Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

jeudi 26 mai 2011 à 04h30min

Le maire de la commune rurale de Koubri, Ousmane Compaoré, dans la province du Kadiogo, n’est plus en odeur de sainteté avec ses administrés. Ceux-ci ont organisé, mardi 24 mai 2011, une marche sur la mairie pour exiger son départ. Le reproche à lui fait : la vente d’un terrain de 475 ha dans le village de Guiguemdtenga à l’entreprise BTM.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Décidément, rien ne va entre le maire de la commune rurale de Koubri, Ousmane Compaoré, et ses administrés. A telle enseigne qu’ils ont décidé, le mardi 24 mai 2011, d’en finir avec lui en faisant une descente sur la mairie où l’édile était absent. "Le maire a fui. Nous avons mis des croix rouges à la mairie.... Il n’est plus notre maire...", scandait une foule nombreuse à majorité jeune à notre arrivée à Koubri aux environs de 11 heures. C’est une population surexcitée que nous avons trouvée, armée qui d’un bâton, qui d’une branche d’arbustes, bloquant la voie.

En tous les cas, les usagers qui ont emprunté la route nationale n°5 (Ouaga-Pô) ce mardi 24 mai 2011 en ont eu pour leurs frais. Furieux de n’avoir pas pu en découdre avec leur bourgmestre, les manifestants ont voulu décharger leur colère sur les usagers en bloquant la voie, perturbant ainsi le trafic. "Il faut que notre cause soit entendue. C’est pour cela que nous avons bloqué la voie...", nous explique une vingtaine de jeunes. Nous demandons à rencontrer les responsables du mouvement. En allant à leur rencontre, nous croisons le préfet de Koubri. Celui-ci tentait de calmer la situation en vain. Visiblement, les manifestants ne voulaient pas de sa médiation.

Des propositions tendant à l’apaisement

Dans la foule, des voix s’élèvent pour réclamer le haut-commissaire de la province du Kadiogo, Jean Bassono. Informé, il ne tarde pas à venir. La foule des manifestants est invitée par les conseillers, responsables du mouvement à la mairie pour rencontrer le haut-commissaire. "Qu’il vienne nous trouver ici (ils étaient à environ 1 km de l’hôtel de ville sur la voie)", protestent les manifestants.

Leurs responsables tentent de les convaincre sans y parvenir. Les conseillers décident alors d’aller rencontrer le haut-commissaire sans la foule. Jean Bassono pose un préalable. "Faites ouvrir d’abord la voie. Nous discuterons ensuite...", laisse-t-il entendre. Les conseillers sont réticents. "Y a-t-il un problème à cela ? Vous êtes les responsables du mouvement. Vous ne devez pas avoir des difficultés pour convaincre les manifestants à libérer la voie...", leur souligne-t-il. Les conseillers rebroussent chemin pour rejoindre leurs camarades. Refus catégorique de la foule d’accéder à la demande du haut-commissaire. Retour des délégués à la mairie pour rendre compte. Mais le haut-commissaire reste ferme sur sa position.

Pour lui, c’est une route nationale, et le fait d’empêcher les usagers de circuler n’a rien à voir avec le problème qui est posé. Face au refus des manifestants, Jean Bassono décide alors d’aller en personne pour demander l’ouverture de la voie. Il y parviendra, mais non sans difficultés. Les manifestants étaient divisés. Les partisans de l’ouverture avec leurs arguments obtiennent gain de cause. En effet, une longue file de camions-remorques chargés de tomates en partance pour le Ghana voisin attendaient. Il ne fallait pas créer une perte sèche pour les commerçants de ces produits, très périssables, qui n’avaient rien à voir avec le mouvement. Mais le calvaire aura duré au moins trois heures pour les usagers. La rencontre pouvait donc avoir lieu, mais seulement avec les conseillers, le reste de la foule devait attendre, le compte rendu leur sera fait. Nous, également, n’avons pas été admis à cette rencontre.

Quelle était la revendication de la population ? Les manifestants veulent la tête de leur maire. Celui-ci aurait commis le crime de céder un terrain d’une superficie de 475 ha à Guiguemdtenga à l’entreprise BTM. Cela sans se référer au conseil municipal. Pour Benjamin K. Compaoré, conseiller du village de Guiguemdtenga, le maire veut faire porter le chapeau à ses prédécesseurs en leur faisant croire que la vente du terrain a eu lieu en 2004. "En 2004, Abdoul Tarama était le préfet de Koubri. Lui a estimé que 475 ha étaient une très grande superficie. Il a refusé de signer les papiers. Il a été remplacé en 2007 par Félix Compaoré comme maire.

Lui également a trouvé que déposséder un village de 475 ha était inadmissible. Ousmane Compaoré, l’actuel maire n’a pas sourcillé avant de signer les papiers donnant droit à la société BTM de disposer des 475 ha. Il est allé signer en cachette cet accord le 27 avril 2010. Nous avons découvert le pot au rose le 15 septembre 2010. Suite à cette découverte, le conseil a pris une délibération, demandant l’annulation pure et simple de cet accord...", explique Benjamin Compaoré. Et celui-ci de poursuivre : "Depuis deux semaines, nous poursuivons en vain le maire afin qu’il nous dise que l’accord est annulé. Chaque fois, il nous dit de revenir après. Nous sommes fatigués. C’est pourquoi, nous demandons son départ. Il devra nous remettre le terrain avant de partir...".

A entendre Benjamin Compaoré, leur mouvement a pour objectif d’amener les autorités à trouver une solution à leur problème. "Nous ne voulons plus d’Ousmane Compaoré...", martelaient les manifestants.

Le haut-commissaire du Kadiogo, Jean Bassono, pour sa part, dit être venu avec des propositions tendant à l’apaisement. "Ma venue a seulement pour but d’apaiser la situation entre eux. Nous sommes dans un Etat de droit et il est bon que les procédures et les règlements puissent être suivis en la matière. Nous leur avons expliqué la voie qui va être suivie. D’ailleurs, le conseil municipal de Koubri a pris une délibération suspendant l’arrêté du maire. Nous allons regarder cela à tête reposée. Dans un premier temps, nous voulons que l’entreprise BTM suspende tous travaux sur le terrain jusqu’à ce qu’il y ait un règlement du litige...", a indiqué le haut-commissaire.

Il a rassuré les populations de Guiguemdtenga qu’elles ne seront pas déguerpies de leurs terres. "Ceux qui veulent cultiver peuvent le faire jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. La concession des terres se fait selon des normes qu’eux-mêmes ont établies à Koubri et ces normes seront respectées. Nous veillerons à ce qu’ils rentrent dans leurs droits...", a indiqué Jean Bassono.

Etienne NASSA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 mai 2011 à 09:36
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Egoïsme quand tu nous tiens ! comment celà est-il concevable ? moi d’abord, les autres qu’ils crèvent. Celà était inévitable à Koubri ce n’est peut-être que le debut des problèmes. Que les autorités essaient de régler au plus vite ces injustices criards nous sommes fatigués de la violence dans notre pays. Que les coupables payent et qu’on arrête de spoluer les citoyens. J’espère que tous ont compris qu’on ne peut plus piller le peuple impunement. Courage aux manifestants, vous vous battez pour l’avenir mais de grâce ne brulez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 10:29, par razo
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Bonjour. Je pense que le maire est victime d’un complot car l’attribution du terrain ne peut pas etre datée de 2010. Le parcellaire du domaine date de 2004 et pense que sans un accord BTM ne serait pas à mesure de parceller la zone. Rappelons qu’en son temps il ya eu des rétissances en l’occurence celui qui avait un permis d’exploité dont son domaine a été annexé. Pourquoi il s’est tue ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 11:58, par le Ouagalai
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Quand les choses sont très evidentes comme celles de koubri, il faut que les autorités aient le courage de prendre leur responsabilité pour d’eviter d’envenimer la situation en ces periodes de crises. 475 ha c’est trop. On ne peut pas continuer à encourager la corruption dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 12:11, par coulybali G
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    certaines communes au burkina sont gerés comme bien personnel par des maires et c’est le cas dont koubri est victime aujourd’hui. l’Etat ne doit pas continuer à fermer l’oeil sur la mauvaise gestion dans les communes

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 12:15
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Je me demande quand est-ce que beaucoup comprendront que la période de la délinquence est à son terme. Calculer et voyer vous-meme. 475 ha représente 19.792 parcelles de 240 m² et permet de produire 380 tonnes de céréales (rendement moyen de 800 kg /ha) dans la localité, ce qui permet de nourrir 2000 personnes (190 kg/personne selon la FAO). N’est-ce pas de la délinquence dans un état de droit même pseudo, qu’une seule personne, sans pouvoir coutumier, se permette de vendre simplement un tel espace au détriment de l’alimentation de près de 2000 personnes.

    Il faut revoir les choses. Un tel délinquence doit être sanctionner et poursuivi jusqu’à ce qu’il vomisse le dernier centime perçu dans cette transaction, de même que l’entreprise corrupteur.

    Courage à vous population éclairée de Koubri, de plus en plus responsable de la gestion de votre cité.

    A Monsieur le haut-commissaire, conduisez l’affaire jusqu’au bout même s’il ya le risque qu’on vous démette de cette responsabilité.

    Bonne chance nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 12:30, par Nikiema
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Bonjour. Je pense que la mission de l’Inspection des services techniques du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD), aurait pu aider à etablir la lumière sur la gestion communale de koubri et de permetre une prompre reaction des autorités en charge que de laisser les populations fairent justice elles mêmes. Et c’est valable pour toutes les communes. merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 13:32, par Souley
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Pourquoi il n’est pas suspendu de ses fonctions comme Séraphine ? Encore qu’un MATDS ne peut légalement entendre un élu dans son bureau et prononcer par la suite...sa suspension !!!

    Mais la situation nationale semble avoir fait perdre les pédales aux plus férus juristes du Gouvernement !

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 13:35, par Le Porte Parole du Peuple (PPP)
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    LE TEMPS EST VENU DE RESPECTER LE PEUPLE.
    IL N’EST PLUS ADMISSIBLE QUE L’ON CONTINUE A EXPLOITER LE PEUPLE.
    COMME DISAIT LE PROFESSEUR KI-ZERBO : "Nan an laara, an sara" (si nous dormons -ne luttons pas-, c’est notre mort qui est assurée). Le Peuple a donc compris qu’il était temps qu’il sorte de son long sommeil, heureusement pour lui.

    Vive le Peuple.

    Par Le Porte Parole du Peuple (PPP)

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 16:28, par LePaysan
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Que l’Autorité Compétente ouvre aussi l’oeil sur la gestion des parcelles du centre loti de LEO dans la Province de la SISSILI.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 17:04, par zoe wend
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    MERCI AU MATD DE VOIR LE CAS DE KOMSILGA !ce maire a fait pire que celui de koubri !

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2011 à 20:10, par BOEFMINGA
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    tous les maires du Burkina Faso utilisent les terrains comme leurs fonds de commerce. ils ne viennent pas pour travailler mais pour piller les pauvres. pendant les lotissement c’est les même riches qui possèdent les parcelles et les pauvres se défendent même pour avoir un petit terrain en vain. les COMPAORE se croient tous permis. n’oublions pas le maire de Nongr-massom, il construit un grand hôtel(+ 3 étoiles) à Séguénéga son village natale.n’en parlons les étages qu’il construit à Ouaga.quel est le salaire d’un maire pour faire tout cela ?
    c’est l’impunité !!! je suis indigné

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2011 à 02:02
    En réponse à : Mauvaise gestion des terres : La population réclame la tête du maire de Koubri

    Merci pour ce regard citoyen que jette la population sur la gestion au Faso. Je souhaite que la foule sache raison garder au cours des manifestations tendant à faire rendre gorge aux manipulateurs de l’impunité. Je signale une histoire pareille à Yendere (frontiere de Cote d’Ivoire) pour 540 hectares qu’un bonze veut dealer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés