Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Projet d’enseignement post-primaire : Bilan de sept années d’exécution

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 21 avril 2004 à 19h26min

L’atelier bilan du Projet d’enseignement post-primaire (PEPP) s’est tenu les 15 et 16 avril 2004 à Tenkodogo sous la présidence du ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Laya Sawadogo. Il s’est agi d’évaluer les réalisations dudit projet après sept (7) années d’exécution en vue d’accroître la scolarisation au secondaire.

"L’éducation est une priorité nationale. Tout citoyen a droit à l’éducation sans discrimination fondée sur le sexe, la race ou la religion. L’obligation scolaire couvre la période d’âge de 06 à 16 ans. Aucun enfant ne doit être exclu du système éducatif avant ses 16 ans révolus, dès lors que les infrastructures, les équipements, les ressources humaines et la réglementation scolaire en vigueur le permettent...".

C’est par ce rappel de l’article 2 de la loi d’orientation de l’éducation (Loi n°013/96/ADP du 09 mai 1996) que le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique (MESSRS), le Pr Laya Sawadogo, a indiqué le bien-fondé du Projet d’enseignement post-primaire (PEPP). Premier projet d’envergure du MESSRS, le PEPP a, selon le conseiller technique, Larba Kangoyé, contribué au développement qualitatif et quantitatif de l’enseignement secondaire au Burkina Faso.

Financé par la Banque mondiale à hauteur de douze (12) milliards de FCFA, le projet avait pour objectif d’accroître les infrastructures d’accueil au secondaire, d’améliorer la qualité de l’enseignement et d’appuyer institutionnellement le MESSRS dans l’application du parcours de mise en œuvre.

A terme, le taux de scolarisation au secondaire devait passer de 13% à 25%. Ainsi, un comité technique a sillonné les 45 provinces du pays pour déceler les forces et les insuffisances constatées dans l’exécution du PEPP.

Dresser "un bilan sans complaisance"

L’atelier qui s’est tenu les 15 et 16 avril 2004 à Tenkodogo a réuni toutes les parties prenantes : autorités ministérielles, techniciens chargés de la mise en œuvre du projet, société civile et partenaires financiers.

En deux jours, il a dressé, selon les participants "un bilan sans complaisance" des sept(7) ans de mise en œuvre du projet. Le coordonnateur, M. Pascal Millogo soutiendra que le PEPP a construit 63 collèges d’enseignement général (CEG) à travers les départements du pays. Il a permis aux universités de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou de bénéficier de la documentation nécessaire à la formation des élèves qui embrassent le cycle supérieur.

Plus d’un million d’ouvrages scolaires ont été distribués dans les établissements secondaires publics. Le PEPP a également apporté son appui à l’enseignement privé. Du matériel didactique et scolaire a été mis à sa disposition.

L’Office central des examens et concours du secondaire (OCECOS) a également bénéficié des réalisations du projet, notamment la construction d’un bâtiment R+1. Pour M. Millogo, l’Office n’a pas seulement pour mission de délivrer des diplômes. Il représente aussi une entité de conseils pour les enseignants. Bien que ce bilan soit jugé satisfaisant, l’atelier de Tenkodogo a relevé quelques difficultés dans la mise en œuvre du PEPP.

La responsable de l’ONG Promo femmes développement et gestionnaire déléguée PEPP du collège Yennenga de Kombissiri, Mme Clémentine Ouédraogo a posé le problème de la disponibilité des enseignants du secondaire et l’insuffisance des effectifs. Ces préoccupations ont été prises en compte par l’atelier en vue de faire de l’enseignement secondaire, une réalité.

Le Burkina Faso compte, à ce jour, 241 CEG sur 350 départements. "Le gouvernement poursuivra la mise en œuvre de la politique "un département, un CEG" pour rendre accesible cet ordre d’enseignement, en veillant toujours à l’équilibre du genre, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement qui nécessite des efforts continus", a promis le Pr Laya Sawadogo.

Jolivet Emmaüs Sidibé
PAG BELEGUEM
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
École burkinabè des affaires : Une conférence publique sur l’impact des crises sécuritaire et sanitaire dans la chaîne d’approvisionnement
Foire « Campus Team Europe » : Présenter aux étudiants burkinabè les opportunités de bourses offertes par l’Union européenne
Burkina : Quand des agents de liaison se prennent pour des demi-dieux…
Crise à la mine de Houndé : Il y a trois ans, en juin 2019, le CGD alertait sur la situation déjà explosive
Beguédo : Cinq ans de prison ferme pour onze personnes impliquées dans l’affaire des bars vandalisés
Forces armées nationales : Six gendarmes radiés pour convenance personnelle
Affaire Dabo Boukary : « Non à 32 ans d’impunité », clament les étudiants
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le tribunal administratif rejette la décision de l’ARCOP
Lutte contre le terrorisme : Le Président du Faso prêche l’engagement et l’unité dans la garnison de Bobo
Défis sécuritaires au Burkina : Le rôle des chercheurs examiné par le Haut conseil national de la recherche scientifique et de l’innovation
Dépolitisation de l’administration au Burkina : Une loi en cours d’adoption, selon le chef du gouvernement
Solenzo : Ecobank va plier bagages à compter du 30 mai 2022 (AIB)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés