Palais de justice : « Le Burkina doit mériter son titre de pays des hommes intègres »

vendredi 28 septembre 2012 à 00h25min

Cette observation a été faite à Mohamed par le président de l’audience du Tribunal de grande instance (TGI) de Bobo-Dioulasso, le mardi 25 septembre 2012. Poursuivi pour escroquerie d’un montant de plus de 16 millions de FCFA au préjudice d’un Nigérian, Mohamed n’a pas tergiversé sur sa culpabilité. En effet, Issuf de nationalité nigériane, et qui de l’avis du substitut du procureur, a cru à la qualité des affaires au pays des hommes intègres en s’y investissant. Malheureusement, sur son chemin il a rencontré Mohamed qui se fera passer pour un homme d’affaires exportateur de noix d’anacarde. Pour bien planter le décor, il se fait accompagner d’une équipe de deux personnes et loue un local d’un de ses amis, où il place quelques matériels de travail.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Histoire de se crédibiliser en vue de mieux arnaquer le Nigérian. Issuf va lui remettre en plusieurs tranches des sommes importantes pour la livraison de 60 tonnes d’anacarde. Ce qu’Issuf ne recevra jamais. Traduit en justice pour ces faits d’abus de confiance, Mohamed déclare qu’il a utilisé la somme à des fins personnelles notamment dans l’achat de cacao en Côte d’Ivoire. « Les faits ne souffrent donc pas de débats », indique le procureur qui poursuit qu’il n’y a pas d’autre qualification que l’escroquerie. Il a donc requis de le maintenir dans les liens de la prévention et le condamner à une peine qui plaira au Tribunal. « La peine encourue est de 1 à 5 ans », lui informe le président du tribunal.

Mais, a-t-il dit : « Les gens comme vous, nous n’en voulons pas à la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso (MACB) ». Mohamed a donc été condamné à payer une amende de 1 500 000 FCFA. Il doit également payer le préjudice de 16 millions de FCFA, plus 2 millions de FCFA au titre des dommages et intérêts et 500 000 FCFA de frais non compris dans les dépens. Après avoir ordonné l’exécution provisoire du verdict, le président du Tribunal lui a signifié que le Burkina Faso veut bien sauvegarder l’intégrité dont font montre certains de ses fils.


Les bouteilles de gaz peuvent sortir par « deal »

Appelé à la barre pour répondre des actes de soustraction frauduleuse de bouteilles de gaz appartenant à une société qui en distribue, Marcel pointe du doigt la responsabilité de son ami. Qui, selon lui, l’aurait trimbalé dans cette affaire de vol. Venu de la Côte d’Ivoire à la recherche de ses parents, Marcel se dit orphelin et sans domicile fixe. Il dort dans la rue et s’essaye dans l’apprentissage de conduite de véhicules. Il va rencontrer un ami qui travaille dans une société de distribution de gaz. « Il m’a dit un jour qu’on peut faire sortir les bouteilles de gaz par deal », explique-t-il aux juges.

A deux, ils réfléchissent sur la stratégie à adopter pour soustraire les bouteilles. Les deux acolytes réussiront ainsi à enlever des bouteilles de 12kg et de 3kg. Marcel, après l’opération, ne recevra que 10 000 F CFA comme récompense. Il reconnaît que c’était une affaire cachée, donc pas honnête. Si fait que le procureur dans sa plaidoirie a demandé la clémence du tribunal pour une peine de 12 mois de prison avec sursis. La requête a été suivie par le tribunal.


« Je le pardonne et laisse tout à Dieu ! »

Lorsque le tribunal a prononcé la peine de 6 mois fermes contre Ibrahim, berger de profession et père de 8 enfants, celui-là même qui l’a traduit en justice (sa victime) a semblé avoir eu un sentiment de remord. Du coup, il déclarera qu’il lui pardonne, de même qu’il abandonne le préjudice. La peine étant malheureusement déjà prononcée : 6 mois fermes et le payement du préjudice, le président du tribunal lui dira : « Il ne faut pas vous scandaliser. C’est nous qui avons prononcé le droit et la loi reste la loi ».

Poursuivi pour abus de confiance portant sur deux taureaux et une somme de 200 000 FCFA, Ibrahim explique sans ambages, comment il a disposé de l’argent. « J’ai vendu un taureau en plus des 200 000F pour organiser le mariage de ma fille », dit-il. 86 « têtes » lui étaient confiées pour garde. La victime dit ne retrouver que 83. Les faits étant établis, le procureur a requis une peine de 12 mois fermes contre le prévenu. Il a écopé de 6 mois fermes en plus du payement du préjudice qui s’élève à 450 000 FCFA mais que la victime avait voulu l’en exonérer. Malheureusement après le verdict du tribunal.

Rassemblées par Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés