Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Suspension des activités des partis politiques : « Ce sont des mesures conservatoires que le capitaine Traoré a dû prendre », selon Me Bénéwendé Sankara

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 4 octobre 2022 à 22h52min
Suspension des activités des partis politiques : « Ce sont des mesures conservatoires que le capitaine Traoré a dû prendre », selon Me Bénéwendé Sankara

A la suite du coup d’Etat du 30 septembre 2022 qui a porté au pouvoir le capitaine Ibrahim Traoré, les activités des partis politiques et des organisations de la société civile ont été suspendues par les nouveaux putschistes se réclamant aussi du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Pourquoi cette suspension ? Qu’est-ce que cela implique ? Aura-t-elle un impact sur la vie des partis politiques et des OSC ? Nous avons recueilli l’avis de l’avocat Me Bénéwendé Sankara, également président de l’Union pour la renaissance/Mouvement patriotique sankariste (UNIR/MPS).

Lefaso.net : Pourquoi suspendre les activités des partis politiques et des OSC suite au coup d’Etat ?

Me Sankara : Nous déplorons la suspension de la constitution et cela depuis le 24 janvier 2022 quand la junte militaire s’est immiscée dans la vie démocratique de notre pays. Chose que tout le monde a déploré et même condamné. Notre position c’est de demander une transition civile, politique et légitime pour renouer avec la démocratie. De notre point de vue, cette suspension des activités des partis politiques et des OSC relève des mesures conservatoires que le capitaine Ibrahim Traoré prend en tant que désormais chef d’Etat par intérim pour la sécurité et éviter que l’ordre ne soit troublé.

Qu’est-ce que cette suspension implique et aura-t-elle un impact sur la vie des partis politiques ?

Je vous rappelle qu’il y a ce qu’on appelle la continuité de l’administration. L’autorité politique, c’est-à-dire l’exécutif, exerce ce qu’on appelle le pouvoir règlementaire, donc de ce point de vue, les activités des partis politiques peuvent être recadrées. Les partis politiques, les associations et même la presse, si on dit que vous tirez votre légitimité de la constitution et que la constitution est suspendue, c’est comme si les journalistes ne doivent plus écrire. Ce n’est pas le cas.

Je crois que c’est pour des mesures de sécurité et d’ordre public que ces décisions ont été prises. Vous voyez que, de plus en plus, on rétablit l’ordre, en attendant de rétablir la constitution. Les secrétaires généraux ont été invités à continuer leurs activités. Donc nous partis politiques, nous ne sommes pas dissous, mais nous ne devrions pas mener des activités, des manifestations de nature à gêner l’autorité politique. La liberté d’expression est inhérente à la vie humaine et on ne peut pas l’enlever aux partis politiques.

En résumé, ce sont des mesures conservatoires que le capitaine Traoré a dû prendre parce que quand on dit dans un discours qu’on va convoquer les forces vives, les forces vives, c’est qui ? Les partis politiques font partie des forces vives. Il faut donc relativiser, nos sièges sont toujours là avec une administration minimum qui travaille. Mais il ne faut pas appeler les militants à sortir manifester. Je crois que c’est ce type d’activités qu’il ne faut pas faire.

Propos recueillis par Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina, MPSR2 : Attention aux dérives du MPSR1 avec les OSC vuvuzelas
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou
Contribution à l’effort de guerre : Le Président de la Transition échange avec les partenaires sociaux
Processus électoraux en Afrique : Des présidents d’organes de gestion des élections chez le Président de la Transition
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette transition, c’est qu’il n’y a pas de contrôle sur les démarches du président et du MPSR 2 » (Kalifara Séré)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion des élections de l’Afrique sub-saharienne renforcent leurs compétences
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé chef d’Etat major particulier de la présidence du Faso
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va rendre compte des échanges avec le président Traoré, le 9 décembre 2022
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu sans formation politique et civique est un sujet extrêmement dangereux pour la paix sociale »
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés