L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

jeudi 2 avril 2015 à 12h18min

Il y a dans ce pays, des gens qui jouent des pieds et des mains pour faire échouer la transition. Ils font de la résistance, croyant, par leurs manigances, entraver la bonne marche de la révolution en cours. Fait partie de ces milieux réactionnaires, mon voisin de quartier, inspecteur de l’enseignement de son état. Jugez en vous-mêmes !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

Depuis hier je sentais qu’il voulait me dire quelque chose. Mais, il ne savait pas par quel chemin passer pour me le dire, sans subir ma colère. Puis, ce matin, il s’arma de courage et m’apostropha, sur un ton empli de crainte : « Voisin, la rentrée des classes du 3è trimestre c’est pour le 1er Avril. Mais je constate que vous n’avez pas encore rejoint votre poste. Y a-t-il une raison particulière qui explique cela ? »

Il n’en fallait pas plus pour que ma potasse bouillonnât du fond de mon être pour surgir dans mes yeux qui devinrent tout rouges. Pour qui se prend-il celui-là ? Parce qu’on est inspecteur, on s’arroge maintenant le droit de régenter la vie des autres ? Je ne lui ai même pas laissé le temps de retrouver son souffle, après son discours insipide. Je lui ai répondu du tic au tac ! « Y a quoi ? Est-ce que je relève de ta circonscription ? C’est toi qui me paie à la fin du mois ? Fous le camp ! N’importe quoi ! »
Non, mais ! Il faut parfois dire la vérité à certains quoi ! Quel malappris !
Est-ce ma faute si le gouvernement a voulu nous faire un poisson d’avril en fixant le 1er avril comme date de retour en classe ? De surcroit un mercredi, veille de jeudi, avant-veille de vendredi lui-même veille de samedi qui annonce dimanche, jour du seigneur et de pâques. Jour de pâques dont le lendemain, lundi, est férié ?

De toute façon, pâques ou pas, nul ne viendra changer mon emploi du temps, immuable depuis de longues années maintenant. Le voici : Départ, le lundi à 7h30 pour l’école (située à 25 km de mon lieu de résidence), arrivée autour de 8h30, retour en ville le mercredi à 17h. Le jeudi n’est pas un jour de classe, le vendredi, lui, est carrément enjambé, le samedi n’est pas un jour de classe normal non plus et le dimanche, les guerriers se reposent. Et on reprend encore le même processus, le lundi.

Beaucoup de gens font ça et c’est moi seul que toi, tu veux sermonner ? Parce que nous sommes en transition ? Vas sermonner tes enfants ! C’est eux qui mangent chez toi.

Je n’ai pas utilisé le même ton que lui ! J’ai crié afin que sa femme, du fond de leur maison, sache que son mari, qu’elle croit respectable, est en fait un vaurien de la pire espèce. Un jaloux patenté. Et elle m’a entendu, je vous assure !
Coupé court dans son élan moralisateur, notre ami, « môssieur l’inspectaiiir », n’a pu que secouer la tête et enfourcher sa yamaha100, direction ses bureaux. Il passera une bien mauvaise journée, c’est sûr. Tant pis ! Quel casse-pieds !

Contrairement à cet emmerdeur, mon chef de circonscription sait que je suis un dur à cuir, un révolutionnaire. Il a osé un jour me proposer d’aller ouvrir une nouvelle école sous paillottes et d’en être le directeur.

PAILLOTTE ! Ce mot me révulse. J’ai passé tous mes cursus primaire et secondaire dans des écoles sous paillottes. Je n’accepterai, pour rien au monde, enseigner dans de si dégueulasses conditions. Pour que des mauviettes en sortent et peut être, deviennent un jour, eux aussi, des enseignants pour m’égaler et me narguer ? Jamais ! Lui ai-je répondu.

Pour m’appâter, il m’avait dit que dans la nouvelle école, il y avait un logement de grand standing pour chaque enseignant : 3 chambres-salon-douche-cuisine. Il avait prétendu que mes enfants s’y épanouiraient mieux, du fait du grand espace disponible, à l’opposé du « chambre- salon » dans lequel nous sommes confinés, en ville.

Mais, je ne suis pas bête là. Si j’acceptais, on me couperait mes indemnités de logement. Alors que c’est le quart seulement de ces indemnités qui servent à payer mon loyer en ville. Et je profite du reste à ma guise.

Conditions de vie meilleure, avait-il pensé ! Il y a vraiment des tarés dans notre milieu ! Je préfère encore « mon chambre-salon ». Même si certaines nuits, nous sommes obligés d’administrer des somnifères à bébé qui refuse d’aller rejoindre ses ainés au salon, alors que papa et maman veulent se voir « très très au sérieux ».

J’imagine déjà les ulcères d’estomac que mon voisin aura quand, dans quelques jours, il me verra plus souvent en ville, en train de mener tranquillement mes activités politiques. Les élections, c’est pour octobre et seuls ceux qui n’ont aucun esprit d’anticipation attendront ce mois pour tourner et faire connaitre leur parti. Il me faut donc être là afin que nos leaders me remarquent et surtout, remarquent mon engagement au service de notre idéal. C’est pourquoi, je serai de toutes les sorties afin que l’évocation de mon nom seul suffise pour que le président du parti m’inscrive sur la liste des députables.

Comme vous l’avez si bien deviné, je veux être député et cela nécessite des sacrifices. C’est pourquoi, j’ai dû quitter mon ancien parti. Par ces temps qui courent, il ne fait pas bon s’afficher sous la bannière des temps anciens. Surtout avec cette loi en gestation au CNT, visant à exclure des prochaines élections tous ceux qui ont, de façon ouverte, soutenu le projet de modification de l’A37. J’ai donc bien fait de bruler les T-Shirt qui me restaient et de migrer dans un autre parti, pour me faire oublier.

Bien que j’aie soutenu de façon plus que ouverte ladite modification, je sais qu’il sera très difficile de débusquer tous ceux qui l’ont fait. A moins de sanctionner un certain nombre de gens de façon symbolique. Et dans ce cas, pourquoi un blâme symbolique de la nation ne suffirait-il pas ? De toute façon, moi je suis sauvé. Mon nouveau parti se chargera de me protéger, afin de profiter de ma capacité de mobilisation.

Si je suis élu, et je le serai, finie cette corvée qu’on appelle enseignement. Je vais me tailler une belle villa à la hauteur de mes ambitions. Et je quitterai ce trou à rat que je partage avec cet aigri d’inspecteur. Je rejoindrai la haute classe. Et à nous la belle vie !

Député, j’aurai certainement aussi les moyens d’inscrire mon petit dans cette école huppée de la ville dont tout le monde vante l’amour du travail bien fait et l’esprit de sacrifice des enseignants. Là-bas, la ponctualité est une vertu et l’absentéisme y est vu comme un crime. Ca me coutera cher en frais de scolarité, il est vrai. Mais il n y a rien sans rien. Je ne regarderai pas à la dépense.
L’avenir de mon enfant est bien plus important que ce sacrifice.

BARRY Pathé
Enseignant à Kaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 avril 2015 à 12:56
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Tu es formidable

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 13:20, par YIRMOAGA
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Je connais à présent le visage caché dans la photo ? C’est pas le Boss ? RMCK ? ça ne peut être que lui. Pas député, mais PF.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 14:00
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Sacré BARRY. On devrait faire un compil de tes humeurs. L’élucubreur de la page 6 de Nakibéogo a désormais un adversaire de taille. Il gagnerait à laisser ses maitres de Mossi tranquilles et éviter de trop prendre le Gnantoro. Sinon....le Peulh de Kaya va le terrasser mal mal. Enfin, même si lui n’élucubre pas. J’ai peur que ce Samo ne me traduise devant les tribunaux pour usurpation de titre au profit de BARRY de Kaya. Mais il est formidable ce Barry. Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 14:09, par Taoufik
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Bref, même les plus idiots se permettent de trouver les mauvais exemples chez les enseignants. Je plains notre pays. Toute proportion gardée je parie que les enseignants ne sont pas les mauvais fonctionnaires. Il y en a plein d’autres qui, non seulement ne travaillent pas comme les enseignants , mais en plus ils volent et pillent l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 14:30, par biriki
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Joli écrit ! En ces temps de transition, un peu d’humour ne fait pas de mal. Merci Pathé !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 14:49, par Burkinbi
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Bonjour,
    En plus c’est la réalité !!!
    Il faut du vrai changement dans ce Pays.
    Le peuple n’est pas dupe et saura faire le bon choix !
    Nan lara an sara !
    La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 15:06, par Djaly
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Bien beau cet écrit qui met à nue toutes nos nouvelles tares socio-politiques.
    Il ne te manque plus que la "Guigui" pour te faire appeler Monsieur Megd’Alors du Journal du Jeudi.
    Bien pathétique cependant !
    Mon cher Barry, tu ne veux pas plus enseigner, alors démissionnes simplement ; alors tu pourras te vanter d’être révolutionnaire. Sache que quand tu passais ce concours (tu n’avais sûrement pas du niveau à autre chose), tu savais à quoi tu te risquais. D’autres personnes exercent dignement cette profession, notamment ceux qui enseigneront ton petit rejeton. Pour l’instant, tu n’es qu’un opportuniste camoufflé derrière la gourmandise politique de certains partis politiques qui n’ont en réalité aucun projet de société véritable.
    Tu vas peut-être te rêveiller bien plus tard et derrière ce pseudonyme te retrouver dans ton même logis, avec ton même voisin vaurien (il ne t’a pas enlevé une bonne partie des dents qui te restent de ton potasium ventral lorsque tu l’as insulté), exerçant sous une école à paillote, et sans indemnité de logement.
    Amicalement.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 15:37, par Abdoul
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Bravo ! Avec des agents comme vous, je suis sûr que l’émergence tant attendue est pour bientôt. Peut-être même avant : Dans ...une éternité !!!! Bonne campagne mon frère.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 15:43
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Toi Barry là, tu es vraiment un mauvais type quoi ! 1) Tu travailles de lundi à mercredi et tu te fais payer le reste des jours de la semaine ; 2) tu ne dépenses que le 1/3 de tes indemnités de logement et tu dînes le reste (c’est pas du vol ça ?) ; 3) tu cries sur un inspecteur devant sa femme qui croyait qu’il était garçon, c’est pas une incitation au divorce ça ? ; 4) tu as ouvertement supporté l’A37 et maintenant tu brûles tes tee-shirts de l’ancien parti pour te cacher, ça c’est pas tricherie ? 5) et le comble, tu administres des somnifères à bébé parce que papa et maman veulent "se voir très très au sérieux", sachant que ça peut jouer sur son cerveau, c’est pas un crime ça ? toi tu seras dépité et non député, mal type comme ça ! De gré ou de forme, tu iras enseigner sous les paillotes.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 16:03, par valentik
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    bravo pathé ! tu sera deputé : je verrai personnellement le president du parti ; mais fait un choix utile ; si tu va chez ceux qui ont un esprit revanchard dont a fait cas mon grand frere ZIDA lorsqu’il a sifflé ce 1er avril la fin de la recreation et qui creer les partillons sous l’effet de vertiges et de l’incredullité manifeste de la perte de pouvoir tu sera decu ; il faut aller chez ceux qui ont eu le courage de leur opinion et qui ont claqué la porte a bilaise et a ses vallets depuis janvier ;, alors je me chargerai personnellement de ton dossier pour que soit le conseiller special du president cumulativement deputé a l’assemblée Nationale

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 16:23, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Merci Mr BARRY pour votre belle inspiration. Bien dit et bravo à vous. Une folle course pour la création des partis politiques s’est installée au Cher Faso depuis Février 2015 après la fuite de leur "dieu" dans sa belle famille. Les anciens paroissiens de la modification de l’A37 se précipitent pour créer leurs églises"Parti-Association" pour être au GRAND RENDEZ-VOUS DU 11 OCTOBRE 2015 et demandant à leur "dieu" à Yamoussoukro de les bénir.

    On va voir tous les Acrobates-Candidats aux élections 2015.

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 16:27, par VERITE N°2
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    "Monsieur Monsieur", c’est ainsi que je vous appelais quand vous étiez mon maître d’école du primaire en classe de CE1.Je ne veux pas vous causer maintenant mais je tiens à vous informer que c’est à cause de vos raisonnements ’’bidons’’ que j’ai échoué l’école et me voilà aujourd’hui petit mécano de Ouagadougou.Monsieur BARRY,enseignez bien mes frères et sœurs pour qu’ils réussissent au lieu de faire de la politique.Je vous lis toujours,mais l’heure est arrivée maintenant de te dire un mot. Peace avec ma clé de molette !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 17:09, par yé !
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Pathé,
    tu ne seras pas député. Tu ne seras pas maire. Tu ne seras pas conseiller municipal. Tu seras rien. Car comme tous ceux qui parlent deux fois plus qu’ils n’écoutent (alors que tu as une seule bouche mais deux oreilles - pour écouter deux fois plus que tu ne parles), tu n’as pas attendu d’entendre la suite de ce que l’inspecteur voulais te dire. Tu as réagi trop tôt. Car ton inspecteur est lui même déjà engagé dans le parti. Il est en cachette le chef de la sous-section du quartier. Il voulais juste savoir si tu es "recrutable". Son "ton empli de crainte" venait du fait qu’il craignait que tu sois déjà d’un autre parti et que tu découvres son secret. Maintenant que tu l’as rabroué devant sa femme - Oh crime suprême ! - tu ne seras sur aucune liste du quartier. Et il traqueras ton nom sur toutes les listes de parti. Tu as intérêt à ce que son parti ne gagne pas. Car autrement, tu n’échapperas pas à l’école sous paillote et au "3 chambres-salon-douche-cuisine". Il y veillera personnellement, crois-moi...

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 18:15, par lagitateur
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Bel essai Mr. Barry. C’est un écrit très philosophique. Du courage à vous tous enseignants qui écumez nos villes et campagnes pour distiller le savoir à nos chers morveux au caractères dissonants et parfois mal éduqués. Continuez la bataille, restez digne et évitez les raccourcis et le caractère de l’enseignant que dépeint Monsieur Barry. Merci et bon courage à vous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 21:44, par Pathé
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Héee ! Djaly ! Toi même lààà !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 08:43, par Wendsom
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    En lisant quelques commentaires à la suite de cet article j’ai l’impression que que beaucoup de lecteurs non rien compris du sentiment réel qui anime l’auteur. Il faut comprend qu’en réalité il dénonce des faits et pratiques réelles mais condamnables qu’il constate dans la société. Il écrit à la première personne comme si c’est lui-même qui fait ces actes répréhensibles mais en réalité il les dénonce et les condamne vigoureusement. C’est une façon de décrire comment se passent les comportements vicieux et nuisibles à la société afin de les combattre par la seule arme à sa disposition, à savoir la plume. Bravo à lui par sa maitrise ce figure de style. Courage ! la lutte continue !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:07, par yeswedidit
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Mr Barry a fait cet ecrit juste pour nous faire rire et voila qu’il ya des cons qui l’insultent.....vous ne connaissez pas ce que ca veut dire humour ???????

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 10:40, par ibrahima sanon
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    S’il vous plait soyons sérieux depuis quand un peul peut se présenter à une législature sans se référer à ses chefs ,car c’est à ces derniers qu’il doit leur venue en ville.salut jeune homme.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 11:13, par Legourdin
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    Simplement magnifique. bravo et surtout du courage

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 17:02, par Lao Tseu
    En réponse à : L’humeur de Pathé Barry : Je serai député

    très comique....merci le faux peulh

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés