Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Lutte contre le tabac : ACONTA - Burkina demande l’application des textes

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 21 janvier 2009 à 23h20min

L’association Afrique contre le tabac (ACONTA), section Burkina a animé une conférence de presse, le 21 janvier 2009 à Ouagadougou, afin de mieux faire connaître la convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT).

Le tabac tue. Le tabagisme est un problème de santé publique. Il fait, selon les statistiques, cinq millions de victimes par an. Ce chiffre atteindrait 10 millions de F CFA si rien n’est fait. Des textes et conventions antitabac ont été adoptés et ratifiés à travers le monde. Leur application n’est pas toujours effective.

Pour le vice-président de l’Observatoire du tabac en Afrique francophone (OTAF), Dr Mohamed Ould Sidi Mohamed, animateur principal de la conférence de presse, beaucoup de textes et décret existent au Burkina mais ils sont inappliqués.

En effet, le raabo du 29 février 1988 interdit de fumer dans neuf endroits publics : salles de réunions ou de conférences, salles de cours pratiques ou théoriques, réfectoires, salle de cinéma couvertes, stations-services, formations sanitaires, dortoirs, bureaux administratifs, jardin d’enfants et lieux de séjour des enfants. En outre, le décret n° 97-084 punit ceux qui fument dans tous les lieux publics. La sanction prévue est de plus de 10 000 à 15 000 F CFA cet.

En cas de récidive, elle est portée entre 30 000 et 50 000 F CFA. Afrique contre le tabac (ACONTA) lance un appel pour que les textes existant même s’ils sont encore imparfaits soient appliqués sans plus tarder.
Au niveau mondial, le Burkina a officiellement ratifié la convention cadre de l’OMS pour la lutte antitabac le 31 juillet 2006. Il est nécessaire, selon les conférenciers, de prendre et d’appliquer une loi antitabac. Car, pour l’ACONTA, il ne s’agit pas seulement de ratifier la convention mais il faut la mettre en application.

Les animateurs de la conférence, le vice-président de l’Observatoire du tabac en Afrique Francophone (OTAF), Mohamed Ould Sidi Mohamed, la consultante de l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires, Sylviane Ratte et le président de l’Afrique contre le tabac, Souleymane Ly, pensent aussi qu’il faut revoir les taxes et le prix du tabac afin de décourager les consommateurs de cigarette au Burkina.

Boureima SANGA

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
International business bank : Un nouveau siège pour traduire les grandes ambitions
Lotissement à Guéguéré : Lettre ouverte de résidents au ministre de l’Urbanisme et l’habitat
Forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes : « Ma réputation m’est chère, mais la cause de la femme m’est encore plus chère », Alassane Bala Sakandé
African pitch roadshow : C’est parti pour la 2e édition au Burkina Faso
Excision : 45 cas internés à l’Action sociale de Kampti
Peste des petits ruminants : La campagne nationale de vaccination lancée à Toma
Gaoua : Des femmes dans la rue pour réclamer de l’eau
Transmission du VIH mère enfant : Le REGIPIV-BF obtient des résultats satisfaisants dans la région du Centre
Commune de Pabré : Bientôt un barrage pour le village de Saalé
Diocèse de Ouagadougou : les PMC en congrès au sanctuaire notre dame de Yagma
Bobo : Les travaux du lycée scientifique lancés après vingt ans d’attente
Crise à Zoaga : Il faut agir vite pour éviter un autre Yirgou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés