Fête de la Nativité : les élèves et étudiants de Koudougou étaient aussi de la partie

samedi 27 décembre 2014 à 02h28min

L’Eglise a célébré, ce 25 décembre 2014, la fête de la Nativité. Cette fête fait partie des solennités de l’Eglise et est également la plus populaire des fêtes. Ainsi, à l’instar des chrétiens du monde entier, les fidèles du diocèse de Koudougou ont pris d’assaut les églises pour la circonstance. Les élèves et étudiants de l’aumônerie de Koudougou n’ont pas dérogé à la règle. Entouré des jeunes mais aussi de fidèles sympathisants, l’Abbé Benjamin Balaya, aumônier national des jeunes, a présidé l’Eucharistie de Noël, le 24 décembre, au sein de l’aumônerie des élèves de Koudougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fête de la Nativité : les élèves et étudiants de Koudougou étaient aussi de la partie

Les Chrétiens célèbrent une fête particulière chaque 25 décembre : c’est Noël. Tous les chrétiens du monde la célèbrent avec grande foi et joie dans l’espoir de bénéficier de nombreuses grâces de la part du Messie-Emmanuel. Dans le diocèse de Koudougou, précisément à l’aumônerie scolaire, une célébration Eucharistique a marqué la fête. Débuté à 20h, l’Abbé Benjamen Balaya, aumônier national des jeunes et également aumônier diocésain des jeunes du diocèse de Koudougou entouré de trois autres de ses confrères ont célébré la messe marquant la nativité du Seigneur, au grand bonheur des fidèles chrétiens.

Les textes liturgiques de la nuit, Is 9,1-6, Timothée 2,11-14 et Luc 2, 16-14 ont constitué les enseignements de la nuit marquant la nativité du Seigneur.
Que signifie Noël ? L’Abbé Benjamen dans son homélie est revenu là-dessus. Noël, c’est la fête de la rencontre amoureuse entre la divinité et l’humanité et cela dans la personne de jésus-sauveur. Noël, c’est le Dieu très haut qui fait un saut inqualifiable vers c’est créatures que nous sommes. Avec Jésus, un monde nouveau voit le jour, un monde où le bien doit prendre le dessus sur le mal, où l’amour fraternel doit être plus fort que la haine et un monde où la justice et la paix doit s’embrasser pour embrasser nos cœurs de la vie même de Dieu. Dieu nous présente sa logique qui est celle du dépouillement, de l’humilité, de l’amour vrai qui laisse à l’amour humain la liberté de la reconnaître.

Et, c’est à travers la triste histoire de Mark Doffer que l’Ab Benjamen nous illustre cela ? Il raconte en effet ceci : « Après la guerre du Vietnam, un soldat du nom de Mark Doffer appelle ses parents pour leur annoncer qu’il allait rentrer à la maison avec un compagnon de guerre. Emus jusqu’aux larmes d’apprendre que leur fils est encore vivant, les parents acceptent aussitôt qu’il amène sous leur toit son ami des jours difficiles. Après un temps de silence, le jeune homme apporte quelques précisions : l’ami que je veux amener est hélas un mutilé qui n’a nulle part où aller, il a perdu une jambe et un bras pendant la guerre. Voulez-vous vraiment qu’il vienne avec moi ? A ces mots, les parents observent un silence lourd et embarrassé avant de répondre : « nous sommes désolé mais nous ne pouvons pas le prendre chez nous ». Malgré son insistance, le jeune Mark n’arrive pas à convaincre ses parents. Il raccroche alors le téléphone et depuis lors ses parents n’entendent plus parler de lui jusqu’à ce que un jour, un agent de la police les appelle pour venir identifier à la morgue le corps de leur fils qui s’est suicidé en se jetant du pont de San Francisco.

Arrivés sur les lieux, les parents n’arrivent pas à prononcer un seul mot : c’est bien leur fils mais avec une jambe et un bras. C’était lui, l’ami mutilé de guerre… ». ainsi dit-il, bien souvent nous ressemblons aux parents de Mark car nous aimons ceux qui nous semblent aimables, sans défauts tandis que Dieu préfère s’identifier aux pauvres et aux laissés pour compte, ceux qui sont sans valeur aux yeux des hommes.
Noël est un cadeau de Dieu qui nous est offert et que nous sommes appelés à partager à travers nos gestes qui changent nécessairement et positivement la vie. Le célébrant a par ailleurs souhaité que partout dans nos familles, nos communautés, nos milieux de vie, dans le monde chacun puisse dire plus jamais ces massacres de tant d’hommes et de femmes, plus jamais ces avortements volontaires qui deviennent une norme, plus jamais ces abandons d’enfants… il a invité les jeunes à cultiver les valeurs du christ par l’écoute et la mise en pratique des conseils des parents. Saisissant également l’occasion, il a souhaité une bonne fête de Noël à tous les jeunes et à la population burkinabé tout entière.

Dans le but bien fêter Noël et de mieux fraterniser, les différents mouvements ont organisés une soirée récréative après la messe qui a pris fin au environ de 22h. Théâtres, danses, animations étaient donc au programme. Et afin de joindre l’ultime à l’agréable, un mini-marché pour permettre à ceux qui était là d’avoir de quoi manger et boire pendant la soirée.

Kabore S.Rosine (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés