Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

vendredi 14 août 2015 à 23h28min

Le 24 juillet dernier, le Conseil national de la Transition (CNT) déposait sur la table du gouvernement, une proposition de révision de la Constitution de juin 1991. Une révision envisagée pour, notamment « verrouiller » et « sacraliser » l’article 37, mais aussi pour rétablir un équilibre respectable entre les pouvoirs Législatif, Judiciaire et Exécutif. Et ce, avant les élections d’octobre prochain. Mais trois semaines après ce dépôt, l’on se demande si le gouvernement a effectivement reçu ladite proposition de révision.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

Dans son discours devant ses pairs en Afrique du Sud le 6 août dernier, le président du CNT, laissait entendre en substance que sauf cas de tremblement de terre au Burkina, les élections présidentielle et législatives se tiendront le 11 octobre 2015 comme cela est prévu depuis belle lurette. A ce sujet, le gouvernement ne parle même plus ; il agit, et ne semble agir que dans le souci majeur de respecter cette échéance. On peut donc dire que le Législatif et l’Exécutif sont tous préoccupés par la réussite de ce pari primordial de la Transition.

C’est sans doute ce souci majeur partagé, qui a amené le président du CNT à revoir son exigence de voir adopter avant la fin de la Transition, une nouvelle Constitution emportant le passage à une cinquième République. En effet, après avoir clamé le 30 juillet dernier au sortir d’une visite rendue à la Commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR) que la période de Transition « offre au Burkina un contexte de neutralité institutionnelle et d’équilibre des pouvoirs » favorable à l’adoption d’une nouvelle Constitution, le président du CNT a indiqué dans une interview publiée le 14 août 2015 dans le quotidien ‘’Le Pays’’ que, « Mais il faut être réaliste ». Et de préciser, « La réalité est que l’on ne peut pas passer d’une république à une autre sans un large consensus sur un certain nombre de réformes nécessaires, et les délais, manifestement, ne nous permettent pas la recherche de ce consensus ».

Le peuple burkinabé a besoin d’un Burkina paisible et véritablement démocratique

Mais Chériff Sy semble tenir mordicus à la révision constitutionnelle avant les élections. C’est maintenant, semble-t-il dire, que le gouvernement doit s’attaquer à cet impératif toilettage de la Constitution dont le matériau de base lui a été fourni par le CNT. Et la période d’avant-ouverture de la campagne électorale serait la plus profitable pour son adoption, étant donné que certains députés sont candidats aux législatives et n’hésiteront pas à aller battre campagne. En tout état de cause, il convient de travailler à éviter désormais des velléités de contestation tenant à des questions de quorum, comme ce fut le cas avec les résolutions de mise en accusation des dignitaires de l’ex-régime.

Isaac Zida et son équipe sauront-ils pressé le pas au gré du pouvoir législatif ? Hasardeux de présager. Pour l’heure, le CNT, à en croire son président, « n’a pas encore reçu le feedback du gouvernement », trois semaines après le dépôt de la proposition de révision. En tout cas, un mois nous sépare encore de l’ouverture officielle de la campagne électorale. Et il est à souhaiter que les autorités qui seront issues des différents scrutins à venir, puissent exercer leurs pouvoirs et leurs missions sur la base d’une Loi fondamentale débarrassée des défaillances qui ont été à l’origine des travers et des dérives du régime Compaoré. Le peuple burkinabé a besoin d’un Burkina post-transition paisible et véritablement démocratique.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 août 2015 à 08:27
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Il faudrait au moins demander à tous les candidats aux élections présidentielle et législative de se prononcer sur le projet de réforme de la constitution et, s’ils sont pour, de s’engager à la mettre en œuvre.

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 08:50, par kobis
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Je pense qu’il est à prendre au sérieux !

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 10:57, par JOB
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    CHERIFF SY A PARFAITEMENT COMPRIS QUE NOUS RISQUONS DE SORTIR DU "W.C" POUR NOUS RETROUVER DANS L’....IL FAUT VERROUILLER ET SACRALISER L’ARTICLE 37 DE NOTRE CONSTITUTION ET VEILLER DEFINITIVEMENT A LA SEPARATION DES POUVOIRS. MERCI EXCELLENCE !

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 11:11, par Dedegueba SANON
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Au risque de toujours dire la même chose, c’est que BC nous aura dégouté des longs règnes ou systèmes.Donc on doit non seulement verrouiller pour qu’un individu se s’éternise pas au pouvoir,mais verrouiller aussi pour qu’un groupe politique non plus ne s’accapare pas du pouvoir comme si c’est leur champ familial. On évitera ainsi un "arrangement" à la Poutine. Et peut-être on évitera une hégémonie des "méga partis", parce qu’après tout , la plupart des politiciens sont plus "tubedigestivistes" que convaincus.

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 12:02, par Gerard K. SAVADOGO
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    l’UPC a vendu son ame au diable et pour couronner le tout son SG dit à ce propos à un journaliste qui lui a poser la question "il parait que votre parti reçoit de financement de la part de la famille COMPAORE pour que le MPP n’arrive pas au pouvoir ? Il nie pas mais réponds par "il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis". Erreur vous êtes grillé à jamais mes chers messieurs car nous jeunesse on vous observe. N’importe qui, qui est sorti les 30 et 31 ne peut cautionner cela. Vous aviez juré lors de vos sortis que vos militants étaient dans leur salon les 30 et 31 et que c’est les militants des autres partis comme si on pouvait distinguer les insurgés(surtout le MPP votre obstacle) qui se sont révoltés et bruler les maisons des CDPistes. Attiser la haine entre partis politiques juste pour accéder facilement à kossyam ne peut jamais produire le résultat escompté croyez moi vous n’allez tirer quedal dans cette histoire monté de toute pièces pour diviser les burkinabè et parvenir à vos fins machiavéliques. k même !

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 12:26, par ridi
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Il faut apaiser les cœurs des burkinabè.La mise sous pression du gouvernement et des medias pour une 5 ème République forcée n est pas raisonable.Une SIMPLE revision de la constitution actuelle est suffisante d autant plus que le CNT a déjà plus d une fois adopté des textes qui n ont pas abouti et laisse des doutes.Je me mefie de votre 5 ème republique et peut etre que le gouvernement aussi se méfie de l inconnue 5èmé Republique.

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 16:16, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Sans mettre en cause les propositions de réforme constitutionnelle du CNT dans le fond,elles posent problèmes dans la forme ,tant à vouloir les imposer comme définitives pour adoption par le gouvernement alors qu elles devraient faire partie des contributions ,parmi tant d autres,à soumettre à la commission de réconciliation nationale et des réformes(CRNR) qui a, à son sein, une sous commission réforme institutionnelle et constitutionnelle.Le CNT n a t-il pas rendu visite à cette commission le 30 juillet à cet effet ? Qu attend -on alors de cette sous commission si le gouvernement ne prenait en compte que de celles du CNT avant même que Mgr Ouédraogo et ses hommes ne rendent leurs rapports ? Cheriff SY douterait-il de la compétence de cette sous commission qu il n aurait pas agi autrement,pourrait-on conclure.À moins que ce ne soit du populisme ,tout simplement.

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 17:04, par Xverity
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    L"ambandon apres le depart de Bary

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 19:29, par L’alternateur
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Bonjour chers internautes,
    Depuis le fouet reçu, le CNT et l’actuel gouvernement réfléchi par deux fois avant de poser des actes. Zida est le premier à le savoir surtout après maintes pilori et des detalades forcées auprès du mooro naba pour sauver sa peau, il n’ose pas répéter ses absurdités. La transition et le CNT savent que seul le référendum est l’unique voie pour changer une virgule de notre constitution,. Ce ne sera pas 90 parvenus qui changera quoi que ce soit dans la constitution. Que ce soit clair, ! Seul le référendum tant souhaité par le président Blaise Compaoré est le moyen par lequel nous le peuple souverain tranchera cette question, sinon... nous allons battre le pavé et chasser pour de bon les pyromanes comme Simon, Salif, et Rock périmé.

    Répondre à ce message

  • Le 16 août 2015 à 01:29, par HAROUNA KOUANDA
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    Ma proposition est que si un gouvernement songe a change la constitution est qu’il le fait a l’avantage du peuple parceque le gouvernement fait partis de< NOUS LE PEUPLE>
    Qu’il ajoute un article qui fixe les dates des elections presidentielles " legislatives " et municipals
    Ma proposition
    Presidentiel : Premier dimanche du mois de Novembre
    Legislatives et senatoriel : Premier dimanche du mois de Fevrier
    Municipal : Premier dimanche du mois de Mai
    Que du cote du pouvoir ou de l"opposition que personne , un groupe ou une association ne nous fixe plus les dates des elections.
    Qu’il ajoute un article qui fixe tous mandat politique ou poste politique pour la meme personne et le meme Mandat a exercer deux fois non renouvellable

    Répondre à ce message

  • Le 16 août 2015 à 09:07
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    la constitution proposée par le CNT est un ramassis de bric à brac. si on adopte cette constitution Shérif, en un an le pays va peter. je pense que les acteurs actuels agissent dans la passion et la colère. il faut laisser l’orage passer (cette passion débordante des CNTistes) et nous allons adopter une constitution avec sang froid et dans la reconciliation nationale

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2015 à 00:07, par davidos
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    À vrai dire Chérif SY et ses ouailles ont raison de faire une proposition, mais de la à vouloir précipiter son adoption là, je dis non. Car, ce qui a fait partir Blaise ferait partir n’importe qui qui voudrait toucher à l’alternance démocratique et ce qui va avec dans ce pays. La priorité des priorités à l’heure actuelle, c’est l’organisation d’élections libres démocratiques et transparentes pour permettre au pays de revenir sur le chemin de la croissance et le concert des nations.

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2015 à 19:05, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Proposition de révision constitutionnelle : Que devient-elle au niveau du gouvernement ?

    C’est vrai qu’on ne doit pas se précipiter pour voter une nouvelle constitution sans large consensus, et qu’il y a un vrai problème de calendrier et de financement. C’est vrai aussi que le référendum est mieux que l’adoption par l’actuel CNT.

    Mais il est vrai aussi qu’on doit éviter que le prochain président soit élu avec l’actuelle constitution qui permet de changer l’article 37. Car la prochaine majorité sera libre de faire ce qu’elle veut, et on a vu ce dont les politiques sont capables avec le CDP.

    La solution serait peut être de faire une modification de l’article 37 pour le sacraliser AVANT les élections, et laisser le référendum sur la nouvelle constitution pour la coupler avec les municipales.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés