Newseum : Le musée de la presse et des émotions

mardi 26 juin 2012 à 22h40min

En la faveur d’un séjour de travail dans la capitale américaine, nous en avons profité pour faire un tour touristique de cette ville du président George Washington. De l’emblématique Maison Blanche à l’imposant Capitole en passant par le mémorial dédié à Abraham Lincoln, c’est surtout le musée de la presse Newseum qui a surtout retenu notre attention. Des images inédites des attentats du 11 septembre 2001 aux images d’éminents photographes qui ont immortalisé l’histoire humaine à travers le monde, bref retour émouvant dans l’histoire américaine et mondiale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

D’entrée de jeu, à l’image du pays et de leurs réalisations, inutile de vous décrire la grandeur de ce musée américain pour rendre hommage aux œuvres de ces hommes et femmes qui ont risqué, qui risquent et qui risqueront leurs vies pour informer les hommes et immortaliser leurs actions, bonnes comme mauvaises. Ne pouvant donc faire tout le tour, nous avons choisi la salle des photographies qui ont marqué l’histoire des hommes. La visite commence par les images des attentats du 11 septembre 2001. Des images insoutenables.

Des frissons. L’Amérique a vraiment souffert de ces attentats. « On comprend leur peur, leur haine du musulman quand on voit ce qui s’est passé », me confie mon guide d’origine arabe. Ici la photo d’une femme en larmes couverte entièrement de poussière, là une autre surprise dans son bureau par l’écroulement du World Trade Center, un groupe de gens étourdis ne sachant par où courir ; de l’autre côté un homme tombant du haut de l’immeuble ; les photographes et caméramen n’ont visiblement rien raté de ces événements douloureux. C’est comme s’ils s’y attendaient. Notre impression s’est confortée quand nous avons progressé dans la salle où est diffusé en boucle le documentaire qui fait revivre le direct de cette journée fatidique du 11 septembre 2001 dans le pays de l’Oncle Sam.

Le deuxième avion par exemple qui a percuté l’une des deux tours jumelles a été filmé dans son intégralité. Une explication m’est fournie par mon guide : « en fait aux Etats-Unis vous trouvez toujours des gens en train de filmer les monuments avec leurs appareils… »
Nous continuons notre visite vers les chefs d’œuvre photographiques immortels. La première photo est celle d’enfants assassinés et rassemblés. L’homme est cruel. Parmi les photographies du 11 septembre, une exprime la grandeur et le patriotisme des Américains. Au milieu des décombres des immeubles écroulés, un groupe d’hommes replantent le drapeau américain ; simplement pour dire à ceux qui les ont frappé, « L’Amérique est debout et elle ne tombera jamais ». Nous trouvons dans cette visite, des images de la période de l’apartheid en Afrique du Sud : l’image d’un homme en train de cramer dans les flammes d’autres hommes.

Qui est- il ? Qu’a- t- il fait pour mériter un tel sort ? Terminons là notre visite par une icône sud africaine de la photographie, Kevin Carter. En 1993, c’est ce photojournaliste qui a immortalisé la réalité de la famine qui décimait les Soudanais : un enfant mourant et un vautour qui attend impatiemment que ce mourant qui n’a pratiquement plus de chair sur sa peau expire pour qu’il dévore ce qui peut encore l’être. Cette image a fait le tour du monde, elle a ému le monde. Carter a reçu des lettres outrageuses qui lui demandaient pourquoi il n’a pas pris cet enfant avec lui. Il répondit : « Je suis réellement désolé, je ne l’ai pas pris. » Certainement gagné par le remords, Kevin Carter, à l’âge de 33 ans mis fin à ses jours.

Koundjoro Gabriel Kambou

Washington DC pour Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 juin 2012 à 08:46, par L homme integre fache
    En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

    Kevin carter etait surtout ravage par la drogue et la mort de son meilleur ami Kent Oosterbroek, tue lors d un reportage dans les violences des townships.
    La photo pose surtout notre responsabilite,nous Africains, preoccupes a nous faire la guerre tandis que nos enfants servent a nourir les vautours.
    Ce Mr ne faisait que son boulot, c est a nous africains d etre responsable et de grandir un peu.
    Chez nous la famine se profile, on parle de creer des senats, on gaspille l argent du contribuable pour sois apporter notre expertise en matiere de planing famillial aux Anglais.
    Tout peuple merite vraiment ses dirigeants.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin 2012 à 12:26, par Goomsida
      En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

      Tout a fait d’accord avec toi, nous africains on a besoin de grandir mentalement. nous sommes plus inhumain que le photographe qui a pri la photo sans sauver l’enfant.
      Nos actions le prouve chaque fois et chaque jour.
      A savoir la creation du Senat, enregistrement biometric etc..., en quoi cela nous servent ? juste pour montrer a l’autre bout du monde que nous sommes democratique. Cependant des milliers d’enfants meurent de faim chaque jour en afrique.

      Pourquoi ne pas developer l’agriculture en lieu et place de ces machins de faux democratie ?

      Répondre à ce message

    • Le 27 juin 2012 à 15:09
      En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

      J’espère néanmoins que le journaliste qui a photographié l’enfant ou filmé cette image ne s’est pas contenté de partir avec la photo ou son film seulement mais a aussi sauvé lui-même cet enfant visiblement abandonné ! Sinon il doit être poursuivi pour non assistance à personne en danger avec son propre film comme pièce à conviction !

      Raogo YELMAGUEM

      Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2012 à 09:04, par salif
    En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

    Bavardages inutiles, On veut voir les photos !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2012 à 14:05, par LoiseauDeMinerve
    En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

    Cette photo dit tout.
    Je souhaite qu’elle soit plaquée en gros plan au siège de l’UA à Addis Abéba et dans tous les palais présidentiels d’Afrique. Comme c’est triste. Il n’y a personne, personne, même pas la mère de ce petit, notre fils pour le sauver du vautourd. He Dieu ! He Dieu ! viens nous sauver

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2012 à 22:59, par papis
    En réponse à : Newseum : Le musée de la presse et des émotions

    Que c’est vraima triste ! Cette meme photo est egalement affichée en grand dans une mosqué de uskudar(un quartié de la ville d’Istanbul en turquie).Toute ces voiture de luxe que nos Etat pays a cout de milliard,les depenses unitile etc... pouvait vraima etre utilisé ds le but de lutter contre la faim dans nos Etats respectif.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés