MECANISME AFRICAIN D’EVALUATION PAR LES PAIRS : Le Secrétaire permanent fustige la politisation de l’Administration

jeudi 31 mai 2012 à 02h05min

La salle de conférences du Centre d’apprentissage et de promotion artisanale (CAPA) de Nouna a servi de cadre le 22 mai 2012, à une conférence publique animée par le Secrétaire permanent (SP) du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), Jean-Baptiste Natama. Présidée par le haut-commissaire de la Kossi, N. Antoine Ouédraogo, cette rencontre a connu la participation des différents acteurs du développement de ladite province.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Informer l’ensemble des acteurs sur le MAEP et la bonne gouvernance afin de faire d’eux des acteurs actifs dans ces domaines ; tel était l’objectif de la conférence. Dans sa communication, le SP du MAEP, Jean-Baptiste Natama, a d’abord situé les prémices du MAEP avec la Conférence du millénaire pour le développement de l’ONU tenue en septembre 2000 et qui a défini les Objectifs du millénaire pour le développement à atteindre à l’horizon 2015. A cette date suivra la déclaration de Durban le 9 juillet 2002 qui vise à faire de la bonne gouvernance un cheval de bataille pour les chefs d’Etat. Mais c’est le 9 mars 2003 à Abuja au Nigéria qu’est né le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs.

Après ce bref cours d’histoire sur le MAEP, M. Natama s’est appesanti sur les axes cardinaux de son institution. Il a confié que pour le bien-être des populations, il faut miser sur la gouvernance politique et démocratique ; la gouvernance économique et la gestion financière, la gouvernance des entreprises ainsi que le développement socioéconomique. Pour mieux faire cerner l’essentiel de sa communication, le SP du MAEP a détaillé tous les contours et rouages de chaque axe. Et de soutenir que sans un bon système politique, il est illusoire de prétendre à la paix… « Malgré les ressources dont dispose l’Afrique, si on ne crée pas la richesse, on ne peut pas s’enrichir. Or, tant qu’on ne changera pas notre gouvernance, on ne pourra ni créer, ni retenir de richesse », a-t-il relevé. M. Natama n’a pas manqué de fustiger l’hypocrisie généralisée et la politisation de l’Administration qui sont de véritables dangers pour le Burkinabè actuel et futur.

Concernant les perspectives pour l’atteinte des OMD, il a été on ne peut plus clair : « Il y a des OMD, même en 100 ans, le Burkina ne pourra pas les atteindre si nous ne revoyons pas le tir. Le seul OMD qui est à notre portée à l’horizon 2015, c’est peut-être l’accès à l’eau potable », a-t-il laissé entendre. Selon le SP du MAEP, pour sortir du sous-développement, la seule issue qui reste est la définition consensuelle des valeurs sociales, fondement de toute nation qui aspire à la cohésion, et l’éducation conséquente des générations futures ainsi qu’une bonne formation du capital humain. Tout en apportant des contributions constructives, l’assistance a aussi posé de nombreuses questions. Au vu du langage ‘’trop’’ direct de Jean-Baptiste Natama lors de son exposé, un intervenant n’a pas manqué de lui lancer : « Je m’inquiète pour votre propre personne au vu du contexte dans lequel notre pays évolue actuellement ». Mais M. Natama a rassuré qu’il ne craint rien car il ne fait que ce que son poste lui recommande. A l’issue de la conférence, le SP du MAEP a procédé à la distribution à l’assistance, du rapport de son institution sur le Burkina Faso, rapport qu’il a qualifié de « bible de la bonne gouvernance au Burkina Faso ».

Hama Hamidou DICKO

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés