Insurrection populaire : EBOMAF offre 10 millions de FCFA pour la prise en charge médicale des blessés

vendredi 7 novembre 2014 à 00h58min

L’élan de compassion et de solidarité constaté ces derniers jours envers les blessés issus des manifestations, continue. Et c’est donc ce jeudi 06 novembre 2014, qu’El Hadj Séni Tapsoba, représentant du groupe EBOMAF s’est rendu au chevet des différents blessés admis à l’hôpital national Blaise Compaoré et au CHU-Yalgado Ouédraogo. A l’instar des personnalités qui l’avaient précédé, l’émissaire du PDG Mahamoudou Bonkoungou est venu constater de visu la situation des blessés et a offert une enveloppe de 10 millions de F CFA pour leur prise en charge.

Insurrection populaire : EBOMAF offre 10 millions de FCFA pour la prise en charge médicale des blessés

Au rang des entreprises qui ont subi d’énormes pertes logistiques lors des scènes de pillages et de saccages du « jeudi noir » dernier, figure bel et bien le groupe EBOMAF. En dépit des dommages qui s’élèveraient à près de 2 milliards de F CFA, El Hadj Séni Tapsoba, au nom du PDG d’EBOMAF, reste convaincu que « rien ne vaut une vie ». C’est dans cette optique que s’inscrit la solidarité du groupe aux blessés de l’insurrection populaire, qui bénéficient toujours de la gratuité des soins et examens à l’hôpital national Blaise Compaoré (HNBC) et au CHU-Yalgado Ouédraogo.
10 millions de F CFA, « une aide qui n’est pas de trop »

Plus d’un mois après avoir offert la somme de 15 millions de F CFA au CHU-Yalgado Ouédraogo pour la lutte préventive contre la fièvre Ebola, le groupe EBOMAF rebelote cette fois-ci son action sociale en offrant la somme de 6 millions à l’ex-bénéficiaire et 4 millions de F CFA à l’hôpital national Blaise Compaoré pour une prise en charge totale de tous les blessés issus des manifestations des 30 et 31 octobre dernier.
La tâche est revenue à M. Alexandre SANFO, directeur général de l’hôpital Blaise Compaoré, de donner un bref aperçu de la situation. Sur les 23 blessés admis dès les premières heures des manifestations, 2 ont trouvé la mort en route et 11 d’entre eux ont été libérés. Aux 10 patients toujours hospitalisés, deux nouveaux cas sont venus s’ajouter ce jeudi 06 novembre 2014. Pour le Directeur général, « cette aide n’est pas de trop » et elle vient consolider les immenses efforts fournis par les équipes médicales.
A l’hôpital Yalgado, où 189 blessés étaient admis, la situation semble avoir évolué également car il ne reste plus que 24 personnes à ce jour. Un comité de gestion des blessés et des dons a été mis en place afin de d’assurer un meilleur traitement de tous les blessés, même de ceux qui reviendront en ambulatoire. Toutes les contributions, aussi modestes soient-elles, sont les bienvenues et le directeur général, Robert Sangaré exhorte la population à perpétuer cette valeur cardinale chère au Burkina Faso : la solidarité.

« La situation nationale ne nous a pas fait oublier Ebola »

Pour l’heure si tous les regards restent rivés sur l’issue de la crise socio-politique au Burkina Faso, M. Robert Sangaré rassure que ses services demeurent vigilants et n’ont pas « oublié » la fièvre à virus Ebola qui sévit actuellement au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. Avec un personnel en formation, des dispositifs d’hygiène mis en place et un local d’isolement des malades en construction, le CHU-Yalgado Ouédraogo semble donc être sur le qui-vive.

BASSOLE Herman Frédéric (Stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • c’est normal. le vent a changé de direction, il faut aussi changer de direction pour se faire une peau neuve et rester encore dans la confiance du nouveau régime tout en continuant par bénéficier des faveurs comme au temps de Blaise. Surtout ne pas se faire poursuivre.
    Son cousin, actionnaire du groupe le Gl Gilbert DIENDERE protecteur du Lt-cl ZIDA doit être son conseiller dans ce sens.
    Bonne action à saluer tout de même mais cela ne m’empêchera pas de lui demander des comptes sur ces marchés gré à gré qu’on lui a donné.

  • bon geste de la part de ebomaf ; il est vrai que rien ne vaut une vie

  • Héyyy ..! Attention à l’argent de EBOMAF !

  • Malgré les dommages subis par votre entreprise, vous avez fait preuve d’un altruisme jamais égalé. Au delà du soutien que vous avez apporté aux malades, tout le peuple burkiabé vous est reconnaissant cher PDG. Que Dieu vous le rende au Centuple.

  • Ah bon, 10 millions, c’est peu pour tout ceux qu’il a eu avec les marchés de gré à gré de l’état. Merci quand même d’avoir retourner l’argent du contribuable.

  • EBOMAF est toujours comme ça, on n’a pas besoin de charité, on a besoin de justice et d’équité. cette entreprise doit à beaucoup d’ouvriers à qui elle refuse d’honorer les dettes. Certains d’entre eux ont même été menacés pour avoir réclamé leur argent.

  • Merci de nous retourner un peu de nos impôts

  • Bonjour, je pense qu’il ne faut pas se voiler la face. Ce que le PDG du groupe EBOMAF a fait n’est pas une obligation ni un retour de la main tendue. Vu les pertes qu’il a encaissées en deux jours et malgré tous ça (je ne parle pas de la valeur du don), l’esprit et le courage qui l’a animé, a mon humble avis je pense qu’il faut placé ce groupe et son PDG a un niveau plus élevé du sens de la moralité.

  • A mon avis les Assami et autres de la majorité aurait dû avoir des réactions comme celle du PDG du groupe EBOMAF juste pour apaiser les tensions.

    Merci

  • ’’ Sur les 23 blessés admis dès les premières heures des manifestations, 2 ont trouvé la mort en route’’ ça veut dire quoi au juste Monsieur BASSOLE, décédés au cours de leur transport vers l’hôpital ou décédés dans l’hôpital après avoir été admis pour des soins.

  • Voilà qui est bien vu de la part de ce groupe. Si ce geste est sincère sans calcul politique le peuple s’en souviendra. Et que surtout vous saurez désormais que l’humilité devrait habiter en vous. C’est un geste qui contribuera sans doute à l’appaisement des ranceurs. Bon vent...

  • Tres bonne action. Que Le Tout Puissant vous le rende au centuple.

  • Merci à EBOMAF et que j’espère que les différentes contributions versées en espèces sera gérer en bon escient.....

  • Il fallait distribuer cette somme directement aux malades, pour être sûr qu’elle leur irait vraiment.

  • Merci du fond du coeur très miséricordieux EBOMAF. Je suis sûr que telle allait être votre attitude si ces moments avec ces bléssés etaient les moments de la victoire du camp de Blaise. Dieu saura reconaitre les siens.

  • Ce sont les mêmes gars du défunt régime. Tout sera clair par la suite.

  • Bravo à EBOMAF qui a toujours été une entreprise citoyenne. Renseignez-vous : c’est sans fanfare ni tambour qu’elle a toujours apporté d’énormes soutiens à des personnes et à des structures. Il y a bien eu un amalgame dans l’article qui dénonçait les pillages et les saccages de sa base à Ouagadougou. Les responsables de EBOMAF ont bien établi la distinction entre les vrais patriotes qui se battaient contre la révision de l’article 37 et les vandales guidés par "la méchanceté et la jalousie" qui, aux aguets en même temps, ont profité de la situation pour détruire un pan de l’économie burkinabè en hypothéquant des investissements et des emplois. Aujourd’hui, les Burkinabè sincères sont unanimes à condamner ces actes qui n’honorent pas les hommes intègres. Que cette grandeur de vue de EBOMAF soit suivie par d’autres sociétés pour soulager la douleur des martyrs.

  • Pourquoi ne pas donner directement aux malades ?Il fallait crée une petite cellule au sein de l’hopital pour gerer directement les ordonnances des blessés !!!!Retournez voir monsieur si c’est effectif,ca m’étonnerai !

  • Il faut attention à ces messieurs. Faites une enquête pour voir comment sont traités leur travailleurs. Il faut que ça change dans ce pays. Ils ont bien choses à se reprocher.

  • Evitez de tout peindre en noir. Même s’il y a des actionnaires dans son entreprise, c’est lui le promoteur. Prompt rétablissement aux malades.

  • Non, ils ne sont pas propres. Il faut apprendre à bien entretenir et à respecter ses employés. C’est cela qui ferra de vous une bonne image. Mais quand vous faites ce que vous voulez parce que qu’on ait les maitres, on a peur de rien, ça fait pas joie.

  • Je regrette beaucoup les dégats causés par les barbaries humaines aux differents lieux de production et d’emploi pour les gens. on aura beaucoup de gens au chomage et cela n’était pas prévu. Il fallait simplement instruire les manifestant à protéger la propriété du peuple et non à la brùler ou à la détruire pensant faire mal à quelqu’un d’autre. C’est la grave erreur faite par ceux qui ont orgaiser l’insurection. Le peu que les gars ont laissé, le peuple est arrivé et au lieu de le nationaliser il a préferé le détruire à jamais créant ainsi d’autre chomeurs. En 1966 au temps de Maurice avec Beaucoup Plus d’analphabètes que maintenant on n’était jamais arrivé à une telle perdition. certaine villas ont été nationalisées ainsi de suite. mais cette fois-ci il n’ya rien à nationaliser parce que tout a été détruit. La maison de tel ou tel pouvait servir de centre social ou de créche ....... quelque chose de social.
    J’espére que le pays s’en sorte. le BF a besoin d’assistance de l’extérieur .
    Amicalement
    Votre ami l’unique Ben Kramer

  • - Bravo EBOMAF, mais ne paye plus du carburant pour donner aux gens de la FEDAP/BC pour tenir leurs meeting à Dédougou et déranger les gens !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

  • EBOMAF ne peut duper que ceux qui ne le connaissent pas ou ceux qui lèchent ses bottes. Le gars là craint que les gens ne lui en veulent puisqu’il fait partie de ceux qui ont soutenu ce régime mafieux qui vient de chuter.
    SVP remettez lui cet argent pour qu’il paye ses ouvriers avec. Imposter là !!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés