Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

jeudi 25 décembre 2014 à 01h51min

« Face à la presse », c’est la dénomination du nouveau rendez-vous des organes de la transition avec le peuple, à travers les médias, par devoir de redevabilité. Pour le premier numéro qui a eu lieu le 24 décembre 2014, quatre ministres étaient à la ‘’barre’’. Bilan de la mise en œuvre de la transition, suspension du CDP, de l’ADF-RDA et de la FEDAP-BC, bilan des privatisations et amélioration du climat des affaires, affaire SOCOGIB… ce sont entre autres sujets à l’ordre du jour.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

Les quatre ministres à animer ce premier « Face à la presse » étaient : Auguste Denise Barry de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité ; Réné Bagoro de l’habitat et de l’urbanisme ; Hyppolite Dah de l’industrie, du commerce et de l’artisanat ; et tout naturellement le ministre de la communication, chargé des relations avec le Conseil national de la transition (CNT), porte-parole du gouvernement.
Ce rendez-vous vise à donner des informations, mais aussi à recueillir les préoccupations des populations en vue de leur implication réelle dans la mise en œuvre de la transition. « Face à la presse » se veut mensuel et est ouvert aussi bien au gouvernement qu’aux autres institutions de la transition. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, la dénomination « Point de presse du gouvernement » a été abandonnée. « Ce cadre participe de la volonté des plus hautes autorités d’établir et d’entretenir une bonne communication pour une mise en œuvre réussie de la transition », soutient Frédéric Nikiema, le ministre de la communication, chargé des relations avec le CNT, porte-parole du gouvernement.

Un mois après, peut mieux faire

Premier à intervenir, le porte-parole du gouvernement a fait le point des actions déjà menées par les organes de la transition. Ce, afin de permettre d’apprécier le chemin parcouru en un mois d’exercice. Il cite pêle-mêle la stabilisation des institutions, la mise en place des organes de la transition, l’inhumation des martyrs suivi d’un hommage national, la reconquête de la confiance et de l’estime des partenaires techniques et financiers, la célébration réussie du 11 décembre, le respect des engagements et obligations du pays au plan national et international… « Vous conviendrez avec moi qu’il s’agit d’un résultat appréciable vu les circonstances et au regard de la situation que nous avons connue », confie le porte-parole du gouvernement.
Mais, il reconnait que les attentes et les aspirations du peuple burkinabè sont encore fortes et légitimes. « Pour cela, nous devons travailler avec méthode et cohérence. Nous devons tout simplement nous hâter lentement », confie Frédéric Nikiéma.
Pour honorer la mémoire des martyrs tombés au cours de l’insurrection populaire, le gouvernement invite les populations à la sobriété durant les fêtes de fin d’année. En tous les cas, l’exécutif donne l’exemple. D’ores et déjà, « le Président du Faso a instruit les membres du gouvernement pour que les traditionnelles cérémonies de présentation de vœux ne soient pas suivies cette année de collation en mémoire aux martyrs ».

Fêtes de fin d’année : Plus 4866 agents pour sécuriser le territoire national

A la veille des fêtes de fin d’année, les voyages, transactions et autres mobilités se multiplient. Pour plus de sécurité des citoyens, Auguste Denise Barry annonce que son département va déployer plus de 4866 agents de force de l’ordre et de sécurité à travers le territoire national.
Revenant sur la suspension de l’ADF-RDA, du CDP et de la FEDAP-BC, le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry assure que la décision est non seulement opportune. « Dans un Etat de droit, la liberté est certes le principe, mais si la liberté d’un individu ou d’un groupe d’individus est susceptible de nuire à la sécurité nationale, il appartient aux autorités sécuritaires ou judiciaires de les en priver temporairement ou définitivement. L’opportunité de ces arrêtés est avérée et juste. Que tous ceux qui se sentent offusqués par ces arrêtés pensent à la sécurité et à la paix dont notre peuple a besoin pour conduire à bien la transition », explique-t-il. Avant d’enchainer : « Gouverner, c’est prévoir et prévoir c’est anticiper. Alors permettez-nous de prendre les devants avant qu’il ne soit trop tard et au risque que vous (journalistes) ne nous reprochiez de n’avoir pas vu venir les choses ».

La SOCOGIB n’a pas été vendu à 1F symbolique

Comme il fallait s’y attendre, Réné Bagoro, le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, est revenu sur la question de la SOCOGIB et de l’ex-camp fonctionnaire. « Des informations concordantes révèlent que le processus de privatisation de certaines sociétés n’a pas respecté les règles en la matière. Donc, le premier ministre de la transition a pris la décision politique de procéder à un examen minutieux du processus de privatisation de ces sociétés. Cette décision se donne pour mission de corriger un certain nombre d’injustices commises sous l’ancien régime », précise-t-il d’entrée. C’est dire que des sociétés privées pourraient revenir sous la gestion directe ou indirecte de l’Etat dans les semaines ou mois à venir. Mais, le ministre de l’habitat assure qu’il ne s’agit aucunement d’ouvrir une chasse aux sorcières.
Au nombre des sociétés dans le collimateur des autorités de la transition, il y a la SOCOGIB, jusque-là propriété de Alizèta Ouédraogo. Une enquête a été diligentée et des mesures conservatoires ont été prises, notamment la mise sous scellées des bureaux de l’entreprise et certains responsables ont été entendus. Ce sont les résultats de cette enquête qui permettront de prendre une décision appropriée respectant toutes les règles du droit, précise le ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Il reconnait par ailleurs que la société n’a pas été vendue à un franc symbolique, comme l’avait laissé entendre le premier ministre. Mais, elle aurait été sous-évaluée au moment de la vente, voire bazardée.
Quant à l’ex-camp fonctionnaire, Réné Bagoro soutient qu’il reviendra à sa destination initiale à savoir l’érection en parking paysager communal. Toute chose qui permettra de résoudre un tant soit peu les problèmes de stationnement générés par les grands équipements voisins que sont la cathédrale, le stade municipal, la maison des jeunes et de la culture de Ouagadougou, la place de la révolution… L’aménagement est déjà en cours.

59 sociétés privatisées

Hyppolite Dah, ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, lui est revenu sur les privatisations des entreprises burkinabè entamées en 1991, avant de se pencher sur le climat des affaires et mesures de soutien aux investisseurs. 59 entreprises ont été privatisées suivant six modalités (cession d’actifs, cession d’actions, concessions d’exploitation, augmentation de capital, location gérance et location-vente). Il ne reste plus que la SONABHY sur la liste des entreprises à privatiser, a-t-il rappelé.
Aussi, 109 réformes ont été mises en œuvre depuis 2009 pour promouvoir le climat des affaires. Mais, les effets ne se font pas sentir véritablement. C’est dire que notre pays doit redoubler d’efforts pour améliorer son classement dans le climat des affaires (actuellement 160e). Parce que les bailleurs de fonds y sont très regardants.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 décembre 2014 à 02:14
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Que ce gouvernement n’essaie pas de rouler dans la farine. Nous avons des informations selon lesquelles les crimes et indélicatesses économiques des responsables et membres du MPP, anciens gourou du pouvoir seraient entrain d’être nettoyées ou cachées. Ces gens doivent aussi répondre des comptes de Blaise comparé. On doit tout clarifier avant que les gens qui ont d’une manière ou d’une autre géré avec Blaise puissent se présenter. Le premier Ministre a dit, si ressort que lui-même est responsable de quoi que ce soit, il va répondre. Il n’y a pas de raison que Roch et ses amis ne répondent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 06:58, par YIRMOAGA
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Voilà un bon geste de la transition à l’endroit du peuple. Les 4 Ministres ont donné une bonne impression et cela est rassurant. Le PF et le PM gagneraient à faire partir le Ministre mis en cause, le DG abattoir BOBO et organiser un test pour candidature pour le directeur cameg.Faire marche arrière n’est pas une faiblesse, mais une responsabilité grandissante, surtout finir la transition dans une alternance dans le sens du progrès et de la stabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 09:02, par ya rien en face
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Franchement Zida doit démissionner pour le simple fait d’avoir sans vergogne mentir publiquement au peuple burkinabè. Comment l’une des plus hautes autorités de l’Etat, se permet-il de balancer, une si importante information sans une vérification préalable ? Diantre ! qu’est ce qu’il vous arrive ? je sens une conspiration contre le peuple burkinabè.Et voila le pauvre Bagoro, qui maladroitement essaie de dire que vous n’avez pas dit ce que vous avez dit.c’est dégueulasse. Dire que le premier ministre en disant que la privatisation de la SOGOCIB effectuée à 1 cfa symbolique, voulait dire simplement que la société a été évaluée en deçà de sa valeur réelle est une absurdité intellectuelle doublée de malhonnêteté. A l’allure, Zida dira un jour que 1+1 ne donne pas forcement pas 2 et le ministre des enseignements secondaire trouvera que mathématiquement Zida a raison en essayant de rentrer dans des théories à vous couper le souffle. Y a rien en face

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 09:30, par oran
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Internaute 1. Dis nous de quelles preuves vous disposez. Sans l’apport de tous et aussi des RSS on serait encore dans la rue en train de marcher contre blaise. Arrêtez votre machine à détruire les acquis. Je doute fort que vous ayez manifesté contre blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 09:34, par oran
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Bravo. Vous maîtrisez bien vos dossiers. On vous suit parce qu’on vous croit. Bons vents.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 09:39, par Abibata
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Merci infiniment au gouvernement pour ce point de presse qui marque la fin de l,amateurisme.En effet,moi qui suis les evenements avec beaucoup d,attention qu,elle fut mon etonnement lorsque Mr le PM declare sous l,emotion la vente a 1frs symbolitique de la socogib pour celui qui connait le BF aucune personne ni groupe de personne peut s,approprier d,un patrimoine de l,etat gratuitement fut-il la belle mere nationale car le Burkina est different des autres c,est un pays plus ou moins ou l,etat fonctionne.Aussi tot la nouvelle est tombee Je m,en suis procure de la copie du chèque emis Par la societe AZIMMO lors de la transaction au profit de l,etat Burkinabe via une institution bancaire sur place.PAr ailleurs,l,entreprise socogib etait deficitaire depuis 1975 et cumulait une dette s,elevant a plus de 5.000.000.000frscfa d,ou sa privatisation etait une necessite pour l,etat.Grosso modo l,operation a coute presque une bagattelle de 7.000.000.000frscfa a la societe AZIMMO.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 10:09, par Ouédraogo Wendimi
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    9a ne serait pas juste et équitable d’absoudre les pêchés des Mppistes pour ne charger que leurs camarades de tous les temps. Quand un fonctionnaire fête des milliards, il y lieu de s’interroger. Fussent-ils Roch, Simon ou Salif. Soyons justes envers tout le monde.
    Justice, équité, réconciliation.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 10:20, par yayous
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Félécitation au membre du gouvernement,
    Monsieur le ministre de la MATD ,votre explication juste ici ne tient pas la route,si gouverné c’est prevoir alors pour quoi depuis lors les anciens dignitaire du regime autre que le CDP/ADF font meeting et parle de 17morts de leur militant sans qu’on est identifier les martyr ,vous n’avez rien fait ,pour les avertir et d’un coup vous prenez des decisions sans fondement juridique ? il faut suspendre tous les partis politiques pour un mois au moins en la mémoire de nos martyrs et bloquer les compte de tous les anciens du regime y compris ablassé ouédraogo afin de voir claire et permettre à tous de justifier de quoi on l’accuse.
    Du reste félicitation à vous pour ce que vous faite pour la sécurité du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 10:27, par youblobissan
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Internaute N0,pourquoi s’en prendre seulement aux dirigeants du MPP alors qu’ il n’y pas seulement que des crimes économiques et ils ne sont pas les seuls ? Il y aussi les crimes de sang. Avez vous eu justice pour les martyrs des 30 et 31 ? L’argent vaut il mieux que la vie ? Toi tu te plainds parce que tu vis. Que tout le monde rende compte au peuple de leurs actes ( vols, assassinats, et autres.) Les réactions sous l’effet des aigreurs et de la jalousie ne résolvent pas les problèmes d’une société.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 11:33, par Gratte-Cu
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    . pas fameux cette sorti devant la presse. 8a poudr aux yeux ! des cntrverite. l’onea n’a jamais ete privatiser comme dit le ministre des commercants

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 11:47, par Mon Oeuil
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    vairèment ... commen on va fait ? une admistration qui vend des entrprise et qui na pa de papier pour controler ; monsiuer le minitre de industi doit voi ses service

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:00, par L’Oeil divin
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    j’avoue que je suis très déçu de Zida, très déçu...un premier ministre qui va sortir dire publiquement que la SOCOGIB a été cédée à 1F symbolique alors que ce n’est pas le cas ? non je lui retire ma confiance définitivement. A t-on besoin de mentir au peuple sur un tel élément ? Rien ne me dit aujourd’hui que sur les autres aspects, il n’a pas menti. Rien...Un petit conseil au très respecté juge Bagoro : il faut qu’il aide Zida à recadrer bien de choses et à temps ; sinon c’est lui son image qui va prendre un coup à la fin. J’ai parlé...

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:04, par Titan
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Pourvu que cette tradition soit respectée ! je trouve ces ministres prêts à faire leur boulot
    Bon vent !

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:20, par Le Burkina d’Abord
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Bravo ! Test presque réussi !! Il ne faut surtout pas vous laisser distraire, chers ministres ! Il faut surtout éviter l’autocongratulation qui a été un des traits caractéristiques du régime Compaoré. Il faut éviter la complaisance dans le choix des individus qui doivent accompagner le gouvernement dans ses actions ! Eviter le copinage pour privilégier le mérite ! Dans tous les cas les mêmes causes produisent les mêmes effets ! Et dans tous les cas, vous répondrez devant l’histoire ici, et de vos actes dépendra votre avenir politique à l’issue de la transition. Aujourd’hui les vieilles casseroles que trainent certains responsables justifient leur récusation systématique par les populations ! Il faut donc songer à être "propre" ! Bien sûr nous sommes des humains et ne sommes par conséquent pas parfaits ! Il faut être dans l’action et le Burkina d’Abord !

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:43
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    hahahahahaha.....les aigris,les nostalgiques de l’ancien régime moribond de blaise compaoré sont encore là à criminaliser le mpp. c’est tout à fait compréhensible car sans l’apport oh combien appréciable,ces voyous de la compaorose compradore seront certainement au pouvoir entrain de nous narguer. pian ! souffrez que c’est fini pour vous et le prochain président du faso sera soit rock kaboré,soit zeph diabré ou maître sankara. bien sûr ma préférence va à ce dernier mais si c’est diabré,je serai aussi content et c’est rock,ça me va aussi. quant au point de presse proprement dit,je conseille à la transition de ne pas se "hâter lentement" ce qui est un oxymore mais de passer à la vitesse supérieure car mon rêve,au lieu de suspendre ces partis criminels,il faut mettre aux arrêts ces partisans zélés qui sont d’ailleurs déjà politiquement morts et ils ont pour noms:assimi kouanda,yé bognessan,soungalo ouattara,hermann yaméogo,alain yoda,achille tapsoba,gilbert ouédraogo,salia sanou,bougouma jérome,maxime kaboré,alain zoubda,alain edouard traoré,luc adolphe tiao,adama zongo,paramanga yonli,badini etc etc etc.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:51, par le
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    le comble de la malhonnete. Comment des officiers superieurs et des magistrats avec la rigueur que l’on leur reconnait peuvent ils tombés aussi bas . Monsieur le MATDS etes vous convaincu de vos arguments§ Pensez à ce que l’histoire retiendra de vous§ Que pensera votre fils ou petit fils le jour que lon vous traitera de mamipulateur ? Monsieur BAGORO , je vous ai connu et j’ai cru en vous mais etes vous convaincu des arguments que vous avancez ? Que dites vous des accusations relatives au traitement des membres du CNT (2 260 000FCFA/mois) ? Apportez un dementi à cela ? La fuite en avant consiste à accuser le CDP de tous les mots d’oiseau. Dites nous, ou se trouve la direction du CDP actuellement ? Assimi dort dans une mosquée. Vous netes pas la pour diriger le pays mais pour organiser des elections c’est tout. Le divertissement et l’amateurisme ont assez durer. Incapable de toute initiative , vous porter des accusations sans fondement sur les autres. Les guerres sont nées de l’exclusion d’un groupe de la vie politique. Le RDA est un parti panafricain et seculaire né avant vous denise et zida et sa dissolution ne saurait etre la solution à votre incapacité à diriger la transition. Apres la dissolution de ces partis , quelle est la suite de votre scenario ? Les arrestations et ensuite ? La fuite en avant ne peut resoudre le probleme. Jespere que la nuit vous arrivez a dormir sans somniferes. Vous qui avez ete ministre de blaise et son conseiller jusquau 31 octobre 2014. Qui a fait tirer sur les manifestants. Vous faites comme si vous n’avez pas ete militants du CDP meme si vous travailler pour votre frere salif

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 12:56, par le patriote
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Monsieur le MATDS , donnez nous la definition d’un dignitaire. Qu’est ce qun dignitaire ? Cela permettra au peuple de faire la part des choses. Le populisme a des limites.Monsieur KAFANDO a ete ambassadeur jusquà lage de 69 ans donc logiquement 14 ans apres son depart à la retraite puisque l’on partait à la retraite a 55 ans jusquen 2004. Comment pouvez vous qualifier cela ? Kafando est il oui ou non un dignitaire

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 13:49
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Abibata, ou une secretaire de direction a eu les 7 milliards pour payer tout ca ? Si elle a meme paye ? Et les jeux d’ ecriture, tu connais pas ? En fin pour l’ intervenant qui s’ en prend au "pauvre" Bagoro, garde ta pitie pour toi. Bagoro Rene, tu crois qu’ il est victime ? Revois le passe de l’ homme. Il a dit les 4 verites au regime tueur de blaise au plus fort de sa malfaisance. C’est vrai. Le Premier Ministre a dit que la societe a ete vendue a 1 franc symbolique. Moi je continue de repeter la meme chose. C’est d’ un franc symbolique qu’ il s’ agit. C’est une figure de style. C’est une metaphore, si tu ne le sait pas. Si c’etait bien evalue, surement que la SOCOGIB nous revenait a 30 milliards. On s’ est bien connu sous ce regime vorace de Blaise Compaore. Vous sautez sur l’ expression "1 franc symbolique" pour discrediter cette action salutaire pour le peuple. Et le conflit d’ interet dans tout ca ? C’est Francois le Conseiler economique du President, en lrealite le Ministre des Privatisations, qui, sans honte surplombe les autres concurrents et donne la SOCOGIB a la maman de sa femme, la belle - mere Nationale. Dieu meme ne pouvait pas permettre a un tel regime gourmand de durer. Ils nous ont fait assez de mal. Ils nous tuaient par les balles et le feu et ceux qui ne mourraient pas vite, ils les etouffaient par le manger. Je ne sais d’ ou nous avons pu avoir des familles negatives comme ces gens-la. Arretez de les defendre sinon nous allons en remetre une couche. On est toujours faches.
    RTE

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 16:17, par Nessida
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Au prochain face a la presse le ministre de l’economie et des finances devraient par souci de transparence decliner les salaires des membres du gouvernement et des deputes du CNT. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 16:26, par Baiyer
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    La suspension du CDP est inacceptable et va créer des mouvements clandestins

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 17:21, par sasso
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Merci. mais j ai quelques inquiétudes. la précipitation de Zida a affirmer que la soccogib a ete cede a 1 F. un franc au sens propre ou figure ? il a induit le peuple en erreur qu il s en excuse publiquement. Et si dans la bataille judiciaire l État perd ? qu allons nous penser ?
    Ensuite pour les personnes contesté il faut qu on demente ou qu on quitte. quitter ne veut pas dire qu on est coupable. seulement reculer apporter les preuves de la blancheur et même revenir avec la tête haute et couvrir de honte les détracteurs.
    quant aux bien des ministres faut il plus d un mois pour faire la liste des biens ? je ne crois point.
    Fixer les prix de loyer est salutaire pour nous bas peuple.Cependant ce qui m inquiété c est faire un texte applicable et sans pour autant porter un coût au climat des affaires et même a l equilibre social. pour moi il faut d abord quelques préalables . il faut que l État concurrence les bailleurs pour reguler le marché de loyer. les grand clients sont les travailleurs de la fonction publique. imaginer une attribution exceptionnel de parcelle non cedables a des agents dans les 13 chef lieu de région en excluant tout ceux qui dispose d une parcelle. je vous assure l offre sera supérieur a la demande donc baisse des prix. si dans cette dynamique quelque chose est fait pour la baisse des coût des matériaux de construction le resultat sera plus rapide.
    pour le lotissement que peut on faire ? a ce niveau au dela des magouilles des maires et Cie il y a les comportement malvaillant des population de non loti. quand on recence la maisons 7 personne vivant a l intérieur disent qu il faut 7 parcelle même pour le cousin au village qui séjourne de temps en temps dans la maison. Personnellement mon cas m a decu. jeune fonctionnaire je suis affecté a pres de 900 km de chez moi. avec mon premier salaire obtenu après 8 mois de gallere j ai acheter un lopin dans un non loti chez moi. 7 ans aprè il ya resencensem. les un moins d un mois on rempli le coin. absent parce que présent a mon poste les délégué vendu ont dealer pour faire attribuer a des tiers arguant ma présences l’épisodique. bref pour dire que maire agent domaniaux cadastre politicien autorités administrative. propriétaire terrien même pipe même tabac. il faut totalement repenser. informatisé tous les attributaire. recherche les doublons et les reattribuer. vous dégagerez des millier de parcelle. que la vente de toute parcelle passe par le domaine et par chèque.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 17:22, par sasso
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Merci. mais j ai quelques inquiétudes. la précipitation de Zida a affirmer que la soccogib a ete cede a 1 F. un franc au sens propre ou figure ? il a induit le peuple en erreur qu il s en excuse publiquement. Et si dans la bataille judiciaire l État perd ? qu allons nous penser ?
    Ensuite pour les personnes contesté il faut qu on demente ou qu on quitte. quitter ne veut pas dire qu on est coupable. seulement reculer apporter les preuves de la blancheur et même revenir avec la tête haute et couvrir de honte les détracteurs.
    quant aux bien des ministres faut il plus d un mois pour faire la liste des biens ? je ne crois point.
    Fixer les prix de loyer est salutaire pour nous bas peuple.Cependant ce qui m inquiété c est faire un texte applicable et sans pour autant porter un coût au climat des affaires et même a l equilibre social. pour moi il faut d abord quelques préalables . il faut que l État concurrence les bailleurs pour reguler le marché de loyer. les grand clients sont les travailleurs de la fonction publique. imaginer une attribution exceptionnel de parcelle non cedables a des agents dans les 13 chef lieu de région en excluant tout ceux qui dispose d une parcelle. je vous assure l offre sera supérieur a la demande donc baisse des prix. si dans cette dynamique quelque chose est fait pour la baisse des coût des matériaux de construction le resultat sera plus rapide.
    pour le lotissement que peut on faire ? a ce niveau au dela des magouilles des maires et Cie il y a les comportement malvaillant des population de non loti. quand on recence la maisons 7 personne vivant a l intérieur disent qu il faut 7 parcelle même pour le cousin au village qui séjourne de temps en temps dans la maison. Personnellement mon cas m a decu. jeune fonctionnaire je suis affecté a pres de 900 km de chez moi. avec mon premier salaire obtenu après 8 mois de gallere j ai acheter un lopin dans un non loti chez moi. 7 ans aprè il ya resencensem. les un moins d un mois on rempli le coin. absent parce que présent a mon poste les délégué vendu ont dealer pour faire attribuer a des tiers arguant ma présences l’épisodique. bref pour dire que maire agent domaniaux cadastre politicien autorités administrative. propriétaire terrien même pipe même tabac. il faut totalement repenser. informatisé tous les attributaire. recherche les doublons et les reattribuer. vous dégagerez des millier de parcelle. que la vente de toute parcelle passe par le domaine et par chèque.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 17:23, par Invincible
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Je salue cette initiative qui se veut en realite une inovation quand on voit que les autres acteurs de la transition aussi pourront user de cette plateforme pour communiquer avec les journalistes. Je suggere que l’auditoire soit elargie a plus d’acteurs de la societes.

    A tous les forumistes je voudrais qu’on ouvre un debat serieux sur la vision de l’apres transition. C’est tres serieux et je souhaiterais que le Webmaster en informe informe le gestionnaire du site afin que lui ou tout autre personne indiquee a Lefaso.net. cree un hash tag a cette fin. J’aurais pu ecrire un article a cette fin et le publier. Mais les articles ont le desavantage de passer dans les archives au bout de quelques jours. Ici je voudrais parler d’un espace permanent de discussion ou on peut discuter le plus longtemps possible sur un sujet sans qu’il ne passe dans les archives. Alors Webmaster, fais lire ca a ceux qui decident au Faso.net. En attendant, revenons y.

    Pour revenir sur la vision de l’apres Transition, je pense qu’il est plus qu’imperatif qu’on ouvre un debat tres serieux la dessus. Demain sera ce qu’on voudra qu’il soit a condition qu’on ai travaille a le forger en amont et donc des maintenant. Le Burkina Faso est la croisee des chemins depuis le 31 Octobre. grace au courage et a la determination de son vaillant peuple, un pouvoir implante depuis 27 ans a perdu racines en l’espace de 3 heures d’horloge. Les 48 heures qui ont suivi n’eyant servi qu’au vent a decider dans quelle direction l’arbre et tous ses habitants inconditionnels devraient s’ecrouler. Cela fait, quelle doit etre la contribution de ce vaillant peuple dans l’oeuvre que sont en train de construire les macons de la Transition (Gouvernement et CNT y compris) ?? En un mot quelles doivent etre les priorites que le peuple veut voir realiser pour eviter que le pays ne soit rattrappe par les maux assis depuis 27 ans ?. De deux choses l’une :

    1. Soit avons des des Homme d’Etat sufisemment convaincus et ayant une vision pour gouverner selon les aspirations profonde du peuple et on s’en va dormir pour laisser faire

    2. Soit nous sommes a une phase de l’histoire politique de notre pays ou nous n’avons que que des politiciens rompus aux fins calculs politiciens et peu enclins a operer une rupture veritable d’avec le passe s’ils arrivaient au pouvoir aux lendemains de la transition.

    Pour ce qui me concerne, je suis tente de croire que le deuxieme scenario est plus probable au regard des hommes et des femmes qui animent aujourd’hui la scene politique nationale. Loin de jetter l’anatheme sur tel ou tel parti pilitique ou tel ou tel politicien, j’invite plutot des forumistes a ce qu’on reflechissent afin de faire des propositions pour eviter qu’un autre parti soit-il ancien opposant ou neo opposant ne vienne se fouttre de nous. Voici donc mes questions. Si la transition fini sans reponse adequate a ces questions, alors la revolution n’aura laisse que peu d’heritage
    1. Comment eviter la renaissance d’un parti-Etat a l’instar du CDP ?
    2. Comment equiliber les forces et separer les pouvoirs judiciaire, executif, et legislatif ?
    3. Comment separer le povoir politique, economique et religieux ?
    4. Quelles mesures pour depolitiser l’administration
    5. Quelles mesures institutionnelles pour eviter le favoritisme dans les nominations aux hauts postes de responsabilite ?
    6. Pourquoi ne pas constututionaliser le regime parlementaire au Burkina Faso ? Comme ca pour nommer un gouvernement, le President envoie la liste des ministrables au parlement y compris leur CV et leur biographie afin que le parlement les entende en pleniere les uns apres les autres pour repondre aux questions des deputes qui auront eu le temps d’enqueter sur chacun. toute note collective inferieure a 75/100 serait eliminatoire et mettrait ainsi fin au reve de ministre et vice versa. Cette procedure doit egalement etre elargie et exigee pour les postes de direction des grandes societes d’Etat ou semi privees.

    7. Quand aux postes techniques comme les directions operationnelles et les directions regionales, elles doivent etre soumis a competition ouverts aux acteurs du ministere auquel ils echoient. Tous les titulaire une fois en fonction doivent etre soumis a une evaluation de performence periodique. La duree de la fonction ne devra pas depasser 2 ans renouvelable une seule fois. selon la performance. Apres quoi le titulaire doit competir au test pour sa propre succession.

    8. l’office des examens et concours devra etre renforcer pour y faire face.

    Quel qu’en soit celui qui viendra au pouvoir, s’il n’ya pas de garde fous, ou meme de garde bandits (certains politiciens ont declare publiquement qu’il n’a pas plus bandit qu’eux) ils faut qu’ils viennent touver que le terrain est deja balise par le peuple depuis la periode de la transition. Sinon ces gens la ne comprennent aucune lecon. Au dela de ceux qui ont dit qu’ils n’ont de lecons a recvevoir de personne, ceux qui etaient dans la rue hier avec le peuple vont devenir brutalement sourds et meconnaissables si nous ne faisons rien pendant qu’il est encore temps. Bouclons et balisons tout, comme ca quelqu’en soit celui qui viendra, il sera contenu patr la loi et les institutions en dehors desquelles il ne saurait nullement agir sans se faire huer et deniger et chasser par les urnes. Si la charte de la transition s’est averee necessaire c’est que cette periode de 12 mois avait besoin de mesures exceptionnelles pour produire les resultats escomptes. Pour que l’apres Transition reflecte l’heritage de la revolution et perennise ses acquis, je ne crois pas aux hommes politiques, je crois plutot au Peuple. Ce peuple qui se doit de suivre et de contribuer a faconner de facon immuable les contours de chacun des trois pouvoirs pour l’apres Transition. Ce sera le seul heritage des Martyrs et de la Transition pour la posterite.

    L’internet a un cout et je comprend que certains internautes se connectent juste pour jetter un coup d’oeil et placer un mot ici et la. Ce qui n’est deja pas mal mais ici, les gars, j’invite tout le monde a reflechir et faire des contributions durables et riches. Si on ne fait rien pour constitutionnaliser les acquis de la revolution maintenant. Les memes avec qui nous avons marche contre Blaise Compaore vont nous baillonne parcequ’on en sera encore la a decrier leur mauvaise gouvernance. Mauvaise gouvernance que nous aurions ete incapable de contenir par des lois et des institutions fortes. Bref je vous laisse la main. Webmaster, cre ou fait creer cet espace STP. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 19:01, par Adams Ben Kramer
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    je pense que la tourbe doit encore se décanter et laisser sortir le vrai visage de la transition. Et il faut prier que la transition se fasse comme il faut pour ne pas que ces messieurs se perdent dans les méandres de ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas égratigner. Il ne faut pas perdre le temps avec des dossiers qui doivent etre traités par les un gouvernement issu d’élection libre. La transition n’a pas gagné d’élection et donc ne peut traiter certains dossiers. il faut etre clair sur certain points sinon on va pas s’en sortir avec toutes ces déviations inutiles.
    Pauvre BF,
    Kramer

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 19:17, par TK
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Et dire que des dizaines d’internautes sont tombes a bras racourci sur le retraite qui a ose ecrire que la SOCOGIB n’a pas ete privatize a 1 franc symbolique. il a ete traite de tous les noms d’oiseaux ici. Nous devons exercer notre liberte d’expression avec plus de responsabilite

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 20:04, par Ka
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Verité1, en ce période de Noël et que tu vas bientôt nous quitté, je me permets en tant que croyant et pratiquant, te dire Joyeux Noël. Merci pour tes messages qui nous ont permis avec tant d’autres à combattre avec l’ensemble du peuple Burkinabé un régime qui devenait dangereux pour notre jeunesse. Ce que Blaise Compaoré et ses acolytes ont oublié, c’est que le peuple Burkinabé de 2014 n’était plus comme celui de 1987. La dictature de Blaise Compaoré a permis de choisir parmi le peuple, surtout dans la jeunesse, des héros pour combattre la soit- disant dictature sanguinaire. Nous sommes tous les héros comme Dieu avait choisi Gédéon pour détruire l’autel de baal qui est un dieu étranger, et reconstruire un autel éternel grâce à la main tendue par Dieu, et qui lui a permis de battre les nombreux soldats de Madian et libérer l’Israël. Alors veritè1, si nous voulons continuer à être des héros, partout où nous sommes, nous devons toujours soutenir notre jeunesse affamé de l’alternance politique et économique pour faire avancer le pays que nous aimons tous. Comme nous dis le ministre Bary, le danger existe encore, détruisons la racine du régime Compaoré pour un bon départ d’un Burkina nouveau. Notre Dieu le père, est capable de l’impossible. Détruire la racine du régime Compaoré c’est de réfléchir et aller en avant, surtout oublier le passé et construire un avenir avec sureté auprès des personnes capables de relever le défi comme le CNT essaye de le faire. Reconstruire un nouveau Burkina comme le héro Gédéon a fait, c’est d’avoir confiance en soi, compter sur soi, et aussi s’investir pour les autres qui ont besoin de toi : Comme toi verité1, TapsobaH, Körö, Ka, le Sage, le Citoyen, Anta et tant d’autres internautes politiques ou apolitiques, jeunes ou vieux, pour ou contre, avec la compréhension des équipes des sites d’informations des réseaux sociaux en ligne du Burkina et des pays voisins avec du
    professionnalisme et du courage ont permis la victoire. Construire un nouveau Burkina comme Gédéon, c’est recommencer
    sa vie avec honnêteté, respecter son prochain avec humilité.
    Le nouveau Burkina que veut construire notre jeunesse héro du 30 et de 31 Octobre 2014, c’est de nous amener à faire
    du bien sans fin, c’est à nous de l’exploiter en notre faveur pour
    réussir notre vie avec la main tendue de Dieu sans les crimes, ni la corruption, ni l’injustice, ni l’impunité, mais servir l’un et l’autre a part égale sans égoïsme. Tes messages qui vont ce qui est mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un individu nous manqueront.
    .

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 21:54
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Et le cas de moumouni dieguimde ? Il est conteste. Confirme ou infirme les faits qui lui sont repriches !Nous sommes entrain de croire a une invraissemblance de vos propos. La socogib est-elle la seule ? Dites nous elle est retire oui ou non ! Les autres seront aussi ou non ? Et moumouni dieguimde qui est conteste ? Son sort ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 22:15, par vérité no1
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    A tous les internautes ! Toute chose à un début et une fin et la participation de votre ami vérité no1 sur le forum ne fera pas l’exception ! En effet, mon train quittera la gare le 31 décembre de ce mois. Je serai en mission à Washington DC mais je serai basé à Silver Spring où j’ai ma petite maison. Mon emploi du temps ne me permettra plus de participer activement sur le net. A tous les pionniers du net à savoir Tonton Ka, le grand Kôrô Yamyelé, mon ami Tapsoba de Hollande, Achille Tapsoba, le Citoyen, Raogo, ma bien aimée Anta qui va me manquer d’ailleurs, Jamanatigui l’equilibriste, Burkindi le patron de "Na lara an sara" on ne largue pas les amis d’hier, Tantie Jeanine la disciplinée mais dangereuse si tu entres dans ses 18 mètres, Sing, Yirmoaga, Burkina d’abord, Non au Sénat, Cami le diable tu es pardonné et ceux dont les noms n’ont pu être cités, je vous remercie. Je reviendrai plus tard avec mon dernier message pour demander pardon à tous ceux qui ont été offensés par mes messages et éventuellement pardonner ceux qui m’ont offensé. Je laisserai mes coordonnées à tous les internautes. May God bless Burkina Faso, the land of upright people !

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 23:33, par yamame
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Merci pour l’effort de donner des informations au peuple et surtout de dire la vérité meme si ça fait mal. Mais je voudrais comprendre en quoi un qui a perdu dans combat peut représenter une menace M le MATSD ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 01:21, par NANKOLENDUSE Pierre Claver à Ziniaré
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    En effet il faut éviter que les partis sanctionnés ne reste solides et proposent la candidature de Mr Blaise COMPAORE en 2015.
    Mise à part la non alternance et le fait de séparer les pouvoirs en faisant confiance à chacun dans son rôle,coupler à la volonté d’équilibre des régions qui ont profité à certains d’injecter de la pourriture dans la gestion,aucune reproche ne semble véritablement sérieuse contre lui.
    Même la rectification avec mort d’hommes,ni la tuerie de Mr Norbert ZONGO,ce sont des accusations qui restent à être prouver.A moins de vouloir dire que insurrection des 30 et 31 Octobre 2014 est le résultat de la machination de Mr Michel KAFANDO ?
    En tout cas si en fin 2015, la justice ne condamne pas Mr Blaise COMPAORE,à partir des preuves palpables à quelque chose,il est éligible.Si c’est l’alternance,il y a eu quatre Présidents après lui.
    Pour ce qui est des détournements,à moins que chacun remette ses millions ou milliards,il sera pas le seul éligible.Toujours est il que la justice doit les prouver et prononcer des condamnations avant leurs candidatures.(je fait cette analyse pour interpeler Mme OUEDRAOGO et Mr IBRIGA.)
    Pour les assassinats brandit par certains candidats,même Mr Thomas SANKARA au pouvoir avait laissé ça à la justice tenu par Mr Blaise COMPAORE,jusqu’au moment où certains se sentant visé ont semé le doute entre eux,et qui a conduit à la rectification.Quand lui il a confié la justice à d’autres,il n’y a plus de TPR.Et vive la pourriture.Si non il y a eu d’autres morts:Les regrettes Moumouni OUEDRAOGO,Gabriel Yorien SOME,Badenbié NIEZIEN,Jean Baptiste LENGANI,Henri ZONGO.....,Lamien WATAMOU,Clément Oumarou OUDRAOGO.....et j’en oublie.Que leur âmes reposent en paix.
    Mais de mon point de vu si l’Exécutif veut s’occuper de ça,cela risque d’être l’essentiel de leur programme par ce que l’histoire de la tuerie est longue.
    La justice avec les preuves qu’elle va établir,condamnera chacun.
    Là aussi il faut veiller sur elle,par ce moi j’ai l’expérience d’une condamnation dans du faut,pardon sous la révolution.Si ce n’est la prescription,j’allais demandé son réveil par ce que ça m’a tiré vers le bas.Également mon interdiction de séjour au CAP Matourkou pendant 8 ans pour que je n’est plus l’age de revenir pour des faits sans preuves.Bref si devait permettre à chacun d’exhumer l’injustice qu’il a vécu ?
    Mais pour ce qui est des morts,j’avoue qu’il faut leur faire justice si c’est possible

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 01:43, par le proff
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    La honte. Et dire que ce sont des intellectuels comme ça. Expert en roublardise. L’histoire vous attend au tournant. Le matds est venu pour régler des comptes. Quelle legitimite porte vos actes. Noubliez pas que vous navez aucun mendat electif. Continuez et vous repondrez apres la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 01:52
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Vous semblez ignoré Diabré aussi est un milliardaire. Vous devez demander à tous ces gens de justifier leurs fortunes et non pas vous contenter les RSS. Tous ceux qui ont mangé sur la table de BC et qui sont des milliardaires doivent justifier leurs fortunes

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 03:41, par Dieudonne(USA)
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Je ne crois pas que le peuple est sorti risquer sa vie pour que le gouvernement de transition fasse de la salade !Vous etes la pour un an seulement,occupier vous de bien organizer les elections ,cest ce pour quoi vous etes la !le peuple a dit non a la dictature et aux militaires ,donc n essayer pas de prendre le peuple comme un enfant .Ne vous donnez pas des boulots qu on ne vous a pas confier,il appatiendra au nouveau gouvernement de conduire des remeniements de long termes

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 07:11, par oran
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Stop à l’idée nauseabonde qui veut que sans blaise le burkina périra. Ses fidèles sont en train de saboter la lutte du peuple en attaquant systématiquement le pouvoir actuel. Restons vigilant. Blaise est fini et rien ne pourra le ressusciter.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 07:37, par Le peulh
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Belle initiative. Mais le MATDS doit continuer le nettoyage dans son département car il y a encore beaucoup de collaborateurs de Blaise qui occupent de hauts postes de responsabilité et qui peuvent compromettre le déroulement des élections à venir. Il y a des des préfets, des SG de gouvernorats et des hauts commissaires qui ont été candidats malheureux ou élus du sénat. C’est à cause de ces gens que des compatriotes sont morts. Vérifiez la liste des élus par région et vous verrez. Si le MATDS ne peut pas faire le travail à ce niveau, nous le ferrons nous-mêmes.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 08:08
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    À Messieurs les membres du gouvernement de la Transition,
    Voici mes propositions et interpellations :

    Propositions de reformes

    Si vous voulez mon avis, voilà depuis vingt quatre ans que j’avais conseillé le président Blaise (Son Excellence Sow Sophie que je vois là est mon témoins) de séparer les élections municipales des élections de l’Assemblée nationale et de la présidentielle. En effet n’oublions pas que le législatif et l’exécutif appartiennent exclusivement aux partis politiques. Maintenant si vous soumettez les conseilles municipaux au suffrage universel et à la solde des partis politiques, je pense, que ce n’était pas la peine de chasser Blaise du pouvoir. Il pouvait parfaitement même en tant que monarque assumer correctement la chose. Et moi j’ajoute, qu’à cet effet, il pouvait et avait droit à modifier l’article 37, car rien dans ce cas ne lui en empêchait. Or le problème c’est lequel ? C’est la base qui n’a pas d’assise. Cette base qui ne voit que dalle dans le système des partis politiques, veut tout simplement survivre comme peuple avec ses valeurs, ses traditions, qui somme toute d’ailleurs ne sont pas figées, mais savent s’actualiser pour rester peuple. Bref je passe ce « cours d’Anthropologie », pour vous dire tout simplement, que les conseillers municipaux devraient être coopter dans les différents milieux : coutumiers et religieux, corps constitué comme l’armée, les chômeurs, les retraités, les professions, des personnes ressources (anciens président de la Républiques. Vous voyez, surtout pas d’exclusion). J’ai eu d’autant plus raison de croire à cette structure, que quand je devais mener les investigations sur « les pouvoirs politiques locaux » pour le compte de la décentralisation (alors piloté par Antoine Raogo Sawadogo), je ne me suis pas contentée seulement du local burkinabé, mais aussi de celui du Ghana, de la Côte d’Ivoire parce que c’était des sociétés très semblables aux nôtres avec les systèmes coutumiers et religieux. En plus des informations de leurs ambassades, le père Masson de la communauté des Jésuites très expérimenté du fait que cette communauté avait créé une ONG (aujourd’hui rétrocédée aux laïcs), m’avait effectivement affirmé que c’était le cas en Côte d’Ivoire, c’est à dire que les conseillers municipaux appartenaient à la base et non aux partis politiques. Cependant et à mon humble avis pour éviter un ostracisme complet ou une exclusion totale des partis politiques au niveau des municipalités, on pourrait leur réserver les élections des gouverneurs, à la limite des maires, mais les préfets doivent rester vraiment locaux donc à la cooptation également. Il y aurait là un partage assez équitable du pouvoir qui fera des maires et des gouverneurs surtout des hommes d’écoute à la base. Ceci dit, quelle devrait être donc les Institutions républicaines à mon sens : j’ai alors proposé une structure nationale (appelez-le Sénat ou tout ce que vous voulez) qui sera le répondant des conseillers municipaux. Et là non plus il n’y a pas d’élection possible à cette effet mais des cooptations par les différentes composantes du conseil municipal. Dans ce Sénat on devrait éliminer les OSC, les ONG, et surtout les syndicats, parce que leur présence est un double emploi puisqu’il y a déjà les professions. En plus c’est faire de cette structure juge et partie. Ce qui pourrait nous amener peut-être à des situations de blocage dans les négociations ou carrément l’anarchie. Du reste d’ailleurs ils ne seront pas oubliés. Le Conseil économique et social, pourrait alors un fourre-tout : religieux-coutumier, partis politiques, ONG, OSC, Association culturel etc. Et pour cause, c’est là qu’il y aura les vérités qui rougissent les yeux dans les négociations avec le monde international. Car c’est là que chacun pourrait développer ses arguments devant les vrais décideurs de nos conditions de développement et aussi avoir un droit de regard sur les aides accordés. C’est seulement avec de telles institutions, que le pouvoir judiciaire pourrait recouvrer son indépendance dont dépend les justiciables et par voie de conséquence la dépolitisation de l’administration et la corruption contrôlée. Pour cela aussi il faudrait éviter les multiples représentations. En effet avant, un représentant d’une entité pouvait en même temps être membre au CES, avoir une ONG, chef d’un syndicat, et membre de la deuxième chambre et à la CENI.
    Pour conclure, il nous faut d’abord terminer avec les réformes constitutionnelles qui nous informent sur les contours des Institutions républicaines, avant de parler d’élection. Aussi je me permets d’interpeller le gouvernement de la transition pour que la priorité soit d’abord accordée à la commission « vérité-justice et réconciliation » et aussi à celle des réformes constitutionnelles. Ce sont les deux piliers, le reste pourrait même se faire après les élections. Voilà en ce qui me concerne, le véritable changement s’il faut parler sans gueule de bois. Merci pour la longueur de mon texte

    Avec l’espoir que vous y accorderez une bienveillante attention,

    VEUILLEZ AGRÉER, LEURS EXCELLENCES, LES ASSURANCES DE MA HAUTE CONSIDÉRATION.

    MARIE MECHTILDE GUIRMA. POLITOLOGUE EN SCIENCES POLITIQUES ET RELATIONS INTERNATIONALE ET EN DIPLOMATIE (UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES), MISSIOLOGUE EN SCIENCES DE LA MISSION ET DU DIALGOGUE INTER-RELIGIEUX (UNIVERSITÉ PONTIFICALE SAINT PAUL D’OTTAWA)

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 08:25
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Internaute 3 si votre niveau ne vous permet de comprendre les choses demandez à coté de vous on vous en dira. 1 et 1 peuvent ne pas donner 2 ça dépend du domaine dans lequel on se trouve. Renseignez vous sur l’algèbre de Bool. Alors si le PM ne démissionne pas allez le démissionner comme ça on saura qu’il un grand gandaogo au pays. Nos éducations nous enseignent d’avoir du respects pour nos parents,aînés et les autorités. Les politiciens peuvent se dirent certaines choses à la limite du décent, l’insurrection ayant fait de tout le monde un politologue, mêmes les ignorants s’en donnent à coeur joie des analyses.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 08:36, par Sada
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Deux faits majeures : pourquoi de grands officiers mentent comme ça ?
    Zida a menti sur Alizeta d’avoir racheté racheté la SOCOGIB à un franc symbolique. Pourquoi l’a t il fait ? le mensonge ne construit pas et n’élève point dit le pasteur Ada.
    Auguste le droit rien que le droit.Appliquer les textes que ce pays s’est doté.Ne fait pas de philo soit toi meme avec le seigneur. Je t’invite à lire le cardinal à cette fête de de Noel

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 08:53, par canot
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Hei les gars, ce gouvernement nous ment à plus d’un titre. ZIDA n’a aucune expérience, il pense que nous sommes dans une caserne, merde. Nous sommes dans une République, fut-elle le B.F. Nous allons sortir et là c’est lui et KAf qui doivent démissionner. J’en appellent à la responsabilité personnelle des Pr LOADA et autres. vous serrez aussi jugés comme B.C

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 09:40, par adama
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    je soutiens Mr le Ministre de l’habitat pour les états généraux de l’habitat, mais il y a une chose qu’il faut revoir. avant que des usines de cimenterie ne soient installées au Burkina, le ciment du Togo CPJ 45 était à 42500 F la tonne et 45000 la tonne et de la RCI à 47000 F la tonne. il faut que dans le même ordre d’idée vous revoyez à la baisse le prix des matériaux de construction sinon pas de sens. on pouvais louer une mini villa entre 9000 et 10000.le pauvre fonctionnaire se sacrifie actuellement pour bien se loger. il faut contracter des crédits renouvelles avant de se loger, tout cela à cause du prix des matériaux de construction. vous ne pouvez pas construire une maison aujourd’hui à moins de 500000 F voila pourquoi le loyer est cher. merci de prendre en compte Mr le Ministre et bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 09:45, par adama
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    je soutiens Mr le Ministre de l’habitat pour les états généraux de l’habitat, mais il y a une chose qu’il faut revoir. avant que des usines de cimenterie ne soient installées au Burkina, le ciment du Togo CPJ 45 était à 42500 F la tonne et 45000 la tonne et de la RCI à 47000 F la tonne. il faut que dans le même ordre d’idée vous revoyez à la baisse le prix des matériaux de construction sinon pas de sens. on pouvais louer une mini villa entre 9000 et 10000.le pauvre fonctionnaire se sacrifie actuellement pour bien se loger. il faut contracter des crédits renouvelles avant de se loger, tout cela à cause du prix des matériaux de construction. vous ne pouvez pas construire une maison aujourd’hui à moins de 500000 F voila pourquoi le loyer est cher. merci de prendre en compte Mr le Ministre et bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 09:58, par yamyelle
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Je trouve ces suspensions injustes et surtout inopportunes. Pendant que d’autres partis sillonnent les provinces pour battre campagne et incitent même à la violence, il y’a des raisons de croire que ce gouvernement roule pour un parti politique que nous connaissons tous. Leurs militants ne le cachent pas et le proclament haut que c’est eux qui sont au pouvoir et ces partis suspendus vont disparaître. Des provinces ont été félicités pour avoir brûlées des cours privées et d’autres blâmées pour n’avoir pas fait la même chose. Des radios acquises à la cause d’un parti politique diffusent des informations qui risquent de mettre en péril la paix sociale. Ouvrez l’œil car la population finira par donner raison que c’est bien le MPP qui est au pouvoir. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 10:12, par zizou 1er
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Je suis pour que toutes les decisions puissent se faire danns les regles de l art. C est a dire en respectant toutes les regles de droit pour eviter la chasse aux sorciers et surtout pour eviter que l Etat Burkinabe ne soit poursuivit apres. Quant a ceux qui tombent dans les raccourcis en accablant les responsables du MPP je leur demande de fournir les preuves au lieu de paasser leur temps a nous divertir. Le peuple vous voit venir l aigreur et la jalousie qui vous habite n empechera pas le MPP de poursuivre son chemin et d atteidre les objectifs qu il s est fixe avec le peuple burkinabe. Recconaissez en tte modestie que sans le MPP la comporose serait toujours en mode actif aujourd hui. Si le lievre sait courir ce n est la faute des autres animaux de la brousse c est juste un don de Dieu. Donc ensemble rendont grace de nous avoir domner le MPP . Que Dieu benissele BF.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 10:31, par yonli mardioa
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    De grâce laisser les gens travailler, ce n’est pas le désordre, que chacun à son niveau travaille au meilleur devenir de notre nation. Taisez maintenant vos jugement malsain qui ne font que divertir les bonnes intentions. Sur la terre des vivants personne, en parole, en actes même en pensée ne peut être 100% parfait. C’est bon ce que fait déjà cette transition, vous ne trouverez mieux nulle part ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 11:46, par KOANDA SAIDOU
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    AFFAIRE DE LOTISSEMENT :
    UN MERCI AUTORITE DE LA TRANSITION DE METTRE ARRET A SERAPHINE OUEDRAOGO Ex mair Boulmiougou et ISSAKA KABRE en attendant les autres personne...pour la malversation des parcelles (NAGRIN Secteur 17 section 503-504-870-.......
    source de le journal le Quotidien vendredi 26decembre 2014 n°1248

    mERCI eN ATTENDANT LES AUDITS.

    FORTES SANCTIONS APRES LES AUDITS

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 12:01, par kabose
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    l’homme peut se tromper ou se précipiter suite à lemotion ! je tire mo, chapeau a PM ZIDA. continue droit au but en utilsant les rapports des differents tecniciens. mes encouragements. le MICA est a ta dispo

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 13:09, par OR
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    Bonjour, avec cette conférence nous avons assisté à un phénomène inédit : Un Premier Ministre qui déclare que la SOCOGIB a été bradée à un franc symbolique et son ministre en charge de la question qui dit que cette société a été cédée à plus d’un milliards. Un Premier Ministre qui dit que la SOCOGIB sera nationalisée et son ministre qui dit qu’il n’a jamais été question de nationaliser cette société. Un MATDS qui rate sa sortie sur la suspension du CDP alors que beaucoup espéraient que ce Ministre sera différent par sa franchise du fait de sa position et reconnaitra rapidement son erreur. Dommage ! Faites tout messieurs pour empêcher la démocratie d’exister et l’avenir saura dire si le choix était juste ou pas.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 13:21, par véridique number one
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    "face à la presse" ou face au peuple ! véritable tribune de communication vraie, juste et correcte. la justice doit être pour tous et partout. si des tenors du MPP sont "sales",que la justice s’en occupe. il ne faut pas croire que ceux qui souhaitent la justice pour tous sont des nostalgiques du régime déchu !! je trouve même que le gouvernement doit arrêter tout l’exécutif de l’ancien régime pour qu’il n’ait pas le temps d’effacer des traces de gabégie et de formes de corruption, à commencer par L.A.Tiao. Zida et son gouvernement rentreront dans l’histoire s’ils traquent tous ceux qui ont des passés et présents sales.vive la révolution d’octobre !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 15:08, par fred
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    félicitations au gouvernement. vivement que le PF et surtout PM laissent les ministres pour la plupart a la hauteur, faire leur boulot. NE NOMMEZ PLUS DANS LES MINISTERES SANS AVIS DES MINISTRES TUTELLE\
    au procureur du faso il faut vous saisir du dossier DG de cameg pour faux, usage de faux et detournement deniers publics. SI on est veritablement dans un etat de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 16:19, par la foudre
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    C’ est bien exact que la socogib a belle et bien été vendu je dirai même a moins d’1 francs symbolique..........La privatisation de la SOCOGIB selon M. Yoda, a permis à l’Etat et à ses démembrements de céder 16.284 actions et d’encaisser en contrepartie, la somme de 1 793 617 464 francs CFA soit un prix de cession unitaire de 110 146 CFA.
    Une année plus tard elle a vendu un lopin de terre à cote de saint ex à 1760 000 000 a la CNSS raison plus pour comprendre comment la socogib a été bradée
    mathématiquement elle revient à la CNSS surtout pas sous l’actuel direction de rappas se de requin
    Monsieur le Ministre Loada le sit in semble être reste sans suite

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2014 à 17:33, par verite retabli
    En réponse à : Transition : Quatre ministres « Face à la presse »

    50. Transition : Quatre ministres « Face à la presse » , 26 décembre, 16:19, par la foudre

    et que fais tu debit de 6 millard sans parle des investisements pour la construction de logement . vous savez si vous retirer cette societe a cette dernier le tribunal international du commerce lui donnera raison . et elle se fera paye a l exterieur avec vos impots
    soyez malin si cest mal acquit la personne ne fera pas bonne fin avec .
    en rappel que son usine , sa maison , ceux de ses enfants , la maison de ses parents on ete brulee
    .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés