Tournée du CNT dans les délégations spéciales : Le lotissement, préoccupation majeure à Bama et à Dandé

jeudi 30 juillet 2015 à 23h58min

Conduite par Jean-Hubert Bazié, président de la commission des affaires institutionnelles, de la gouvernance et des droits humains, la mission d’information sur la gestion des délégations spéciales s’est poursuivie le 28 juillet avec les communes rurales de Bama et de Dandé. Une demi-journée d’échanges avec pour principale préoccupation les lotissements.

Tournée du CNT dans les délégations spéciales : Le lotissement, préoccupation majeure à Bama et à Dandé

A Bama ce 28 juillet, les députés du Conseil national de la Transition (CNT) ont été accueillis par des membres de la délégation spéciale de la commune que préside le préfet Aristide Méda. Des députés qui tombaient à pic sur l’un des grands soucis que connait la commune depuis 2008 : celui de l’inondation sans cesse du quartier n°1. Le quartier était en effet, sous les eaux de pluies ce 28 juillet avec à la solde l’effondrement de plusieurs maisons et d’importantes pertes matérielles. Une catastrophe qui a nourri le débat entre députés et délégués. Le quartier n°1, a-t-on expliqué aux députés, est le secteur où sont gardés les fétiches du village. Difficile donc d’abandonner les lieux.

Dans la commune rurale de Bama, les délégués confient être confrontés à nombre de défis, notamment au niveau social, économique et financier. « Notre souhaite est surtout de maintenir les acquis déjà engrangés mais surtout de faire mieux pour consolider ces acquis » a laissé entendre M. Méda. L’accroissement du taux de recouvrement des recettes et l’amélioration de l’accès à l’eau potable sont aussi une préoccupation de la délégation spéciale qui s’active pour leur résolution.

Une bombe à retardement…

La rencontre avec les délégués de la délégation spéciale de la commune de Dandé s’est particulièrement focalisée sur la problématique des lotissements. A entendre des délégués, le problème, si l’on ne prend garde, risque de diviser la population de cette commune. A en croire Jean-Hubert Bazié, le CNT, préoccupé par la vie des délégations spéciales et sur instruction du président Sheriff Sy, a mis des moyens à la disposition de la commission des affaires institutionnelles, de la gouvernance et des droits humains, pour qu’elle aille au contact de ces délégations spéciales. Cela en vue de les interroger sur leurs préoccupations, les succès enregistrés et surtout les difficultés qu’elles rencontrent.

Trois délégations étaient en effet sur le terrain notamment à Fada dans l’Est, à Dori au Nord et enfin à Bobo-Dioulasso à l’Ouest. « Nous avons effectivement écouté les responsables régionaux, les membres de la délégation de la commune de Bobo-Dioulasso, de Bama et Dandé », a-t- il témoigné. Il ressort cependant des échanges que les délégations spéciales ont trouvé des opportunités à travers la transition pour régler un certain nombre de questions. En outre, les approches n’ont pas été politiciennes. Et la rencontre entre les délégués et les populations ont été rendues plus faciles parce qu’elles étaient plus ouvertes, et sans considération politique.
La préoccupation prioritaire et majeure est paradoxalement la suite des lotissements et qui selon Jean-Hubert Bazié est une bombe à retardement. Il faudra donc, suggère-t-il, que les autorités qui viendront prennent les mesures adéquates en ce qui concerne ce problème. La mission parlementaire a aussi retenu la question du financement, la coopération internationale et régionale, et enfin la décentralisation.

Les préoccupations seront présentées à l’exécutif

« Nous sommes des représentants du peuple et notre mission est une mission d’écoute et d’interpellation du gouvernement qui est le bras armé de la gestion du pays », a fait noter le président de la Commission des affaires institutionnelles, de la gouvernance et des droits humains du Conseil national de la Transition. C’est donc dans le souci d’obéir à l’idée de redevabilité vis-à-vis de la population, de recueillir leur sentiment, leur analyse sur la gestion de la chose publique, qu’a été initiée cette mission d’information de laquelle les préoccupations recueillies seront transmises au gouvernement. Les députés CNT promettent d’interpeller les membres du gouvernement sur les problèmes que rencontrent les délégations spéciales à travers les questions orales, avec ou sans débat, mais aussi à travers la mise en place de commissions d’enquête parlementaire. Il faut, ajoute-t-il, absolument créer les sillons d’une bonne gouvernance à travers la participation nécessaire de chaque citoyen.
A la question de savoir pourquoi avoir attendu à deux mois de la fin de la Transition pour mener une telle mission, Jean-Hubert dira que : « Il y avait tellement de choses à faire. Il a fallu voter le budget, voter le code minier, la loi sur le code électoral, la lutte contre la corruption et le projet de modification de la Constitution. Tout cela en moins de 10 mois ». Et de conclure que : « sans prétendre faire un bilan avant terme, le travail qu’on fait est déjà beaucoup, beaucoup plus au regard de certaines législatures ».

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés