Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • lundi 17 janvier 2022 à 23h44min
Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

En tout, 105 projets immobiliers ont été retenus suite à l’examen de 400 demandes d’approbation de projets immobiliers au Burkina Faso. Le rapport de la commission ad hoc, instruit à cet effet par le ministre en charge du développement urbain, a été rendu public ce lundi 17 janvier 2022 à Ouagadougou.

L’on retient que ce sont 92 promoteurs, sur 275, qui ont introduit les 400 demandes. Après donc analyse de celles-ci, 295 dossiers ont été rejetés. Si les 105 autres projets sont jugés recevables, ils doivent cependant encore suivre le processus de validation avant approbation.

Selon le rapport, la capitale à elle seule détient 237 projets des 400 qui ont été examinés et mobilise ainsi plus de 18 000 hectares. Les terrains des projets dits “irrecevables”, pour n’avoir pas respecté les normes édictées, seront rétrocédés pour une utilisation agropastorale, par exemple. C’est ce qu’a laissé entendre le directeur général de l’architecture, de l’habitat et la construction, Aimé Soubeiga.

« Les terrains des projets dits “irrecevables” pour n’avoir pas respecté les normes édictées seront rétrocédés à une utilisation agropastorale par exemple », a déclaré le directeur général de l’Architecture, de l’habitat et la construction, Aimé Soubeiga

« S’il faut aujourd’hui rejeter beaucoup de dossiers qui ne respectent pas le plan d’aménagement, c’est parce que nous n’arrivons pas souvent à faire le contrôle en amont », précise Me Bénéwendé Stanislas Sankara, ministre du développement urbain, de l’habitat et de la ville.

Le ministre a ensuite déploré le fait que les populations reviennent s’installer, la plupart du temps, dans des zones inondables après avoir été indemnisées. Idem pour ceux qui construisent des édifices dans des zones dites interdites.
« Il faut passer à une autre étape du contrôle et rétablir une gouvernance vertueuse dans ce secteur-là. C’est pourquoi le gouvernement a voulu que la direction générale de l’architecture, de l’habitat et la construction devienne un établissement administratif pour se donner les moyens de sévir », a-t-il signifié.

A Saaba, une quarantaine de promoteurs immobiliers “hors la loi”

Selon Me Bénéwendé Sankara, sur une quarantaine de promoteurs immobiliers présents dans la commune de Saaba, seuls quatre sont en règle. Le reste des autres promoteurs “hors la loi” mobilisent plus de 4 000 hectares, a-t-il indiqué. Après l’annonce de ces chiffres, le ministre s’interroge sur la meilleure manière de remédier définitivement à cette tendance.

« S’il faut aujourd’hui rejeter beaucoup de dossiers qui ne respectent pas le plan d’aménagement, c’est parce que nous n’arrivons pas souvent à faire le contrôle en amont », précise Me Bénéwendé Stanislas Sankara

Au regard de l’ampleur de l’accaparement des terres suite aux rapports et conclusions de plusieurs commissions d’enquête, l’Etat a dû prendre des mesures conservatoires. Il s’agit notamment de la suspension du traitement des demandes d’approbation de projets immobiliers qui a permis de mettre en instance plus de 400 projets immobiliers. Mais aussi celle de la délivrance de l’agrément sur la promotion immobilière qui a permis de bloquer à 275, le nombre de promoteurs immobiliers autorisés à exercer. « Il y a des promoteurs immobiliers qui ont une dizaine de dossiers dans plusieurs localités, c’est ce qui explique le ratio », a souligné Me Bénéwendé.

Les journalistes présents à la conférence de presse sur l’examen des demandes d’approbation des projets immobiliers

L’objectif de ces suspensions vise à offrir les moyens au ministère en charge de l’habitat d’opérer les réformes appropriées pour définir des conditions plus idoines d’exercice de la profession. Ainsi, un projet de loi a ainsi été élaboré, adopté en conseil des ministres puis introduit à l’Assemblée nationale.

C’est dans ce cadre que le ministre Sankara a instruit par arrêté, l’analyse des 400 demandes d’approbation en instance depuis quelques années. « Si certains promoteurs immobiliers nous ont reproché le temps mis pour analyser leurs demandes d’approbation, aujourd’hui, nous pouvons dire que le débat est clos avec le rapport de la commission ad hoc », a-t-il affirmé.

À l’issue donc de la publication des résultats du présent rapport, l’ensemble des promoteurs recevront individuellement une lettre du ministère qui lui dira si son dossier a été accepté ou pas. Une cellule d’information a été mise en place pour offrir de plus amples informations aux promoteurs qui le désirent.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 23:46, par Un Burkinabê En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Bravo à la commission qui vient d’abattre un travail titanesque. Il faudra
    1- informatiser le Cadastre foncier. Il faudra ressortir les noms des citoyens qui ont bénéficié de plus d’une parcelle lors des différentes attributions sur l’ensemble du pays. Il ya des gens qui ont peut-être bénéficié de plusieurs parcelles et qui aujourd’hui n’en disposent plus car les a toutes vendues et aller dans les "non-lotis". Il faudra même les retirer ces "non-lotis".
    2- il faut exiger les infrastructures minimales avant les attributions de parcelles. Ces infrastructures minimales doivent être l’eau, l’électricité, les caniveaux, les routes/voies qui doivent désormais être toutes bitumées. Il faut faire en sorte que toute route/voie dans un nouveau lotissement soit obligatoirement bitumée.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 06:06, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    LAISSEZ LES AGENCES IMMOBILIÈRES TRANQUILLES : C’est sous LE RÉGIME KABORÉ que nous sommes passés de moins de 50 AGENCES IMMOBILIÈRES à plus de 200. Nous savons tous qu’il y a eu PLUS DE 100.000 PARCELLES VOLÉES PAR LES POLITICIENS DEPUIS 1987. ON FAIT COMMENT ??!! Qu’on arrête de se foutre des burkinabè. Régler d’abord le problème DES 100.000 PARCELLES et on verra le reste après !

    Je suis convaincu que LE RÉGIME KABORÉ va avoir de sérieux problèmes avec les burkinabè qui ont acheté des parcelles avec LES AGENCES IMMOBILIÈRES à des MILLIONS FCFA. Qui va les rembourser car LE RÉGIME KABORÉ a laissé faire LES AGENCES IMMOBILIÈRES dans l’illégalité sans ne pas réagir. Et aujourd’hui, on vient GUEULER TRÈS FORT. Je ris seulement !

    LE RÉGIME KABORÉ ne fait que déplacer les problème et veut distraire les burkinabè. On attend de voir !

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 11:31, par Passakziri En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

      @ Le Grand Zapata,
      On peut ne pas aimer le lièvre mais reconnaitre que ses oreilles sont longues et qu’il court vite relèverait de l’honnêteté. Dire que les gouvernants ont laissé faire dans l’illégalité s’est pas juste. Il y’a eu des mises en gardes et avertissements du gouvernement sur les risques que ceux qui se lancent dans ses avantures courent. Mais le burkinabè est devenu dure d’oreille qu’il lui faut toujours voir avant de croire. C’était ainsi avec nos fameux "traiders" c’est encore la même chose avec ces histoires de "promotteurs" immobilier. Quant à l’argent perdu, vu que les promotteurs sont connus , je me dis que s’ils sont sérieux ils ont du se premunir d’assurances couvrant vos risques, donc l’assurance devrait assumer. Mais l’étatt ne pourra pas supporter des coûts suplémentaires de gens qui refusent d’être conseillés.
      Courage à Me Sankara et à son équipe. Vous m’inspirer confiance dans votre démarche.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 14:56, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

        Dis-nous concrètement quelles mesures L’ÉTAT BURKINABÈ a prises pour informer les populations ??!! Dans un pays sérieux on met à jour régulièrement à jour LES FICHIERS de toutes les entreprises qui exercent légalement dans tous les domaines d’activités. Je demande voire EXIGE qu’on parle des plus de 100.000 PARCELLES qui ont été volées par LES POLITICIENS. Prend note : AUCUN BURKINABÈ NE VA PERDRE UNE SEULE PARCELLE ACHETÉE AVEC LES AGENCES IMMOBILIÈRES qui du reste appartiennent majoritairement à NOS POLITICIENS qui ne sont que DES AFFAIRISTES.

        LA FIN DU RÉGIME KABORÉ SERA PLUS PRÉCIPITÉE : C’est tenter REGRETTER. Et je ne vois pas des burkinabè qui ont sué en BANQUES pour prendre des prêts, acheter des parcelles, construire leur maison et se voir EXPULSER en plein midi alors que DES VOLEURS DE PARCELLES bien connus vivent tranquillement et circulent librement.

        LE RÉGIME KABORÉ VEUT FAIRE DIVERSION : On veut divertir les burkinabè alors que les vrais problèmes de notre pays sont là attendent d’être définitivement résolus. LA LOI ne peut pas être rétroactive. On ne peut pas venir et dire que LES AGENCES IMMOBILIÈRES sont dans le faux alors que les parcelles ont été légalement achetées avec LES PROPRIÉTAIRES TERRIENS qui ont été consentants.
        LE RÉGIME KABORÉ JOUE AVEC LE FEU ET IL VA FINIR PAR SE BRÛLER AVANT FIN 2025 ! Les burkinabè sont fatigués d’un régime qui ne fout rien de bon.

        Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 17:21, par Tonton Razo En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

        Passakziri tu as tout dit.Malheureusement le Burkina est plein de gens qui n ont pas l humilité de reconnaitre ce qui est bien et encourager.Mais comme dit quelqu un les grands hommes parlent des idees et les pietres parlent des hommes.

        Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 06:41, par Bigbale En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Bravo pour cette décision ! Les promoteurs immobiliers arrogants, prompts à donner des leçons au reste des citoyens ont le loisir d’aller parceller les champs de leurs papas pour les vendre tout simplement. Ils n’avaient pas compris que le loi de 2008 taillée sur mesure pour permettre à Dame Alizet "Gando" de faire ce qu’elle veut ne peut plus s’imposer au peuple Burkinabè ! Eh bien, les temps ont changé et la nouvelle loi sera appliquée pour éviter de spolier les pauvres producteurs ruraux. Dura lex, sed lex( la loi est dure mais c’est la loi) !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:20, par YAWOTO En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    L’information doit être également portée à la connaissance du public pour éviter que des sociétés dites immobilières n’abusent de citoyens honnêtes à la recherche d’un toît. Cela participe également de la transparence dans la gestion de ce dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 10:50, par Le Boss En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Tout cela est très bien.
    Mais ou en sommes nous avec les problèmes des parcelles à usage d’habitation.
    Il faudra voir pour y remédier dans un délai assez proche car des commissions avaient statué la dessus et avaient fait des recommandations.

    Le Boss

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 11:33, par le fou En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Bravo au Ministère pour cette tentative de faire le toilettage dans cette histoire d’agences immobilières qui jusque là ne faisait pas le bonheur de la population car très élitistes.
    Vivement que le travail continue sur l’apurement du passif foncier et permettre des conditions d’attribution de terre plus transparentes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 11:54, par Wendmi En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Vous saviez depuis longtemps que beaucoup de sociétés immobilières agissaient dans l’illégalité avec la complicité et/ou la naïveté des soi-disant propriétaires terriens. Vous avez laissé faire sachant bien qu’il existait déjà un passif assez lourd à gérer. Ce qui veut dire que vous avez fermé les yeux afin que l’impunité puisse s’ériger en règle dans le foncier (refus d’apurer le passif foncier, démultiplication des agences immobilières, accaparement des terres rurales, concussion, ...). L’une des conséquences immédiates de votre présent travail est que les sociétés immobilières dont les dossiers ont été rejetés iront mobiliser les propriétaires terriens naïfs pour remettre votre travail en cause. Et comme les agences immobilières aiment l’argent, certaines dont les dossiers ont été rejetés et ayant déjà parcellé et vendu les terrains et aux particuliers auront du mal à leur restituer ces ressources. Donc, une deuxième fronde sociale à ce niveau également.
    Voilà les conséquences de l’inaction de nos responsables.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 12:39, par Levieux En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Bravo à maître SANKARA et son équipe, tout le contraire du Ministre BONANE qui a passé son temps à multiplier les conférences et débats télévisés laissant les spéculateurs fonciers faire du désordre dans tout le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:09, par Insouciance En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Je penses qu’il est judicieux et responsable de publier la liste des promoteurs en règle et d’autre part ceux hots la loi pour protéger les demandeurs de ses services..

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:32, par sidsomde En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Bravo au Ministre. J’applaudirai plus le jour où il viendra à Goudrin ( à l’Est de Ouaga) me montrer ma parcelle que j’attends depuis longtemps. apurez le passif foncier Monsieur le Ministre, on sait qu’il faut avoir l’audace d’un SANKARA pour le faire. Nous avons entendu beaucoup de bruit la-dessus mais rien !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:52, par NANA En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    La liste des sociétés immobilières est nécessaire pour la population.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:28, par Le SAGE En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    LE SAGE

    PUBLIEZ LA LISTE DES 105 PROMOTEURS IMMOBILIERS SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:28, par Debarboza En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Pour une fois, il faut reconnaître que Me fait du très bon boulot. C’est très important d’assainir le milieu car on connait son niveau de criticité. Il faut obliger les promoteurs à réaliser la promotion immobilière par la loi et leur ôter toute compétence de spéculation foncière.

    ils vont mieux utiliser l’espace qu’ils ont et on aura une urbanisation contrôlée et non sauvage comme actuellement. Aussi, il faudra relire la loi de 2008 et redonner la propriété foncière de façon exclusive et absolue à l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:58, par Lejuré En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Attention à ce que ça ne se transforme pas en zone non loti.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:39, par Nongvinnim En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Félicitation à Monsieur le Ministre pour le travail déjà abattu. Toutes les actions entreprises doivent concourir au bien être de la population en les évitant de de se faire enrouler dans la farine des promoteurs immobiliers. Considérant ce souci nous supplions le Ministre afin qu’il publie les 105 projets autorisés, les promoteurs immobiliers soumissionnaires de ces projets et les différents sites de ces projets. Cela évitera la population de souscrire dans l’ignorance auprès des promoteurs hors la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 17:24, par Vigilance, sinon vol organisé En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Il est ressorti des travaux de cette commission ad hoc que sur 400 dossiers immobiliers examinés, 105 ont été jugés recevables pour la suite du processus et que les 400 dossiers ont été introduits par 92 promoteurs immobiliers sur les 275 qui disposent d’agréments à jour.

    Aussi, il en ressort que 3 promoteurs immobiliers ont introduit 99 dossiers immobiliers et mobilisé 9 286 hectares, (soit 31% de la surface totale qui serait égale alors à 29 955 hectares à peu près) alors que c’est 7000 hectares en tout qui ont été autorisés sur 30 000 hectares demandés par les promoteurs (cf. le pays n°7498 du mardi 18 janvier 2022). C’est pas clair tout ça.

    Questions :

    - Ces 3 promoteurs immobiliers font-ils partie des 275 promoteurs immobiliers qui disposent d’agréments à jour ? Si oui, font-ils partie des 92 promoteurs qui ont introduit les 400 dossiers et qui sont ces 3 promoteurs ?
    - Les 99 projets de ces 3 promoteurs font-ils partie des 105 dossiers autorisés ? Si oui, les 6 projets restants appartiennent à qui et est-ce que ces derniers disposent d’agréments à jour ?
    - Il y avait combien d’hectares au total au juste qui ont été demandés par les promoteurs ? Combien d’hectares ont été autorisés et à qui ? Combien il en reste ? et qu’est-ce qu’on compte en faire ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 18:53, par Oli En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables

    Que devient la cité relai de Saponé dans tout celà

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « Nous n’allons pas surfer sur la détresse des Burkinabè pour nous refaire une image », scande le président du MPP, Bala Alassane Sakandé
Burkina : « Depuis le 24 janvier 2022, nous avons reculé d’une décennie par rapport aux problèmes du pays », Newton Ahmed Barry
100 jours du président Damiba : « La transition n’aura pas droit à l’erreur », prévient le capitaine Alissi Ouédraogo
Roch Kaboré en résidence surveillée : « Le MPP s’élève contre ce déni de justice que rien ne saura justifier », porte Bala Alassane Sakandé
Succès Masra, leader politique tchadien : « Plus jamais, les impossibilités ne feront partie de notre vocabulaire »
Insécurité au Burkina : « Juger le MPSR en l’espace de 100 jours, c’est de l’arbitraire » Achille Tapsoba, premier vice-président du CDP
Transition au Burkina : Le chef de l’Etat demande l’accompagnement des populations des Hauts-Bassins
Politique : Démissionnaire de l’UPC, Rabi Yaméogo dépose ses valises au PPS
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la corruption
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer », clame le président Damiba
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin Diabré ?
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo DAMIBA échange avec les forces vives des Hauts-Bassins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés