OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

mardi 3 avril 2012 à 04h52min

S.E et K.O étaient appelés à la barre le vendredi 30 mars 2012. Une plainte a été déposée par le premier contre le second pour dénonciation calomnieuse, suite à une affaire de pédophilie. Pour l’occasion, le Palais de justice logeant le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouahigouya était plein comme un œuf.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Jamais, un procès n’aura mobilisé autant de monde comme celui qui s’est ouvert le vendredi 30 mars 2012 au Palais de justice de Ouahigouya. C’est un procès portant sur une affaire de pédophilie. En effet, courant janvier 2012, K.O saisit la Brigade de recherche de la gendarmerie de Ouahigouya, faisant état de l’enlèvement et du viol de sa fille du nom de K.E (11 ans) par S.E. Aux dires du plaignant, S.E a entretenu des rapports sexuels avec sa fille dans une maison située dans l’enceinte de la Cathédrale de Ouahigouya. Au regard de la gravité des faits relatés, le procureur du Faso près le TGI de Ouahigouya a été saisi. Par la suite, une enquête a été diligentée. Ainsi, le procureur, le commandant adjoint de la Brigade de recherche de la gendarmerie, deux officiers de Police judiciaire, K.O et sa fille se sont rendus à la Cathédrale pour un transport judiciaire.

Selon le procureur du Faso, les différentes constatations ont montré que les indications données par la fillette sont fausses. Deux dates, ajoute le procureur, données par la fillette se sont relevées inexactes. D’abord, la date du 10 janvier, date à laquelle l’accusé se serait rendu au Canada. Ensuite, le 19 janvier où il était à Ouaga pour raison de famille. A en croire le procureur du Faso, K.O, même ayant été mis à l’évidence, avait refusé de retirer sa plainte contre S.E. Ce dernier a, à son tour, courant mars 2012, a déposé une plainte contre K.O pour dénonciation calomnieuse condamnable par le Code pénal en son article 370.

La parole a été donnée tour à tour aux deux avocats commis à la tâche pour le compte de S.E. L’un d’entre eux est furieux : « Voilà un homme juste qui, par la faute de M. K.O, trouve aujourd’hui psychologiquement meurtri. Votre dénonciation calomnieuse a porté atteinte à son honneur et à sa réputation. Pour cette raison, il réclame 11 millions de francs CFA comme réparation ». Une flopée de réactions de mécontentement envahit toute la salle. Le procureur menace d’expulser certains de la salle. Dans la foulée, le deuxième défenseur de S.E reprend : « Je vois une salle qui est totalement acquise à la cause de M. K.O au détriment de notre client. Mais sachez que ce monsieur qui est arrêté, qui se dit pasteur, propagateur de la parole de Dieu, n’a d’autre intension que de nuire. » Après une écoute attentive, le président du Tribunal donne la parole à K.O qui s’exprime en ces termes : « Je remercie Dieu, le Tout-Puissant, pour m’avoir enfin donné la parole aujourd’hui pour dire la vérité sur cette affaire qui a débuté à Gaoua en 2009… »

Il sera stoppé par le procureur et les deux avocats « non, ne revenez pas sur les faits antérieurs à 2012. » La salle s’excite. Après des échanges très épiques entre le ministère public et le président, celui-ci finit par autoriser K.O à parler, mais d’être bref. Le pasteur dit alors sa part de vérité : « M. S.E que vous voyez dans cette salle est inculpé depuis 2009 par le Tribunal de grande instance de Gaoua. Là où il a enlevé ma fille à plusieurs reprises pour avoir des rapports sexuels avec elle. C’est d’ailleurs à cause de cette situation que j’ai vendu tous mes biens, ma cour notamment, pour venir ici à Ouahigouya, ma ville natale. Nous sommes arrivés ici en octobre 2011, mais c’est en janvier que nous avons constaté que le comportement de notre fille avait complètement changé.

C’est là que nous lui avons demandé et elle nous a expliqué tout sur les agissement de S.E, qui est venu à deux reprises l’enlever à l’école où elle fréquente ». Expliquez-nous comment se sont déroulés ces enlèvements, lui demande le président du tribunal. « Non, comme ma fille est dans la salle, je préfère qu’elle-même vienne relater les faits tels qu’elle les a vécus ». « Non, votre fille n’a pas la parole pour une question de procédure », rétorque le président. Pour l’assistance, seule compte la question de savoir pourquoi on ne veut pas que la petite prenne la parole. Refusant de parler à la place de sa fille, K.O provoque l’ire du président du Tribunal : « Votre comportement est discourtois ». Le procureur du Faso perd lui aussi son sang-froid : « En plus de la dénonciation calomnieuse, vous risquez d’être inculpé pour outrage à magistrat ». S.E, le prêtre plaignant, est appelé à son tour à la barre.

L’homme agit en victime et reconnaît avoir dépensé beaucoup suite à cette affaire qu’il qualifie de sans fondement. Ses va-et-vient entre Gaoua et Ouahigouya lui auraient coûté une somme incommensurable. « Mais, étiez-vous venu à Ouahigouya aux dates des 10 et 19 janvier », lui demande le tribunal. Non, répond le prêtre. Connaissez-vous quelqu’un à Ouahigouya ? Non, je n’ai jamais mis les pieds à Ouahigouya si ce n’est dans le cadre de cette affaire. « Qu’est-ce que vous êtes allé faire au Canada » ? demande le président du tribunal. Le prêtre répond : « Le 10 janvier, j’étais au Canada dans le cadre d’un partenariat pour la construction de 120 forages. Je vous donne ma parole, Monsieur le président d’homme de Dieu.

Je n’étais pas à Ouahigouya le 10 janvier ; on veut me nuire, me détruire, on cherche des poux sur une tête rasée ». A ces mots, l’un des défenseurs de S.E charge le prévenu : « Tout est clair maintenant que K.O est de mauvaise volonté. Mon client est ordonné pour avoir su garder son ticket de voyage. En bon pasteur, ce monsieur sait manier la parole. Ce monsieur passe son temps à prêcher du mensonge. Il a fui Gaoua à cause de la honte pour se retrouver à Ouahigouya. Il faut arrêter la trajectoire mensongère de ce soi-disant homme de Dieu ! » Le président stoppe l’ avocat et lui demande de peser les mots à l’endroit du prévenu.

« Demain encore. K.O risque de se retrouver à Gorom Gorom pour continuer son mensonge contre l’Eglise catholique. Il a déclenché une guerre sainte… », lâche l’avocat. Au même moment, l’épouse de K.O est très irritée. Assise à côté de son enfant, elle ne se contrôle plus et n’était pas loin de créer un scandale dans la salle. Mais le procureur du Faso ordonne aux gardes de les faire sortir, sa fille et elle. Elles seront conduites au bureau du procureur. Pendant ce temps, elle est très remontée : « On veut nous faire la force. Votre jugement n’est pas équitable ; vous ne voulez pas la vérité et si par malheur, vous décidez de condamner mon mari, vous saurez qu’il a une femme » . A 11 h 42mn, on suspend l’audience. Le ministère public a requis un emprisonnement de 6 mois ferme contre K.O mais les délibérations sont renvoyées au 27 avril 2012.

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 avril 2012 à 05:08
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    quelles histoire !!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril 2012 à 12:22, par Richard
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      Cette histoire là, il faut la tirée au claire. Très clairement en dépit des excitations de Mme Pasteur. Sinon, dans l’avenir, bonjour la guerre sainte entre Protestants et Catholique... Dieu de Jesus de Nazareth, que ton nom soit loué à travers cette sale histoire.

      Répondre à ce message

    • Le 3 avril 2012 à 15:37, par Le justicier
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      J’ai moi même assisté à cette audience de bout en bout de 8h à 13h passé et c’était vraiment honteux pour le pasteur Indo Ousmane qui, à en point douter, avait. monté les gens de son église non seulement pour le soutenir mais aussi pour troubler l’audience. On se croirait dans un théâtre. Le pasteur soutient mordicus que sa fille a été enlevée à 16h par le jeune prêtre les 10 et 14 janvier et ce en plein cours pistolet au point. Ce qui detout point de vue était faux car le bruit aurait couru dans la ville et les témoins seraient nombreux à commencer par la maître de son enfant et les élèves de la classe. Ensuite les dates données comme étant les jours des enlèvements, le jeune prêtre était hors du Burkina. Son passeport et les billets d’embarquement en disaient long sur cet état de fait. Et malgré tout, le pasteur tenait mordicus à sa plainte.
      La fin de l’audience était encore scandaleuse quand les partisans du pasteur voulaient s’emprendre aux avocats du jeune prêtre. L’un des avocats du nom de gnamba a démarré en trombe laissant un paix nuage de poussière pour disparaître du palais sous les injures des partisans du pasteur.
      Vivement que le verdict soit sévère afin d’épargner notre Burkina de ces personnes dites dz Dieu qui n’ont aucune crainte de celui dont ils se réclament être le porte parole. Pour toutes fins utiles, le parquet a requis une peine ferme de six mois avec mandat de dépôt contre le fameux pasteur qui avait d’ailleurs injurié le parquet au point où le procureur tout énervé lui à fait savoir qu’il pouvait le poursuivre pour outrage s’il persistait.

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 08:22, par fongnon
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    ce procès n’es pa scientifiquement mené,pourquoi n’a-t-on pa fai subir des examen medicaux a la fille ?l’eglise catholique ne sembl -t-elle pa protegé ?le pasteur doi fair apel

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet 2012 à 10:20
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      l’internet nous permet de nos jours de exprimer librement. Pour un procès de la sorte c’est un processus, les preuves sont éligibles d’où ne nécessite pas le fameux test médicaux.J’encourage les Jurés a faire leur Job comme il se doit (c’est tout). Si ya d’autres personnes qui ne seront pas d’accord qu’ils aillent faire appel.

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 08:30, par Yesman
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Bonjour, n’y a t-il pas un bon réalisateur de film au burkina pour nous mettre toute cette scène sur film ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 08:59, par Le Citoyen
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Ce récit démontre que le tribunal a déjà un parti pris. Ainsi va la justice au Faso. N’importe qui prut s’acquitter d’un billet d’avion dans ce pays où on fait tout avec l’argent. Ce que veut ce pauvre pasteur, c’est protéger son enfant. Mais il a gagné en partie car les lecteurs avisés connaixxent où se trouve la vérité. Bon courage à tous les vrais hommes de Dieu

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril 2012 à 16:49, par BKG
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      A mon avis c’est toi qui a un parti pris. Analyse les faits relatés à la lumière du bon sens plutôt que sous la loupe de tes croyance religieux, et tu douteras un instant de la bonne foi du pasteur. A ton avis penses-tu qu’une personne peut se permettre de prendre tout le risque d’enlever une fillette à l’école et cela deux fois de suite ? Au moins un de ses amis d’école devrait être au parfum de cet enlèvement. Il n’y a que le père qui est au parfum des choses, même la mère de la fillette n’a pas pu défendre son époux en affirmant ce qu’il avance. C’est quand même bizarre mon ami.

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 09:06, par Taba Goubla
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Attention a la gestion de tels dossiers a scandale et a sensation ! Deja, quelqu’un parle de guerre sainte !
    Menons notre guerre contre la precarite des conditions de vie et restons plutot unis devant Dieu qui saura reconnaitre les siens !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 09:27, par Judas
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Je ne vois nulle part dans le compte rendu d’audience que le tribunal a demandé au prévenu de produire son passport établissant la preuve irréfutable qu’il était en voyage au Canada à la date où il est accusé d’être venu à Ouahigouya pour enlever la fille. Je constate aussi qu’aucun témoin n’a été auditionné en dehors du père de la fille qui du reste n’est en réalité que la partie civile puisque la fille semble être une mineure. Il est étonnant que la fille ne s’est pas confiée à aucune de ses amies ni enseignant. Il est d’autant plus étonnant qu’un Homme de Dieu puisse prendre ce grand risque d’enlever en plein jour une élève à moins de pas jouir de la plénitude de ses facultés mentales. Il n’apparait pas aussi dans le compte rendu la suite judiciaire qui a été donnée à la plainte du pasteur au tribunal de Gaoua. Il est surprenant que le pasteur puisse vendre tous ses biens à cause des agissements du prévenu à l’endroit de sa fille et quitter définitivement Gaoua. Bref c’est une curieuse affaire te le tribunal doit décider avec sérenité et lucidité.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:08
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Parole d’avocat : ce procès c’est une pièce de théâtre. On se croirait sur la place du marché...

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:20, par Juriste
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Encore une histoire de fesses ! Je me demande où va ce monde, si les hommes qui se disent de Dieu agissent de la sorte.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:22
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    A mon avis, si l’audience a été publique pourquoi vous reporter vous ne donnez pas l’identité des différentes parties, vous contentant d’abréger leurs noms et prénoms ?A ma connaissance,le code de procedure pénale n’a pas prévu de restrictions dans ce cas.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:23
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Homme de Dieu ayez pitié du Burkinabè. Dans notre pauvreté nous avons au moins une chose la Paix. Priez le bon demandons ses grâces mais évitons la rivalité, les calomnies qui pourront nous être fatales. En outre sachiez que tous les livres Saints prônent la Paix et que nous sommes tous pécheurs sur cette terre voilà pourquoi nous passons le temps à la mosquée, au temple, à l’église et auprès de nos fétiches pour espérer un jour la vie éternelle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:25, par Yindga
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Bizarre, bizarre ! une histoire de queue sans tete ! hum ! ce n’est pas clair ! je ne comprend rien du tout car manifestement il y ’a quelque chose ! pourquoi par exemple refuser d’ecouter le fillette ! j’ai l’impression que l’enquête a ete menée a decharge. je vous conseille de suivre la denonciation, sur certaines chaines europeennes, du comportement de certains hommes soit disans de dieu dans l’abus de l’innocence des enfants et des personnes vulnerables. On se rend compte que sous les soutanes il se passe des choses, pas toujours tres catholiques...
    C’est moi, Yindga

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 10:47
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Cette histoire ne semble pas claire

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 11:24, par indigné
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Une histoire montée de toute pièce pour dénigrer celui qui est en face et dire que son sacerdoce n’est pas véridique.Le meme a déjà monté une histoire pareille à Dédougou qui s’est avérée fausse. De quelle moralité est ce monsieur pour continuer à précher devant des gens qui cherchent Christ. Je crois que chacun est libre de pratiquer ce qu’il croit vrai sans besoin de calomnie ou de dénigrement pour s’attirer des fidèles. Meme si dans certains milieux on en fait des fonds de commerce. Nous n’avons pas besoin de guerre de réligion dans notre pays.S’il est vrai que certains pretes ne sont pas irréprochables, certains pasteurs le sont aussi.Je ne défends personne.Ce sont des etres humains avant tout avec aussi leur faiblesses. Mais si le dessein est de salir forcément, je suis désolé car c’est le Christ que vous salissez parce que vous avez affaire à un serviteur de Dieu.Certains voisins n’ont aucun égard envers leurs voisins dans les quartiers et qui ne sont pas de meme confession qu’eux.Si c’est la meme Bible que vous exploitez cela est inquiétant car les pages de la nouvelle alliance scélée par Christ manquent car celles ci parlent d’amour. L’amour du prochain est incontournable.On peut attirer quelqu’un vers son église ; pas parce que l’on passe le temps à lui parler de Jésus mais parce que l’on lui témoigne de l’amour, de l’attention. On est tout simplement un exemple à suivre sans hypocrisie.Restons prudents pour ne pas faire vivre à notre peuple les affres religieux que certains font subir à d’autres peuples naifs.Toutes les réligions enseignent l’amour. Islam, christianisme, animisme. Il n’yavait pas d’attentat lié à la réligion dans le temps et nos grands parents vivaient bien. Si nous avons décider de suivre autre chose, à l’origine c’est de l’amour et non de l’extémisme. A bon attendeur salut

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 11:27, par Daz
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    J’ai personnellement assisté au jugement de bout en bout. Je crois que le Pasteur Kindo doit avoir ou un problème mental ou des objectifs inavoués. Ses arguments sont non seulement plats, mais aussi contradictoires.
    Par exemple, il soutient les déclarations de sa fille selon lesquelles le prêtre serait venu (à 2 reprises) l’enlever à l’école à 16h devant ses camarades avec une moto noire et un pistolet en main (de quoi faire un film western ou une série policière)...
    Par ailleurs, après le transport judiciaire le pasteur Kindo a lui-même conclu devant le Procureur que les dires de sa fillette n’avaient rien à voir avec la réalité des lieux. Mais en dépit de cela il fait comprendre au Procureur qu’il maintient sa plainte. Une telle obstination injustifiée s’appelle de la mauvaise fois. Vivement que la lumière soit faite sur cette affaire et que le droit soit dit dans toute sa rigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 12:20, par Le Zoung
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    On ne parle pas dans un palais de justice comme au marché. S’il y a eu enquête qui a précédé le jugement, il faut montrer les preuves. A défaut de preuve, le doute profite à l’accusé. C’est aussi simple que cela. C’est nul tout ce blablablabla...

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 12:29
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Homme de Dieu ayez pitié du Burkinabè. Dans notre pauvreté nous avons au moins une chose la Paix. Priez le bon Dieu demandons ses grâces mais évitons la rivalité, les calomnies qui pourront nous être fatales. En outre sachiez que tous les livres Saints prônent la Paix et que nous sommes tous pécheurs sur cette terre voilà pourquoi nous passons le temps à la mosquée, au temple, à l’église et auprès de nos fétiches pour espérer un jour la vie éternelle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 12:32, par nongba
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Est ce qu’un internaute peut nous éclairer sur Gaoua ? Pourquoi Gaoua reste un sujet tabou pour ce pretre et ses avocats. C’est claire que certains pretres et pasteur ont des écarts serieux de comportement et malheureusement sous la complicité de leurs fidèles qui choisisent de se taire au nom de la réputation de l’église. Pour que ça cesse, il faut laisser les gens parler. S’il a choisi d’etre pretre qu’il se comporte correctement, s’il ne peut pas il quitte et fondent son foyer c’est leur droits le plus absolu. Mais user de sa position de cinfident, d’homme de "dieu" ayant une autorité morale sur les populations pour abuser d’elles.

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril 2012 à 15:13, par BKG
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      Si tu avais pu bien lire l’article du journaliste tu n’allais plus poser de questions aux internautes. Je te donne un extrait de l’écrit du journaliste :" Le pasteur dit alors sa part de vérité :« M. S.E que vous voyez dans cette salle est inculpé depuis 2009 par le Tribunal de grande instance de Gaoua. Là où il a enlevé ma fille à plusieurs reprises pour avoir des rapports sexuels avec elle. C’est d’ailleurs à cause de cette situation que j’ai vendu tous mes biens, ma cour notamment, pour venir ici à Ouahigouya, ma ville natale. Nous sommes arrivés ici en octobre 2011, mais c’est en janvier que nous avons constaté que le comportement de notre fille avait complètement changé.C’est là que nous lui avons demandé et elle nous a expliqué tout sur les agissement de S.E, qui est venu à deux reprises l’enlever à l’école où elle fréquente »
      On parle de fait mais pas de préjugé comme vous en savez fait à dessein. Soyez habité par l’amour de dieu afin de pouvoir donner son avis avec discernement. Au delà de nos croyances religieuses le bon sens devrait être la chose la mieux partagé comme le dit Descartes dans son oeuvre intitulé " Discours de la méthode". En ce sens je voudrais que le bon sens te guide dans tes réflexions afin que tu puisse donner ton avis sans chercher au préalable à discréditer qui que ce soit.

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 12:46
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Bonjour à tous ;à mon avis je pense que c’est un malade mental,et comme apparament il n’est pas à son premier cout il faut le mettre hors d’etat de nuir,sinon apres le pretre il pourrait s’attaquer à d’autres confessions dans le but simplement de denigrer ces confessions.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 13:12, par Bougli
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Au sens large, K.O. n’est pas Pasteur. Il a pactisé avec une église à Gaoua, et les choses se sont mal passées au finish.

    C’est dommage qu’il en soit arrivé à là ; si le tribunal le condamne, c’est qu’il est en parfaite santé mentale. Soit il a été mal conseillé, ou n’a pas accepté les conseils, ou encore n’a pas été conseillé du tout. Cette situation ou la justice et la presse s’en mêle était à éviter, absolument.

    Bougli

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 13:23, par Privat
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    S’il y a une chose dont j’ai peur dans ce pays,c’est bien les confessions religieuses ! Ce ne sont que des prémisses d’un conflit religieux potentiel à lire les propos de l’avocat du prêtre !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 13:31, par Privat
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Ce pasteur ne sait plus comment faire pour avoir l’argent. Il n’a qu’à écrire des scénarii pour films,je pense que c’est la meilleure façon pour lui de se faire des sous surtout qu’il a assez d’imagination. On attend la sortie du film et qu’il laisse le prêtre en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 14:06, par par ki
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    MONSIEUR LE JOURNALISTE REVOYEZ VOTRE COPIE LE PRESUME RAPPORT SEXUEL:C’EST A GAOUA ET NON A LA CATHEDRALE DE OUAHIGOUYA. QUE LA LUMIERE FUT !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 14:47, par Gouverneur
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Cette histoire-là me semble un tout petit peu confuse. Qui dit vrai dans ce procès ? Je crois qu’il y a des zones d’ombres.Une espèce de non-dits. Le prêtre a peut être raison,mais le pasteur n’a pas aussi tort.Remuez encore vos méninges Messieurs les juges !!! Parce que(c’est vous qui le dites)UN COUPABLE EN LIBERTE VAUT MIEUX QU’UN INNOCENT EN PRISON !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2012 à 15:20, par Le Citoyen
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    J’ai posté mon message avant 07heures ce matin que le webmaster a bloqué à dessein, je ne sais à quel fin. Si vous voulez que tous les messages du forum aillent dans le sens que vous voulez, donnez nous cette orientation au lieu de nous laisser cogiter dans le vide. Je disais que le compte rendu du journaliste contient beacoup de non dits. Il faudrait que justice soit rendu à tous au meme titre. Il faudrait éviter une justice à deux vitesses. Nous savons que les arguments du voyage au Canada ne restent pas irréfutables car le billets d’avion peut s’obtenir pour peu qu’on ait les moyens financiers. Que JUSTICE soit rendue à tous sans distincton de religion

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril 2012 à 04:58
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      Meme le visa ? Meme le tampon de l’aeroport international au Canada ? Le canada est un pays des hommes Integres. Le BF ne l’est plus. Donc ou peut- on avoir un tampon cado au Canada ? Ya pas Sankariari ni ZabrrrDaaga ni meme des juges acquis.

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril 2012 à 01:39, par canada.
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    salut à tous M S.E était bel et bien au canada ce 10 janvier 2012 car nous sommes vu ce jour-là avant son embarquement à l’aéroport Pierre-Eliot Trudeau de MONTRÉAL. Alors je peux conclure que la version des faits du pasteur est fausse.

    Message d’un canadien.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril 2012 à 14:03, par un témoin
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    peut-être que fasonet a des raisons de n’avoir pas publié notre intervention. toutefois, il faut savoir que les choses se sont déroulées comme nous le disions dans l’écrit que par vous confisqué. le sieur kindo et sa famille, le président du tribunal et le juge d’instruction de gaoua qui ont géré l’affaire en ses moments chauds savent bien les dommages moraux qu’ils ont causés aux pauvres prêtres de gaoua. au moins nous sommes content car fasonet a lu et a bloqué notre apport d’éclaircissement. merci à fasonet et merci à tous les internautes de bon sens qui sont intervenus sur cette nébuleuse affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2012 à 02:56, par Aimé
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    Les histoires d’hommes de Dieu et de femmes sont devenues monnaie courante à telle enseigne que l’on se demande où l’on va.
    Tout ce que je moi j’ai à dire c’est que c’est très regrettable qu’il y ait même histoire de la sorte. Un homme de Dieu est un homme de Dieu et il se doit d’avoir une certaine dignité et un comportement propre à n’être entaché de quoi que ce soit en matière de femme. C’est dommage.
    Il n’y pas de fuméé sans feu. Je ne juge personne mais on voit tout de nos jours. Toutes parties ont tort dans cette affaire qui ne devait même pas arrivée.

    Répondre à ce message

    • Le 5 juillet 2012 à 16:01, par Malick
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

      c’est dommage que cette affaire continue de perturber l’ordre social ; y’a beaucoup de non- dits également dans ce procès, pourquoi refuser la parole à la fillette ? La loi n’interdit pas qu’un mineur soit entendu en justice seulement son audition doit faite en presence de son père ou son tuteur. sinon comment voulez vous que la lumière soit faite dès lors que ce n’est pas le père qui a venu les faits pour lesquels il a porté plainte ? d’autre part ce n’est pas sérieux de la part d’un avocat de déclarer qu’il s’agit d’une guerre de religion ; nous ne devons jamais appréhender les affaires de justice sous l’angle de la religion .ici il s’agit de vérifier des faits de pédophilie dénoncés aux autorités compétentes ; le plaignant n’est pas allé attaquer une église . le prêtre n’ a pas non plus attaqué des protestants ; il a porté plainte pour dénonciation calomnieuse ;si on continue dans cette façon de voir les choses les justiciables commenceront à taxer les juges et les procureurs de parti juste parce qu’ils sont musulmans catholiques ou protestants. par exemple le prêtre ou ce pasteur poursuivi avec leurs partisans diront que justice n’a pas été rendue parce les juges ont pris parti pour leurs co religionnaires ; si l’un et l’autre coupable il sera condamné.il appartient à la Justice de faire la lumière si c’est encore possible ; mais y’a des affaires dont DIEU seul est juge.et comme ce sont des hommes de DIEU laissons DIEU FAIRE.abandonnons la passion ! la véritable Justice ne vient pas des hommes.retenons enfin que ces dernières années il y’a beaucoup d’accusation de prêtres pour faits de pédophilie à travers le monde ; complot ou réalité ? à chacun de faire sa conclusion.

      Répondre à ce message

  • Le 14 juin 2012 à 13:39
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Un prêtre et un pasteur à la barre

    on peut tromper un homme mais Dieu non. Que cette affaire soit gerer par lui- meme.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés