Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

Déclaration • lundi 9 février 2015 à 22h01min

Dans cette déclaration commune, les partis de l’ancienne majorité, du Front Républicain et des partis alliés, rejettent les propositions de dissolution de certaines formations politiques et d’inéligibilité de leurs membres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Propositions de dissolution de certaines formations  politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

Depuis plusieurs mois des voix s’élèvent dans certains partis de l’ex opposition et parmi les organisations dites de la société civile pour réclamer la dissolution du CDP et l’inéligibilité des dirigeants de l’ancienne majorité politique pour les prochaines élections présidentielles, législatives et municipales. Les motifs invoqués à l’appui de cette revendication sont variés. Pour les uns, celle-ci serait fondée sur l’application de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance, adoptée par l’Union Africaine le 30 Janvier 2007. Pour les autres, il s’agit tout simplement d’achever l’œuvre de l’insurrection, en détruisant systématiquement tout ce qui peut subsister des forces politiques qui symbolisaient ce qu’ils appellent " le régime Compaoré".

Ce projet d’éradication vise en premier lieu le CDP, mais aussi tous les autres partis de l’ancienne majorité et du Front Républicain et sans doute, pour faire bonne mesure, toutes les formations qui n’étaient pas affiliées au Chef de file de l’opposition. En somme, toutes les formations qui ont commis le "crime" politique de considérer que, face à la polémique que soulevait l’idée de la modification de l’article 37 de la Constitution, on pouvait consulter le peuple par référendum, en se conformant aux procédures prévues à ce effet par notre Loi fondamentale.

La récente crise survenue entre le Premier Ministre de la transition et le Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) a servi de prétexte aux partisans divers de cette mesure extrême pour réitérer leur demande, avec un surcroît de véhémence.

Après le mouvement des Jeunes du MPP, c’est maintenant le tour d’autres responsables d’organisations para politiques qui, d’une même voix, exigent le démantèlement du RSP, la dissolution du CDP et de ses alliés, ainsi que la mise à l’écart du processus électoral, voire l’arrestation pure et simple des dirigeants de ces formations et leur traduction devant des juridictions d’exception à créer. Parmi ces voix, celle de M. Luc Marius Ibriga, dont on ne sait s’il parle en sa qualité de Contrôleur Général d’Etat (qui lui impose une obligation de réserve), ou d’activiste politique.

Les partis politiques signataires de la présente déclaration expriment, avec la plus grande vigueur, leur opposition ferme et résolue à cette manœuvre d’intoxication de l’opinion nationale et internationale.

1 - Sur l’implication dans la crise du RSP.

Comme ils l’ont affirmé à de multiples reprises, ni le CDP, ni aucun des autres partis de l’ancienne majorité, ou du Front Républicain n’est impliqué de près ou de loin dans le différend qui a opposé récemment le Premier Ministre à certains membres du Régiment de Sécurité Présidentielle. Bien qu’il soit, apparemment de caractère corporatiste, nos partis souhaitent que ce litige, qui met en jeu, manifestement, la stabilité des institutions provisoires du Burkina, trouve une issue durable, afin que des élections ouvertes à toutes les forces politiques, sans exclusive, soient organisées suivant le calendrier prévu. Seuls ces scrutins permettront à notre pays de disposer d’institutions véritablement démocratiques, pour peu qu’ils se déroulent dans les conditions de liberté, d’égalité et de transparence prescrites par la Constitution et par les lois électorales en vigueur.

Concernant la question spécifique de l’organisation et du fonctionnement du RSP, nos partis considèrent qu’elle doit être traitée dans le respect des règles et des usages militaires, sans interférence politique, avec le souci primordial de préserver la cohésion, l’unité et l’efficacité de notre armée nationale. Dans un contexte pré-électoral comme celui de la transition, il n’appartient pas aux partis politiques, ni à leurs affidés de décider la réorganisation des forces de défense et de sécurité, au risque de perturber le fragile équilibre des institutions de notre pays. C’est pourquoi nous sommes d’avis que tout projet tendant à engager une réforme globale du statut et des missions du RSP doit être différé pour être conduit par les institutions qui seront démocratiquement désignées, au terme de la transition.

2 - Sur la violation des dispositions de la Charte Africaine.

Nos contempteurs n’ont de cesse d’invoquer les dispositions de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance pour justifier leur intention d’obtenir la dissolution de nos partis et l’inéligibilité de leurs dirigeants. Nous invitons nos compatriotes à ne pas se laisser abuser par ces fadaises. Examinons ensemble, sereinement, les textes qui fondent prétendument leur réclamation.

Ils prétendent qu’en se déclarant favorables à l’organisation d’un référendum sur la modification de l’article 37 de la Constitution, nos partis ont violé les dispositions de l’article 23 de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance. Ce texte dispose que

" Les États parties conviennent que l’utilisation, entre autres, des moyens ci-après pour accéder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstitutionnel de gouvernement et est passible de sanctions appropriées de la part de l’Union :
- Tout putsch ou coup d’Etat contre un gouvernement démocratiquement élu...
- Tout amendement ou toute révision des constitutions ou des textes juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique. "

Faut-il le rappeler, le projet de modification de l’article 37 de la Constitution, soumis à l’Assemblée Nationale, consistait à porter la limitation des mandats consécutifs du Président du Faso de 2 mandats à 3 mandats. En outre, il prévoyait d’inscrire cette nouvelle limitation parmi les dispositions intangibles de la constitution. Certains partis, tout en déclarant leur opposition à cette réforme, avaient admis le principe qu’elle puisse donner lieu à un référendum.

Avons-nous, ce faisant, fomenté un putsch ou un coup d’Etat contre un gouvernement démocratiquement élu ? La réponse évidente est non.
Avons-nous porté atteinte aux principes de l’alternance démocratique, en décidant de consulter le peuple par voie de référendum sur l’adoption de ce nouveau régime de limitation du nombre des mandats présidentiels ? La réponse est non. Parce que rien dans notre Constitution, ni dans la Charte Africaine susmentionnée, ni dans aucun autre texte applicable à cette situation n’interdisait de le faire.

C’est pour cette raison, au demeurant, que la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, interrogée sur cette question, avait déclaré que les États membres avaient la latitude de modifier les règles constitutionnelles relatives à la limitation du nombre des mandats présidentiels, dès lors que cette révision était opérée dans les conditions et suivant les procédures prévues par leurs lois fondamentales.

L’article 10, paragraphe 2 de la Charte précise à cet égard que :

" Les États parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum."

Contrairement à ce que certains veulent faire croire, cette disposition ne signifie pas qu’il faut réunir un consensus préalable de l’ensemble de la classe politique nationale avant d’engager une telle procédure de révision. Ce serait absurde, parce que cela contredirait la règle la plus élémentaire de la démocratie, qui est que face à un choix de société, on vote, avec comme conséquence que la décision de la majorité s’impose à la minorité. Ce que veut dire le paragraphe 2 de l’article 10, c’est précisément que le "consensus national" peut trouver sa traduction à travers le référendum.

Tout ceci est une question de bon sens. Toute autre interprétation de ces dispositions relèverait d’arguties destinées à masquer l’inanité des prétentions de nos adversaires qui, redoutant d’affronter le suffrage des électeurs, veulent tronquer le vote du peuple burkinabè, sous le couvert d’un mouvement insurrectionnel perpétuel. L’heure de la vérité démocratique, celle du choix authentique du peuple burkinabè sonnera le 11 Octobre 2015.

Pour manifester notre bonne foi dans ce débat, nous invitons nos adversaires à aller jusqu’au bout de leur logique. S’ils considèrent, de bonne foi, que nos partis et leurs dirigeants ont violé les règles de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance, qu’ils engagent des poursuites contre eux devant les instances compétentes de l’Union Africaine. Sinon, qu’ils se taisent et participent à la compétition démocratique dans un esprit républicain.

Nous nous définissons comme des partis politiques démocrates et républicains. Tout au long de l’histoire de ce pays, nos membres, à des titres divers, ont participé à la gestion des affaires de l’Etat, en faisant preuve d’esprit de responsabilité et de patriotisme. S’il y a eu des erreurs ou des fautes de gestion commises par tel ou tel d’entre nos membres, qu’elles soient sanctionnées par l’application des procédures administratives et judiciaires prévues à ce effet. Mais nous n’accepterons pas et le peuple burkinabè non plus qu’une poignée d’activistes vindicatifs s’arroge le droit de décider du sort de la démocratie burkinabè, par des imprécations, par la menace et par la violence.

3- Sur la poursuite de la transition.

Ces vérités étant dites, nous tenons à réaffirmer notre volonté de contribuer à la poursuite de la transition, de façon loyale et constructive. Tout simplement parce qu’il y va de l’intérêt supérieur de notre Nation.

Les événements d’Octobre 2014 ont bouleversé le cours de l’histoire politique du Burkina. Ils ont créé l’obligation ardente, pour l’ensemble de la classe politique et singulièrement pour nos partis, de se remettre en question, de repenser leurs fondements, leurs méthodes et leurs stratégies, afin de contribuer à un renouveau de notre démocratie. Les acquis que notre pays a cumulés au cours des dernières décennies sont loin d’être négligeables, dans le domaine de l’économie, comme dans celui de l’exercice de la démocratie. Mais, plus que jamais, nous avons conscience qu’il est nécessaire aujourd’hui de franchir une nouvelle étape de notre avancée démocratique, pas seulement en améliorant les modes de la participation du peuple aux choix politiques, mais aussi et surtout en assurant une plus grande égalité de nos concitoyens en matière de développement économique et social.

C’est la ligne directrice des propositions que nous soumettrons à nos compatriotes à l’occasion des prochaines échéances électorales. Nous le ferons sans forfanterie, ni arrogance aucune, mais aussi sans complexe et sans céder à aucune tentative d’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Ont signé :

- CDP, Léonce Koné, Président du Directoire
- UNDD, Front Républicain, Hermann Yaméogo, Président,
- ADF/RDA pour le Président, Diao Mamadou Koné, Vice-Président,
- UPR Toussaint Abel Coulibaly, Président
- Les Verts du Burkina Ram Ouédraogo, President,
- RSR Emile Kaboré, President
- RDB El Hadj Saidou Compaore, President,
- RDS, Salvador Yaméogo, President

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 février 2015 à 13:17, par Question !
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Meme en Cote d’Ivoire ou il y’a eu la guerre aucun parti politique n’a été suspendu ou écarté. Au contraire Alassane Outtara au nom de la reconciliation a voulu un processus inclusif. En excluant une frange importante de la population, en jettant les militaires à la vindicte populaire les Yibrigas et certaines organisation para-politiques mettent en danger la démocratie au Burkina. A quel moment la reconciliation prendra t-elle place ? Apres avoir tout détruit pour s’assurer une victoire certaine ? Qui adherera dans ce cas ?
    Tenez le vous pour dit : " personne n’a le monopole de quoi que ce soit au Burkina (comprenne qui voudra).
    Mr. Yibriga à largement dépassé ses prérogatives et pire il a étalé son ignorance sur les lois de l’Union Africaines tout prof. de droit qu’il est par dessus le marché. La peuple Burkinabe qui n’est pas dupe sait qu’en cas de conflit - la guerre est a nos portes avec le Mali et le Niger et Boko Haram- nous aurons besoins d’hommes aguerris comme le RSP pour nous defendre. Alors doucement Yibrigo !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:22, par AYO
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous masquez la vérité ! Entre autre perpétuer le règne de votre champion déchu Blaise Compaoré ! SVP dites-le quand même haut et fort comme avant !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:23, par Yibriga charognard
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C’est à des comportement irresponsable comme celles de Ibriga qu’au Burkina il’ya toujours de militaires au pouvoir. Là c’est vraiiment n’importe quoi que les Ibrigas font. Si les RSP font capoter la transition en foutant le bordelle tu va faire quoi Ibriga ? Prendre d’aure militaire pour les chasser ? Il faut aller molo molo, il faut pas les insulter - Je suis trés decu de ceux qui menent la transition parce qu’ils ne font qu’esclure :
    D’abord la diaspora, ensuite les RSP puis certains partis politique et a defaut certains homme politiques triés sur le volet. Arretez ca maintenant parce que tout le monde peux se facher pour gater.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:33
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    De toute façon des sinistres comme assimi kouanda,alain yoda,hermann yaméogo,achille tapsoba,yé bognessan,jérome bougouma,luc adophe tiao,gilbert ouédraogo,salia sanou,soungalo ouattara etc etc sont morts politiquement et ce fils à papa,gros bébé prostitué gilbert ouédraogo l’a bien compris qui cherche maintenant à se faire oublier

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:33, par lewang
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Une bande de fossiles politiques. Si vous nevoulez pas qu’on vous dissolve tenez vous tranquille. Plus rien ne sera comme avant : Monter les encheres pour vivre là ce n’est plus ici au Faso. Entre nous qu’est ce que Herman fait dans sa vie ? quest ce Salvador fait ? qu’est ce que le mouton RAM fait ? qu’est ce que l’amoureux (ou passionné c’est selon) de Blaise fait ?... si ce n’est que des escrocs politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:39, par Piment vers
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C’est vraiment navrant de vous voir opposants maintenant même si vous n’avez pas perdu votre verbe toujours tendu et intimidant. Pour ma part, je suis d’accord qu’il faille attendre les autorités issues des élections à venir pour véritablement entreprendre les reformes de notre armée.
    J’ai toutefois des inquiétudes face à ce qui se passe pour ne pas dire que j’ai peur pour le futur président du Burkina surtout s’il venait à s’appeler Roch Marc Christian KABORE.
    Pensez-vous qu’il survivra à des tentatives de neutralisation de la part de ce RSP qui vient de retrouver son ancienne configuration c’est-à-dire quadrillé par les hommes de main de Blaise COMPAORE celui-là même qui est toujours entrain de broyer le noir suite à ce qu’on sait ?
    Pensez-vous que la solidarité de corps a subitement disparu à tel point que RSP puisse servir loyalement et fidèlement le nouveau président civil à venir ?
    Pensez-vous que ce RSP se laissera un jour démantelé tant qu’il pourra empêcher ce démantèlement ?
    En somme, j’invite les partis politiques sincères à contribuer par tous les moyens au redéploiement de ce RSP avant l’élection du prochain candidat. C’est une question de vie ou de mort de ce dernier. J’invite le MPP à s’investir car tout le monde sait qu’aux yeux de Blaise et de son vrai RSP c’est "du tout sauf MPP". RSS vos jours sont entre les mains de Dieu. Tant pis pour vous si vous ne me prenez pas au sérieux.
    Modérateur, pardon et laisse passer mon message car des vies humaines sont en jeux. Je n’accuse personne.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:41
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    je l’espère SANS ARROGANCE. Car le peuple est fatigué des comportement et des propos arrogants. Deja lors de l’assemblée du CDP on a encore assisté a des propos arrogants. Il faut eviter de narguer la population. Meme si vous n’etes pas sincère, faites semblant de vous repentir. Vous vous insurger contre les propos recents demandant votre dissolution, demandez vous pourqoui ? Quand on entend de vous que vous allez faire revenir triomphalement blaise compaoré , quelle reaction vous voulez ???? Quand on entend vops militants zelés traitement dire que le soulevement est un coup d’etat ou encore que c’est le fait d’une minorité, que voulez vous ???????

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:44
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous n’étiez pas que ce nombre quand vous parliez de majorité alors, où est le reste ? d’une trentaine au moins à ce nombre il y a quelque chose qui m’échappe. Rallongez encore la liste de signataires SVP car les petitis nombres de misère ne vous ressemblent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:45, par sarfalao city boy
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    HAHAHA.
    ON DIRAIT QUE LA LISTE DES FRONTISTES A DIMINUEE HEIN.....
    DE 40 PARTIE IL NE SONT PLUS QUE 7...
    MES CONDOLEANCE.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:49, par B
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous avez raisons de vous défendre car des gens comme Ibriga et certaines OSC ont la mémoires courte et cherche à brûler le pays par leur déclarations antidémocratiques. Tout compte fait s ils pensent être populaires , rendez vous aux élections . C est dans les urnes qu ’ il faut sanctionner vos adversaires et nos dans des meetings populistes.Franchement j ai honte de Mr Ibriga et me demande s il mérite son nouveau poste.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:52, par Ouagaskaïa Pravda
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Une autre preuve de l’arrogance de ces partis du front dit républicain. Et dire que ces gens étaient sortis pour clamer haut et fort qu’ils reconnaissaient avoir commis une erreur. Erreur qu’ils ne semblent plus admettre depuis le climat s’est un peu apaisé. Ils semblent avoir une autre lecture des textes de l’UA en avançant que leur projet funeste était pour l’alternance, alors que de tripatouillage en tripatouillage, on allait se retrouver avec un même homme qui totaliserait 43 au pouvoir. Juste une petite question à ces gens : Votre champion n’étant plus au pouvoir, être vous prêts à soutenir un référendum pour la non limitation des mandats (avec comme bénéficiaire probablement un de vos adversaires politiques) ? Et quand je vois parmi les signataires, un certain Diao Mamadou Koné ( un autre d’un certain âge) et Réné Emile Kaboré (le passionné de Blaise Compaoré), j’ai vraiment honte pour ces gens qui ont plus que l’âge de mon père.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:53, par oued
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    1. Vous soutenez donc le RSP : pas de dissolutions
    2. Et comme vous n’avez pas de candidat si ce n’est Blaise qui peut gérer ce pays alors je ne plus l’utilité du partie
    3. C’est justement ce fameux projet de loi qui a fait verser le sang des burkinabé : il faudrait en tirer donc toutes les conséquences
    4. Ibriga a juste appeler à l’application de la loi tout comme vous aussi : pourquoi alors vous tremblez ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:58, par Raogo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Et revoilà les destructeurs de notre Nation a nouveau en selle ! Tant-pis pour nos morts et tant-pis pour nous autres qui les avons longtemps combattus dans leur moment d’errements et de despotisme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:04, par moi
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je vous félicite ! Restez soudés ! la bande des rock avec les comploteurs que sont les smoke, les ibriga pensent qu’ils ont déjà le pouvoir ! ils auront tjrs le pouvoir de la rue, pas celui des urnes !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:11, par Raogo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Et revoilà les destructeurs de notre Nation a nouveau en selle ! Tant-pis pour nos morts et tant-pis pour nous autres qui les avons longtemps combattus dans leur moment d’errements et de despotisme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:11, par Françoistraore14@gmail.com
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    pourquoi n’avoir pas. développer un point sur l’impunité à travers les crimes économiques et humains dont nous savons tous ? votre appétit vorace et incontrôlé nous amène souvent à nous poser la question de savoir, que veulent ces gens là de leur peuple ? Votre conscience morale devrait vous pousser à faire votre mea culpa comme le fait le sage GNO. Assimi, tu fais sincèrement pitié. Je ne suis pas politicienne et je ne souhaite pas l’être, mais votre comportement me chagrine.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:12, par Alexio
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C est vous les politiciens bandits qui vivent sur le dos du peuple qu il veulent encore le peuple qui vous vomis par votre malhonetete intellectuelle. Vous avez tous failli, votre co-signature nous prouvent que 27ans de pillage du peuple burkinabe nest pas encore suffisant. La nostalgie du passe est passe. Laissez la place aux conscients de leur propre avenir.

    Nous voulons plus des politicards malhonetes dont leur but c est s enrichir ehontement du en volant le bien commun qu il n est le leur. Ah ! oui hein,ils preconisent une election transparente sans faille democratique. Regardez vous devant votre mirroir,
    votre irresplacable l enfant prodige a fait des score a la sovietique l hors des elections de 2010, que meme Gbagbo Laurent se moquait de cette pertinence magouillere concernant ce resultat.

    Votre univers n est plus le reve des burkinabe conscient du developpement sosial, de justice, et de l egalite sosiale. Courroie de transmission Sosiale pour vie decente pour tout le monde et non pour une classe pourrie par son compotement anti-republicain.

    Vos coups bas ne passerons plus ici au Burkina Faso.
    Dans quel pays peut-on accepter des pyromans comme vous. Rien ne sert d emprunter cette peau de sapeur pompier. Parceque votre credibilite est zero.
    Le peuple n a plus confiance en vous retraitez vous pour laisser passe le nouveau vent
    du renouveau acclamer par le digne peuple du Faso demunis de ses droits les plus elementaires quand vous etiez au commande.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:13, par Françoistraore14@gmail.com
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    on remarque que les partis signataires ont diminué. wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:16, par Tcheriba
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous êtes entrain de justifier encore votre position sur la modification de l’article 37 ; pardon nous avons dépassé ce débat ; il n’est plus d’actualité et de grâce épargner nous de vos commentaires ; cependant je suis contre une éventuelle suspension de partis ayant soutenu le projet de modification de l’article 37 ; nous sommes dans une phase de reconstruction et avons besoin de la participation de tous les fils et filles de la patrie ; à vous de rester sages

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:17, par Cami
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Merci Camarades. Voici ce qui es clair et net. Des gens sachant qu’ils vont lamentablement échouer aux prochaines élections veulent la mise en touche de leurs farouches adversaire. NON NON NON. Seul le vrai peuple du Burkina par les urnes peut décider de cela. Il n’appartien a aucun groupuscule, surtout pas de la 25eme heure d’en décider.
    A bas ceux qui ne peuvent rien obtenir du suffrage universel .
    vive le CDP et ses alliés . Vive le peuple du Burkina et vive des élections pour tous

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:29
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ils se foutent encore des gens ces gars la !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:29, par Lossi
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ce n’est pas gros français ici. Qu’avez-vous fait pour le mériter ? Les insurgés vous répondront en matière et en physique quand viendra l’heure...

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:36, par ditalao1612
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    qu’on vous suspende ou pas dieu vous a déjà suspendu quelqu’un d’autre mais pas vous pour nous apprendre qu’une élection devait être libre et transparente.vous dite avoir prit position pour un référendum sur l’article 37 mais que diable pourquoi pour une fois votre blaise ne respecterai pas les termes sur les quelles il a été élu et savoir que même si l’on dé-verrou l’article 37 lui doit d’abord partir et revenir ensuite selon la nouvelle formule heureusement que le BURKINA est un pays de pardon vrais pas celui que vous et votre baise vous connaissez si non vous savez quel devait être votre sort.en plus on vous voit venir quant vous ne pensé que d’un général comme candidat pour un autre homme fort pour vous venger en nous répriment.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:44, par pauvre naigre
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    KAFANDO même a un peu décourager les gens. S’il n’avait pas lever la suspension de ces putschistes (CDP/ADF RDA) on ne serait pas obligé de lire ces balivernes et autres injures !!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:50, par sony aliber
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    LE CDP ET L ?ADF/RDA DOIVENT ETRE TOUT SIMPLEMENT DISSOUTE SANS COMMENTAIRE EN MEME TEMPS QUE LE RSP DEVENU LUI AUSSI SANS INTERET POUR LE PEUPLE ///TOUS LES DIGNITAIRES DE L ?ANCIEN REGIME DOIVENT ETRE ENTENDU PAR LA JUSTICE POUR DETERMINER LE DEGRER LEUR COMPLICITER DE TOUT UN CHACUN DANS LES TUERIES DU 30/31 ET DE LA FUITE DU CERVEAU SANGUINAIRE DE LA BANDE BLAISE ///LE RSP ET LE NOMMER DJIENDERE GILBERT RESTENT LES YEUX ET LES OREILLES DU DICTATEUR AU BURKINA /VU LA PROXIMITER DU TYRAN DU FASO ???IL FAUDRA TOUT FAIRE ET PAR TOUS LES MOYENS POSSIBLES ET EXTRADER LA FAMILLE COMPAORE AU FASO ET LEUR JUGER DE CRIMES DE DETOURNEMENTS DES BIENS PUBLICS////

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:58, par joan
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Certaines personnes gagneraient en se mettant en retrait de la politique, en attendant. Peut être qu’on les oubliera pour un bout de temps. Y a eu trop de dérapages, d’arrogance et d’ appels à la violence qui se sont malheureusement retournés contre leurs auteurs. Si j’étais à leurs places je me ferais oublier ne serait ce pour un bout de temps pour m’amender. Malheureusement certains voudraient faire comme si rien ne s’est passé dans ce pays où pourtant on veut des changements.Vivement l’alternance, un ou au plus 2 mandants et on se barre, pas de lenga, pas de patrimonialisation du pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:09, par Armel
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous continuez à narguer le peuple souverain du Burkinabé parce que vous avez eu la vie sauve à l’issue des évenements des 30 et 31 octobre. Nous vous invitons à revoir votre copie car le peuple n’a pas encore digéré votre forfaiture et si vous continuer ainsi on se verra bientôt dans ce pays. Quand ça va bruler, nulle n’ira à la gendarmerie ni au commissariat. Tout se passera dans la rue !!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:09, par fatim
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    CHERS CAMARADES CETTE DÉCLARATION ON L’ATTENDAIT AVEC IMPATIENCE POUR RECADRER CETTE BANDE DE VAUTOURS QUI NE PENSENT QU’A LEURS INTÉRÊTS ET QUI ONT SURTOUT PEUR DE NOUS AFFRONTER DANS LES URNES. LE CDP TOUJOURS VIVANT AVEC L’ENSEMBLE DU FRONT RÉPUBLICAIN

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:14, par moi
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Laissez ibriga ! je vous dis que c’est vendu de rock et salif ! on sait combien lui et hervé kam et sa bande ont pris avec le mpp ! on ne se laissera pas faire ! oui pour la paix ! oui pour la réconciliation mais jamais on ne va se laisser neutralisé par des vendus politiques !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:18, par vérité no1 mon dernier message
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    "Intoxication de l’opinion nationale..." quelle dérive langagière ! On risque de coudre vos bouches, bande de bandits de grand chemin.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:21, par lesage
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Bonsoir !
    Il me parait prématuré ces genres de sorties. Les arguments développés par l’ex-majorité pour prétendre aux futures élections ne tiennent pas la route. Merci de "jouer bal à terre". J’ai cru comprendre que Maitre Gilbert OUEDRAOGO a demandé à se mettre en reserve pour un temps donné. Cela est un bon sens. Par conséquent j’invite les autres à avoir cette humilité de se faire oublier tout en se préparant pour les élections 2020. Vos fréres ivoiriens aiment à dire que si "vous n’avez pas pitié de nous, pardonnez, ayez pitié de vous même".

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:29, par NulNestIndispensable
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Sans être pour la dissolution de certains partis politiques, on est en droit de penser que les responsables de ces formations devaient à défaut d’être internés en guise de sanction devraient se tenir au moins tranquille pendant un an pour respecter la mémoire des martyrs du 30 et 31 octobre 2014. Le peuple Burkinabè est sage et capable de pardonner raison pour laquelle aucun responsable de ces formations politiques n’a été tué et je crois qu’il faut saluer la grandeur d’esprit de ce peuple. Cependant, les responsables de ces formations politiques doivent cesser leurs provocations pour nous permettre de vivre en paix !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:31, par Vraiment
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Donc, vous ne savez pas que changer les règles de jeu, pour prolonger le mandat de Blaise jusqu’à sa mort en voulant lui donner 2 mandats supplémentaires, est un coup d’Etat Constitutionnel ? Bandes d’ignares et d’inconscients

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:35, par kiendrebeogo Herman
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    mes amis du cdp lheure nest pas aux explications bidons mais aux excuses sinceres.je me demande si effectivement vous comprenez francais.la charte africaine EST Claire et vous etes des fautifs.si on vous a laisser en liberty pour le moment cest pas parcequon ignore la charte mais Pluto kon a pitie de vous.allez y embrouiller les enfants du primaire qu je respecte dailleur plus que vous.si vou voulez vous montrer enseignant en francais on va vous montrer que ya des professeurs en la matiere.on vous attend aux elections.il fo croire que plus rien ne sera comme avant.que dieu benisse le faso.par le koudougoulais

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:36, par Ladji Boureïma
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    tenons bon, nous avons ola légitimité car l’insurection c’est un montage de Salif Diallo que nous devons copier avec nos enfants !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:38, par Yemdaogo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Quelle arrogance !
    Ainsi le CDP et toute sa clique nous fait comprendre qu’ils ne regretent riven de tout ce qu’ils ont posé comme acres !
    De toute façon, tant pis pour les dirigeants de la transition qui les ont permi de ressortir bomber la poitrine.
    On verra tout dans ce Faso des Hommes dits intègres,

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:39, par Sheiky
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Sankara disait à propos des bailleurs de fonds "Ils ont joué, ils ont perdu, c’est la règle du jeu... la vie continue" Mais comme ces mêmes bailleurs qualifiés de "vautours", les CDPistes et leurs affidés refusent de perdre et se débattent pour revenir. Herman+Assimi+Toussaint+Ram+Gilbert... Quand même...yayaboin !!!
    C’est toujours cette querelle d’égo qui continue avec les autres en face et Blaise à la manœuvre comme d’habitude depuis Ykro
    Dans tous les cas, c’est à Kafando, Zida et Kéré d’organiser des élections crédibles pour remettre tout le monde à sa place.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:50, par COMPAORE Isaac
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Notre insurrection populaire n’est pas encore aboutit, elle sera acheve quand tous les anciens dignitaire du regime compaore y compris blaise compaore en premier lieu seront arrété ecroué et jugé pour crimes economique, crimes de sang et surtout haute trahison d’une part et d’autre part tous les instruments qui leurs servait a opprimé le peuple burkinabè (RSP, CDP, ADF RDA, Tous les parties du front républicains, etc). Mais le peuple achevera sa revolution.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:07, par banankyo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C’est exactement ceux qu’il faut mettre en garde à vu qui sont signaleurs de cette déclaration. Ils ont monnayé la dignité de tout le pays entier contre tantôt de l’argent, tantôt de postes ministériels. Arrêtez d’évoquer le peuple burkinabè dans vos arguments sans âmes car, le peuple vous a exhorté à ne pas modifier l’article 37 en témoigne la mobilisation phénoménale du 30 Octobre 2014 que vous daigné ignorer et mettre vos intérêts de bas ventre aux devants, surtout, les sieurs YAMEOGO qui ont passé leur temps à vendre leurs âmes à Blaise COMPAORE et son CDP. Et vous êtes là, assis entrain de parler du peuple burkinabè. Laissez le peuple tranquille.
    Dites merci à ces nouvelles autorités de la transition sinon, pour nous population du burkina, l’achèvement de notre héroïque insurrection devrait passer par votre arrestation ( tous ceux qui ont encouragé Blaise à s’enfoncer dans le mûr) . mais, si cela n’a pas été fait, et nous demandons tout simplement une démocratie burkinabè débarrassés des tars ( CDP et ses alliés, Fronts Républicains et ses vallées, hommes politicars) qui pourrons entacher cette nouvelle démocratie dans son processus d’enracinement, alors fermé, vos bouches. Sinon, nous allons ressortir dans la rue et exiger qu’on vous arrête et jugé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:10, par l’inquisitrice
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    L’esprit de la modification de l’article 37 a apparemment changé dans vos peites têtes mal faites.N’est-ce pas un d’entre vous qui proclamait qu’il est le plus grand bandit de ce pays ? Un bandit a-t-il, par rapport aux lois de la république, déjà fait une bonne chose ?
    Par ailleurs vous avez bien dit "Une poignée d’individus" ou quelque chose de ce genre.C’est Cette même poignée d’individus qui a chassé votre mentor du pouvoir, si le ridicule pouvait tuer.
    Je crois savoir qu’il y avait plus de 80 partis politiques au Front republicain ; où sont passés les autres.LA SOUPE EST FINIE DANS LE RATELIER A CE QUE JE VOIS.
    Pour terminer, je vous conseillerai de vous cacher, sinon nous sortirons à nouveau pour terminer le travail, car nos frères, nos soeurs, nos ami (e)snos mères et nos pères ne peuvent être morts les 30, 31 octobre et 1er Novembre pour rien.BANDE DE VAUTOURS AFFAMES !!!!!!!!!!!
    En bon entendeur, Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:18, par le politicos
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    En démocratie on ne décrète pas la mort d’un parti politique. Il se présente avec ses candidats "vomis" et les électeurs le sanctionne. On est démocrate ou on ne l’est pas. A vos marques démocrates sincères.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:19, par L’Evaluateur
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ils ont raison, ils ont en face d’eux des révolutionnaires fourbes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:20, par Raogo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Quelle arrogance !
    Ainsi le CDP et toute sa clique nous fait comprendre qu’ils ne regrettent rien de tout ce qu’ils ont posé comme actes !
    De toute façon, tant pis pour les dirigeants de la transition qui les ont permis de ressortir bomber la poitrine.
    On verra tout dans ce Faso des Hommes dits intègres,INCH ALLAH

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:24, par lesage
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Aux ’PUISSANTS" camarades de l’ex/futur front républicain. Vous vous mettez une grosse poutre dans l’oeil en oubliant de préciser que la révision pour la ’limitation des mandats devait permettre au "PETROLE" du BF de rébéloter pour encore 3 mandats de 5 ans et après avec l’"aide" (????) de Dieu , d’autres mandats (confères les déclarations du SEN du CDP Assami KOUANDA). Heureusement le peuple a été vigilant et Dieu a été, est et sera toujours à le peuple. C’est pour pourquoi, nous avons un théoréme en cours d’explication du grand et beau Blaise. Ce théoréme dit de Blaise COMPARE est le suivant : 27 + 15 = - 1 dont l’explication est se résume à l’observation suivante 27 ans de Pouvoir + 15 ans de tentatives de rester au pouvoir = départ 1 année avant la fin du mandat).

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:26
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Voilà qui est bien parle car certains croient que le Burkina les appartient maintenant et qu’il faudrait profiter pour rattraper leur misère. Ces soient disant savent qu’ils représentent rien sur le plan national on se confine dernière une organisation dite société civile entrain de semer la merde. Des gens comme ibriga dont le nom ne franchi
    Pas les murs de la,ufr sjp que pouvait il espère dans sa vie. Je pense que la pause est terminée . Nous sommes des burkinabè si vous voulez nous empêcher de participer aux élections démocratiques sachez qu’il n’y aura pas d’élection au Burkina . Et les partis fantômes qui sont dernière vous et qui parle de demi tour saches que ça un vrai demi tour par la fuite.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:27, par l’inquisitrice
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    L’esprit de la modification de l’article 37 a apparemment changé dans vos peites têtes mal faites.N’est-ce pas un d’entre vous qui proclamait qu’il est le plus grand bandit de ce pays ? Un bandit a-t-il, par rapport aux lois de la république, déjà fait une bonne chose ?
    Par ailleurs vous avez bien dit "Une poignée d’individus" ou quelque chose de ce genre.Cette même poignée d’individus qui a chassé votre mentor du pouvoir, si le ridicule pouvait tuer.
    Je crois savoir qu’il y avait plus de 80 partis politiques au Front republicain ; où sont passés les autres.LA SOUPE EST FINIE DANS LE RATELIER A CE QUE JE VOIS.
    Pour terminer, je vous conseillerai de vous cacher, sinon nous sortirons à nouveau pour terminer le travail, car nos frères, nos soeurs, nos ami (e)snos mères et nos pères ne peuvent être morts les 30, 31 octobre et 1er Novembre pour rien.
    En bon entendeur, Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:34, par Ka
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Pourquoi ces bandes de vampires ne sont a la MACO ? L’injustice et l’impunité continueront a faire son bon chemin dans le pays des hommes intègres. Que Dieu nous protège de ces vampires.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:34
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Si on ne dissous pas vos partis, c’est vous même qui serez dissous. Pyromanes, vous n’avez pas dit sans référendum, pas de présidentielles ? Que les enfants indignes de Maurice Yaméogo laissent leur père reposé en paix. Ram, l’impresario. Ton a disparu, ça n’existe plus. Maintenant c’est des DJ et des managers culturels. On peut dire Opposition mouton maintenant ? Tchala Muana est députée en RDC. Elle ne chant plus. Toussaint Abel Coulibaly, tu crois qu’on a oublié ? Le judas de Madame Tamboura. La bonne dame t’a fait confiance, elle t’a "fabriqué" et tu l’as trahi. On te tient à l’œil. Emile Kabore, le passionné de Blaise, rejeté par le MPP. Si c’est pas lui, je n’ai jamais vu un parti politique refusé un militant. Vous voyez, y a même pas une bonne personne parmi vous. Votre déclaration est insensé et sans objet.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:42, par LePatriote
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Voici des gens qui n’ont pas honte, après tout ce que vous avez fait endurer comme peine au vaillant peuple burkinabè, vous revenez une fois de plus avec des propos remplis de haine et de la provocation. On vous tient à l’œil et sachez que le peuple n’est pas dupe. Je me demande quelles bonnes propositions nouvelles pouvez-vous encore faire pour convaincre ce peuple. Vous avez passé votre temps à piller le peuple cela ne vous a pas suffit, voulez vous encore sucer le sang du pauvre et manger dans le plat de l’orphelin ? Je vous en pris prenez conscience maintenant et retirez vous pour jouir de vos richesses mal acquises car vous n’êtes plus crédibles aux yeux de ce peuple patriote convaincu que plus rien ne sera comme avant, Sauf si vous voulez juste vous remplir à nouveau les poches.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:44, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    A quand le changement de comportement des dignitaires du régime chassé en plein midi ?.

    Le Brave Peuple ne vous écoutera pas une seconde de plus car la sagesse est votre pire ennemi ("toutes les formations qui ont commis le "crime" politique" : péché originel de ce message) et l’arrogance votre partenaire fidèle("on pouvait consulter le peuple par référendum" : péché par action). Vous n’êtes pas prêts à changer en témoigne votre message(retour triomphal de Blaise selon Djamila Sanou : péché par parole) vous commettrez TOUJOURS les bêtises en tout lieu et à tout moment.(30 et 31 octobre 2014 en disent long) . Vous (fr) vous êtes responsables de la fuite et l’ humiliation des frères Compaoré parce que vous refusez de voir la réalité en face(toujours sourds à la colère du Brave Peuple) vous avez cru que Blaise et sa galaxie sont forts que LE BRAVE PEUPLE..

    AUTRES TEMPS AUTRES MŒURS "Rien ne sera plus comme avant" comprenez ce MESSAGE CARDINAL Changez Changez Changez nos amis du Front des RÉFRACTAIRES(FR) à la démocratie au FASO. CAR " Manger bien et Boire bien" du Cow boy Blaise Compaoré" l’indispensable"(braqueur de la constitution) du Far West est fini. LE CASINO (machine à gros sous) de"l’exportateur de paix " EST DÉFINITIVEMENT FERMÉ

    Non aux militaires déstabilisateurs
    Non aux militaires manipulés depuis Yamoussoukro
    Oui à la dissolution effective du rsp
    Oui aux militaires recadrés contre le terrorisme
    Oui aux militaires recadrés contre le grand banditisme
    Oui à une armée indivisible et républicain.

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QU’ON AIME.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN
    BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2015 BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:50, par le regard
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    JE PENSE QUE CE N’EST PAS LE MOMENT DE REVENIR SUR DES QUESTIONS QUI FÂCHENT. VOUS AVIEZ TENU DES PROPOS INCENDIAIRES QUI MERITENT QUI VOUS SOYEZ ARRÊTÉS, JE CITE : " S’ILS BRULENT VOS MAISONS BRULER LES LEURS" . AVEC DES PROPOS PAREILS, JE PENSE QUE VOUS DEVRIEZ FAIRE BALLE A TERRE. SI VOUS VOUS SOUCIEZ DE L’AVENIR DU FASO ET NON DE VOTRE AVENIR CHANGER DE FUSIL D’EPAULE.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:56, par journaliste
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Depuis la sortie arrogante de Assimi et les agissements de Diendéré, les formistes, les populations ainsi que les Org de la société civile réclament maintenant la suspension de ces partis au moins pour ces élections. C’est vrai que la suspension d’avant avait suscité de discussions, mais maintenant il est clair qu’il le faut mettre de l’ordre. Le CNT devrait prendre une disposition pour cela.

    Les dispositions de la charte africaine ne s’appliquent pas notre cas EXCEPTIONNEL. Comme Gilbert Ouéd, l’a fait, vous du CDP et consort devriez prendre conscience de la gravité de ce que vous avez posé comme acte, et céder la place à d’aurores qui devront même changer le nom des partis.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:57, par Fax
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Messieurs vous avez de nouveau raté une occasion de vous taire. Les 28, 30 et 31 octobre ce sont des partis politiques et des OSC qui ont manifesté. Aujourd’hui ce qui arrive avec le RSP est la résultante des actes que le CDP et Front Républicain ont posé. Vous poursuivez votre entêtement en ne voulant pas que le RSP soit démantelé et cela est comme votre entêtement à vouloir modifier l’article 37. Si le RSP est une institution au service de la présidence et que la présidence ne veut plus de cette institution souffrez que cette institution RSP se soumette à cette décision de la présidence du Faso et aussi à son Ministère de tutelle.
    J’ai honte à la place des leaders de ce parti. En Réalité, y avait - il alternance possibilité d’alternance à fin initiale du Mandat de l’ex – président par l’élection d’un autre candidat quelque soit son parti ? Vous – me dire oui ? En modifiant l’article 37, portez- vous atteinte à cette alternance oui ou non ? Oui car en effet, vous permettez au président sortant de pouvoir briguer de nouveau la magistrature suprême. Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:07, par Ka
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Pourquoi ces bandes de vampires ne sont a la MACO ? L’injustice et l’impunité continueront a faire son bon chemin dans le pays des hommes intègres. Que Dieu nous protège de ces vampires.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:20, par Transition
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    L’ERREUR FATALE de ZIDA c laisser ceux la nous narguer au lieu de les mettre en garde à vue ; ils vont nous rendre l vie impossible ;ça je vous jure. Vous les pseudo-juristes qui avez ajouté l’inclusion ds la charte ; avec vos débats intoxicants et inutiles, si le pays prend feu c à cause de vous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:39, par Tarwendpanga
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Donc comme sa vous pensez toujours que la modification de l’article 37, qu’elle soit parlementaire ou référendaire était légitime ou/et légale ?
    Si après ce qui c’est passé vous n’avez pas encore compris votre erreur et que le peuple n’est l’instrument de personne, vous ferriez mieux de la ferme avant de réveiller cette colère qui est enfouie chez ceux la que vous considérez comme des instruments et bétail électoral. Je vous apprend du même coût que cela est fini et pour toujours.
    Maintenant de grâce bâter vos campagnes tout espérant avoir un ou deux députes a l’assemble (dans la légalité SVP) ou taisez vous a jamais.
    Rectification Salvador YAMEOGO est le président du RDF et non du RDS il n’est pas si digne pour en être même sympathisant.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:42, par ça ment pas
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Pour la paix au Burkina, tous ceux qui ont mis en genoux le Pays, dans cette crise ne doivent plus se faire entendre. A cause d’eux nous avons perdu des HOMMES. Leurs consciences, les nuits, ne sont pas même perturber , OH DIEU nous sommes dans quel Monde. Je demande au gouvernement de la Transition, pour la paix et la réconciliation, de dissoudre ces partis politiques de ex-majorité. IL Y’AURA DES BAIN DE SANG LORS DES CAMPAGNES ELECTORALES.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:43, par Le peuple debout
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Une question me taraude l’esprit : Le CDP et affilié peut il vraiment posé un acte sans arrogance ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 17:57, par lasage rage
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    de toute facon vous etes fait pour l’abatoir

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:19, par Tisier TelI
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Messieurs les ex puissances ,votre temps est révolu, on vous connait assez, on a marre de vous , de vos pensées et actes machiavéliques. Avant, vous avez cru à un homme pour l’ enveloppement du Burkina Faso ; . Aujourd’hui le développement de notre patrie est en route sans un seul militant du CDP. Halte à vous et votre suite Messieurs le Conquérant Durci du Pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:25
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Eh bien voila tout est dit avec sagesse et lucidite.Langage des bons peres de familles,des hommes d,etat,sinon des politiciens tout court.C,est signe de maturite et de contribution constructive au dialogue entre dignes fils du Burkina.Les Ibriga/Loada et certains politiciens tel Etienne Traore doivent se regarder dans la glace.J,ai tjrs vote contre le CDP de B.C depuis 1991.Aujourdhui avec un peu de recule et avec humilite Je fais a ma modeste facon mon "mea culpa"il n,etait pas pire que ses adversaires,la suite de l,apres insurrection le prouve.En outre,le CDP savait parler a tout le monde et s,efforcait de donner l,image d,un pays responsable qui avance.C,est peut etre sur cette base de hauteur d,esprit que la population jugera sa classe politique en octobre et a coup sur saura faire le tri entre haine qui ne fait pas avancer une nation et le dialogue constructif qui a tjrs caracterise notre pays depuis son independance.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:33, par kpt
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je crois qu’il est temps pour vous de vous retirer de la politique.Bandes de menteurs. Pourquoi avez refusé de coupler le référendum à la présidentielle ?Ces textes devaient être modifiés non pas pour le Peuple mais pour Blaise. C’est tout simplement une violation à :.. "Tout amendement ou toute révision des constitutions ou des textes juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique. "

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:41, par Tasse
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    je disais dans mes ecrits precedents que je n’avais pas compris pourquoi les pyromanes avaient été autorisés à participer à l’animation de la vie politique chez nous.
    l’ex convention pour la Destruction du Peuple et ses acolytes doivent etre suspendus pour au moins 5ans pour faits d’apatrie, incitation a la violence et Non_prise en compte des signes avant-coureurs de l’insurrection...
    Que l’on reconduise la décision de suspension qui avait tellement soulagé le peuple
    "asta la victoria siempre"

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:42, par le savant
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    je m’étais offusqué contre la suspension des partis de l’ex majorité à plus d’un titre car je demeure démocrate. cependant, les derniers développements de la vie politique me démontrent le contraire et confortent la thèse de suspension et la prononciation de sanction d’inéligibilité à l’encontre des partis regroupés au sein du front républicain. des dirigeants imbus de leur arrogance, continuent d’insulter le peuple burkinabè et n’ont aucun remord quant aux actes ayant conduit le peuple a se soulever les 30et 31 octobre 2014. Nos martyrs méritent respect, les pourfendeurs de notre démocratie ont tort aujourd’hui de tenir une telle conférence pour narguer ceux qui expriment et la dissolution du RSP et la sanction des pilleurs et des misères du peuple, au-délà c’est tout le peuple burkinabè épris de justice qui est insulté. Le Professeur IBRIGA est et demeurera un intègre, vous n’allez pas jusqu’au bout de votre logique. Un putsch ou coup d’Etat signifie quoi ? Je crois qu’on a besoin de vous le rappeler. Ayez donc pitié de vous même MRS les vautours car nous allons achever ce qu’on a commencé. L’application de l’article 25 de la charte africaine est inéluctable si nous voulons une paix et une transition réussie. Prof. IBRIGA nous vous soutenons, car notre nombre est notre force. Retourner dans vos trous car les ordures ont leur place dans les poubelles. Honte à vous de 40 partis signataires vous vous retrouver avec 7 partis ; c’est dire Héi-Héi-Héi-Héi, méfier vous nous sommes à cent jours de l’insurrection c’est dire qu’ on a eu cette capacité de vous accepter parce que la transition elle est inclusive donc on n’a pas oublié les vraies causes qui ont provoqué notre colère. et les instigateurs, complices, commanditaires , on vous est à l’œil.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:59, par Le justicier
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je pense que le bon sens voudrait que ces gens là s’éclipsent un bout de temps comme vient de le faire Gilbert Noël Ouédraogo pas parce qu’on le demande mais par sagesse. Ainsi le peuple reconnaitra qu’ils ont commis une erreur et non qu’ils persistent dans l’erreur ce qui est impardonnable.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 19:34, par Citoyen lamda
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Arrêtez de vous foutre de notre intelligence. Pourquoi avez vous forcé les députés à signer des procurations pour le fameux vote du projet de loi à l’assemblée alors qu’ils étaient physiquement présent ?
    Le CDP et tous les pseudo partis qui gravitent atour de lui doivent disparaître de la scene politique nationale

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 19:36, par KASA
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    pour l’internaute n°1 âpres la crise en C I il y a eu combien d’arrestation ? et qui sont les personnes qui ont été arrête ? répond à ces questions ? (tu es "par question" non !)

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 19:38, par bbavekdant c’est anormal
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Rescapés du Front Républicain, si vous continuez de vous défendre, vous vous enfoncerez de plus en plus. Pourquoi ? Parce que vous avez des arguments que seuls ceux qui sont NIAIS peuvent applaudir. pendant que nous ys sommes, dites a votre ami Gilbert N O que après avoir refusé d’écouter les sages conseils du MOGHO NAABA et des dignitaires religieux avant le 30 et le 31 octobre 2014, c’est INUTILE d’aller leurs demander des conseils : C’est simplement ABSURDE. N’avait il pas affirmé qu’il était responsable de ses actes et n’entendait pas se faire dicter sa conduite ? Est il si AMNESIQUE ????

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 20:00, par Honest
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Qui va voter pour ces partis compaoristes ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 20:43, par RonnyBf
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je cite :
    "Tout amendement ou toute révision des constitutions ou des textes juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique."
    "Faut-il le rappeler, le projet de modification de l’article 37 de la Constitution, soumis à l’Assemblée Nationale, consistait à porter la limitation des mandats consécutifs du Président du Faso de 2 mandats à 3 mandats. " Fin de citation.
    En deux (2) phrases vous vous contredisez. Ne prenez pas les Burkinabè pour des ignares. Votre projet de modification de l’article 37 ne porte-t’il pas atteinte aux principes de l’alternance ? A partir du moment où le président Compaoré prétend faire un troisième mandat, comment appelez-vous cela ? Ne tournez pas vos phrases pensant induire les gens en erreur. Vous avez voulu simplement passer votre amendement en force à l’assemblée, ce que le Peuple a rejeté. Jouez balle à terre maintenant et calmez-vous le temps que ce vaillant peuple vous oublie.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 21:37, par gondwanais lamda
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C’est vraiment navrant pour ces démocrates à la petite semaine, pensez-vous seulement un instant que la modification de l’article 37 par referendum soit seulement une question de droit ? d’ailleurs Hermann, Émile et consort n’ont jamais été du bon côté de l’histoire, voilà des gens qui jouissent en se faisant du tort.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 21:49
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    J’apprécie la posture actuelle de Me Gilbert Ouédraogo, Président de l’ADF/RDA. C’est apparemment le seul à tirer, de la façon la plus intelligible et la plus logique, les leçons des évènements de fin octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 22:15, par eloge
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    ibriga doit démissionner de l’asce,les syndicats doivent le signifier au contrôleur général car son intervention haineux et partisane du samedi dernier le disqualifie du poste de contrôleur général, c’est vraiment décevant ,les masques commencent a tomber,les osc politisés et politicienne commencent a sortir au grand jour,de toute manière nous sommes prêts ,on se laissera plus faire advienne ce que pourra

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 22:26, par soumpougdou
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    A bas la haine, à bas l’exclusion. A bas la stigmatisation. à bas la zenophobie. A bas la médiocrité. A bas Ibriga et ses accolytes. Vive le burkina

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 23:24, par samuel
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    l’erreur grave que alassane ouattara a fait en rci c’est de n’avoir pas dissout le parti de bagbo après la crise. aujourd’hui lui même regrette. si on ne dissout pas le CDP avec ses prostitués ; on aurait pas la paix dans notre pays. si le CDP dit qu’il ne pas impliqué dans la crise au RSP ; qui a proposé le gle dienguéré comme candidat de leur parti !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 02:57, par barkbiga
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Le CDP rêve, je crois que le RSP a eu le courage car certains du CDP commençaient à narguer le peuple. RSP et CDP ont les mêmes agendas et sachez que plus rien ne sera vraiment comme avant. Le CDP ne pourra remporter d’élections au Burkina en 2015 et c’est une certitude ; seulement certains du CDP ne devraient pas être candidats si la loi est appliquée. Ce n’est pas le parti mais beaucoup de ces anciens cons qui pensent revenir. Plus vous énervez les gens, plus votre insertion sera difficile voire impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 03:27, par bakaridjan
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Si la honte ou le ridicule tuait certains hommes politiques ne seraient plus la ou n’oseraient plus mettre le nez dehors. Mais l’honneur et la dignité en politique n’existent pas . Ces hommes hommes du CDP et autres peuvent alors se permettre ces attitudes .c’edt le monde politique et cela ne surprend pas .

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 04:15, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Quelle tristesse... Ainsi les "excuses" sont déjà du passé et on défend encore et toujours la justesse de ce qui devait être voté le 30 Octobre et qui a provoqué ce que l’on sait ??? Ainsi donc, malgré la perte du pouvoir et la trentaine de morts, ces messieurs persistent et signent !!

    On se demande alors quand est-ce qu’on est le plus ridicule : Quand on tombe par terre, ou quand on se relève, tape la poussière et déclare qu’on a faillit tomber ?

    Il faut donc leur rappeler les arguments de droit qui font que si procédure il y a, ils seront bel et bien condamnés par les tribunaux de l’union Africaine (et les autres !)

    1°) Il y a l’esprit et la lettre des lois. Si rien n’interdisait effectivement ce changement constitutionnel (on dirait que c’est le seul argument, que répétait encore Gilbert Noël Ouédraogo à quelques heures de l’incendie de l’assemblée), il est connu qu’il avait été ainsi fait dès le départ en 1991 pour limiter le pouvoir de Compaoré et que ce dernier n’était encore au pouvoir que par les tripatouillages successifs de l’article 37. De deux mandats de 7 ans, soit 14 ans au maximum, il en était à 24 ans (officiels mais 27 en pratique) et voulait continuer ! C’est justement cela, et en plus à l’approche de la fin du mandat, que la charte de l’union Africaine voulait combattre. Aucun juge ne s’y trompera.

    2°) C’est une malhonnêteté intellectuelle de prétendre que la modification constitutionnelle projetée limitait le pouvoir de Blaise Compaoré et permettait l’alternance. En pratique, le principe de non rétroactivité des lois fait que si cette nouvelle version avait été votée, Blaise Compaoré pouvait légitimement prétendre à trois nouveaux mandats de cinq ans chacun à partir de 2015, soit 15 ans de plus. Sachant comme a dit quelqu’un qu’on n’organise pas des élections pour les perdre. Né en 1951, il aurait alors été inéligible à 79 ans, à moins que d’ici la on ne lui vote un autre changement de constitution ou qu’un coup d’état ne remette les compteurs à zéro. Le président du CDP, Assimi Kouanda lui même, n’en a pas fait mystère quand il déclarait que "Blaise sera élu en 2015, en 2020, et après, on verra" (citation approximative). La volonté de s"éterniser au pouvoir était donc manifeste.

    En dehors de ces questions de droit, la question de l’opportunité politique et sociale du moment des réformes est cruciale. Actuellement, tous ceux qui sont aux commandes sont inéligibles en Octobre. C’est donc le moment idéal pour faire toutes les réformes de fond et de forme qui s’imposeront aux nouveaux élus : Limitation des mandats, loi électorale, lois sur la corruption, réforme de l’armée et du RSP, etc. Sinon, les prochains élus ne feront les réformes que par intérêt et clientélisme politique, celui la même qui a fait que la loi sur la corruption a été vidée de sa substance et reportée en 2014, qui a guidé la création du RSP, retardé la relecture des grilles salariales (pour les civils, cela s’entend) et j’en passe. Laisser le nouveau président en tête à tête avec la garde prétorienne surarmée et (ils viennent de le montrer) peu républicaine de l’ancien président n’est ni sage, ni "démocratique".

    "Le tigre ne proclame pas sa tigritude..." Disait Wolé Soyinka. De même, alors même que cette déclaration énonce "sans arrogance...", le fait même de se donner raison sur le projet de référendum qui a causé des morts et valu le départ anticipé de Compaoré, et sur le droit de cette ancienne majorité à conduire l’avenir des Burkinabè après avoir si dramatiquement mésestimé sinon ignoré leur volonté est un acte d’arrogance sans pareille. La réconciliation et l’inclusion ne se dictent pas, ils se négocient et se justifient, et ce n’est visiblement pas l’approche des signataires de cette déclaration.

    Finalement, opposé par principe démocratique à ces propositions d’inéligibilité temporaire de ceux ayants voulu le changement constitutionnel, je commence à me demander si ce n’est pas préférable au vu de leur attitude...

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 04:27, par vérité no1 mon dernier message
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    On doit dissoudre ce parti simultanément avec le RSP ! Tenez-vous bien les amis, ces militaires du RSP gagnent 45000 fcfa par mois comme "indemnité de nourriture" et continuent quand même de manger à la cantine et arnaquent le contribuable ! Bande d’opportunistes, vous allez rejoindre les autres soldats et goûter la galère !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 06:49, par hv
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Que voulez-vous ? C’est normal que ces racailles sortent du bois et s’égosillent. Comme vous vous êtes empressés lever leur suspension avant même un mois au nom d’une prétendue et hypocrypte réconciliation, ce qui leur monte à la tête.
    Disslvons encore et maintenant ces partis vautours !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 07:25, par Madison palace
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    "Ils ont joué, ils ont perdu, c’est la règle du jeu... la vie continue". Que la transition sache quel est le sort réservé à ces assassins. Ils ont voulu mettre le feu au pays, le peuple a réagi et a gagné sa victoire. Ceux qui ont perdu ne doivent pas être laissés libre

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 07:35, par Madison palace
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Quand j’écoute des gens comme Tchériba, on sens que ce sont des vrais gens du CDP. Sinon, comment peut-on comprendre qu’on tue ton frère, ta soeur, ton père ou ta mère et on dit de venir t’asseoir avec l’assassin pour construire le pays. Tchériba, si tu n’as rien à dire, tais toi. Mets toi à la place des victimes du système. On tue juste pour le pouvoir et l’argent. C’est la grande erreur de la transition l’histoire de la participation de tout le monde. Le CDP a voulu aliéner ce pays et il n’a pas réussi. C’est le CDP que le peuple doit anéantir maintenant pour ne rien craindre maintenant. D’ailleurs les militants du CDP ont dit que si ce n’est pas Blaise, personne ne peut diriger ce pays. Donc, le CDP doit disparaitre puis que Blaise n’est plus là.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 07:39, par caso
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    CDP,ADF-RDA.....tous uni pour la revision de l’agticle 37 en faveur de Blaise, pouvoir a vie. encore tous uni pour souenir le desordre du RSP. quelle lecon avez vous tiré de l’insurrection. aucune laissez les Burkinabe digne de l’ETRE pleurer leurs martyrs et construirent leur pays

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 07:53, par Baguera
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Suis d’accord avec cette déclaration. Qui pouvait penser le 31 octobre que les responsables de la transition tomberaient si bas au point de permettre un retour en confiance de l’ancienne majorité en moins de 3 mois ? RDV aux élections générales d’octobre 2015. C’est au peuple de décider. Pas la peine d’insulter quelqu’un. Étonnant que Zida, les OSC, les partis de l’opposition se liguent tous contre l’ancienne majorité de façon désordonnée et éhontée. Vite que les élections arrivent et que Zida et sa clique nous foutent la paix et répondent de leurs forfaits.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:07, par Soleil de demain
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Les membres du "Front républicain" n’ont encore rien compris. Après avoir échoué dans leur tentative de tromper le peuple au profit du pouvoir autocratique, personnel et familial de Blaise COMPAORE, après avoir réussi a faire de de Blaise COMPAORE le MOBUTU du Burkina, voilà ces gens sans honte et sans vergogne qui vienne narguer le bon peuple. La dignité et la honte n’ont plus de sens pour eux. Depuis que Blaise a recruté le mercenaire Hermann YAMEOGO en y ajoutant Gilbert Noel OUEDRAOGO pour défendre sa cause, il était évident qu’il trouverait le peuple sur sa route. Les gens qui ont marqué le peuple par leur comportement de traitre pourront toujours gesticuler. Le vrai peuple les attendra toujours au tournant. "Front républicain" laisse le Burkina respirer. "Front de la tromperie et des bandits chefs" laisser nous respirer. Vous polluez l’air.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:16
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je ne suis d’aucun parti politique. Je pense sincèrement qu’il faut laisser tout le monde participer aux élections et c’est au peuple de choisir qui il veut. C’est ça l’inclusion qui est un point important de la charte de la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:32, par TAIWAN
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    svp ceux du front a savoir CDP, UNDD, TORCHONS ETC...... c’est mieux pour vous de rester tranquille. Vraiment je vous demande de rester tranquille et de revoir votre copie. Au moins l’insurrection populaire doit vous servir de lecon

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:34, par Ouagaskaïa Pravda
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Intervenant N° 73, Ibriga parle du droit, des textes auxquels le Burkina a souscrits. Tu aurais dû demander à Assimi Kouanda après sa funeste phrase "S’ils brûlent vos maisons, brûlez les leurs" ou encore de Yacouba Barry "’ils brûlent vos maisons, brûlez aussi et on verra qui sera le premier à avoir une autre maison". Encore que ces propos sont punis par les textes car étant des incitations à la violence. Ce que tu n’as pas eu le courage de faire car la soupe était toujours abondante.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:35, par El Magnifico
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    La Sainte Bible nous a enseignés les 7 années glorieuses qui ont précédé les 7 années de vaches maigres à l’époque des pharaons d’Egypte.
    Au Burkina, les 27 années glorieuses sont bel et bien passées pour le CDP et ses affidés. Qu’ils s’arment de courage pour affronter les 27 années de vaches maigres. Les vaches grasses dont parlaient Paramanga Ernest Yonly lors du meeting au Stade du 4 août ; ces vaches qui produisaient du bon lait ont maigries. Elles n’ont plus que la peau sur les os. Plus de lait donc. S’ils avaient eu l’intelligence de lire la Sainte Bible, ils auraient tiré profit des conseils de Joseph à Pharaon : constituer un important stock pendant les glorieuses pour affronter la disette. Mais comment peut-on être avisé quand on a des gens comme Assimi Idiotus Kouandus, Hermann Banditus hypocritus Yameogo, ect. pour conseillers ?
    De plus d’une quarantaine de têtes de moutons, d’ânes, de dindons, de porcs, etc. l’écurie de l’ex-majorité politique est passée à 6 têtes d’ânes (Leonce casseraolus Konus, Assimi Idiotus Kouandus, Hermann Banditus hypocritus Yameogo, René Emil-oscillus Kabor, Salvador Inconscientus Yaméogo, Malsaint Abelius Coulibalius), deux moutons (Ramus vampirium Kabor, Diao fantomus Konus) et un dindon (Saïdou imbecilius dindonus Compaoross). Les chameaux, les chevaux, les chèvres, ect. sont allés voir ailleurs. Tous des misérables dans la tête, des assoiffus pouvroiducus argentus. Courage à vous tout de même !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 08:53
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    ÉLECTIONS OUI, MAIS RÉCONCILIATION D’ABORD . CE REGROUPEMENT SEMBLE FAIRE PEUR AUX PYROMANES D’HIER. LE FRONT REPUBLICAIN GAGNE LES ELECTIONS PIAN !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 09:09, par lachimère
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Je crois ces messieurs du CDP ont la mémoire courte, de même que certains internautes. Je m’en vais leur rafraîchir la mémoire :
    1) Les "honorables" députés acquis (CDP, UPR, ADF/RDA, etc.) qui étaient chargés de voter la proposition de loi portant modification de l’article 37 ont reçu de l’argent (minimum 5 000 000 de frcs CFA). Question : une telle corruption commise par le CDP et son champion n’est-elle pas un crime puni par la loi ?
    2) Les "honorables" députés acquis (CDP, UPR, ADF/RDA, etc.) ont été "séquestrés" à l’hôtel indépendance par le CDP et son champion. Question : la séquestration n’est-elle pas un crime passible d’emprisonnement ?
    3) Les "honorables" députés acquis (CDP, UPR, ADF/RDA, etc.) ont signé des procurations blanches pour le vote sous la menace du CDP et son champion. Question : Un tel faux et tentative d’usage de faux ne sont-ils pas punis par la loi ?
    Il a fallu l’insurrection populaire pour mettre fin à cette velléité et certains députés acquis de dire ouf !!!! C’est au cours de cette insurrection que de valeureux combattants de la liberté sont tombés sous les balles assassines du RSP commandé par le CDP et son champion (parole d’un certain Alpha YAGO, qui avait déclaré qu’ils ont les armes, donc des hommes, donc le RSP).
    CDP et RSP, allez vous-en, allez vous-en de chez nous,
    Nous ne voulons plus de démocratie sous haute surveillance, qui entrave notre liberté, confisque notre économie, bafoue notre dignité,
    Nous ne voulons plus, nous ne pouvons plus, nous n’en voulons plus.
    Au Centre, nous n’en voulons plus ;
    Au Centre sud, nous n’en voulons plus ;
    Au Centre nord, nous n’en voulons plus ;
    Au Centre est, nous n’en voulons plus ;
    Au Centre ouest, nous n’en voulons plus
    Au Plateau central, nous n’en voulons plus ;
    A l’Est, nous n’en voulons plus ;
    Au Nord, nous n’en voulons plus ;
    Au Sahel, nous n’en voulons plus ;
    Au Sud ouest, nous n’en voulons plus ;
    Dans la Boucle du Mouhoun, nous n’en voulons plus ;
    Dans les Hauts-Bassins, nous n’en voulons plus ;
    Dans les Cascades, nous n’en voulons plus.
    Nous ne voulons plus, nous ne pouvons plus, nous n’en voulons plus.
    Voilà pourquoi vous devez disparaître à jamais dans les confins de l’oubli.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 09:38, par V
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Vous faîtes honte à votre peuple. Quelle arrogance !
    Ils ne reconnaissent toujours pas qu’ils se cont trompés. Ils tentent de justivier avec fatuité leur pacte diabolique avec le duo Compaoré.
    Je pense sans réserve qu’ils ne doivent pas avoir le droit de se présenter aux élections prochaines. Et si, ces bouffons continuent de traiter les arguments d’Ibriga de ridicules, s’ils ne modèrent pas leur discours, nous les luncherons comme les chiens qu’ils sont la prochaine fois.
    Un conseil, excusez-vous sincèrement, réfléchisser et peut-être seriez-vous pardonnez.
    Sinon votre condescendence vous perdra.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 09:53, par SIDNOMA
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    On ne veut plus de vous sur la scène politique au Burkina, champions de la malcause ; cédez la place aux jeunes si vous voulez vraiment que votre cdp ressuscite. Vous mêmes vous savez que votre parti agonise et personne ne vous prend encore au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 11:13, par Transparent
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ce qui est choquant, c’est de voir des gens qu’on ne devrait pas avoir en mémoire toute pensée y relatives.

    C’est dire que la vie humaine ne coûte rien au faso ; surtout pour peu que l’on soit d’une certaine stature.

    Heureusement, la loi divine s’applique à tous, sans exception.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 11:31, par Transparent
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ce qui est choquant, c’est de voir des gens qu’on ne devrait pas avoir en mémoire toute pensée y relatives.

    C’est dire que la vie humaine ne coûte rien au faso ; surtout pour peu que l’on soit d’une certaine stature.

    Heureusement, la loi divine s’applique à tous, sans exception.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 11:45, par yayous
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Sans passion ,ni parti pri je pense que là ils ont raison.
    Ibriga est la honte des prof de droit ,oui parcequ’il se fait appelé Pr alors qu’il ne l’ai pas sur le travail valider par le CAMES. dejà preuve de mensonge de sa part dit au gens que tu es Maitre de conférence ou Maitre assistant à l’UO2 c’est ca etre honnete intellectuellement. Ibriga , tu insulte le RSP alors que c’est des agents d’une institution militaire ? si on doit poursuivre ta logique tu doit repondre devant les juges des injures que tu fait à des citoyens burkinabè. Oui tu n’est plus burkinabè que les autres ? Au soir du 11octobre 2015 tu quittera ton poste pour nous rejoindre à l’UO2. C’est clair. Maintenant que tu defend tes interêt alors il faut que tu crée ton parti sinon ,leministre Barry doit appliquer la loi sur toi et certain OSC comme le CAR de Hervé OUATTARA(honte des cnt avec ses collègues sauf le PAREN qui fait des propositions de loi pour l’avenir du pays (merci Barry Président) ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 12:18, par Nangbila Kaboré
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Les autorités de la transition risquent dans leur laxisme, de se rendre coupable de génocide au Burkina. Pendant 27 ans, des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants ont perdu la vie ou ont été affligés du seul faite de leurs opposition au système compaoré. Aujourd’hui, au nom de je sais quoi, la transition permet aux instruments et aux personnes ayant construit de système de narguer les affligés, partagés entre pardon et ...

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 13:00, par MOI MEME
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    SOS. Où est passé Achille TAPSOBA dans tout ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 13:07, par dja
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Chers frères et sœurs du pays des hommes intègres, voyez-vous, ces gens du CDP et autres affiliés sont convaincus qu’ils n’ont aucun candidat sérieux à même de gagner les élections présidentielles à venir. Ceci parce qu’ils ont passé leur temps à penser qu’il n’y avait que Blaise Compaoré pour diriger ce pays. Conséquence, ils n’ont pas préparé quelqu’un pour le succéder. Et comme ils sont profondément conscients de cela, et comme ils ne se sont pas encore avoués vaincus, ils manipulent le RSP afin que tous les hommes de ce régiment proches de Blaise Compaoré restent dans la haute hiérarchie de ce corps. Ainsi, celui qui sera élu au soir du 31 octobre sera littéralement déposé par le RSP afin de faire revenir Blaise Compaoré ou quelqu’un du CDP. Sinon comment peut-on expliquer que l’ex aide de camp de Blaise, ce Coulibaly qui s’est fait nommé tout dernièrement, continue d’aller rendre visite à son mentor en Côte d’Ivoire comme si de rien n’était ? Est-ce pour s’enquérir de sa santé ou plutôt prendre des conseils voire des ordres de Blaise afin de troubler notre transition ? Ne nous laissons pas duper par ces mauvais perdants qui se disent des stratèges.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 13:21, par FOFOMA
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Il est devenu urgent de mettre fin à cet débat qui ne fait que surchauffer le climat social de notre pays le Burkina Faso. Les acteurs de la vie publique de tous bord doivent s impliquer dans le sens de l’ approfondissement de la démocratie dans l’ inclusion de tous ses fils et filles. l’ essentiel c’ est pouvoir organiser des élections crédibles libres transparentes non violentes le 11 octobre prochain. La haine et l’ intolérance ne sont pas nos meilleures alliées dans la construction de notre cher pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 13:38, par dja
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Chers frères et sœurs du pays des hommes intègres, voyez-vous, ces gens du CDP et autres affiliés sont convaincus qu’ils n’ont aucun candidat sérieux à même de gagner les élections présidentielles à venir. Ceci parce qu’ils ont passé leur temps à penser qu’il n’y avait que Blaise Compaoré pour diriger ce pays. Conséquence, ils n’ont pas préparé quelqu’un pour le succéder. Et comme ils sont profondément conscients de cela, et comme ils ne se sont pas encore avoués vaincus, ils manipulent le RSP afin que tous les hommes de ce régiment proches de Blaise Compaoré restent dans la haute hiérarchie de ce corps. Ainsi, celui qui sera élu au soir du 31 octobre sera littéralement déposé par le RSP afin de faire revenir Blaise Compaoré ou quelqu’un du CDP. Sinon comment peut-on expliquer que l’ex aide de camp de Blaise, ce Coulibaly qui s’est fait nommé tout dernièrement, continue d’aller rendre visite à son mentor en Côte d’Ivoire comme si de rien n’était ? Est-ce pour s’enquérir de sa santé ou plutôt prendre des conseils voire des ordres de Blaise afin de troubler notre transition ? Ne nous laissons pas duper par ces mauvais perdants qui se disent des stratèges.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 13:56, par Gaël
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    A la question à laquelle, ils doivent répondre , c’est qui Blaise à légué ses supers pouvoirs de gouvernance avant fuir chez ses beaux ? rappelons qu’il y a environ 4 mois aucun de ceux qui sont dans ce mouvement de front et particulièrement du CDP, la locomotive du groupe, n’a jugé avoir les aptitudes pour gouverner le Burkina, d’où la modification de l’article 37 à tout prix. De grâce allez vous reposer, tout a une fin, même la politique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 14:38, par dja
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Chers frères et sœurs du pays des hommes intègres, voyez-vous, ces gens du CDP et autres affiliés sont convaincus qu’ils n’ont aucun candidat sérieux à même de gagner les élections présidentielles à venir. Ceci parce qu’ils ont passé leur temps à penser qu’il n’y avait que Blaise Compaoré pour diriger ce pays. Conséquence, ils n’ont pas préparé quelqu’un pour le succéder. Et comme ils sont profondément conscients de cela, et comme ils ne se sont pas encore avoués vaincus, ils manipulent le RSP afin que tous les hommes de ce régiment proches de Blaise Compaoré restent dans la haute hiérarchie de ce corps. Ainsi, celui qui sera élu au soir du 31 octobre sera littéralement déposé par le RSP afin de faire revenir Blaise Compaoré ou quelqu’un du CDP. Sinon comment peut-on expliquer que l’ex aide de camp de Blaise, ce Coulibaly qui s’est fait nommé tout dernièrement, continue d’aller rendre visite à son mentor en Côte d’Ivoire comme si de rien n’était ? Est-ce pour s’enquérir de sa santé ou plutôt prendre des conseils voire des ordres de Blaise afin de troubler notre transition ? Ne nous laissons pas duper par ces mauvais perdants qui se disent des stratèges.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 14:46, par dja
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Chers frères et sœurs du pays des hommes intègres, voyez-vous, ces gens du CDP et autres affiliés sont convaincus qu’ils n’ont aucun candidat sérieux à même de gagner les élections présidentielles à venir. Ceci parce qu’ils ont passé leur temps à penser qu’il n’y avait que Blaise Compaoré pour diriger ce pays. Conséquence, ils n’ont pas préparé quelqu’un pour le succéder. Et comme ils sont profondément conscients de cela, et comme ils ne se sont pas encore avoués vaincus, ils manipulent le RSP afin que tous les hommes de ce régiment proches de Blaise Compaoré restent dans la haute hiérarchie de ce corps. Ainsi, celui qui sera élu au soir du 31 octobre sera littéralement déposé par le RSP afin de faire revenir Blaise Compaoré ou quelqu’un du CDP. Sinon comment peut-on expliquer que l’ex aide de camp de Blaise, ce Coulibaly qui s’est fait nommé tout dernièrement, continue d’aller rendre visite à son mentor en Côte d’Ivoire comme si de rien n’était ? Est-ce pour s’enquérir de sa santé ou plutôt prendre des conseils voire des ordres de Blaise afin de troubler notre transition ? Ne nous laissons pas duper par ces mauvais perdants qui se disent des stratèges.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 16:07, par Djaly
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    OK, la leçon n’est vraiment pas passée !

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 23:26, par Encore, encore
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Si le ridicule tuait ! des gens sans personnalité

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2015 à 10:26, par JusteRetourDesChoses
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    C’est bien de vous que nous tenons des affirmations arrogantes telles "Nous allons modifier l’aricle 37 Pian !!!"... "Nous allons modifier l’article 37 et alors". Arretez de nous intoxiquer et de nos masturber les meninges avec vos discours a la Ciceron. On vous connait. De trahison vous devriez etre tenus pour. On ne peut peut berner TOUT un peuple TOUT temps. On a tout compris. On ne pietine pas les test... de l’aveugle 2 fois. C’est bon comment sa. Arretez SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2015 à 11:44, par N’dabi
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Ne donnons pas raison à ces quidam des temps modernes en les interdisant, car, cela pourrait les conforter dans leur exercice de victimisation. Alors de grâce, respectons le point ,"inclusive" de la charte de la transition, afin de réfléchir de manière posée, et les écarter par les règles démocratique. S’ils ne sont pas des idiots, ils devraient comprendre qu’ils ont touché le fond de l’eau, et à cela, ils se débattent comme peuvent. Donc, à force de faire de la brasse coulée, ils couleront d’un instant à l’autre. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2015 à 11:26, par Pour la Paix au Faso
    En réponse à : Propositions de dissolution de certaines formations politiques : Les partis de l’ex-majorité présidentielle s’insurgent

    Pour ma modeste contribution, j’aimerais demander aux frères qui ont signé cette déclaration qu’on fasse preuve de sincérité et d’objectivité. Le texte de l’Union Africaine dit : " Les États parties conviennent que l’utilisation, entre autres, des moyens ci-après pour accéder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstitutionnel de gouvernement et est passible de sanctions appropriées de la part de l’Union :
    - Tout putsch ou coup d’Etat contre un gouvernement démocratiquement élu...
    - Tout amendement ou toute révision des constitutions ou des textes juridiques "QUI PORTE ATTEINTE AUX PRINCIPES DE L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE. "
    Est-ce la modification de l’article 37 portait atteinte ou non à l’alternance démocratique ? Répondez sincèrement à vous-même. Est-ce que cela ne visait pas à MAINTENIR un individu au pouvoir, après 27 ans de règne sans partage, sans tenir compte du principe de la non rétroactivité de la loi, la modification devant s’appliquer à lui-même, comme ce fut le cas lors de la révision précédente, lui permettant, d’abord, de terminer son mandat en cours, et lui donnant encore 15 ans + 27 ? Est-ce cela l’alternance prônée par le texte de l’UA ? En présentant le projet de modification de l’article 37 uniquement comme un projet visant la limitation du mandat présidentiel à 3 (initialement 2), si l’on ne reconnait pas que ce projet visait également le maintient d’un individu au pouvoir, c’est manquer d’honnêteté, mais c’est aussi reconnaitre, sans le dire, que cet aspect que vous cachez ou refusez sciemment d’aborder traduit le caractère anti démocratique contre une éventuelle alternance.
    D’un autre côté, il est notoire que la corruption et l’intimidation ont été utilisées pour arriver à cette fin (les individus ont reçu des sommes d’argent pour les amener à changer d’avis et à s’engager dans le processus de modification). Est-ce cela que vous présentez comme étant la voie démocratique suivi pour la modification ?
    Pour terminer, le peuple avait cru que vous reconnaissiez votre erreur, disons votre bévue qui était ce projet machiavélique et que vous aviez demandé pardon. maintenant que cela se retourne contre vous, vous tentez encore de défendre ce ’’maudit’’ projet de modification de l’article 37 qui a causé tant de peine et de deuil à notre pays.
    Sachons raison garder et que chacun œuvre dans le sens du pardon et de la réconciliation, sans pour autant réfuter la justesse et la légitimité de l’insurrection des 30 et 31 octobre.
    Paix pour le Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés