Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Information et communication : Risques et dangers des technologies

Accueil > Multimédia • • vendredi 30 octobre 2009 à 05h31min

La Commission d’informatique et des libertés (CIL) organise les 29 et 30 octobre à Gaoua, chef-lieu de la région du Sud-ouest, un séminaire national sur la protection des données à caractère personnel. L’institution de Alimata Ouattara tire la sonnette d’alarme sur les risques et les dangers des technologies de l’information et de la communication.

« Enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée des élèves : risques et dangers liés à l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (TIC) ». Le thème du séminaire national de sensibilisation ouvert, jeudi 29 octobre à Gaoua, chef lieu de la région du Sud-ouest connaît un engouement certain. La session a regroupé les acteurs et utilisateurs des TIC, en l’occurrence les élèves, parents d’élèves, enseignants, opérateurs de téléphonie, gérants de cybers autour de la loi portant « Protection des données à caractère personnel au Burkina Faso ». Les participants vont bénéficier de communications sur les enjeux, les dangers des nouveaux outils de communication et de conseils pour une utilisation sécurisée, saine et optimum des TIC. En somme, du rôle à double tranchant que ces avancées peuvent jouer dans la vie humaine. La Commission d’informatique et des libertés (CIL), organisatrice du séminaire, fonde l’espoir de voir les différents acteurs s’approprier les normes et exigences en matière de TIC.

« Les élèves notamment devraient avoir une meilleure vision du monde numérique et adopter un comportement responsable. Cette frange jeune utilise les outils technologiques en toute insouciance du revers de la médaille », a insisté la présidente de la CIL, Alimata Ouattara à l’ouverture des travaux. Les contenus inappropriés d’Internet et du portable, les propositions indécentes des prédateurs sexuels, l’incitation à des activités antisociales sont entre autres les dangers guettant les jeunes. A cela s’ajoute, le risque de désalphabétisation liée à l’utilisation de l’orthographe des SMS. Selon Mme Ouattara, le défi serait d’utiliser les potentialités des TIC, Internet et les téléphones portables, tout en évitant ses inconvénients. Toute chose qui éviterait les films comme ceux qui ont fait le tour de la ville de Ouagadougou montrant des jeunes élèves s’adonnant à des actes sexuels sur Internet et les téléphones portables.

Plusieurs personnalités dont la ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation Odile Bonkoungou et le gouverneur de la région du Sud-Ouest soutiennent cette initiative de la CIL en faveur de la jeunesse. « Développer l’usage des TIC c’est bien mais il faut permettre aux gens de cerner tous les contours des outils technologiques », a déclaré Mme Bonkoungou, présidant la cérémonie d’ouverture. Elle a indiqué que le séminaire vient à point nommé pour rappeler les droits et les devoirs en matière d’utilisation des TIC. « Nous adhérons pleinement à cette initiative de la CIL », a-t-elle soutenu. De l’avis de la ministre, il est urgent que des échanges se multiplient autour de la problématique des dangers des TIC afin que chaque acteur prenne ses responsabilités pour que les fautifs soient punis. Odile Bonkoungou a confié que dans un élan de protection des élèves contre les effets pervers des TIC, son département devrait prendre des dispositions pour accompagner les enfants dans la compréhension des questions liées aux données à caractère personnel.

« Il est essentiel que l’enseignant sache ce qu’il peut faire pour améliorer ses méthodes d’apprentissage et la qualité de l’éducation à travers les TIC », a-t-elle ajouté. Un plaidoyer est nécessaire à la prise de mesures au niveau du ministère pour que les acteurs de l’éducation comprennent que face à l’utilisation des TIC, il y a des précautions à prendre. Le chef du département de l’Enseignement de base relève tout de même que les TIC sont incontournables en matière de développement. Conscientes de cela, les autorités ont pris des initiatives visant à les vulgariser et à faciliter leurs accès aux TIC dans le but exclusif de favoriser le bien-être et le développement. Pour prévenir les risques et les dangers, l’Etat a adopté la loi sur la protection des données à caractère personnel.

Le séminaire de Gaoua s’inscrit dans une série destinée à une meilleure connaissance des textes que la CIL organise à travers le pays après avoir commandité une étude sur la question. Pour le premier adjoint au maire de Gaoua , Jean-Baptiste Sib, le choix de sa ville pour abriter une telle rencontre revêt une considération car elle offre l’occasion aux habitants de la cité du Bafoudji de renforcer leurs connaissances sur les risques et dangers des TIC. La CIL est une autorité de contrôle créée en 2004. Elle est chargée de veiller au respect de la loi relative à la protection des données à caractère personnel et d’édicter des mesures législatives ou règlementaires en vue d’adapter la protection des libertés à l’évolution des procédés et techniques informatiques . L’institution a également pour mission de conseiller les personnes et organismes qui ont recours au traitement automatisé d’informations nominatives.

Séraphine SOME (serasome@yahoo.fr)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2011 à 11:28, par marie En réponse à : Information et communication : Risques et dangers des technologies

    merci pour cet article, je compte faire un memoire sur "medias, internet et deperditions scolaires"

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2013 à 18:55, par leo En réponse à : Information et communication : Risques et dangers des technologies

    Je suis enseignant et j’ai beaucoup aimé votre article qui lève un pan de voile sur les dérives de toutes sortes apportées par les NTIC. Au Cameroun ce phénomène est un véritable fléau qui risque de produire à l’avenir une jeunesse perverse, aliénée, abrutie et dépourvue de toute considération éthique ou morale ; une jeunesse somme toute qui n’aura été que la victime d’un système submergé qui ne sait plus à quel saint se vouer, vivement que les autorités de ce pays sortent de leur torpeur et prennent le taureau par les cornes pour essayer de saigner cette terrible gangrène !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Liberté de la presse : Retour chez deux victimes du putsch du CND
Syndicat des professionnels des TIC : Suspension du sit-in en attendant une probable grève
Liberté de la presse dans le monde : Issaias Afeworki d’Erythrée à la tête des « prédateurs »
Internet haut débit : Bientôt 307 km de fibre optique pour désenclaver une dizaine de communes du Burkina
"Libres ensemble" au Burkina Faso : L’initiative numérique citoyenne de la Francophonie présentée à Ouagadougou
Semaine nationale de l’internet : La police nationale expose son expertise au SISTIC
Facebook fait son « show » avec WhatsApp. Avec des conséquences en Afrique
Votre journal Courrier confidentiel N° 51 vient de paraitre.
Le journal Mutations N°40 du 1er novembre 2013 est dans les kiosques.
Médias : Solidarité avec la lutte des travailleurs de l’information engagée par le SYNATIC
Journée mondiale de la liberté de la presse : Message du ministre de la Communication
Accès aux TIC : Bientôt, les aveugles pourront naviguer sur le Net
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés