Master en sécurité alimentaire et biotechnologie : Un conclave à Ouaga pour réfléchir sur les modules de formation

mercredi 11 février 2015 à 00h08min

L’université de Ouagadougou abrite depuis ce lundi 9 février 2015 un atelier sur la mise en œuvre des modules de formation de niveau Master sur la sécurité alimentaire et la biotechnologie en Afrique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Master en sécurité alimentaire et biotechnologie : Un conclave à Ouaga pour réfléchir sur les modules de formation

Sous l’initiative de plusieurs universités dont l’Université de Groningen (Pays- bas), l’Université d’Eldoret (Kenya), l’Université de Nsukka (Nigeria) et en collaboration avec le Réseau Africain d’expertise en Biosécurité (ABNE) ; il s’est ouvert, ce lundi 9 février 2015 à l’université de Ouagadougou, un atelier de plusieurs jours-du 9 au 14 février- dans le cadre du projet EDULINK-FSBA. Une vingtaine d’enseignants-chercheurs de quatre pays (Kenya, Nigéria, Pays- Bas et Burkina Faso) prennent part à l’atelier. Il s’agit entre autres du Docteur Peter Weesie de l’université de Groningen en Hollande, du Professeur Jerry Ugwuanyi de l’université de Nsukka au Nigeria ; du Professeur Miriam Kinyua du Kenya ; du Professeur Diran Makinde de l’ABNE-NEPAD. Après le mot de bienvenue du Professeur Mamoudou H. Dicko, coordonnateur national du projet Master en Sécurité Alimentaire et Biotechnologie en Afrique ; la parole est revenue au directeur de l’Unité de formation et de recherche Science de la vie et de la terre (UFR/SVT), Pr Joseph Boussim. « Le présent atelier à mi-parcours a pour objectif principal de réfléchir sur la mise en œuvre des modules de formation de niveau Master sur la sécurité alimentaire et la biotechnologie et vise donc à recueillir les contributions des différents acteurs afin d’enrichir le contenu des modules », a indiqué Joseph Boussim. Et de relever les enjeux du projet pour le Faso et la région : « à l’instar de beaucoup de pays sahéliens, le Burkina Faso a été confronté en 2012 à une crise alimentaire qui a mis à rude épreuve les capacités de résilience de nos braves populations des villes et campagnes. Pour faire face à cette situation, la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA a mis en place un Comité de Haut Niveau sur la Sécurité alimentaire dans l’espace UEMOA. Ce Haut Comité a identifié quelques axes d’intervention prioritaire pour la relance de la production et de la productivité agricole dont on peut citer en exemple : la recherche agricole et le transfert de technologies ; l’accroissement des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques ; le développement d’instruments régionaux de gestion de la sécurité alimentaire ; l’amélioration de l’état nutritionnel ; le renforcement des capacités, etc. Le rôle stratégique de la biotechnologie pour assurer la sécurité alimentaire, demeure l’une des préoccupations les plus importantes dans ces domaines. C’est dans cette quête de l’efficacité que les chercheurs des universités ci-dessus citées ont choisi la sécurité alimentaire et la biotechnologie comme domaine d’intérêt ».

Résultats attendus

De cet atelier dont une partie se déroulera dans des champs de coton BT dans la région de Bobo-Dioulasso, sont attendus des ébauches de contenu « in put » des modules suivants :
- La sécurité alimentaire, les systèmes agricoles, et l’utilisation de la technologie ;
- Biotechnologie : historique, état actuel des connaissances, et avenir ;
- Réponses de la société à l’émergence de la biotechnologie
- Approches de Réglementation et de politique dans le domaine de la biotechnologie
- Éthique et visions du monde dans le domaine des biotechnologies
- Adapter la biotechnologie : vers une responsabilité sociétale et des approches spécifiques aux pays. Et si tout se passe comme prévu, le Master en sécurité alimentaire et biotechnologie en Afrique sera ouvert pour la rentrée académique 2016-2017. Le présent atelier fait suite à deux autres ateliers. L’un a été organisé le 10 septembre 2013 sur le thème : « stratégies d’implication de l’enseignement supérieur pour une sécurité alimentaire durable au Burkina Faso » et l’autre, le 28 mars 2014 sur le thème « Sécurité Alimentaire et Biotechnologie : quels nouveaux modules de niveau Master pour l’Enseignement Supérieur ».

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés