Grève des transporteurs : L’Union des chauffeurs routiers du Burkina Faso suspend son mot d’ordre

LEFASO.NET | Marcus Kouaman • jeudi 9 février 2017 à 06h00min

Ce mercredi 8 février 2017, l’Union des chauffeurs routiers du Burkina Faso (UCRB) a entamé une grève de 72 heures. Prévu pour se tenir jusqu’au 10 février, cet arrêt de travail a finalement été suspendu.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève des transporteurs : L’Union des chauffeurs routiers du Burkina Faso suspend son mot d’ordre

C’est par une correspondance en date du 10 janvier 2017, que le Secrétaire général de l’URCB, Brahima Rabo, a informé le ministre en charge des Transports d’un préavis de 72 heures de grève à compter de ce mercredi 8 février. Mis à exécution, ce mouvement d’humeur des chauffeurs des poids lourds est une protestation contre la recrudescence des tracasseries et des rackets sur les corridors routiers. Ainsi que la non-extension de la convention sectorielle des transports routiers signée en décembre 2011.

Pour ne pas se laisser prendre au piège comme les années antérieures par cette grève, les habitants de Ouagadougou, ainsi que ceux des autres villes du pays ont pris d’assaut les stations d’essence. Toute la journée du mercredi 8 février, l’on a constaté de longues files d’attente pour se faire servir en carburant. C’était une course contre la montre. Dans la soirée, des stations-services avaient fermé car point de carburant. Elles étaient à sec.

Après des échanges avec le ministère en charge des transports, l’UCRB a décidé de suspendre son mot d’ordre de grève ce jeudi 9 février à partir de 12 heures. Cela afin « de prendre en compte toutes les difficultés liées au processus et de reprendre le service de manière sereine ».

Une information que Issiaka Sigué, Secrétaire général du ministère des Transports a confirmé au journal de 20 heures de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB télé). Selon lui, le véritable problème est relatif aux rackets avec la multiplication des contrôles en partie.

Le gouvernement a donc pris l’engagement de faire le point de l’ensemble des postes de contrôle documentaire sur les axes routiers et de procéder dans un délai d’un mois à leur diminution. Le SG du ministère précise bien que ces postes, ne sont pas à confondre avec les postes de contrôle sécuritaire.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés