Tabaski 2014 : du vrai business pour les vendeurs de bétail

samedi 4 octobre 2014 à 01h56min

Des bêlements de moutons par-ci, des discutions par-là. C’est l’ambiance qui prévalait en cette matinée du 3 octobre 2014 au marché de bétail de Tanghin dans la capitale burkinabé à quelques heures de la fête de l’Aïd El Kebir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Tabaski 2014 : du vrai business pour les vendeurs de bétail

Comme annoncé par la fédération des associations islamique du Burkina, la fête de tabaski aura bel et bien lieu le samedi 4 octobre 2014. A 24h de ce bel évènement, les fidèles musulmans s’attèlent dans les préparatifs afin de rendre la fête belle. Chaque fidèle de quelle que manière que ce soit, veut à tout prix sacrifier un mouton. Une occasion bien faite pour les commerçants de bétail qui se frottent les mains.

A vu d’œil on remarque une grande affluence de part et d’autre. Mais comment sont les prix comparativement à l’année dernière, le chef de la maison du bétail de Tanghin nous rassure. « Les prix sont très abordables cette année. Les animaux ont bien produit et il y en a en abondance. Les prix vont de 35 000FCFA à 150 000FCFA et plus en fonction de ce que tu veux. Pour ce qui concerne les clients, il y a aussi l’affluence et on se plaint pas ». Si chez le chef de marché, les choses semblent aller, ce n’est malheureusement pas le cas pour certains. Arouna Gansonré, revendeur de bétail n’est pas du tout satisfait du marché qu’il trouve peu rentable : « cette année il n’y a pas de marché, les moutons se vendent moins chers mais c’est calme, depuis le matin je n’ai pas encore eu grand-chose mais j’espère que tout ira mieux d’ici le soir ».

Si les vendeurs soutiennent que les prix des moutons sont abordables, ce n’est pas le cas pour les clients. M. Zouré, venu s’acheter un mouton estime que les moutons coûtent chers cette année même s’il y en a assez. Un autre renchéri par ces propos : « c’est toujours pareil chaque année mais comme on n’a pas le choix, il faut faire avec ».

Kabore S. Rosine (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2014 à 16:09
    En réponse à : Tabaski 2014 : du vrai business pour les vendeurs de bétail

    Le ridicule dans les fêtes musulmanes c’est que les spéculateurs sont des musulmans qui arpentent les mosquées à longueur de journée. l’Islam bannit la spéculation et encourage la solidarité islamique . les imams se fatiguent tous les jours à transmettre le message du Prophète (PSDSL) . L’islam prévoit de nombreuses sanctions contre les spéculateurs de riz, de mil ,de sucre, d’huile ,de mouton et autres bœufs mais de nombreux soit disant musulmans qui ne le sont que de noms croient que l’argent de la spéculation peut nettoyer le pêcher. Ils sont les premiers à jeter les miettes dans le sac de l’aumône. Ils camouflent leur jeu sous de gros manteaux boubou ou derrière des barbichettes et croient que Allah ne les voient pas .Ceux qui spéculent sont pire que les djihadistes qui violent et qui égorgent d’innocentes personnes. Et pourtant le Coran est tellement clair sur ces crimes , mais la cupidité de l’homme ne l’aveugle t il pas souvent ? Que Dieu nous guide sur la voie droite , la voie de ceux qui n’encourent pas sa colère mais de ceux qui bénéficieront de ses Bienfaits. Amen

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés