Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 29 mai 2022 à 22h00min
Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

« La prise en otage de l’ex-président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va, et qui ne se souvient plus de ce pour quoi elle est venue de façon anticonstitutionnelle à la tête de notre pays ». C’est ce qu’a déclaré la Coordination des organisations pour la libération de Roch Kaboré, à travers son porte-parole Désiré Guinko, au cours de son assemblée générale tenue ce samedi 28 mai 2022 au Conseil burkinabè des chargeurs, à Ouagadougou.

Au cours de son assemblée générale, la coordination, qui exige la « liberté totale et sans conditions » pour Roch Kaboré, estime qu’il est « illégalement détenu sur la base d’aucun fondement juridique par les militaires au pouvoir ». C’est pourquoi, elle réitère son vœu aux autorités de voir l’ex-président immédiatement libre de ses mouvements.

« Si dans de brefs délais, le président Roch Kaboré n’est pas libre de tous ses mouvements, la lutte pacifique et citoyenne s’étendra dans les 45 provinces de notre pays », prévient Désiré Guinko. Car, pour lui, « la dictature des armes ne saurait triompher de la détermination des masses populaires ». Il exhorte les siens à rester debout contre vents et marées pour la défense des droits fondamentaux des populations.

« Quand on dit que la Constitution est en vigueur, il faut la respecter », estime Désiré Guinko, porte-parole de la Coordination des organisations pour la libération de Roch Kaboré

M. Guinko soutient que la junte doit sans détours se conformer aux aspirations légitimes des populations qui ne désirent qu’un idéal de paix, de sécurité, de cohésion et de liberté. « Toute forme d’oppression sera naturellement combattue avec détermination et engagement », a-t-il indiqué.

À l’entendre, « le pays est malheureusement dirigé par un groupe de personnes qui travaillent plutôt à la division, à la manipulation et à la quête des privilèges du moment ». Sensible aux pertes en vies humaines enregistrées ces derniers jours, la coordination se dit solidaire des populations meurtries.

L’appel à la solidarité nationale

« C’est avec une douleur profonde que nous nous retrouvons dans cette enceinte pour une cause qui ne devrait pas faire l’objet de débat. Face à l’indifférence grandissante du gouvernement, c’est aussi le lieu de lancer un appel à la solidarité nationale vis-à-vis de nos populations en proie au terrorisme et qui ne savent plus à quel saint se vouer », a déclaré Désiré Guinko.

L’instant consacré au chant en chœur du Ditanyè

Pour lui, les militaires au pouvoir doivent avoir l’honnêteté d’assumer leur échec après maintenant plus de quatre mois à la tête du pays. Il affirme que ce n’est point en prenant en otage un ancien chef de l’État, qui a démissionné de ses fonctions au nom de l’intérêt supérieur de la nation, qu’on arrivera à résoudre les problèmes du Burkina Faso. Bien au contraire, poursuit-il, « cet acte condamnable constitue une des nombreuses taches sombres de l’histoire de notre pays ».

Les intentions inavouées de la junte

Selon la Coordination des organisations pour la libération de Roch Kaboré, le refus des autorités actuelles de leur accorder l’autorisation de manifester pacifiquement au rond-point des droits humains, vient une fois de plus démontrer, aux yeux du monde, les intentions inavouées et les calculs malsains de la junte. À en croire Désiré Guinko, l’objectif de la junte est de faire du président Kaboré « un otage dans son propre pays ».

Une affiche à l’entrée du Conseil burkinabè des chargeurs, lieu de l’assemblée générale de la coordination

« Ce matin, nous avons décidé d’organiser cette assemblée générale en lieu et place du meeting qui avait été annoncé », a situé le porte-parole de la coordination. La municipalité de Ouagadougou avait interdit à la coordination d’organiser sa manifestation, pour des raisons d’ordre sécuritaire. La présente assemblée générale a donc été organisée par la coordination pour clamer son indignation face à la détention de Roch Kaboré qui n’a que trop durer, pense-t-elle.

Désiré Guinko a souligné que la libération de l’ex-président est l’unique combat de la coordination. « Si on nous annonce d’ici midi que le président Kaboré est libre de tous ses mouvements, de parler avec qui il veut, quand il veut, de recevoir qui il veut et comme il veut, à midi dix ou trente, on dissout notre coordination », a-t-il notifié.

Les participants scandant « libérez Roch ! »

« Tant que le président Kaboré sera en prison dans sa propre maison à la Patte d’oie, nous dirons non et non de façon pacifique. Parce que nous ne sommes pas des hors la loi. Nous sommes des filles et fils de ce pays épris de paix, de liberté et de justice », a-t-il martelé.

La Coordination pour la libération de Roch Kaboré dit mener un combat pour le respect des droits humains. Car, pour elle, il est inadmissible d’être dans une société et un État où la Constitution en vigueur n’est pas respectée par les dirigeants. Elle a, lors de son assemblée générale, fredonné l’hymne national et eu une pensée pieuse pour les victimes du terrorisme au Burkina Faso.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 mai à 14:29, par Mafoi En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Cette bande de lieutenants-colonels et leur tas d’amis mangeurs ne sont pas assez fous pour autoriser des marches à travers les 45 provinces sinon,c’est leurs derrières qui seront exposés dehors car ça va être une marée humaine.En tout cas si on menait un sondage sérieux pour mesurer la popularité de ces faux restaurateurs,ils n’auront pas les 5%,je dis bien 5%

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 14:43, par Omar Dao En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Je ne suis pour aucun camp mais il faut que l’on m’explique comment le Général Diendéré, qui purge une peine de prison à vie, reçois tout le monde comme à domicile et donne des interviews à la presse, tandis que Rock, lui, qui n’a pour l’instant aucune procédure connue contre lui, est enfermé dans sa résidence et ne peut même pas téléphoner ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 16:06, par Wibga En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Mr Guinko j’espère que tu sais vers où tu danse vers ?, tu peux t’exciter comme tu veux mais ton banquier restera là où il est. La junte en prenant le pouvoir t’ont pas prévenu c’est pas maintenant qu’ils te diront là où ils vont. Tu es jeune, cherche toi un métier sinon la politique n’est pas un métier d’avenir pour toi. Défier l’autorité te conduira à ta perte. Ceux que tu vilipende quotidiennement sont au dessus de ta personne sur tous les plans et descendront pas jouer à la boue avec toi. Si tu défie l’autorité tu auras la force publique en face. Vive la jeunesse consciente et non manipulable du Faso !

    Répondre à ce message

    • Le 29 mai à 13:35, par lepaysvamal En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

      De plus en plus je me convainc que le pouvoir MPP vaut 1000 fois mieux que le MPSR. Tous les Burkinabè sincères reconnaissent cela. L’histoire retiendra que c’est sous un régime militaire que le Burkina Faso a été entièrement pris par les terroristes. Pour preuve la région du Centre ouest vient de connaître sa première attaque. Qui va nous sauver de cette nébuleuse ?

      Répondre à ce message

    • Le 30 mai à 06:28, par Djeneba Tapsoba En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

      Vous êtes le prototype de la jeunesse manipulable et manipulée. Sinon vous devriez avoir assez de jugeote pour comprendre que ce que font ces gens là ne correspondent pas aux aspirations du peuple. N’eut été la manipulation, une jeunesse éclairée et mûre politiquement devrait comprendre que ces gens sont au pouvoir parce qu’ils ont osé défier l’autorité et mieux le choix du peuple, car Rock a été Élu. Ces gens sont au pouvoir car ils se sont engagés à chasser les terroristes de notre pays. Mais hélas, les rares victoires sont obtenus grâce au soutien de pays voisins via la France. Toute autorité qui ne va ps dans le sens de ce que le peuple veut sera defiée. Nous sommes des frères et sœurs et enfants de Thomas Sankara. La patrie ou la mort nous vaincrons ! ce n’est qu’une question de temps. Dieu veille sur nous.
      Je soutien Guinko, c’est un homme engagé. Mais j’ajoute que ces gens là savent bien ce qu’ils font., ils ne sont pas là pour le peuple et de ce fait on ne les comprends pas dans leurs agissements. Nous réclamons la liberté, la justice et la paix. Un pouvoir quand il vient avec beaucoup de malheurs ne va pas pas loin. Regardez tout ce qui frappe le monde et le BF. C’est comme Trump, il n’est pas parti loin ! C’est une erreur de la nature qui fini toujours par se corriger. J’ai honte pour mon pays.

      Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 17:11, par Lepop En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Il faut que Damiba et ses serveurs comprennent qu’il n’est pas possible de vaincre le terrorisme dans.la division et l’exclusion. Libérez le Président KABORE et concentrons nous sur l’essentiel. À bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 18:43, par Demsey En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    J’ai su depuis le début que ces gars ne sont pas venus sauver les Burkinabè mais simplement pour s’enrichir et peut-être placer des gens qui vont les protéger après la transition.
    Ils ont juste profité du comportement de certains osc pour se lancer sans qu’il n’y ait de résistance mais je pense que ces mêmes osc et Monique yeli Kam vont bientôt crier comme ils l’ont fait. Pour quelle raison détenir toujours ROCH ?
    S’il y a des charges contre lui,qu’ils ouvrent une procédure judiciaire et non le priver de sa liberté.
    C’est pire que du banditisme ça.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 20:07, par momine En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    j pense q,il fo exorciser l BF.tous les regimes produisent les mem erreurs .lorsq l mpp etait au pouvoir,il a brille par son refus d,autoriser les marches et la fin on la connait.c regime qui dit guarantir les libertas d,expression pour tous EST entrain de produire les mem erreurs.l,histoire nou enseigne qu,aucun regime au BF n,est arrive a transmettre l pouvoir avec honneur. authorisation ou pas quelle lecon doit tirer ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 20:10, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    C’est sur que des crimes economiques pesent sur Rock Marc Christian Kabore et ses accolytes qui s’amusaient avec les Fonds Publics dans ce contexte d’insecurite et de crises multiformes graves. Si nous etions dans une Revolution Democratique et Populaire ils allaient tous passes devant un Tribunal Populaire de la Revolution afin de rendre gorges ou de vomir ces Fonds publics. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 21:59, par PLACCA En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    PLACCA

    … Pour priver les putschistes d’alibis. Si un coup d’État paraît invraisemblable au Ghana, au Cap-Vert ou au Sénégal, c’est parce que la démocratie, dans ces pays, a atteint un niveau de maturité tel que les problèmes les plus graves se résolvent autrement que par les armes, et que les militaires ne peuvent oser se substituer à l’élite politique.
    Au Mali, la croissance devrait stagner, cette année, selon la Banque mondiale, qui prévoit qu’elle pourrait même s’avérer négative. Cette contre-performance découlerait de l’effet conjugué de la persistance de la violence armée et des sanctions économiques de la Cédéao. L’économie malienne serait-elle sur le point de s’écrouler ? Les sanctions marcheraient-elles donc ?
    Qu’elle s’écroule ou pas, cela ne profitera à personne. Ces sanctions intempestives, sans « plan B », n’ont fait que confirmer l’impasse d’une décision autoritaire, qui a sous-estimé ce que la Cédéao avait à y perdre. Pour avoir trop souvent gardé un mutisme gêné pendant que l’on massacrait, ici la Constitution, là la population, la Cédéao a contribué à générer les conditions déterminantes pour les coups d’État, désormais bel et bien de retour en Afrique de l’Ouest. Et la Cédéao ne peut ordonner aux putschistes de regagner immédiatement leurs casernes, en espérant être écoutée.
    C’est le signe que le temps est venu de laisser les peuples assumer leurs erreurs, plutôt que de vouloir leur imposer des choix que l’on croirait bons pour eux. S’ils veulent applaudir les putschistes, à eux de l’assumer. Regardez donc comme le peuple soudanais souffre, se bat, dans l’indifférence, pour mettre fin à la confiscation du pouvoir par une junte brutale et perfide ! Il souffre. Mais, tôt ou tard, il prendra le dessus, et la victoire découlant de cette abnégation ne sera que plus solide, plus durable.
    Laisser les Maliens s’assumer, c’est aussi s’abstenir d’alimenter ce qui peut les distraire. Comme cette impression d’être toujours en train de se battre contre un adversaire, sinon un ennemi extérieur. Pendant ce temps, les putschistes ne répondent de rien. Lorsque Rawlings prend le pouvoir au Ghana, en 1979, il n’a pas besoin de deux discours pour que ses jeunes compatriotes comprennent où il veut conduire la nation. C’est cela, le leadership visionnaire ! Il leur a fallu tant et tant d’efforts, mais, au bout, le Ghana qu’ils ont bâti offre l’épanouissement à tous les talents. Un président sortant peut y être battu après son premier mandat. Et si le peuple lui en accorde un second, jamais il n’oserait des manœuvres pour s’en offrir un troisième.
    Faut-il comprendre que certains putschistes prennent le pouvoir sans aucune vision ?
    C’est l’impression que l’on a, parfois, avec ces pléthores de conseillers plus ou moins occultes autour des putschistes, qui rivalisent d’autant plus de zèle que leur destin, souvent, est éphémère.
    Lorsque la voie que vous lui indiquez est claire, cohérente et convaincante, et que vos priorités ne vont pas changeantes, votre peuple vous suivra, cinq ans, plus, s’il le faut, dès lors que vous lui inspirez suffisamment confiance pour le protéger, le défendre et l’élever vers un destin clément.
    Justifier un coup d’État par les seules erreurs ou les incohérences des prédécesseurs ne saurait suffire, pas plus que la promesse de corriger ces erreurs ne peut légitimer un régime d’improvisation permanente, sans obligation de résultats. À l’évidence, la Cédéao est incapable de remettre en selle les chefs d’État renversés. Pourquoi, alors, ne pas s’essayer à prévenir les coups d’État ? Après tout, si, au milieu de la nuit, l’on vous annonçait qu’il y a un coup d’État au Ghana, au Cap-Vert ou au Sénégal, vous répondriez que c’est une plaisanterie ! Parce qu’en Afrique de l’Ouest, la maturité démocratique, dans ces États (et dans deux ou trois autres), rend les coups d’État à peu près inimaginables. Pourquoi, alors, chaque nation ne travaillerait-elle pas pour se hisser à ce niveau, qui priverait les apprentis-putschistes d’alibis pour perturber la vie politique ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai à 22:47, par Wibga En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Guinko si toi et ta bande de Mpp connaissait les aspirations du peuple burkinabé il n’y aurait pas de coup d’état. Au nom de quel peuple tu parles ? Dis plutôt que tu parles au nom de ton banquier. Le chien aboie la caravane passe, tout sous contrôle dans ce pays. J’espère bien que tu sais vers où tu danse !! Car ceux qui vilipende à longueur de journée ne joueront pas dans la boue avec toi. Tourne ton cinéma, mange tes miettes et reviens sur terre. Vous ne faites peur à personne dans ce pays. Tu testes tu perdes ! Vive la jeunesse consciente et non manipulable du Faso. La facilité va t’egarer

    Répondre à ce message

  • Le 29 mai à 11:42, par TOERE En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de l’ex président Roch Kaboré est le reflet parfait d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Sincèrement ,je fais partie de tous ceux qui étaient très déçus de la gouvernance du président RMCK et de son MPP. Parvenus au pouvoir après l’insurrection populaire de 2014 ,on pensait tous réellement que le BURKINNA AFSO allait enfin connaitre une gouvernance vertueuse avec l’abandon totale des mauvaises habitudes du passé reprochés au régime de Blaise COMPAORE.
    Hélas, RMCK malgré toute l’expérience qu’il est sensé avoir accumulée auprès du Président Blaise COMPAORE ,n’a vraiment pas été à la hauteur de la fonction présidentielle et a brillé et par, une insouciance,un laxisme, une irresponsabilité totaux face aux enjeux de tous ordres du moment, et par une complaisance incroyable devant certains faits graves . Tant et si bien ,qu’à l’instar de beaucoup de burkinabè de bonne foi, j’avais accepté le coup d’Etat du MPSR avec l’espoir que la gouvernance du pays allait radicalement changé, d’abord pour résoudre radicalement la question sécuritaire qui était l’alibi du coup d’Etat ,ensuite instaurer une gouvernance vertueuse avec l’abandon tout aussi radical des mauvaises pratiques du régime KABORE et de son MPP tels que "L’amicalisme, le parentalisme, le régionalisme , le tribalisme ,etc dans les nominations aux hautes fonctions de l’Etat . Pire, au lieu d’aller au front où on les attend pour venir défendre la Nation ,le MPSR militarise toute l’administration publique en plaçant des officiers formés pour la guerre à la tête des Sociétés d’Etat dites juteuses . je vous assure prenez la filiation des différents ministres ,DG, et autres responsables d’institutions et suivez . Vous verrez que derrière chaque nomination c’est beaucoup plus des critères parentaux ou sentimentaux que des critères de compétence ,d’expérience et de technicité qui ont guidé ou prévalu les choix . Quant à la question sécuritaire sensée être la priorité des priorités ,le constat saute à l’œil nu. C’est plus pire que sous le régime de RMCK comme dirait Nobila cabaret .
    Tout ceci pour dire, que si c’était nous amener à une telle situation ,objectivement à quoi a servi le renversement du Président RMCK ? En outre, et de tout ce qui précède , pourquoi au moins ne pas le libérer, quitte à le poursuivre après ,si des faits de mauvaise gestion ou de mauvaise gouvernance lui sont reprochés ?. Plus étonnant ,on voit clairement les connivences entre le MPSR et le régime COMPAORE et son CDP . Que ce soit à travers personnes (DIENDERE ) ou certains journalistes qui défendent avec un zèle surprenant, même les décisions les plus impopulaires du MPSR, telle l’augmentation vertigineuse des salaires des ministres et présidents d’institution. Ah le BURKINA FASO d’aujourd’hui , quel pays ?. Tout y est hypocrisie, malhonnêteté intellectuelle ,mauvaise foi ,manipulation de l’opinion nationale duperie ,mensonge ,ruse ,désir de vengeance et d’humiliation ,etc en fonction de ses intérêts personnels . Et le hic ce sont les prétendus intellectuels qui sont les champions et l’incarnation de ces valeurs .
    Avec ça il y a de quoi désespérer du futur de notre pays . Que Dieu sauve le BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 29 mai à 14:29, par Kiriko En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Mr WIBGA, je ne sais pas comment vous dire ça ????? Vous dites que Omar DAO fait la politique à son âge. Je vous dis que vous faites pire que la politique en écrivant cela parce que vous n’êtes pas son père, j’ai horreur des gens qui infantilisent les autres. Ils a le courage d’exprimer sa position par rapport au président ROCK. Je me garde d’être grossier parce que bcp de ceux qui sont au gouvernement peuvent être nos pères et mères. Sinon Mr Wibga, en fait on va vous prier de nous expliquer en quoi est ce que le Président ROCK devrait être séquestré contre sa volonté. Dites le nous puisque nous venons d’une planète où les gens marchent sur la tête. Ce qui n’est pas votre cas. Venez donc nous instruire. Pourquoi est ce que le Président ROCK est -il séquestré ? Vous intervenez en tant que internaute et personne ne vous connait. Merci à vous de nous dire quel est votre gêne par rapport à l’engagement politique, a la prise de position de Omar DAO. ??? Il ne faut pas fuir ! Venez repondre pour que tout le monde entende.. Le président ROCK souhaite -il être privé de sa liberté ? Je commence à sentir que le pays la va trop chauffer.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 08:32, par le révolutionnaire En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Si la justice est indépendante qu’elle traduise Rock en justice car en prenant le pouvoir il a juré de protéger tous les Burkinabès et le territoire du Burkina Faso. Il y a plusieurs morts car le Président n’a pa protégé les Burkinabè et au 24 janvier 2022 nous avions perdu une grande partie de notre territoire. Je pense que la junte protège Rock contre des vengeances éventuelles. Lutons ensemble pour faire partir le térrosisme et récupérer notre pays le reste on avisera par la suite

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 08:35, par shalom En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Bonjour à tous ! Je constate que depuis plusieurs mois, Kôrô Yamyélé a disparu du forum. Que se passe-t-il ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 09:16, par numero1 En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Trop Trop Trop avec ces OSC qui se veulent défendre toutes causes souvent sans tête, ni queue. Bon c’est aussi ça la jeunesse africaine de nos jours. Frapper par le chômage et en quête de gain facile, elle s’adonne à tout. Il faut que la jeunesse se met au travail car c’est la seule voie de construire nos nations.
    Il faut s’assurer que Président n’est pas libre et que sa famille et proches (tel Simon Compaoré, ....) confirment cet état. Aussi, il faut laissez le président se reposer et prendre son temps et contribuer selon sa volonté à la construction du Pays.
    Je suis sûr qu’il avait plus besoin de ces types de soutien au moment des évènements de Janvier pour faire respecter le droit et la constitution. Pas de réaction de votre part en ce moment, alors soyez conséquent dans votre logique.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 09:30, par Jean MOULIN En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    "Si dans de brefs délais, le président Roch Kaboré n’est pas libre de tous ses mouvements, la lutte pacifique et citoyenne s’étendra dans les 45 provinces de notre pays", Je crois rêver. Dans un pays en proie aux attaques terroristes et qui est en voie de disparition, vous n’appelez pas le peuple à la lutte mais pour une seule personne, fut-elle ancien Président, vous allez mobiliser les 45 provinces.
    CONTINUONS A CHATOUILLER.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 11:16, par Jean MOULIN En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    "Si dans de brefs délais, le président Roch Kaboré n’est pas libre de tous ses mouvements, la lutte pacifique et citoyenne s’étendra dans les 45 provinces de notre pays", Je crois rêver. Dans un pays en proie aux attaques terroristes et qui est en voie de disparition, vous n’appelez pas le peuple à la lutte mais pour une seule personne, fut-elle ancien Président, vous allez mobiliser les 45 provinces.
    CONTINUONS A CHATOUILLER.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 15:07, par MaPatrie En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    @Jean MOULIN vous avez parfaitement raison. C’est quand meme oser.
    Les gens ont donc cette capacite de mobilisation et ils ne font rien pour defendre la patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 12:51, par chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Burkina Faso : « La prise en otage de Roch Kaboré est le reflet d’une junte qui ne sait pas où elle va » (Désiré Guinko)

    Au fait où sont passés les fameux insurgés et les boys de M’Ba Missélé qui se prenaient pour des omnipotents ? Eux qui prétendent avoir chassé un dictateur à mains nues et résisté à un coup d’état à mains nues, voici que le défi le plus grand pour le pays se présente et on ne voit personne. Sont-ils si terrorisés par les terroristes que la seule alternative qui reste c’est de se barricader dans le réduit de Ouaga pour proférer des menaces contre ces jeunes soldats qui tentent de rattraper leurs bêtises ?!
    Les OSC bidons ont détruit le pays et il faut prendre des mesures draconiennes pour réduire la capacité de nuisance de ces malfaisants !
    Tous ces désœuvrés trouvaient leurs comptes dans la gouvernance de RMCK et son conglomérat mafieux, ils ne sont donc pas prêts à lâcher l’affaire. Ces têtes brûlées habituées à la facilité devraient être surveillées de très près par une équipe spéciale en vue d’anticiper leurs coups tordus.
    Honte aux insurrescrocs en faso dan fani qui se croient plus intelligents que tout le monde !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Économie : Le Syndicat national des commerçants du Burkina porte ses doléances au Premier ministre
Ouagadougou : Une manifestation contre le néocolonialisme dispersée à coups de gaz lacrymogène
Bobo-Dioulasso : Le Mouvement M30 Naaba Wobgo exige la rupture des partenariats français avec le Burkina
Journée mondiale de la jeunesse : Abdoulaye Mossé croit au dynamisme de la jeunesse pour relever les défis du Burkina Faso
Burkina Faso : Roch Kaboré attendu ce jeudi aux Émirats Arabes Unis pour des soins
Burkina /Politique : Le Front patriotique demande la destitution du député Mohamed Koumsongo après les troubles du 4 août 2022
39e anniversaire de la révolution burkinabè : Le mouvement ‘’ Endogène’’ invite le peuple à recourir aux valeurs patriotiques de la révolution
62e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : Message du président du Faso
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange avec des représentantes de structures de femmes des 13 régions
Situation nationale : La « Mobilisation des intelligences pour le Faso » rejette la demande de pardon de l’ex président Blaise Compaoré
Burkina : Un Front patriotique est lancé pour « oeuvrer sans délai pour une transition politique légitime et souveraine »
Burkina Faso : L’ALT définit le rôle du Conseil d’orientation et de suivi de la transition.
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés