Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

Accueil > Actualités > Economie • Lefaso.net • samedi 15 janvier 2022 à 21h04min
Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a organisé une cérémonie d’hommage à onze magistrats admis à la retraite au cours de l’année 2021. C’était le vendredi 14 janvier 2022, à Ouagadougou.

Ils ont intégré la magistrature entre 1982 et 1984 pour la plupart. Ces onze retraités ont été célébrés pour les sacrifices consentis et le travail abattu pendant toutes ces années au service de la justice burkinabè. Ce sont : Fatoumata Toé/Lori, Jean Emile Somda, Alimata Oui/Coulibaly, Armand Ouédraogo, Mathias Niambékoudougou, Elisabeth Yanogo/Sawadogo, Frédéric Kambou, Timothée Traoré, Fatimata Kindo/Zoromé, Kango Sawadogo et Véronique Bayili/Bamouni.

Le président du Conseil supérieur de la magistrature, Jean Mazobé Kondé.

Ils ont reçu des attestations de reconnaissance et des présents. A tour de rôle, ces doyens de la magistrature ont été présentés à l’assemblée. La synthèse de leurs riches parcours a également été faite. Le président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), Jean Mazobé Kondé, a, dans son allocution solennelle, rappelé que ce corps de métier les a obligés à être « prématurément sages ». Il a affirmé que les magistrats ont une mission divine, celle de rendre justice.

Le présidium.

« Traverser presqu’un demi-siècle de vie professionnelle sous des devoirs de neutralité, d’impartialité, d’indépendance, de réserve et dans le même temps, avoir une vie sociale faite de relations humaines, dans un contexte africain, avouons-le, est une expérience délicate et difficile pour les êtres humains que nous sommes », a-t-il déclaré.
Le président du CSM a ensuite félicité ces onze retraités qui ont commencé à exercer à une période où la justice était éprouvée, selon ses dires, par les aléas politiques. Il a considéré que ces retraités ont de la chance d’atteindre l’âge de la retraite et les a invités à profiter pleinement de cette nouvelle vie. Toutefois, au besoin, ils seront sollicités pour leurs expériences, prévient-il.

Des attestations de reconnaissance et des présents ont été offerts aux retraités.

Faire la part des choses entre la mère et la juge

Alimata Oui/Coulibaly fait partie des retraités honorés. Elle se dit agréablement surprise de cette initiative de ses collègues. « Cela montre que nous sommes un corps soudé », a-t-elle affirmé. Elle a embrassé très tôt le métier de la magistrature, à l’âge de 26 ans précisément. Une fois mariée et mère, il a fallu redoubler d’efforts pour concilier sa vie de famille et le travail de magistrat, surtout à une période où ils étaient en sous-effectif. « A notre époque, il n’y avait pas de juridictions dans toutes les villes. J’étais obligée de laisser la famille et de faire des audiences foraines dans tout le pays. Cela, avec des routes non-bitumées et les moyens de bord », se remémore-t-elle.

Alimata Oui /Coulibaly a exercé dans la magistrature pendant 38 ans.

Aux femmes qui veulent embrasser ce métier, elle conseille de faire la part des choses. « C’est un métier quasi-divin. Vous avez la lourde responsabilité de juger vos semblables. Et en tant que femme, nous sommes sensibles face à certains dossiers. Surtout avec des dossiers sur les enfants criminels », a-t-elle souligné. Avec ses 38 années de service, Alimata Oui /Coulibaly demande aux femmes-juges d’écarter leur côté maternel dans les procès afin d’être les plus objectives possible. « Il faut faire la part des choses entre la mère et la juge », conseille la nouvelle retraitée.

Première du genre, cette cérémonie d’hommage sera rééditée dans les années à venir, a annoncé le président du CSM, Jean Mazobé Kondé.

Samirah Bationo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 03:42, par Justice Ripoux En réponse à : Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

    Traverser presqu’un demi-siècle de vie professionnelle sous des devoirs de neutralité, d’impartialité, d’indépendance, de réserve et dans le même temps, avoir une vie sociale faite de relations humaines, dans un contexte africain, avouons-le, est une expérience délicate et difficile pour les êtres humains que nous sommes "

    Ca c’ est en general. Sinon nous on ait pas content de notre justice. Elle n’ est pas impartiale et ya trop de magistrqats qui s’ enrichissent de facon illicite. Comment ils vont combattre le delit d’ apparence avec ca ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 03:46, par Dita Haram En réponse à : Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

    Vous avez oublie l’ accident avec le commercant et le juge a voulu faire un passage en force pour s’ offrir un camion neuf, non ?
    On a crie crie ici sur lefaso.net et le juge a eu honte et le commercant a ete lache. Le commerant avait repare le vehicule mais le proprio avait dit que niet. Si c’ est pas un vehicule neuf, je prends pas. Manger le haram n’ est pas bon.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:06, par Le réaliste En réponse à : Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

    Malheureusement, la plupart des magistrats d’aujourd’hui sont toutes autres choses. En effet, nombreux sont ceux d’entre eux qui sont loin de se soucier de ces valeurs de neutralité, d’impartialité, d’honnêteté, etc... qui doivent nécessairement caractériser tout magistrat. Beaucoup sont simplement attirés par l’argent tout de suite et maintenant, la malhonnêteté, le gain facile, la partialité, d’où leur parti pris dans chaque affaire qui les parvient, leur arrogance, etc...
    C’est vraiment dommage et si les anciens magistrats que vous êtes peuvent contribuer à l’éradication de ces maux, cela sera oeuvre très utile

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 06:25, par Burkina Avenir En réponse à : Justice : Onze magistrats admis à la retraite reçoivent des hommages

      Faut meme pas compter sur les anciens magistrats pour ca. Ils veulent tous faire concurrence avec leurs promotionaires avocats. Donc, trop de harnaqcs au palais. Y a une dame qui parle hoba- hoba pourtant on l’ a vu ici. Elle voulait profiter d’ un petit accident avec un commercant pour avoir un vehicule neuf. Honte aux juges malhonnetes comme cette dame.
      Et l’ affaire du magistrat qui a propose 70 millions pour taire l’ affaire de voitures du maire Bewende, la ? Et l’ affaire du Directeur de l’ Intendance Militaire qu’ un juge a calmoss avec des feuilles pleines la poche ?
      Est-ce que ce pays la meme a un avenir encore ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : « Nous n’avons pas été associés aux discussions », dénonce le syndicat des boulangers
Flambée des prix au Burkina : Le Premier ministre met en place une cellule de crise
Burkina Faso : « Le prix du pain reste inchangé », selon le porte-parole du gouvernement
Burkina/affaire pain : « C’est difficile dans ce pays avec ces histoires de monopole », dénonce un boulanger
Burkina : Face à l’inflation des prix, le gouvernement choisit le conflit avec les boulangeries
"Guerre du pain" au Burkina : Les associations de boulangers annoncent la fermeture des boulangeries sur toute l’étendue du territoire national
Contrôle des prix du pain : Des boulangeries de Ouagadougou mises sous scellées
Prix des produits de grande consommation : Le Premier ministre rencontre demain la Chambre de commerce, le patronat et les boulangers
Hausse des prix au Burkina : La Ligue des consommateurs appelle le gouvernement à « siffler la fin de la récréation »
Hausse annoncée du prix du pain : Le ministère du Commerce exprime son désaccord
Burkina : Le gouvernement rejette l’augmentation du prix du pain et annonce des contrôles
Burkina : Le prix de la baguette de pain passe de 150 à 200 FCFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés