8 mars à Bobo-Dioulasso : Elles ont fait de leur mieux et la vie continue…

dimanche 10 mars 2013

Dans la province du Houet, les femmes se sont donnée rendez-vous dans la commune rurale de Fô pour les festivités politiques de la célébration de la journée internationale à leur dédiée. Si celles qui en avaient les moyens et l’envie ont pu faire le déplacement, visiblement beaucoup d’autres n’avaient que cure de la fête.

Réagissez à cet article Réagissez
8 mars à Bobo-Dioulasso : Elles ont fait de leur mieux et la vie continue…

Le 8 mars, selon beaucoup de femmes interrogées, n’est qu’une affaire des femmes aisées « financièrement ». A bien y voir, ce n’est pas donc par une fête jubilatoire, encore moins de débats sur les droits de femme, les plaidoyers, pour beaucoup d’entre elles. Pagnes, djanjoba, soirées festives…ce n’était que ça, l’objectif et le sens de la célébration du 8 mars. Mariam, une jeune femme, sa charrette remplie de chaussures, se rendait comme d’habitude au marché pour vendre ce vendredi 8 mars. A la question de savoir si elle n’est pas concernée par la fête ? Elle répond, l’air assez fuyant : « Celles qui fêtent savent à quel saint se vouer. Moi, je n’ai pas ce temps. Je ne me fatigue pas. Je préfère aller chercher de l’argent pour nourrir la famille ». Bernadette, une cinquantenaire, quant à elle, vendait paisiblement dans son kiosque.

Elle ne sait rien de la thématique de l’évènement : « Entreprenariat féminin, contribution à l’économie nationale ». Elle se sait consciente de sa contribution au développement de la nation à travers cette petite entreprise informelle. Elle ne trouve alors sens à célébrer à la manière festive, la journée de la femme. Elles sont, malgré tout, peu, à avoir une telle réflexion. A Bobo-Dioulasso, c’est que l’on retient de l’ambiance festive qui a régné tout au long de la journée. Quelques hommes déguisés en femme, loin, bien sûrs d’être des travestis, ont apporté leur touche à la journée. Dans beaucoup de lieux publics notamment les bars et les maquis, les places ont manqué. Accompagnées de leurs compagnes, des femmes ont fait le show. Elles se sont magnifiées, encouragées, soutenues et du reste, espérez que leur situation s’améliorera un jour. Ce ne sera pas, en tout cas, en jubilant…

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés