Coton transgénique : CV/OGM se dit prêt à intenter un procès contre Salif Diallo

vendredi 20 octobre 2006 à 07h20min

Après une visite dans la ferme SOFITEX de Boni (province du Tuy), le ministre de l’Agriculture, Salif Diallo, déclarait dans la presse que « sa sortie de terrain (26 septembre 2006) marquait en quelque sorte le top de départ de la production du coton transgénique au Burkina ».

Ces propos ont valu une vive réaction de la Coalition de veille face aux OGM (CV-OGM) hier jeudi 19 octobre 2006 au CNP/NZ. Celle-ci estime, en effet, que le principe de précaution a été outrepassé par les autorités politiques et se dit prête, entre autres actions, à intenter un procès contre Salif Diallo.

C’est au cours d’une conférence de presse que le président de la CV/OGM-BF, le Pr Jean Didier Zongo, professeur de génétique à l’université de Ouagadougou et son collaborateur Bali Nébié, enseignant en sciences de la Vie et de la Terre (SVT) au lycée Nelson Mandela, ont donné la position de la structure suite aux propos tenus par le ministre Salif Diallo (plus précisément dans les livraisons du 29 septembre et du 2 octobre 2006 des Editions « Le Pays »), après avoir visité, le 26 septembre, la ferme de la Sofitex de Boni dans le Tuy.

Ainsi, dans une déclaration lue par Bali Nébié, la CV/OGM indique que le principe de précaution n’a pas été respecté par les autorités burkinabè en décidant d’aller dans la production du coton transgénique. Elle évoque, en effet, le principe 15 de la déclaration de Rio qui dit qu’« En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitudes scientifiques absolues ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’application de mesures effectives visant à préserver la dégradation de l’environnement ».

Elle brandira également un extrait de la loi 005-2006/AN portant régime de biosécurité en matière de biotechnologie au Burkina Faso qui stipule : « En cas de suspicion, l’absence de preuve ne doit pas être un prétexte pour retarder la prise de mesures préventives ». Et la structure dirigée par le Pr Jean Didier Zongo de noter que concernant le coton Bt dans notre pays, des questions essentielles restent posées sur les risques de dommages graves pour l’homme et son environnement.

Ces interrogations sans réponses, dit-elle, concernent les conséquences de la toxine Bt sur la santé humaine et animale ; les mesures qui seront prises pour que le consommateur puisse choisir entre les deux types de denrées ; l’impact de la destruction sélective et massive des insectes sensibles à la toxine Bt sur l’équilibre écologique, car en Chine, cela aurait provoqué une prolifération d’autres insectes ravageurs de coton ; les problèmes de dissémination du gène Bt par les insectes et par les hommes et les animaux ; la ruine de cotonculteurs en Inde et en Chine consécutive à la baisse de rendement constatée après quelques années de cultures du coton transgénique.

Sur ce dernier point, le Pr Jean Didier Zongo mentionnera le nombre de 600 fermiers de l’Inde qui se seraient suicidés, entre juin 2005 et 2006, car ayant été ruinés par les maigres rendements et les surendettements des producteurs pour se procurer les semences transgéniques. Pour ce dernier, il n’est pas exclu que nos producteurs connaissent également ce problème si on se laisse entraîner facilement par les enjeux politiques et économiques entourant les OGM (organismes génétiquement modifiés).

Il a réaffirmé que sa structure n’est pas, par principe, contre les OGM, car il s’agit d’un progrès scientifique, mais que cela devrait se faire en adoptant une démarche prudente. Et de déplorer qu’en dépit du fait que la recherche, notamment l’INERA, se soit donné 5 années après le début de l’expérimentation du coton Bt en 2003, les autorités politiques aient pris la décision de produire du coton transgénique sans attendre les résultats des chercheurs.

Face à une telle mesure, la CV/OGM, qui indique que l’opinion constituant sa première force, elle a décidé de mener des actions pour se faire entendre. Elle n’exclut pas, a dit son président, une poursuite judiciaire à l’encontre du ministre Salif Diallo du fait que le principe de précaution aurait été bafoué.

Cyr Payim Ouédraogo

Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 21 octobre 2006 à 08:14 En réponse à : > Coton transgénique : CV/OGM se dit prêt à intenter un procès contre Salif Diallo

    Si vos analyses de prudence sont appréciables, force sera de constater que votre volonté de poursuivre M. Salif DIALLO, es qualité de Ministre D’Etat, de l’Agriculture constitue devant les instances judiciaires vient malaxer la noblesse de votre approche. En votre qualité de scientifique, il vous appartient de rechercher une collaboration étroite avec les autorités de manière à éviter que les drames indiens ne se produisent pas au Burkina. Vous avez le devoir de le faire et je vous exhorte à le faire. Avec tous mes encouragements dans cette initiative. La confrontation et l’esprit de menace n’ont rien de gratifiant. Ange TAMPSOBA, France.

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2006 à 02:19, par ouedraogo ibrahim En réponse à : > Coton transgénique : CV/OGM se dit prêt à intenter un procès contre Salif Diallo

      j’ai suivi avec interet les critiques tout à fait justifier à l’encontre de la decision du gouvernement quant à la question du coton transgenique. mais j’exorte plutot les imminents scientifiques à perseverer dans la voie de l’information et pourquoi pas faire signer une petition contre la culture du coton transgenique que de vouloir intenter un procès contre notre valeureux ministre de l’agriculture qui à toujour tenter et reussi a inssufler un souffle nouveau à notre agriculture.
      ouedraogo ibrahim paris

      Répondre à ce message

      • Le 24 octobre 2006 à 20:05 En réponse à : > Coton transgénique : CV/OGM se dit prêt à intenter un procès contre Salif Diallo

        Frère Ibrahim de Paris, si vous n’avez pas grand choses à dire essayé juste de lire et de vous taire au lieu de péblicité ainsi Salif Diallo..... Je trouve nous trouve parfois bizard, nous les jeunes du Faso partis du Burkina et après quelques années au Froid deviennent des vrai Bounty. Depuis quand vous avez vu une pétition regler un probleme en Afrique et surtout au Burkina ? Si cela etait possible l’Essence et la vie chere que vivent les Burkinabé d’en Bas ne serait à ce niveau.
        Moi principalement je ne voies pas ce qu’il a fait de bien à notre Agriculture ?
        Poussez tous les paysans à cultiver du coton et aujourd’hui du coton tragénique et si vous faite un tour dans les villages vous veriez que les paysans n’ont plus rien à manger étant donné que tout le monde est appelé à faire que du coton alors qu’on ne peut pas manger du coton quand on a fait " disait ZEDESS".
        Une vraie politique de developpement agricole passe par la création de collège ou lycée agricole afin dep ouvoir changer à la source les pratiques traditionnelles de nos Braves paysans. Et s’il pouvaient avoir des formation meme sans quitter le Faso , aujourd’hui c’etaient eux qui lutteront pour leur Agriculture et non seulement des Scientifiques.
        Vous qui etes sur Paris,vous voyiez bien que bon nombres de personnes de tous les rangs socio-professionnel sont contres les OGM, donc si aujourd’hui l’ancien "Pays des Hommes Intègres" ( je dis cela parceque s’il en reste encore des Hommes Intègres en toutcas c’est que les Burkinabé d’en bas) devient le grand labo en plein air de la Maison Monsento (le tout puissant groupe américain des semences et produits phytosanitaire) et ben je suis largement navré pour nos gouvernants. Mais DIEU seul netoie le dernier du Chien donc Inchalla.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés