indéfectible du Front Polisario et de ce fait farouchement opposée au Maroc. Aussi, il est à noter que la communauté algérienne est très importante en France et que la France est fortement présente en Algérie. Alors sur la question de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), la France s’aligne derrière la position onusienne qui prône les négociations entre les deux adversaires.

Youmali Koanari
Lefaso.net
Source : huffingtonpost

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 juin à 06:55, par Toēenga
    En réponse à : Visite d’Emmanuel Macron au Maroc : Une rupture avec l’usage

    Et si le Maroc a financé ses campagnes, que voulez vous ? Ce franc maçon que les rochtchild ont imposé à la france pour la déstabiliser. Libéralisme sauvage dans tous les domaines : justice, santé, éducation, plus de Cdi, libéralisme même dans le commerce illicite des organes humains. Et figurer vous que c’est attali lui même qui le dit. Et peu de français sont attentifs à ces propos publics de attali. Ce gamin qui n’a accumulé qu’incompetences dans son petit passage au gouvernement de Hollande avec des privatisation insensés, qui fait perdre à la France plus de 80 milliards d’euros que les rochtchild imposent au peuple alphabetisé de France. Drôle de démocratie. Macron,quelqu’un que Hillary Clinton a désigné comme ministre des finances avant même qu’il ne soit présenté à Hollande par attali. Et quatre ans après cette présentation le voilà président. Macron va liquidé la France aux francs maçons. Et toute la presse française est silencieuse sur les révélations fracassante du président de l’upr. On fraude à ciel ouvert et la presse française n’ose parler. Second tour, des bulletins de vote de lepen légèrement déchiré, ce qui les invalide et la grande presse française reste muette. Attali va jusqu’à dire si les plans ne change pas qu’il connaît le nom de la future présidente de France. Royale ? Et la presse française n’es pas choqué. Et son discours au musée du Louvre est plein de signes franc maçon, et il va jusqu’à parler de renaissance des idées francs maçons et les ignorants français ont applaudi. Le lieu, le Louvre symbole de l’oeil de la pyramide en dit long. Haaaaaaaaaqa !!!!!!!!!!!!!!!! Les moutons qui ont élu le boucher qui va les massacrer. Wait and see.

    Malheur à la nation dont le roi est un enfant.
    Toēenga

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 10:35, par pataamleukré
    En réponse à : Visite d’Emmanuel Macron au Maroc : Une rupture avec l’usage

    La France est vraiment prévoyante,elle est en train de prépare le terrain pour récupérer un éventuel projet de création d’une monnaie africaine et le tourner à son avantage.
    Pour cela elle a commencé à monter son cheval de Troie pour pénétrer l’espace ouest africaine, et pendant ce temps ,les africains indifférents,la regarde faire.
    Nos élites doivent ouvrir l’œil et surtout le bon.
    "A bon entendeur salut ! "

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 01:08, par Dibi
    En réponse à : Visite d’Emmanuel Macron au Maroc : Une rupture avec l’usage

    Toēenga et Pataamleukré ont vu juste. Et la question qui reste entière est celle-ci : nos bancocrates qui sont au pouvoir en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Burkina-faso ...aidés par les voyous de Lagos et Abuja, et tous missionnés à liquider la souveraineté des Etats de la sous-région et à accompagner la prédation impérialiste et néocoloniale, voient-ils que le Maroc a toujours joué en Afrique le rôle de porte-valise sinon de porte d’entrée et de point d’appui à la Françafrique ? En ce sens, le Maroc a toujours servi de base de sous traitance des intérêts occidentaux et français dans la sous région ouest-africaine.
    Depuis la crise du Congo dans les années 60, c’est la garde prétorienne criminelle de Mobutu, une garde de goumiers marocains, qui a aidé à l’assassinat de Patrice Lumumba. Cette garde assure toujours discrètement la protection rapprochée de nombreux chefs d’Etat du pré carré français.
    En plus d’être une monarchie islamo-absolutiste de droit divin et annexionniste en RASD, ce Maroc là dis-je, a toujours joué les coups tordus en Afrique au profit des Français et des Occidentaux. Que ces Etats qui se disent Magrébins c’est-à-dire non-Africains mais Arabes Sud-européens globalement racistes, négrophobes et hostiles aux non-musulmans, il est préférable que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, et l’Egypte, s’ancrent dans des Unions arabo-orientales ou arabo-berbères ; et qu’ils règlent avant la question de l’islamisme intolérant et celle amazigh traitée par le mépris d’esclavagistes d’un autre âge ; avant de vouloir intégrer l’Afrique Noire.
    Accepter le Maroc dans la CEDEAO, c’est accepter un cheval de Troie dans la sous-région ; ce qui ne fera que renforcer le néocolonialisme fait de prédations et de privatisations tous azimuths des services publics et secteurs clés des économies nationales.
    Le monarque chérifien et autres groupes de sous-traitants marocains qui sont au service des multinationales françaises, opèrent déjà des accaparements de terres agricoles en Côte d’Ivoire et ailleurs. Et qui a écouté la conférence de presse de Macron à Rabat comprend d’instinct les enjeux stratégiques de cette nouvelle recolonisation de l’Afrique avec l’aide de la monarchie chérifienne et sa bourgeoisie compradore de sous traitants locaux.
    Commandeur des croyants forcément musulmans, le roi chérifien, le sera t-il également en Afrique de l’ouest ?
    Qui osera poser des actes de défiance devant ce monarque absolu sans équivalent chez nous ?
    Son adhésion à la CEDEAO signe la mise sous-tutelle d’un Franc CFA par le Diram du roi et de la Banque centrale royale du Maroc. Nos bancocrates au pouvoir dans la sous-région prennent les Etats et les Nations pour des succursales de banques régionales. Economistes incompétents, ils ne sont pas prêts de mener la lutte pour l’émancipation monétaire comme condition sine-quanone de la souveraineté nationale. Mieux, au lieu de s’échapper de la tutelle monétaire française, ils la renforcent par l’admission à domicile de ce nouvel cheval de Troie qu’est le Maroc.
    Quelle diplomatie oserait soutenir un refus d’adhésion du Maoc à la CEDEAO ?
    Ce n’est certainement pas celle du Sénégal ou de la Guinée ou de la Côte d’Ivoire ou du Burkina-Faso ? Tous des pays tenus par des bancocrates et sous-préfet français ! En plus du fait que pour des raisons de démission médico-sanitaire, toute l’élite pourrie ouest-africaine se soigne dorénavant à Casablanca ou à Tunis. Dans ces conditions, pourquoi se gêner de vider de tout contenu, encore un peu plus, cette coquille vide qu’est la CEDEAO pour le peuples de la sous région ; mais une coquille utile à la pénétration par le viol violent et criminel de nos économie au profit des intérêts du grand capital via le Maroc.
    Na an lara an sara !
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés