Commune de Orodara : Conflit politique autour de la paternité d’un pont

mardi 15 octobre 2013 à 23h31min

Le lancement des travaux de construction du pont du secteur n°1 a eu lieu le vendredi 4 octobre 2013 à Orodara. L’événement s’est transformé en une bataille politique sur la paternité du pont entre les autorités communales et le député Lorcendy Traoré. Mais avec l’implication des autorités provinciales dans la gestion de la crise, les choses sont vite rentrées dans l’ordre.

Commune de Orodara : Conflit politique autour de la paternité d’un pont

Plus de peur que de mal, c’est le moins que l’on puisse dire de ce différend politique né autour du pont du secteur n°1 de Orodara, le vendredi 4 octobre dernier. Ce différend opposait les autorités communales de l’UPC au député Lorcendy Traoré issu du parti au pouvoir, le CDP, sur la paternité dudit pont. Le financement du pont en question a été acquis du Fonds national d’entretien routier à hauteur de 23 millions de F CFA. Mais selon des sources concordantes, l’histoire date de1992. A l’époque, la population du secteur n°1 s’était révoltée, en décidant de ne plus prendre part aux activités de développement dans la ville, tant que le pont n’est pas réparé. Pour calmer les esprits, El hadj Djianguinaba Barro, opérateur économique et ressortissant de la province était obligé d’intervenir avec une tonne de ciment pour la réparation de ce pont.

En 2011, suite à une grosse pluie, l’infrastructure a cédé entrainant encore des remous au sein de la population. C’est ainsi que le Conseil municipal d’alors a introduit une demande de financement auprès des autorités en charge des infrastructures pour sa construction. Le financement a été acquis en 2013, grâce au concours financier du Fonds national d’entretien routier. Le 4 octobre 2013, c’est la date retenue par les autorités provinciales pour le lancement officiel des travaux de construction du fameux pont. Ce lancement a été marqué par la pose de la première pierre et l’installation de l’entreprise chargée de l’exécution des travaux. L’organisation de cette cérémonie n’a pas été du goût des autorités communales, qui disent n’y avoir pas été associées. La cible visée est le député Lorcendy Traoré à qui l’on reproche de vouloir récupérer le projet de construction du pont. Face à cette situation, la veille a-t-on appris, le maire de la ville de Orodara et quelques-uns de ses plus proches collaborateurs ont rencontré le haut-commissaire de la province du Kénédougou pour échanger sur le sujet.

Malgré tout, le lendemain, les agents issus du programme HIMO (Haute intensité de main-d’œuvre) ont été déployés sur le site, pour empêcher le déroulement de la cérémonie et surtout pour barrer le passage au député Traoré. Cela, sur instruction des autorités communales. La matinée a été donc très longue en tractations entre les différents protagonistes au haut-commissariat de Orodara. Mais grâce à l’engagement et à l’implication des autorités provinciales dans la gestion de cette crise, les deux parties sont parvenues à un accord. Initialement prévue pour 10 heures, c’est finalement aux environs de 14 heures qu’a eu lieu cette cérémonie en présence du haut-commissaire de la province du Kénédougou, d’une délégation de la direction régionale des infrastructures, du désenclavement et des transports des Hauts-Bassins et des deux parties concernées.

Apollinaire KAM

(AIB-Kénédougou)

Messages

  • Merci aux Autorités Provinciales pour la gestion pacifique de ce conflit politique.

  • Franchement, faut que UPC arrête d’empecher des réalisations au profit des population. Meme si vous voulez etre associés à certaines choses, pensez dabord au bien etre des populations avant de bloquer les constructions pour votre credit personnel.

  • Lorcendi traore un aventurier qui se retrouve à l’assemblée et en plus questeur hum le faso pour qui connait le passé de ce monsieur il ne serait pas étonnant de voir l’assemblée un jour en cessation de paiement. Quant des incompétent dirigent les compétents c’est le comble. Si c’est pas par la grâce du haut commissaire , il allait savoir qui est garçon dans prorata

  • Justement c’est cet esprit qui fait que cette region se developpera difficilement, chacun voulant être père et mère de tout. En realité, personne n’est capable de quoi que ce soit ; aussi, ceux qui veulent les aider, on les en empêche. Bref, pauvreté d’esprit.

  • Il faut que Lorcendy sache qu’il doit coopérer car la commune est au mains de nous les jeunes et plus aucune intoxication politique ne passera. a bon entendeur salut .........................

  • He les vieux comme Djanguinaba, lorcendy, et autres anciens politicards, retirez vous et laissez la jeunesse assurer le développement.
    Depuis des lustres, qu’avez vous fait pour la province en général et en particulier Orodara ?, ....Toujours a vous pavaner devant les pauvres paysans, prendre des engagements que vous réglerez, tôt ou tard ds l’au-delà !
    Vraiment y a en marre

    • Que c’est dure cette triste realite. c’est a cause de ces memes anciens politicards que le cdp a perdu toutes les elections ds la province. faudrait que ce parti sache qu’il ne peut et doit plus compter sur eux, trop de tensions et coups bas les divisent. la jeunesse a en prit conscience et prefere se retourner vers les partis qui ameneront un changement reel et positif.
      Lorcendy a eu son poste de depute par pitie et respect de la meme jeunesse.
      Si ca continue, ns allons tout rafler aux prochaines elections.
      A bon entendeur...

  • Réaction à chaud :
    Voilà comment la décentralisation et le développement local ont du mal à fonctionner avec des plombs dans les ailes ! et le député qui se trompe de rôles : voter la loi, consentir l’impôt et contrôler l’action gouvernementale ! Dans ces types de marché de dupes c’est le pauvre citoyen d’Orodara comme partout ailleurs dans les quatre coins du Burkina Faso qui se retrouve dupé !!! Chers élus il est temps d’accorder vos violons !!!!!!!!!!!! Bonne chance

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés