Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Commune de Orodara : Conflit politique autour de la paternité d’un pont

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 15 octobre 2013 à 23h31min
Commune de Orodara : Conflit politique autour de la paternité d’un pont

Le lancement des travaux de construction du pont du secteur n°1 a eu lieu le vendredi 4 octobre 2013 à Orodara. L’événement s’est transformé en une bataille politique sur la paternité du pont entre les autorités communales et le député Lorcendy Traoré. Mais avec l’implication des autorités provinciales dans la gestion de la crise, les choses sont vite rentrées dans l’ordre.

Plus de peur que de mal, c’est le moins que l’on puisse dire de ce différend politique né autour du pont du secteur n°1 de Orodara, le vendredi 4 octobre dernier. Ce différend opposait les autorités communales de l’UPC au député Lorcendy Traoré issu du parti au pouvoir, le CDP, sur la paternité dudit pont. Le financement du pont en question a été acquis du Fonds national d’entretien routier à hauteur de 23 millions de F CFA. Mais selon des sources concordantes, l’histoire date de1992. A l’époque, la population du secteur n°1 s’était révoltée, en décidant de ne plus prendre part aux activités de développement dans la ville, tant que le pont n’est pas réparé. Pour calmer les esprits, El hadj Djianguinaba Barro, opérateur économique et ressortissant de la province était obligé d’intervenir avec une tonne de ciment pour la réparation de ce pont.

En 2011, suite à une grosse pluie, l’infrastructure a cédé entrainant encore des remous au sein de la population. C’est ainsi que le Conseil municipal d’alors a introduit une demande de financement auprès des autorités en charge des infrastructures pour sa construction. Le financement a été acquis en 2013, grâce au concours financier du Fonds national d’entretien routier. Le 4 octobre 2013, c’est la date retenue par les autorités provinciales pour le lancement officiel des travaux de construction du fameux pont. Ce lancement a été marqué par la pose de la première pierre et l’installation de l’entreprise chargée de l’exécution des travaux. L’organisation de cette cérémonie n’a pas été du goût des autorités communales, qui disent n’y avoir pas été associées. La cible visée est le député Lorcendy Traoré à qui l’on reproche de vouloir récupérer le projet de construction du pont. Face à cette situation, la veille a-t-on appris, le maire de la ville de Orodara et quelques-uns de ses plus proches collaborateurs ont rencontré le haut-commissaire de la province du Kénédougou pour échanger sur le sujet.

Malgré tout, le lendemain, les agents issus du programme HIMO (Haute intensité de main-d’œuvre) ont été déployés sur le site, pour empêcher le déroulement de la cérémonie et surtout pour barrer le passage au député Traoré. Cela, sur instruction des autorités communales. La matinée a été donc très longue en tractations entre les différents protagonistes au haut-commissariat de Orodara. Mais grâce à l’engagement et à l’implication des autorités provinciales dans la gestion de cette crise, les deux parties sont parvenues à un accord. Initialement prévue pour 10 heures, c’est finalement aux environs de 14 heures qu’a eu lieu cette cérémonie en présence du haut-commissaire de la province du Kénédougou, d’une délégation de la direction régionale des infrastructures, du désenclavement et des transports des Hauts-Bassins et des deux parties concernées.

Apollinaire KAM

(AIB-Kénédougou)

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés