BONJOUR

jeudi 24 mars 2011 à 01h04min

Dans le cadre de la promotion des énergies alternatives, six femmes burkinabè s’étaient rendues en Inde pour une formation en énergie solaire. Ne comprenant que leur langue maternelle, ces femmes sont parvenues à se hisser hors de la caverne de "l’ignorance’’ ; et ce, malgré la barrière linguistique. Formées par des anglophones en effet, leur volonté et leur courage ont eu raison de leur analphabétisme.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est donc dire que ne pas aller à l’école ne constitue pas une fatalité au point de constituer un obstacle à la connaissance. En tout cas, l’exemple de ces six femmes le témoigne à suffisance, elles qui ont usé d’un langage de muets pour communiquer avec leurs formateurs. Et certainement que, échouer à l’école ne doit plus aussi signifier absence d’intelligence. Pour dire qu’on peut réussir une reconversion après un échec scolaire.

Boureima DEMBELE

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés