Adoption du nouveau code électoral : Le Balai Citoyen Hauts Bassins s’en réjouit

lundi 13 avril 2015 à 16h20min

Déclaration liminaire de la conférence de presse du vendredi 10 avril 2015

Mesdames et messieurs les journalistes,
Chers amis et compagnons de lutte,
Chers Cibals et Cibelles de la ville de Sya

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Adoption du nouveau code électoral : Le  Balai Citoyen Hauts Bassins s’en réjouit

Avant tout propos, nous tenons à vous remercier pour l’accompagnement dont notre mouvement a bénéficié de votre part depuis sa création. Merci pour votre engagement à faire du Burkina Faso une société juste et intègre dans un Etat de droit démocratique.

Chers hommes et femmes de médias,
L’actualité politique nationale est marquée ces derniers jours par l’adoption de la loi modificative du code électoral le 7 avril dernier. Comme vous le savez, cette nouvelle loi prolonge la liste des catégories de personnes inéligibles aux élections, du moins pour les élections mettant fin à la Transition. Ainsi, tous ceux qui ont soutenu ouvertement le projet de loi anticonstitutionnelle de la révision de l’article 37 sont frappés par cette nouvelle loi. Le Balai Citoyen salue l’adoption de cette loi. Il se réjouit que les députés du CNT aient, à la suite des membres du gouvernement, entendu le message du peuple. Le peuple insurgé d’Octobre attendait depuis cinq mois qu’une mesure forte soit prise pour signifier aux négationnistes de tous poils que leur forfaiture qui a entrainé la mort d’une trentaine de Burkinabè ne saurait rester impunie. Pour honorer la mémoire de nos Martyrs tombés à Bobo-Dioulasso, Ouagadougou, Ouahigouya et partout sur le territoire national, nous devons, de jour comme de nuit, traquer l’impunité sous toutes ces formes. C’est pourquoi, après l’adoption de la loi électorale frappant d’indignité politique temporaire une partie du personnel politique, nous exhortons les autorités de la Transition à aller encore plus loin en traquant les biens mal acquis et à traduire leurs faux propriétaires devant la justice. Nous sommes également à l’écoute de la suite à donner aux plaintes déposées par les familles des victimes de l’insurrection et de toutes les autres plaintes visant les anciens barons du régime Compaoré.
Mesdames et messieurs les journalistes
Ces différentes actions réclamées par notre peuple sont décriées par les reliques du régime déchu. Pour s’y opposer, ils ont décidé de mener des actions de déstabilisation de la Transition. Ils ne cachent plus leur jeu. Nous leur disons MERCI pour cette si rare franchise. Cependant, ils doivent savoir que la magnanimité du peuple a une limite. L’inclusion ne saurait en aucun cas signifier l’impunité. Si c’est cela leur entendement, alors, leur retrait des organes de la Transition est un bon débarras pour notre peuple que n’a que trop souffert de ces entourloupes politiques.
Pour barrer la route à tous les négationnistes, tripatouilleurs impénitents des constitutions, nous appelons tous les démocrates, patriotes, tous les cibals et cibelles d’ici et partout au Burkina et à l’extérieur, à rester vigilants, mobilisés et déterminés.
La lutte de notre peuple se poursuit. Elle a gagné en intensité les 30 et 31 octobre 2014, obligeant le régime oppresseur de Blaise Compaoré à débarrasser le plancher. Il nous reste à balayer et nettoyer tous les débris qui y demeurent pour le bien de notre peuple. C’est la seule façon de reconstruire un Etat de droit véritable. C’est la seule voie qui mène vers une gouvernance vertueuse, porteuse des fruits du bonheur pour notre peuple.

Mesdames et messieurs les journalistes,
Par cette conférence, nous voulons rassurer également les populations de la belle et engagée ville de Sya de la bonne santé de notre mouvement et aussi féliciter ces hommes et femmes de Bobo-Dioulasso qui ont lutté farouchement pour renverser le système oppresseur de Blaise Compaoré !
Nous profitons de cette tribune pour soutenir les blessés et surtout saluer la mémoire des Martyrs de cette insurrection qui a endeuillé des familles dans la région.
Depuis un moment en effet, des publications sur la toile et dans les médias font état d’une crise au sein du Mouvement le Balai Citoyen. Sans vouloir minimiser ce qui se passe au sein du mouvement, car nous savons que cette situation affecte beaucoup de sympathisants dans la ville, nous tenons à rassurer que cette situation est la conséquence du fonctionnement normal de notre mouvement. Des membres de la coordination régionale ont violé les textes du Balai Citoyen et ils en ont été exclus. Ce sont notamment Diakité Alexandre Kaba et Dao Serges. Nul ne saurait être indispensable dans le mouvement. Ces derniers, déçus de la décision de la coordination nationale, orchestrent une campagne de dénigrement du Mouvement.
A court d’arguments pour se défendre, c’est le discours régionaliste tendant à opposer Ouagadougou à Bobo-Dioulasso qui est malheureusement servi au public. Une vision que nous combattons fermement. C’était le cas quand l’ex-maire Salia Sanou avait traité certains responsables de notre mouvement d’étrangers lors de l’action pour l’éclairage de la RN1 en juillet 2013. Quel Cibal ou Cibelle sérieux peut tomber dans ce même travers régionaliste et espérer continuer la lutte au nom du mouvement ? Nous disons que c’est même trahir l’esprit de cette ville que de surfer sur cette fibre parce que Bobo-Dioulasso a toujours été une ville d’accueil, une ville cosmopolite, une ville hospitalière où des hommes venus d’horizons divers vivent ensemble. Ville carrefour, elle a enseigné et continue d’enseigner la culture du partage, de la générosité, de la sagesse, en somme de l’humanisme. Nous voulons nous inspirer de ces valeurs pour construire notre Faso, l’héritage que nous ont laissé les grands hommes et femmes de cette région à l’instar de Guimbi Ouattara et de Ouezzin Coulibaly, pour ne citer que ces deux-là. Bobo-Dioulasso, c’est aussi la ville qui a accueilli Thomas Sankara pour ces études secondaires au Lycée Ouezzin Coulibaly dans les années 60. Elle a forgé en lui toutes les valeurs citées plus haut, ce qui nous permet aujourd’hui de réclamer avec fierté notre filiation de pensées et d’actions avec ce grand homme. Il nous appartient alors, en tant que jeunes, de travailler à mériter chaque jour leur admiration de là où ils sont.

Pour y remettre de l’ordre, nous avons décidé au niveau de la coordination nationale, comme nous le confère notre charte, de dissoudre la coordination régionale de Bobo et de confier la gestion des affaires courantes à une équipe restreinte en attendant la mise en place d’une nouvelle coordination au niveau régional.
Tout en réitérant nos remerciements aux populations, aux OSC’s partenaires, aux médias, aux anciens et sages de Sya pour l’accompagnement dont a bénéficié le mouvement depuis sa naissance, nous tenons à rassurer l’opinion nationale et internationale que le Balai Citoyen est un et indivisible.

Pour la Coordination nationale
Les porte-parole

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés