Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

jeudi 28 mai 2015 à 13h19min

Mercredi, 27 mai 2015, troisième jour des travaux d’exhumation des restes de Thomas Sankara et de ses douze compagnons, la mobilisation des populations est retombée mais, l’intérêt des uns et des autres n’a pas changé d’un cran… De près ou de loin !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

La sécurité à l’entrée du cimetière est toujours de mise. Interdiction totale de s’immobiliser à quelques encablures de l’entrée, quand bien même le passage est ouvert à la circulation. Même ceux qui veulent se jouer les ‘’malins’’ en se perchant sur les murs des concessions voisines sont tout de suite découragés dans leur projet de satisfaire leur curiosité. Le regard des éléments de sécurité est interrogatif, expressif et bien catégorique.

Ce moment de travaux d’exhumation a remis au goût du jour, de nombreux sujets y relatifs. Des objets aussi. On commente. On ‘’commerce’’. Un peu plus loin au nord du cimetière, c’est un petit marché spontané qui est né. Un marché où n’ont droit d’exposition que les objets qui portent sur l’« idole », Thomas Sankara, et les images de l’insurrection populaire (posters, autocollants, journaux, DVD, flyers, etc.).

« Je n’ai pas connu Thomas Sankara mais ce qu’on m’a dit de lui m’a beaucoup marqué. C’est ce qui m’a inspiré la vente des objets à son effigie ou retraçant sa vie. Les posters ou films sur Sankara sont déjà un moyen pour inculquer aux jeunes générations, ce qu’il a défendu comme valeurs. Il y a encore des endroits au Burkina où on ne connaît Sankara que de nom. De même que sa femme. Mais à travers ces objets, ils découvrent le visage de Sankara, et même de sa femme », a expliqué Gilbert Silga, vendeur de ces objets, avant d’ajouter : « Je les vends mais quand je regarde les images, j’ai mal. Mon seul souhait aujourd’hui, c’est qu’on puisse faire toute la lumière sur l’assassinat de ce grand homme et ses compagnons. Qu’ensuite, on puisse réorganiser son enterrement en bonne et due forme pour que nous puissions l’accompagner comme il se doit à sa dernière demeure ».

A l’en croire, depuis que l’idée de l’exhumation a été lancée, il n’y avait jamais cru un seul instant, jusqu’à ce les travaux démarrent effectivement le lundi dernier. Il dit croire maintenant que dans la vie, tout est possible et que « la vérité sur cette affaire n’est plus loin encore ». Il dit souhaiter de tout son vœu que le Burkina ait un autre Sankara ou même plus. Saluant la « combativité » et la « persévérance » de Me Bénéwendé Stanislas Sankara dans le cadre de ce dossier. « Nous avons écouté l’intervention de Me Sankara (mardi 26 mai, ndlr) et nous sommes fiers de lui. C’est un homme de conviction qui s’est donné corps et âme dans la lutte jusqu’à ce jour. Je suis venu en politique en tant que militant d’un des grands partis du Burkina. Mais, ces derniers temps, j’ai ‘’démissionné’’ pour rallier aux Sankaristes parce que j’ai compris que c’est là que se trouve la vérité. Tous les autres ont été avec le régime de Blaise Compaoré. Je crois à un changement vrai au Burkina à partir du moment où le régime de Blaise Compaoré est déchu. Tous ceux que vous voyez ici, tous ces jeunes, personne ne peut dire qu’il n’aime pas Thomas Sankara, quand bien même ils ne l’ont pas connu. Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants », s’est étalé Gilbert Silga avant de recommander : « dans la vie, cultivez la vérité car, elle est un remède. Quand tu es sur le chemin de la vérité, personne ne peut contre toi ».

« Même mort, Thomas Sankara continue de nourrir des gens », fait remarquer un passant au sujet de ce petit commerce. Ici, le ‘’maître’’ des lieux est clair : « seuls les révolutionnaires ont accès à ce lieu ». L’ambiance est aux allures de toutes sortes de commentaires. ‘’On’’ a le CV (curriculum vitae) détaillé des uns et des autres. Des barons du régime déchu aux ‘’hommes forts’’ de la transition. On trace et retrace la vie de Thomas Sankara. On fait et défait le parcours de ceux qu’on estime être ses « ennemis ». A la recherche de coupables, les uns et autres estiment que tous ceux qui ont géré le pouvoir avec Blaise Compaoré doivent répondre. Tous les hommes politiques sont passés au peigne fin, les uns de façon acerbe que les autres. « Thomas Sankara n’est pas vivant, mais il mobilise comme s’il était en campagne électorale. Cela est la résultante de son honnêteté et de son intégrité », fait constater Olivier avant de se révolter qu’on ait « humilié Thomas Sankara plus qu’on n’humilie même son rival », se référant à sa tombe.

L’interdiction d’accès aux cimetières, toujours diversement perçue !

« Cette fois-ci, les choses sont allées pour de bon…et la vérité n’est plus loin », s’est réjoui Hamidou au sujet du processus de l’exhumation. Contrairement à lui, certains préfèrent observer encore la prudence, arguant que « ceux qui sont dans les cimetières ne sont pas des révolutionnaires ».
C’est l’avis M. Tapsoba qui s’est insurgé : « Ce qui me fait mal, c’est qu’on ait interdit nos bouche et oreilles d’avoir accès aux lieux (référence faite aux journalistes). Les voilà assis là-bas (il indexe les éléments de la sécurité), ce sont eux qui empêchent les gens… Au nom de Dieu, si j’avais le pouvoir, j’allais les endormir tous, tout de suite, et rentrer voir ce qui s’y passe. Moi, je n’ai plus confiance à quelqu’un dans ce pays. Sankara est notre idole et on ne doit pas nous empêcher de voir clair dans ce qui s’y passe. On a dit qu’il y a un Français dans l’équipe et cela ne me rassure pas ». Il pousse loin son analyse, lorsqu’un de ses interlocuteurs tente de lui faire comprendre l’interdiction d’accès : « Dis, peuvent-ils empêcher le satellite des USA de suivre actuellement tout ce qui se passe à l’intérieur ? C’est sur nous ils font ça, les USA sont connectés actuellement et suivent tout ce qui se passe à l’intérieur des cimetières. A quoi bon donc de nous empêcher, entre nous ici, pendant que les autres suivent ça de loin ? ».

Sur l’interdiction d’accès au public, certains tentent d’expliquer les bien-fondés aux ‘’frustrés’’. Pour eux, même en temps normal, et dans la tradition africaine, l’exhumation d’une tombe n’est pas populaire ; elle se fait dans la discrétion. « C’est un travail qui est réservé à des personnes averties. On ne permet pas à tout le monde d’avoir accès, de s’y approcher, parce que si certains voient les restes, ils peuvent piquer des crises, des folies ou d’autres maladies incurables. Même les odeurs qui s’y dégagent ne sont pas bien pour l’être humain. Voilà pourquoi on ne permet pas à tout le monde d’avoir accès », a expliqué Salif T.

O.L.O
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 mai 2015 à 13:24, par Kabako
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    Burkinabe de tout bords souvenez vous du message de Tom Sank:intégrité, dignité, travail et responsabilité.
    Regardez dans vos plats aujourd’hui et posez vous cette question :
    - Combien sommes nous a tuer Sankara un peu plus chaque jour ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2015 à 13:45
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    Merci pour ces actes couragés. Mais n’oubliez pas aussi de faire autant pour l’étudiant de médecine DABO Boukary, car jusqu’à présent on ne sait pas là ou il a été enterré. SVP un geste pour soulager sa famille.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2015 à 16:34, par SAMBIGA
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    Sana etre trop mais j’ai le presentiment que la ressurection spirituelle de THOMAS SANKARA marque la mort politique de Blaise Compaore

    Répondre à ce message

  • Le 29 mai 2015 à 11:44
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    Mon type, DABO a été dissout dans l’acide, comment tu veux voir une tombe ? Juste que les commanditaires et exécutants soient jugés, c’est ce que tu peux obtenir. Mais demande à tes camarades du PCVR quand ils trinquaient avec Blaise le soir, est-ce qu’ils lui demandaient des comptes sur cette histoire ? Arrêtez de nous pomper l’atmosphère avec cette histoire de DABO. Et Sessouma Guillaume, pourquoi vous ne parlez pas de lui ? Parce qu’il n’était pas PCRV ? Tchrrr...

    Répondre à ce message

  • Le 29 mai 2015 à 22:49, par Ta Voz du Noble Zinda
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    Franchement, Sam est un grand. C’est comme cela que je l’ appelais. Je crois qu’ il ne va pas se frustrer pour cela aujourd’ hui comme je sais qu’ il est un gars simple mais propre et bien Habillé. Il ne s’ habille pas comme un goujat en plus..On a fait le Lycée Zinda ensemble en Terminale A4, 1983. C’est un vrai philosophe. Il n’a pas étudié la philosophie. Il s’est imbibé de la philosophie. Si tous les dîplomés en philosophie vivaient la philosophie et non le diplôme acquis, notre monde serait meilleur. Merci professeur. Il est vraiment bon. Les belges même l’ ont reconnu et l’ ont employé dans leur université. Le blanc connaît la qualité. Ça ment pas. Toutes mes félicitations, Professeur International. L e masque ne dit pas qu’ il est sorti. Quand il est sorti, tout Dorossiamoussodougou est au courant.Je respecte votre engagement pour le changement social et politique au Burkina -Faso. Un monde meilleur est possible mais cela demande notre implication.Pas au bureau seulement mais aussi sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2015 à 17:45, par SIDBALA
    En réponse à : Cimetières de Dagnoën : « Même mort, Thomas Sankara vaut mieux que certains Présidents vivants »

    N’OUBLIEZ PAS QUE LA REVOLUTION A CONNU BEAUCOUP BEAUCOUP D’INSUFFISANCES.
    Quand en public Sankara venait à enlever le bonnet du chef de TENKODOGO jeter à terre sous le prétexte que personne ne doit porter son bonnet pendant que lui est là, il y a un problème.
    La tradition, quelque les libertés que nous réclamons ne doit jamais être bafouée ce qui est interdit est interdit ; c’est parce que de nos jours la jeunesse n’a aucun repère de la tradition qu’elle est confrontée a beaucoup de problèmes,
    Le contexte de cette révolution n’était pas bien définie, du coup cette liberté qu ’on pensait donner au peuple s’est transformée en ANARCHIE.
    QUANT AUX licenciements abusifs ; ils sont combien les enfants qui ont quittés l’école parce que leurs parents à tord ou a raison on perdu leur emplois.
    Les milliers d’ enseignants licenciés pour fait de grève,
    Sankara a manqué beaucoup de SAGESSE dans ses discours, il disait ce que son cœur voulait entendre , mais pas ce qu’il fallait pour convaincre l’autre. Au dernier moment de sa vie il a compris et il a voulu corriger, mais c’était tard, puisque la révolution s’est invitée dans les casernes ; alors que là-bas C’EST LA FORCE DES ARMES ET NON LA FORCES DES ARGUMENTS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés