Futur dépôt d’hydrocarbures : Somiaga a les faveurs de la SONABHY

Correspondance particulière • jeudi 23 février 2017 à 16h45min

La Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) est à la recherche d’un site pour son futur dépôt à Ouahigouya. C’est dans ce cadre que son directeur général, Gambetta Aboubakar Nacro, a conduit une mission de prospection dans cette ville les 16 et 17 février 2017. Le village de Somiaga (axe Ouagadougou-Ouahigouya) a été identifié comme site potentiel pour concrétiser le projet de dépôt.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Futur dépôt d’hydrocarbures : Somiaga a les faveurs de la SONABHY

D’ici à l’horizon 2020, la SONABHY devra construire trois nouveaux dépôts afin de diversifier le stockage et de sécuriser l’approvisionnement de notre pays en hydrocarbures liquides et gazeux. Les prospections ont permis d’identifier le village de Kikideni à Fada N’Gourma et de Koéna à Kaya, comme sites potentiels des dépôts SONABHY. Ces choix devraient être validés par des sondages et études du sol.

Le troisième futur dépôt devra être bâti dans la région du Nord, dans les parages de Ouahigouya. C’est pourquoi Gambetta Aboubakar Nacro, le directeur général de la SONABHY était en mission de prospection dans cette ville les 16 et 17 février 2017.

Accueillie par Djénéba Sodré, premier adjoint au maire de Ouahigouya, la mission a expliqué le bien-fondé de ce dépôt stratégique qui sera à prédominance gaz butane dans cette zone sahélienne du pays. Pour ce faire, un besoin d’espace de 70 hectares a été exprimé avec comme exigence un terrain plat et accessible. En fait, il est prévu 30 hectares pour le dépôt, 10 hectares pour le parking et 30 hectares pour la cité de la SONABHY.

Djénéba Sodré a salué ce gigantesque projet et déclaré qu’il y a des possibilités pour que sa commune accueille le dépôt d’hydrocarbures.
Un ensemble de sites potentiels avaient déjà été identifiés par les services de la mairie, mais la mission de prospection ne visitera qu’un seul site, celui du village de Lilligomdé sur l’axe Ouahigouya-Titao. Mais il ne retiendra pas l’attention de la SONABHY à cause de l’accessibilité puisque la voie y menant n’est pas bitumée ce qui gonflerait à terme le coût du projet. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Correspondance particulière

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 février à 09:39, par Mamon Yélé
    En réponse à : Futur dépôt d’hydrocarbures : Somiaga a les faveurs de la SONABHY

    Des zones qui vont subir les affres qu’impose SONHABY aux population environnante. des nuisance sociale et environnementales terribles. la disparition de la biodiversité par les émanations gazeuses des hydrocarbures (petits animaux (rongeurs reptiles et insectes) ; les écrasement par les citernes (chèvres, moutons ; chevaux, vaches, ânes cochons des riverains de la voie qui y mènera) SONHABY a décimé une grande partie du maigre cheptels de la zone et cela sans aucune compensation. La réalisation de villas non exploitées (celles de Ballolé sont peu exploité en tout cas) ; de même que les villa construites pour les douaniers.
    Dépravation des mœurs depuis la mise en place des bases vie des entreprises chargées de la construction du site et des voies d’accès (SONHABY a introduit et propagé le SIDA et les IST dans Tanghin Dassouri via les ouvrier, les chauffeurs, les militaires chargés de la garde du site) ;
    Elle est cause de la forte mortalité des personnes âges entre 2000 et 2003 car un incendie effrayant qui s’y est déroulé a paniqué ces pauvres vieux et entraîné par la suite beaucoup de morts subites ou émotionnelles.
    Si les dépôts de SONHABY sont une nécessité, de bonnes études propectives de l’impact environnementale et sociales doivent être réalisés pour que de bons plans de gestion de l’impact environnemental et social, de bon plan de réinstallation et recasement ; de bon plan des gestion de toutes les personnes affectées soient mis en oeuvre. le PGES ne doit pas simplement consister à la plantation de quelques arbre mais surtout à la création des conditions écologiques idoines pour préserver la biodiversité sinon il y aura une dégradation poussé de l’environnement. une analyse diachronique de l’environnement riverain de SONHABY à Tanghin Dassouri montrera, et cela est contatable par tous que l’aridification de la zone a été exponentiel depuis la mise en place de SONHABY.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 15:40, par leregard
    En réponse à : Futur dépôt d’hydrocarbures : Somiaga a les faveurs de la SONABHY

    Les zones choisies sont aujourd’hui exposées aux attaques des terroristes. Pourquoi ne pas choisir 1 ou 2 autres sites soit vers Bobo, Gaoua ou Dédougou ? Cela permettra à la fois que les sites soient répartis un peu partout dans le pays, donc augmentant ainsi la sécurisation du carburant et facilitera la desserte des zones de bobo, Gaoua et Dédougou.
    Je crois qu’en évoquant les maladies (VIH et IST) et la perte d’animaux à cause des accidents, il serait difficile d’implanter toute industrie au Faso. Il y a aujourd’hui de sociétés minières dans toutes les parties du Faso, elles ont attiré massivement des populations donc créé de nouveaux environnements où l’argent coule à flot, entrainant de nombreuses pratiques perverses. Est-ce pour autant qu’il faut fermer les sociétés minières ? je crois que non. Il faut sas doute des mesures d’accompagnement : de grosses campagnes de sensibilisation des populations sur les nouveaux dangers, l’installation de la police, structure de santé et sociales, bref y amener un peu de la ville. On ne pourra jamais empêcher la perversité totalement, amis armer les populations face aux dangers peut aider à diminuer l’ampleur des risques.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 11:13, par OUSSA
    En réponse à : Futur dépôt d’hydrocarbures : Somiaga a les faveurs de la SONABHY

    " D’aucuns dirons que la SONHABY a introduit et propagé le SIDA et les IST dans la zone de Tanghin Dassouri via les ouvrier, les chauffeurs, les militaires chargés de la garde du site" Mais qu’on fasse, une zone pour un tel investissement et un tel développement verra de telles conséquences. Par conséquent les autorités devraient veiller à minimiser ces infection dans ces zones.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés