Association des chirurgiens-dentistes du Burkina : Une croisade contre les maladies bucco-dentaires en milieu scolaire

samedi 28 juin 2014 à 02h10min

Pour prendre en main la santé bucco-dentaire dès la base et inciter, parallèlement, les parents à être regardants sur cet aspect sanitaire de leurs enfants, l’association des chirurgiens-dentistes du Burkina a initié une campagne de sensibilisation en direction des élèves du primaire de la ville de Ouagadougou. Troisième du genre, cette offensive s’est déroulée, les 23 et 24 juin dernier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Association des chirurgiens-dentistes du Burkina : Une croisade contre les maladies bucco-dentaires en milieu scolaire

Pour cette campagne, une dizaine d’équipes de chirurgiens-dentistes ont été mobilisés pour prendre d’assaut 36 écoles primaires, surtout celles périphériques de la ville de Ouagadougou, 320 enseignants dans les écoles concernées ont été associés et 13 643 élèves sensibilisés à l’hygiène bucco-dentaire. « 90 à 95% de ma patientèle sont des gens qui arrivent parce qu’ils ont des maux de dents, ils n’arrivent pas à dormir, à manger alors que le premier traitement dans la santé, c’est la prévention. C’est dire qu’on aimerait aussi que les gens viennent pour des visites systématiques, écouter les conseils du médecin pour mieux prendre en charge leur santé bucco-dentaire », a campé Dr. Hamidou Ouédraogo, chirurgien-dentiste au camp Sangoulé Lamizana. C’est entre autres constats qui ont certainement poussé les chirurgiens-dentistes à prendre l’initiative d’aller en croisade contre les maladies bucco-dentaires à la base. Pour ce faire, un travail préalable a été effectué par la direction provinciale de la santé du Kadiogo pour déterminer les écoles et planifier le passage avec les responsables des écoles identifiées. Les différentes équipes de chirurgiens-dentistes déployées dans les écoles mènent les séances de sensibilisation sur la santé bucco-dentaire dans les classes, en montrant aux enfants, les bonnes pratiques pour une hygiène bucco-dentaire, les fréquences et moment de brossage, etc. Selon Dr. Ouédraogo, ces tournées de sensibilisation, initiées depuis 3ans maintenant, sont révélatrices. « Il y en a (des élèves) qui nous disent qu’ils n’ont pas de brosse à dents », a-t-il confié, invitant les parents à veiller sur le volet bucco-dentaire des enfants. « Dès que l’enfant est né, il faut avoir cette habitude d’ouvrir sa bouche pour voir ce qui est normal et ce qui ne l’est pas », lance-t-il. A l’en croire, les parents doivent assister les enfants, sur le plan du brossage, jusqu’à l’âge de 7-8 ans. « Etre attentif à toute maladie dentaire pour pouvoir la soigner », insiste Dr. Hamidou Ouédraogo. « Par exemple, ce soir (le 23 juin, à l’école Tampouy D et C, ndlr), on a vu des enfants avec la joue enflée. On a l’impression que les parents ont remarqué mais ça ne leur dit rien », a-t-il déploré avant d’expliquer que dans de tels cas, les parents de ces élèves sont sollicités pour comprendre la situation et surtout pour donner des conseils pratiques.

Conseils et techniques pour une hygiène bucco-dentaire

À l’aide d’un « macro modèle » de démonstration (reproduction en forme géante d’une bouche) et d’une grosse brosse à dents, les différentes équipes font la démonstration dans chaque classe : comment se brosser, les heures auxquelles faut-il le faire et le nombre de fois recommandé par jour.
Il ressort entre autres qu’il faut changer de brosse à dents, en moyenne, chaque trois (3) mois et à chaque fois qu’on constate que les dents commencent à s’écarter (sans tenir compte du délai de 3 mois sus-évoqué). Tout comme il est recommandé d’éviter de manger trop chaud ou trop froid et se « méfier » également de boire des boissons gazeuses ou « acidiques » et d’aller au lit sans se brosser. « Sinon, l’acide a le temps, pendant la nuit, de ronger les dents et ça les fragilise… », a indiqué Dr. Ouédraogo. Les spécialistes conseillent aussi de consulter un dentiste pour le choix de la brosse à dents adaptée et ne pas hésiter à consulter régulièrement un dentiste pour prévenir toute maladie en matière bicco-dentaire. Ainsi, Soudré Astride et Zoundi Rabiatou, élèves à l’école Tampouy D ont retenu de la séance de sensibilisation également qu’il faut éviter de croquer la glace et les objets durs. Quant à Sawadogo Mariétou, elle retient qu’il faut manger à des heures régulières et éviter de sucer le sucre. C’est donc un bon paquet de conseils pratiques, et dans les moindres détails, qui ont été dispensés aux élèves durant les deux jours de la sensibilisation.

Distribution de brosse à dents et de pâte dentifrice

Cette sensibilisation est initiée en partenariat avec « Close Up » qui distribue à chaque élève, une brosse à dents et une pâte dentifrice. Cela se fait à l‘issue de la séance de sensibilisation sur les techniques de brossage. « Nous avons décidé d’accompagner cette initiative parce que les jeunes sont l’avenir du pays. Pour avoir des jeunes valables, il nous faut un capital humain bien formé. Or, on constate aujourd’hui que certaines maladies, notamment les caries dentaires, favorisent l’éloignement des enfants des bancs. D’où l’idée de sensibiliser les enfants sur le basic qui est la santé bucco-dentaire », a justifié Mamadou Fofana, responsable marketing de la société « Unilever Burkina Faso ». Pour M. Fofana, si à travers cette sensibilisation, des enfants arrivent à adopter une bonne hygiène alimentaire, les risques de maladies bucco-dentaires seront minimisés. Toute chose qui va certainement réduire le taux d’absentéisme à l’école pour maladies dont celles bucco-dentaires. A en croire M. Fofana, se brosser régulièrement permet de préserver l’enfant de toutes maladies bucco-dentaire et d’assurer sa présence au niveau scolaire.

La particularité de la sensibilisation de 2014

« Les années antérieures, l’activité était surtout basée sur la sensibilisation des élèves. Mais cette année, nous avons ajouté un autre volet qui est l’enquête. Cette dernière consiste à recueillir les comportements en santé bucco-dentaire. L’enquête va nous permettre de réajuster un peu notre façon de voir et de faire au niveau des élèves », a dévoilé la secrétaire à l’organisation et à l’information de l’association, Dr. Jocelyne Valérie Garé Kopiho. Selon ses explications, seuls sont intéressés par cette enquête, les enfants de 6 et 12 ans à qui, il est administré des questions sur le recours aux soins en cas de santé bucco-dentaire. « Ce sont des âges d’intérêt en santé bucco-dentaire. 6 ans, c’est une période de transition qui passe de la denture infantile vers celle adulte et 12 ans, c’est généralement des élèves qui ont déjà une denture adulte… ». L’objectif, les années à venir, est, selon Dr. Jocelyne Valérie Garé Kopiho, de toucher le maximum d’écoles sur l’ensemble du territoire national.

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés