Construction de bâtiments au Burkina Faso : Le gouvernement appelle au respect de la règlementation

mercredi 29 juillet 2015 à 23h48min

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Construction de bâtiments au Burkina Faso : Le gouvernement appelle au respect de la règlementation

Le 27 juillet 2015, à Ouagadougou, les professionnels du bâtiment et les acteurs de la chaîne de la construction ont échangé sur les responsabilités des différents intervenants face au phénomène d’effondrement de bâtiments dans les villes campagnes du Burkina Faso.
Cette rencontre a permis aux participants de se pencher sur les facteurs et les conséquences du non respect des normes en vigueur en matière de construction, la sécurité et la qualité des bâtiments.
Le gouvernement salue l’initiative de la Maison de l’entreprise du Burkina qui a favorisé cette rencontre et invite l’ensemble des acteurs au strict respect de la règlementation et recommande à la population à recourir aux services des professionnels et des personnes compétentes en matière de construction.

Le Service d’information du gouvernement

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 juillet 2015 à 09:16, par noonga sida
    En réponse à : Construction de bâtiments au Burkina Faso : Le gouvernement appelle au respect de la règlementation

    Merci pour l’initiative qui somme toute faite s’inscrit dans une approche de prévention des risques de catastrophes. Imaginez les dommages qu’un bâtiment de plusieurs niveaux peut occasionner en s’écroulant subitement !
    C’est bien de se rencontrer, mais il faut aussi compter sur la conscience professionnelle de toutes les parties prenantes dans la construction du bâtiment (techniciens du bâtiment, tâcherons, commerçants de matériaux de construction, vendeurs d’agrégats). Je vais m’attarder volontiers sur les vendeurs d’agrégats : l’appât du gain fait que certains d’entre eux s’adonnent à des pratiques ignobles mettant à risques leurs clients. J’ai été moi même témoin lorsque je cherchais du sable pour la confection de briques pour l’espoir de débuter des travaux sur mon terrain. J’ai trouver les ouvriers en train de mélanger la terre avec le sable qu’ils avaient envoyé soit-disant de manga ou zorgho. En leur posant la question, ils rétorquent que si le sable ne contient pas la terre, on ne peut pas fabriquer des briques avec. Pourtant sur les emballages du paquet de ciment, il est belle et bien mentionné que la garantie de la qualité du travail est conditionnée par l’absence de débris végétaux, de déchets et de terre dans le sable. En outre, il existe également certains tâcherons qui soutiennent cette thèse que si le sable est trop propre, il ne peuvent pas travailler avec.
    Malheureusement, les propriétaires de chantiers (n’étant pas techniciens du domaine) s’abandonnent souvent à ces caprices qui pourtant constituent des facteurs de risques pour leur santé, leur vie
    Bref ! trop de risques surtout avec le snobisme actuel de nos populations qui ambitionnent maintenant construire à niveau pour un souci de rationalisation de l’espace. il faut davantage professionnaliser la vente des agrégats et le techniciens du bâtiment doivent également travailler au respect strict des normes sur toute la chaîne de construction en mettant l’accent sur la qualité, la durabilité et non la quantité qui exposent les populations à des risques dommageables.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet 2015 à 14:53, par ouvrier de 24eme heure
    En réponse à : Construction de bâtiments au Burkina Faso : Le gouvernement appelle au respect de la règlementation

    Le problème de construction est très sérieux au BF. les démarches pour construire sont très chères et longues : achat (chères),mutation, (très très chère), étude architecturale, ingénierie , sol (chère),approbation par labo (chère et longue),matériaux de construction(trop chère),dépôt de dossiers(chère). L’Etat doit alléger certaines taxes et donner des agréments d’approbation a des bureaux d’étude pour encourager les gens a faire de la qualité. C’est bureaux d’étude doivent être une association d’architectes, d’ingénieurs en génie civil, en électricité, en hydraulique...N’oublions pas que les effondrements sont évènementiels mais les plus grands dégâts sont causés par l’électricité (court circuit, incendie avec victimes, presque chaque jours).

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet 2015 à 15:24, par Meta
    En réponse à : Construction de bâtiments au Burkina Faso : Le gouvernement appelle au respect de la règlementation

    C’est vrai que l’électricité crée plus de dégâts même dans les bâtiments administratifs.
    Causes :- les architectes par paraisse refusent de diviser les travaux en lots spécialisés (génie civil, électricité...pour éviter d’avoir a faire a plusieurs intervenants). Les gros œuvres qui bénéficient de ses lots uniques n’ont même pas un CAP en électricité dans leur boite et refusent de sous traiter avec des sociétés d’électricité. On amène un cousin, on impose du matériel de qualité douteuse et une installation hors norme pour pouvoir faire beaucoup de bénéfices. Alors plus jamais un bâtiment de plus de 100 000 000 attribuer à un seul entrepreneur souvent sans agrément technique. Conditionner la création d’un bureau d’étude par une association des spécialistes importants(architecte, ingénieurs génie civil, électricien, hydraulicien, quitte a avoir des parts proportionnées) pour concevoir, contrôler et suivre l’exécution.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés