Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Sécurité alimentaire au Burkina : Lutte contre la malnutrition des enfants déplacés internes, l’autre combat de Save the Children

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 5 décembre 2022 à 22h03min
Sécurité alimentaire au Burkina : Lutte contre la malnutrition des enfants déplacés internes, l’autre combat de Save the Children

Save the Children Burkina Faso a organisé une sortie de presse les 1er et 2 décembre 2022 à Kaya, dans la région du Centre-nord, pour permettre aux acteurs de médias de toucher du doigt ses réalisations en matière de la santé-nutrition et sécurité alimentaire au profit des Personnes déplacées internes (PDI).

Dans le but de « réduire considérablement la mortalité infantile et néonatale due à des causes évitables », le Bureau pays de Save the Children Burkina Faso a mis en place le projet Alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE). Puisque le pays traverse une crise humanitaire, conséquence de l’insécurité, l’ONG a mis l’accent sur la nutrition en situation d’urgence. Ainsi, ANJE est devenue ANJE-U (Alimentation du nourrisson et du jeune enfant en situation d’urgence).

Pour mener à bien cette mission, Save the Children a créé des Groupes d’apprentissage et de suivi des pratiques d’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants (GASPA). A ce jour, il existe trois types de GASPA : des femmes enceintes ; des femmes allaitantes de 6 à 23 mois et des femmes allaitantes de 0 à 6 mois. Chaque GASPA regroupe 15 femmes.

Selon Oumarou Birba, ce sont plus de 3100 femmes qui bénéficient du projet ANJE-U.

Les thématiques varient selon les GASPA, a indiqué Oumarou Birba, un animateur de Save the Children. « S’il s’agit des femmes allaitantes de 0 à 6 mois, il y a des thèmes comme l’allaitement maternel exclusif, l’hygiène des mains et mamelons, et la prise en charge de la diarrhée. S’il s’agit de 6 à 23 mois, il y a la préparation de la bouillie enrichie que nous faisons. Nous avons aussi l’hygiène à ce niveau. Pour les GASPA des femmes enceintes, il y a les soins prénataux, les risques liés à la grossesse, les pesées et la planification familiale », a-t-il développé.

Deux types de malnutrition

« La nutrition concerne tout le monde ». C’est fort de cette conviction que Save the Children, à travers ce projet, accompagne ces déplacés internes. « Même quand on est en bonne situation, il faudrait savoir comment se nourrir, à plus forte raison ces gens qui ont quitté leurs domiciles et qui n’ont pas de quoi survivre comme il se doit », Maïmouna Ouédraogo, superviseure en santé-nutrition à Save the Children au compte du projet ANJE-U Programme de promotion, d’appui et de soutien des pratiques optimales.

Maïmouna Ouédraogo fait noter qu’à chaque animation, le projet offre de la bouillie enrichie aux enfants à partir de 6 mois.

Dans l’Espace amis des enfants du village Tansènga, c’est le site de Wayalghin qui accueille les PDI. Dans ce camp, il y a deux types de malnutrition qui sont récurrents : la Malnutrition aigüe modérée (MAM) et la Malnutrition aigüe sévère (MAS).

« La prise en charge a été bien faite »

Dans la soirée du jeudi 1 décembre 2022 où l’équipe de journalistes est arrivée sur le site, une équipe du programme est en train de distribuer des poudres de micronutriments. « Ce sont des vitamines qu’on ajoute à l’alimentation de l’enfant à partir de 6 mois pour enrichir son alimentation afin de lui permettre d’avoir un statut nutritionnel satisfaisant », a expliqué Oumarou Birba.

Distribution de la bouillie enrichie.

Cette dotation suivie de formation est saluée par les bénéficiaires. « Depuis que ce centre est là, nous sommes soulagés. Cela nous permet de mieux nous occuper de nos enfants. Il y a des consignes qu’on a reçues pour identifier si notre enfant fait partie des malnutris et signaler aux agents pour une prise en charge », a confié une mère.

« Ma fille était dans une situation de malnutrition. Grâce au projet, j’ai pu emmener ma fille à l’hôpital. La prise en charge a été bien faite. Grâce à la bouillie, ma fille n’est plus dans une situation de malnutrition », a témoigné Assiéta Soré, une bénéficiaire du projet.

Des difficultés…

A entendre les animateurs et initiateurs, des difficultés ne manquent pas dans la mise en œuvre de leurs activités. « La première difficulté que nous avons, c’est le matériel pour la préparation de la bouillie enrichie », a confié Oumarou Birba, tout en précisant que ce sont des PDI donc elles n’ont pas de dotation en ustensiles ni en gaz. Et lorsqu’il n’y pas de gaz, les femmes cotisent chacune 25f pour acheter du fagot dans le village environnant.

Cette bénéficiaire traduit sa gratitude aux agents de Save the Children.

L’arrivée massive des déplacés constitue une autre difficulté pour l’ONG, car leur intervention est limitée en termes de moyen.

Présente au Burkina Faso depuis 40 ans, Save the Children a mené plusieurs actions et accompagné plusieurs activités de plaidoyer en lien avec des thématiques telles que le mariage d’enfants, l’éducation des enfants, la scolarisation de la jeune fille et l’assistance multisectorielle.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Programme de certification au métier de consultant et de conseiller d’entreprise : 38 auditeurs mis sur le marché
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a beaucoup d’argent à prendre dans la circulation !
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le Burkina a enregistré 238 nouveaux cas de lèpre en 2022 dont huit enfants », Dr Ilboudo, dermatologue-vénérologue
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% des boutiques sont parties en fumée, selon le ministre du commerce Serge Poda
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés suite à l’attribution d’une réserve administrative à un particulier
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat national des commerçants soutient les sinistrés et les encourage à se ressaisir
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe Sawadogo explique des raisons des réticences
BCB golf challenge 2023 : Salif Samaké et Justine Sanou sacrés meilleurs joueurs de la 2e édition
Construction de la Cour d’appel de Ouagadougou : Plus de six milliards de francs CFA mobilisés pour les travaux
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de la maîtrise d’eau au centre d’une réflexion à Ouagadougou
Ouagadougou : Le marché Sankar-Yaaré ravagé par le feu, "des centaines de boutiques" parties en fumée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés