Burkina Faso : La rencontre statutaire de l’UNFPA se tient du 30 novembre au 3 décembre 2016

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 30 novembre 2016 à 22h00min

Réunis à Ouagadougou dans le cadre de la rencontre régionale annuelle du management des pays de l’Afrique de l’Ouest et du centre du Fonds des Nations Unies pour la population, des experts de l’organisation vont mener des réflexions stratégiques pour mieux orienter l’action de la région. L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre en charge de la femme, Laure Zongo/Hien.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina Faso : La rencontre statutaire de l’UNFPA se tient du 30 novembre au 3 décembre 2016

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) organise annuellement la rencontre régionale du management des pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Cette rencontre statutaire regroupe les représentants résidents et coordonnateurs résidents de l’organisation dans 23 pays de cette région de l’Afrique ainsi que les chefs de départements régionaux des différents programmes de l’organisation. Cette année, la tradition est encore respectée. Et c’est Ouagadougou qui a l’honneur d’accueillir cette assise du 30 novembre au 3 décembre 2016.

« Il s’agit d’une réunion au cours de laquelle nous allons célébrer nos progrès, mais nous allons aussi discuter des perspectives de 2017, y compris les sommets de l’Union africaine prévus en 2017 sous le thème : tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », a déclaré le directeur régional de l’UNFPA, Mabingue Ngom. C’est également une occasion pour les participants de définir la contribution de la région au nouveau du plan stratégique de 2018-2021 de l’organisation. Ce plan stratégique prendra en compte les différents secteurs d’intervention de l’organisation. Il s’agit notamment du renforcement des capacités des jeunes et le développement de leur potentiel, l’autonomisation des femmes, la gestion des données de population et la prise en compte de la santé sexuelle et reproductive dans les systèmes de santé des pays, entre autres.
Sur le plan régional, cet exercice sera lié aux actions pour assurer la capture du dividende démographique et la réalisation des objectifs du développement durable à l’horizon 2030 et aussi l’agenda 2063 de l’Union africaine.

La rencontre de Ouagadougou se tient dans un contexte international difficile, selon M. Ngom. « Les ressources deviennent rares. Aussi, l’Afrique est en train d’être confrontée à une crise de la jeunesse tout simplement parce que la croissance démographique est insoutenable », a-t-il indiqué. En effet, la population de l’Afrique est passée de 170 millions d’habitants à la veille des indépendances à plus d’un milliard. Avec une population qui double pratiquement tous les vingt ans, le nombre des jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi sont sans aucune perspective, des dires du directeur régional de l’UNFPA. Cette situation, à son avis, n’est pas due à l’absence de politiques publiques de création d’emplois, mais à une croissance démographique très forte qui, selon lui, absorbe les efforts d’investissement publique. Du coup, cette rencontre sera mise à profit, dira Ngom, pour « réfléchir sur le concept de dividende démographique, sa mise en œuvre effective y compris comment contenir la croissance démographique ? Et comment le faire dans un environnement fiscal difficile tant pour le pays qu’au niveau international ? ».

Cette assise a été fortement saluée par le Ministre en charge de la femme, Laure Zongo/Hien. Pour elle, l’initiative de l’UNFPA permettra aux experts, partenaires techniques et financiers de se retrouver pour réfléchir et voir dans quelle mesure ils pourront identifier des politiques nationales ou orientations stratégiques afin de bâtir des projets et programmes de développement structurel. Toutefois, a-t-elle concédé, cela passe inéluctablement par la prise en compte du dividende démographique.

Toute œuvre humaine n’étant pas parfaite, la représentante résidente de l’UNFPA, Edwige Adekambi Domingo a dans son mot de bienvenue, demandé aux participants de les excuser pour les imperfections qu’ils viendraient à constater.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés