MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

vendredi 25 mars 2011 à 03h00min

Au Burkina Faso, les nerfs sont à fleur de peau. A la descente musclée de militaires à Ouagadougou ont suivi les sautes d’humeur et la désertion des commerçants excédés par les actes de vandalisme posés par les premiers. Pendant que les autorités examinent le dossier, juges, greffiers et avocats ont décidé de "la cessation immédiate de toutes les activités juridictionnelles dans toutes les juridictions, et ce, sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à nouvel ordre". Ils entendent protester ainsi contre la libération des militaires que le verdict avait incriminés et exigent leur transfert à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) et non à celle du camp, etc… Plutôt que de chercher à se rendre justice, les soldats auraient dû faire appel et attendre la suite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’opinion attend des autorités qu’elles condamnent fermement ces comportements anti-citoyens. Elles doivent le faire promptement, comme elles ont su le faire lors de manifestations de civils, d’élèves, d’étudiants et de travailleurs. Le Burkina est un Etat de droit en construction, et, civils ou militaires, les citoyens doivent être traités de manière égale devant la loi et dans le respect de la Constitution. Reste à savoir si les événements actuels ne constituent pas la face cachée de l’iceberg. Il faut examiner ces manifestations de colère avec plus de sérieux car les faits semblent traduire un malaise. D’où vient-il en effet que comme dans un rituel bien planifié, des hommes en uniforme en viennent à jouer aux vandales pour exprimer leurs frustrations ?

Leur aurait-on garanti l’impunité jusqu’à ce point ? Sur quelles bases recrute-t-on donc les hommes en uniforme : clientélisme, favoritisme, népotisme ? Que leur insuffle-t-on en matière de patriotisme, de droits humains et de comportements citoyens ? Qui sont leurs modèles ? Quelles punitions et quelles récompenses sanctionnent leurs actes ? Sans vouloir généraliser, force est de reconnaître que certains types de comportements trahissent tout de même un encadrement qui laisse à désirer.

Ces incidents illustrent autant l’effritement de l’autorité de l’Etat, qu’une désagrégation des rapports entre civils et militaires au Burkina Faso. Jamais, depuis l’avènement des militaires à la tête de l’Etat en 1966, on a vécu un climat aussi malsain. Ce malaise confirme jusqu’à quel point l’impunité règne en maître, en dépit des mises en garde répétées de la société civile et de la presse. L’impunité a atteint un tel degré de saturation au Burkina au point que jour après jour, on semble s’acheminer vers l’anarchie. Ce pays se caractérise par un certain laisser-aller et un interventionnisme intempestif, lequel permet de couvrir toutes sortes d’indélicatesses.

Du fait de la corruption galopante, de la prépondérance des réseaux d’influence, il est devenu pratiquement impossible à l’Etat de s’assumer. Les textes étant sans cesse bafoués, la médiocratie a pris le dessus sur la méritocratie. La sphère publique semble désormais le champ de quelques privilégiés qui se partagent les richesses nationales sur la base de textes produits à dessein. A-t-on encore conscience qu’un pays existe et que des citoyens se sentent floués ?

Le Burkina connaît des dérives graves. Il lui faut un vrai dialogue suivi de la restauration du droit républicain assortie du respect de la séparation des trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire. Cela suppose l’existence d’institutions solides gérées par des gens responsables et suffisamment patriotes pour ne pas capituler devant la politique politicienne, l’argent et les pressions de toutes sortes. A présent, qui va payer la facture des actes de vandalisme ? Le contribuable ? Il se trouverait alors doublement lésé. La Grande Muette ? Ce serait du pareil au même !

Devrait-on dédommager tous ceux qui, par le passé, ont subi de pareils désagréments ? Une chose est sûre cependant : tout revirement sur ce dossier entamerait gravement la crédibilité de l’Etat et de ses démembrements. Par ces temps de crises socio-politiques (manifestations d’élèves, d’étudiants et d’enseignants, coalition contre la vie chère, etc.), il va sans dire que les magistrats auront à cœur de chercher à se réhabiliter aux yeux de l’opinion, eux qui sont toujours pointés du doigt pour lenteur, complaisance ou partialité dans le traitement des dossiers. Les hommes en tenue doivent se conformer à la rigueur de la loi. Faut-il d’ailleurs le rappeler : on perd la noblesse d’une cause lorsque la manière de la défendre frise l’indiscipline. Mais doit-on continuer à ignorer ce qui se passe dans l’armée nationale au risque de voir quelques brebis égarées jouer la vendetta à chaque occasion ?

Maintes fois, nous l’avons souligné dans ces colonnes : le pays baigne dans un certain malaise et plutôt que d’adopter la politique de l’autruche, l’on gagnerait à se parler au plus vite pour crever l’abcès. Car cela peut servir de prétexte à l’irréparable, tant les frustrations sont grandes et à divers niveaux. Aux hommes de tenue de mettre un terme à cette mauvaise habitude qui consiste à jouer aux "Terminators", à "casser du civil" à tout bout-de-champ !

"Le Pays"

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 mars 2011 à 06:26, par Kaikai
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    Bonjour.
    Analyse pertinante, bravo le Pays. Osons seulement espèrer que ceux qui nous dirigent vont vous lire et commencer serieusement à y réflechir avant que le pire n’arrive.
    Ziniaré n’est pas la seule "ile" au Burkina, où toutes les nouvelles infrastructures prennent direction (école par ci, usine par la), essayons de démocratiser les choses car ça aussi, crée malaise.
    Que le tout puissant assiste le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2011 à 09:35, par beem ka yé
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    la discipline est la force des armées dit-on. Devant l’acte des militaires, j’ai un souci. Soit la hierarchie a cautionné les actes et c’est grave ou soit la troupe n’a pas obéit à la hierarchie et là aussi c’est grave. Car je ne peux pas imaginer que tout ce qui s’est passé s’est déroulé sans qu’aucun gradé ne soit au courant. Si cela est, c’est grave aussi. En clair dans tous les cas de figure, nous sommes mal barrés. Les hauts gradés commanderaient des actes ignobles. Le gros de la troupe n’aurait aucun respect pour la hierarchie et n’obtempèreraient pas aux injonctions. La hierarchie ne serait au courant de rien. Dans les trois de figure, l’on peut imaginer la suite si l’ennemi nous attaque !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2011 à 16:38, par Empereur
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    bravo pour l’article mais moi j’aimerais dire que je suis contre le faite qu’on utilise l’argent du contribuation pour dedommager les commerçant car ns ne pouvons pas cotiser pour reparer les degats de nos bourreaux c’est pas juste l’argent du dedommagement doit etre ponctué sur la solde des militaires car ils sont les responsables s’ils sont solidaires comme ils veulent ns le faire croire ils doivent payer pour les degats causés par leurs freres d’arme non je suis contre l’etat ne doit pas dommager avec les victime avec l’argent des contribuables (victimes)
    ...

    Répondre à ce message

    • Le 28 mars 2011 à 09:59
      En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

      LE PRESIDENT DOIT SAVOIR QUE LES PRESIDENTS PRECEDENTS N’ETAIENT PAS DES PERSONNES QUI N’AIMAIENT PAS LEUR VILLE NATALE MAIS DES PRESIDENTS DE LEUR PAYS. UNE FAMILLE GEREE AVEC UNE DISCRIMINATION PAR FINIT ON ASSISTERA UNE GUERRE ENTRE FRERES ET SOEURS. JE DIS A COMPAORE DE REVOIR SA FACON DE GERER. MIEUX VAUT REALISER PEU AVEC HONNETETE ET FRANCHISE DONT LE DIEU TOUT PUISSANT VA BENIR QUE DE REALISER EN MASSE AVEC MALHONNETETE QUI PARTIRA UN JOUR EN FUMEE COMME CA SE PASSE DANS BEAUCOUP DE PAYS. QUE DIEU ELOIGNE DES MAUVAISES IDEES A NOS DIRIGEANTS ET A NOTRE POPULATION.

      Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2011 à 18:01, par jean Jacques
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    Bel article en effet ! Il y a fort a parier que tout cela est téléguidé d’en haut et qu’il s’agit d’une belle démonstration de force, histoire de semer la terreur auprès des citoyens qui seraient tentés dans les semaines qui viennent, de suivre l’exemple d’autres peuples opprimés qui en ont plus qu’assez des prédateurs et leur clique et ont envie de prendre en mains leur destin.
    Courage les burkinabés !
    Un français de France.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2011 à 18:40, par Fakime
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    Nous attendons voir comment les autorités vont gérer ce problème car les élèves aussi ont causé des dégâts à des particuliers et les autorités n’ont pas dit qui va les dédommager. Les militaires peuvent manifester autrement sans casser et cela on l’a vu en 2000 quand le Général Traoré I. était chef d’état major. Cette colère n’est que l’expression d’une bande de voyous infiltrés dans l’armée car les commerçants sont innocents, il auraient du casser l’Etat major de l’armée ou le ministère de la défense on aurait compris l’essence de leur mécontentement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2011 à 23:33
    En réponse à : MANIFESTATIONS DE MILITAIRES A OUAGADOUGOU : La rançon de l’impunité

    Chacun voit et connait le probleme de situation non democratique au Faso mais comme les singes : ne rien voir, ne rien enttendre, ne rien faire.
    Continuons ainsi à nous chatouiller pour rire et ce sera tant pis pour nous tous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés