Protection des enfants : la Fondation Terre des hommes en fait désormais une affaire personnelle

lundi 7 juillet 2014 à 19h56min

La Fondation Terres des Hommes a procédé ce vendredi 4 juillet 2014 au lancement du projet « Lutte contre les violences faites sur les enfants ». Prévu pour durer 36 mois, ce projet va consister à améliorer la protection des enfants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Protection des enfants : la Fondation Terre des hommes en fait désormais une affaire personnelle

Contribuer à réduire la violence faite aux enfants en renforçant les systèmes de protection au niveau national et local. Tel est l’objectif poursuivi par le projet dont le lancement s’est déroulé en présence de la Directrice générale de l’encadrement et de la protection de l’enfant et de l’adolescent au Ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale.

La durée du projet est de 3 ans et sa mise en œuvre est assurée par 5 partenaires que sont la Fondation Terre des Hommes, les Associations Tié et Keoogo, l’ONG Handicap International et le Centre d’études et d’appui conseil et en travail social (CEATS).

Consciente que la protection des enfants nécessite l’implication de plusieurs acteurs, la Fondation Terre des hommes a tenu à prendre en compte ces derniers dans la réalisation du projet. Ainsi, il va consister à créer et à renforcer au niveau communautaire un système de protection des enfants en mobilisant enseignants, maîtres coraniques, employeurs, parents et les enfants eux-mêmes. La Fondation entend également offrir aux enfants victimes de violences ou à risque une prise en charge intégrée et holistique qui repose sur l’approche « gestion de cas ».

Selon la Directrice générale de l’Encadrement et de la Protection de l’Enfant et de l’Adolescent du Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale, c’est au regard de l’ampleur du phénomène que le gouvernement a fait de la protection des enfants l’une de ses priorités. « Cette priorité tient au fait que les violences faites aux enfants continuent d’être une réalité quotidienne malgré les conséquences néfastes qu’elles engendrent aussi bien pour les enfants que sur la société toute entière », a-t-elle indiqué.

A titre illustratif, 80,2% des enfants affirment avoir été victimes de violences, 72% des adultes reconnaissent avoir déjà exercé des violences sur des enfants. La famille est indexée par 83% des enfants et 100% des adultes comme le lieu où s’exercent ces violences.

5000 enfants visés

Le projet sera exécuté dans les provinces du Kadiogo (Ouagadougou), Houet (Bobo-Dioulasso, du Ganzourgou (Zorgho) et du Seno (Dori). Il vise, à termes, à doter à 5000 enfants de mécanismes de prévention, de détection, de signalement et de protection dans leurs lieux de travail, de vie, de détention, d’éducation et de formation. Les acteurs du projet travailleront également à mettre en place un système de protection et de prise en charge au profit de 1000 enfants victimes de violences et 4 réseaux provinciaux devront voir le jour.
Afin d’y parvenir, les acteurs demandent le concours et l’implication des enseignants, des formateurs, des agents de force de l’ordre, des parents et même des enfants.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés