Combler le gap grandissant de la qualité de l’enseignement supérieur : La solution par l’African School of Economics (ASE)

vendredi 10 janvier 2014 à 12h18min

L’African School of Economics (ASE) se veut un centre distingué pour l’activité intellectuelle, culturelle et éducative. C’est un centre qui constitue en réalité, une extension du prestigieux Institut de Recherche Empirique en Economie Politique (IREEP) fondé par le Professeur Léonard Wantchékon en 2004 à Cotonou, au Bénin.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Combler le gap grandissant de la qualité de l’enseignement supérieur : La solution par l’African School of Economics (ASE)

L’opérationnalisation de ce centre – l’ASE - préoccupe d’éminents chercheurs. Dans ce sens, une conférence publique d’information y relative est prévue pour se tenir le 11 janvier 2014 à partir de 15h, à Université de Ouagadougou. Le cadre précis de ladite conférence est l’Amphi F de l’Unité de formation en Sciences économique et de gestion (UFR/SEG). Elle - la conférence - sera animée par le Professeur Augustin Loada, et par d’anciens étudiants de l’IREEP.

Déjà, l’on peut retenir que l’ASE offrira des programmes académiques sanctionnés par le Master et le Doctorat dans quatre domaines académiques ; en l’occurrence, Administration des Affaires, Administration Publique, Mathématiques, Economie et Statistiques, et Etudes du Développement. Il servira aussi de cadre aux services de recherche ; et présente déjà de belles perspectives de partenariat avec des universités et centres de renommée internationale. Plus de détails dans le fichier PDF ci-dessous joint.

PDF - 395.1 ko
ASE - information_sheet 11-13 french-Insertion de presse
Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 janvier 2014 à 10:15, par Le sankarien
    En réponse à : Combler le gap grandissant de la qualité de l’enseignement supérieur : La solution par l’African School of Economics (ASE)

    Tous ceux-là (les promoteurs de ces écoles) profitent du système capitaliste-impérialiste qui opprime et exploite les masses. Ils en sont de grands défenseurs cachés sous le manteau de chercheurs de ceci ou de cela.
    Ce sont plus des businessmen i.e des commerçants en langage simple et accessible. Si le système éducatif publique est debout il ne peuvent pas prospérer donc ils détruisent ce dernier en complicité avec leurs amis et collègue du pouvoir et dans ces arcanes et des institutions de Breton Woods. Ils en deviennent ensuite les "dénonciateurs" (faux bien sûre) et s’érigent en pompier pour donner "une éducation de qualité". Ce sont des pompiers pyromanes que la Révolution doit ranger au placard car ils détruisent la science. En effet là où rentre l’argent, la science véritable sort par le fenêtre.
    En attendant le retour de la révolution ceux qui ont les moyens d’aller dans ces écoles allez-y chercher le savoir et en temps opportun vous en serez de bons agents destructeurs !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés