Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

vendredi 23 novembre 2012 à 00h23min

« Pourquoi le courage manque tant aux Hommes du système Compaoré, pour opérer une véritable rupture » ? J’ai lu, comme bien d’autres amateurs de choux gras, le dernier ‘’Mutation’’ en date du 15 novembre 2012. En une de ce numéro, le journal fait un grand zoom sur Salif Diallo, l’ex-puissant ministre d’Etat aujourd’hui en retrait de la vie publique, « un baroudeur devenu un yes man » selon mes confrères.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

Ce qui m’a le plus marqué dans cet article et que je voudrais partager avec vous, c’est une petite phrase en forme d’interrogation. Elle va du cas Salif Diallo pour se traduire en interrogation, toute simple mais très pertinente à mon avis : « Pourquoi le courage manque tant aux Hommes du système Compaoré, pour opérer une véritable rupture » ?

La réponse à cette question se trouve à mon avis, dans la question elle-même : Ils se sentent tous redevables à ce système, à un Homme, dirais-je, dont ils ont du mal à se défaire pour mille et une raisons. Ils ont du mal à opérer en eux, le nécessaire « devoir d’ingratitude », première étape, selon moi pour amorcer une vraie rupture de système !

Alors même qu’ils ont les idées et pour certains les moyens, ils hésitent, s’interrogent, tournent en en rond, pensent à ce que l’on dira d’eux, aux tacles sans pitié qu’ils se sont fait les uns aux autres, puis finalement acceptent de se tasser dans leur silence.

Je pense aussi qu’en démocratie, on ne peut pas forcer quelqu’un à assumer des responsabilités qu’il ne veut pas. Cela me fait d’ailleurs penser au cas français où vers la fin du second mandat de François Mitterrand, les partisans de Jacques Delors ont demandé au chef de l’Etat sortant de convaincre son ami socialiste de prendre les devants. La réponse de Mitterrand fut des plus cinglantes. Lui s’est assumé dira-t-il, et n’a pas eu besoin qu’on le supplie. Il s’est battu pour être président. A chacun donc de s’assumer devant l’histoire…

J.SOME
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 novembre 2012 à 14:29, par konmenom-moogo
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    tout simplement parcequ’ils n’ont jamais été courageux

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 15:02, par AZONTO
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    " Un homme s’assume " Disait Norbert ZONGO.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 15:11
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    C’est la peur et non le fait qu’on les dira ingrat ! Ce système amène tout le monde a avoir les mains sales ; alors si tu bouges, oubien on te fait pcq tu sais trop, oubien on ouvre ton dossier ! Faut prier pr eux seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 15:12, par KAHL
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Salue esclave. Voici quant même un esclave émancipé qui a appris auprès des ses rois, que nous sommes, à dire la vérité. Bref, à vrai dire, ton texte est cohérent par analyse qui en découle. Tous ces vouvouzeleurs qui rodent autour de BLAISE comme des chiens affamés lui doivent vraiment tout à tel point que même s’il ya vérité à dire pour la bonne marche et la bonne gouvernance du régime en place, ils préfèrent plutôt se taire pour la satisfaction de leurs intérêts égoistes . C’est ainsi que leurs actes totalement irresponsables et ridicules se révèlent dans un avenir proche que l’épée de Damoclèce suspendu au dessus de la tête de chaque honnête citoyen du pays des hommes intègres.
    Je tire mon châpeau à Salif DIALLO, car lui quant même, il faut le dire à grande et haute voix, sait dire "NON". Oui je vous l’avoue, un "NON" responsable, mature, sage, honnête et intègre. Le BURKINA a besoin des hommes comme SALIF qui se depassent un temps soit peu pour se soucier de l’avenir de leur pays, le bien être de leurs concitoyens. Il aurait pu continuer à roder lui aussi autour de BLAISE pour profiter de ses faveurs ou detourner les fonds publics comme tous ces faux intellectuels inconscients qui occupent les postes clés de ce pays, mais il a su à un moment donné orienter son destin pour la bonne cause de ce pays. La vérité est comme une lumière qui brille et illumine toujours et pour toujours, mais le mensonge, la fraude sont comme l’obscurité que la lumière finit par transpercer un beau jour, et cela tôt ou tard.

    La Patrie ou la Mort, Nous Vraicrons.
    KAHL

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 15:48
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Ils ont des billes à la place des couilles

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 16:05, par GO
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Il y a beaucoup d’entre eux qui se sont surement enrichis anormalement , ont des biens parcelles et autres, et ont bien peur qu’on leur crée des problèmes. Donc, bien que ça ne va plus, il faut rester au moins, on se dit toujours protéger. Sinon, beaucoup allaient faire comme M. Diabré Zéphirin.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre 2012 à 12:16, par aaa
      En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

      En réalité ces gens là n’ont pas la force morale ou le courage de quiter le navire quand bien même il se noie.l’explication est toute simple.Beaucoup ont détourné ,volé triché ,fait du tort à leurs prochains dans leur enrichissement ; parfois avec la complicité du prince.Tout ce qu’ils ont ils le doivent au prince ;difficile pour eux donc de reculer quand bien même ils sentent les mauvaises choses venir.Ils sont dans une nasse et appartiennent au propriétaire de cette nasse.Ils en souffrent mais n’y peuvent rien.

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 16:18, par hola
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Ca c’est une question. Mais la reponse est toute simple : LA PEUR.
    La peur d’etre traine dans la bout pour le systeme compaore, d’etre poursuivi devant les tribunaux et toute suite pour malversations et detournement et aller pourir en prison.
    Tout le monde sait que LE BLAISO a tes dossiers concernant ses tous puissants ministres jusqu’au plus petit ministres.
    La democratie ne peut pas fonctionner comme il se doit car ceux qui pouvaient faire changer les choses sont aujourd’hui tous enchaine par le systeme Compaore.
    Alors que faire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 16:25, par 50 Pesos
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    En réalité, sans Blaise, ils ne seraient rien ! Zephirin Diabré a eu le flair d’aller se construire en travaillant dur sans Blaise à Areva, Voilà pourquoi il peut critiquer le système.
    On ne peut pas le corrompre ni le menacer, car il ne doit à personne !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 16:33
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    c`est dommage que le burkinabé adore les cliches et le spectacle, la politique c`est l`art de la ruse, s`opposer pour s`opposer servira a quoi ? l`action politique se prépare, on commence par définir une plate forme ensuite s`entendre autour d`un programme puis élaborer une stratégie de conquête du pouvoir l`objectif c`est 2015 il ne faut pas s tromper de cible

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 17:11, par Alexio
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    La politique de Blaise prend sa source dans le Houphouetisme.Touts les cadres influents du pays sont favorises par gangs de velours.Le graissage financier et une place au soleil.Ainsi donc va le muselage va de compagnon a compagnon.On se couvre.Lamizana avait utilise la meme strategie.Fermer les yeux,les oreilles et ne rien dire.Le resultat une prosperite carrierielle.Je me rappelles un Ministre sous la revolution, en face du TPR ,exprimant ainsi "Il y avait a boire et a manger".Ce constat fait toujours d actualite sous le regime Blaise.Cette lachete de ne pas dire qu un chat est un chat qui va compromettre la paix sosiale de l apres Blaise.Comme le dit le dicton : Le chef est toujours bon,mais pas ses sujets.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 18:07, par farafina
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Il ne faut pas confondre les hommes d’Etat et les hommes du pouvoir . Salif Diallo est un homme du pouvoir mais il n’est pas un homme d’Etat . Moi je vis en Europe depuis plus de onze ans mais j’ai compris qu’en Afrique on se trompe beaucoup . il faut faire la part des choses . Lorsque Mr Laurent Bado s’est jettè en politique ,il ’s’est humiliè parcequ’il peut enseigner la politique , donner des points de vie mais ne pas devenir un acteur . J’ai vu certains Prèsidents a Bruxelle qui font pitiè parcequ’ils ne sont pas a la hauteur de leur tache . Ils s’embrouillent . ça ne suffit pas d’etre major de sa promotion .

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2012 à 19:31, par Freeman
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Ils "pensent à ce que l’on dira d’eux..." Non ils pensent à ce qu’on FERA d’eux. Le système Compaoré broie ceux qui se mettent en travers de son chemin. Et comme les burkinabè n’ont d’yeux que pour les politicards, buvons la coupe jusqu’à la lie. Sinon je ne comprends pas pourquoi il faudrait forcément que quelqu’un émerge du CDP comme alternative.
    Si moi par exemple je me présentais aux prochaines élections présidentielles, plutôt que de juger mon programme, l’on commencerait à se demander : mais d’où il sort celui-là ? Et j’aurais un pourcentage à un chiffre, si ce n’est quelques dixièmes d’unités. Et pourtant il existe des centaines de présidentiable comme moi au Faso mais qui ne sont pas dans des partis politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 12:17, par ADA
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    cCHERS AMIS CONNAISSANT BIEN SALIF ATTENDEZ LUI DEBUT 2013.
    LE FRONT DE REFUS SERA CREE ET VOUS ALLER VOIR QUE LA FIN DU REGNE DES COMPAORE A SONNE..VOTEZ TOUS CONTRE LE CDP

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 13:03, par nedbala
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Mais cette foto dit quoi. çà pouvait être moi débout ou assis ou toi débout ou assis. Si tout te met débout devant moi je ferai de toi mon bras armé pour cogner ou doux pour caresser ou pour tout autre chose. Mais un bras se mettrait jamais en tête de se séparer de son corps, à plus forte raison poignarder le corps qui le porte. Tous ces gens était quoi avant le 15 octobre ? Il n ya plus de politiciens dans ce pays, les politiciens sont partis (Ki ZERBO, JO OUEDER, Boubou mélangé) ou en retraite (OGK), pas d’armes, pas de père anciens patati-patata, ils se sont fait en politique. On ne saurait transformer les fils à papa politique, les bras brusquement armés en hommes politiques. Nous on l’ignore, mais eux tous le savant. Ils se tiendront tranquilles malgré vos excitations.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 14:26, par kinp kinp naaba
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    ils ont tué et pillé le pays ensemble ils vont aller faire koi où si c’est pas à côté du BLAISO mais ils ne perdre rien pour attendre Dieu et le peuple s’en chargerons

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 16:35, par Le citoyen
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Savez-vous qu’il y a une cours de compte ? Eh bien s’il y a une des institutions qui fonctionne bien et qui tient à cœur le PF, c’est bien celle ci. C’est dans cette institution que le PF forge le mental de ces acolytes. Quant on est admis dans cette administration on devient docile de gré ou de force.
    Cependant les gens choisissent pour passer ce concours. Les conditions sont : avoir accumuler plusieurs malversations administratives ???!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 16:43, par Damité
    En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

    Quand on trop de casseroles on est obligé de se tenir tranquille surtout quand tu connais celui qui est en face. S’il semble dormir tu doit te tenir coit. Je pense que tous attendent réellement de voir si 2015 est vraiment la fin.

    Répondre à ce message

    • Le 17 décembre 2012 à 11:52, par mory
      En réponse à : Comme en écho à mes amis de ‘’Mutation’’ : Pourquoi devient-on un « yes man »

      Le système Compaoré étant un système vérouillé ; aucun vrai élément de celui-ci ne peut se retourner contre. sauf ceux qui y ont été par coptation et qui ont su se limité à rendre service à la nation et dès qu’ils ont compri comment ça fonctionne, ils se sont retirer sans se laisser compromettre. sinon comment comprendre le grand manitout, le très ambitieux Salifou Diallo puisse aller de cette façon en retraite suite à une proposition de réformes ? Aussi que penser de la retraite de Simon, de Rock et de biens d’autre qui se sont terrés ? Vous savez c’est un système qui s’apparente au systéme de certains confréries mystiques qui n’admettent pas les retraits possibles de leurs membres à partir d’un certain niveau d’évolution dans les différents loges. seul une désintégration de ce système pourait libérer certains de ses membres encore clairvoyants.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés