Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • vendredi 26 novembre 2021 à 22h30min
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

Depuis l’attaque d’un détachement de gendarmes à Inata le 14 novembre 2021 qui a fait 53 morts la tension est forte et elle se ressent dans tout le pays. Des manifestations spontanées se sont déroulées au lendemain ce énième massacre de nos soldats aggravé celui-là par l’abandon des gendarmes, sans vivres et relève. La coupe a débordé.

Le ciel politique du pays des hommes intègres est constellé d’astres sombres et vengeurs qui réclament la démission du président et proposent des marches pour conjurer le massacre. Durant ces deux semaines de braise le front intérieur était chaud et les groupes terroristes ont continué les attaques à Thiou et Foulbé.

Le président a sonné une charge nocturne ce 25 novembre 2021 pour reprendre la main au plan intérieur pour pouvoir répliquer aux ennemis de l’extérieur.
Son allocution radiotélévisée s’adresse aux manifestants du samedi 27 novembre 2021 qui veulent sauver le pays. C’est bien et c’est patriotique mais on ne voit pas comment la destitution du président nous préserve de cette guerre. Avec la tête du président Roch Marc Christian Kaboré qui roule à terre si les mécontents l’obtiennent, combien de terroristes auront déposé les armes et quels territoires du pays reconquis ?

Comparaison n’est pas raison mais le président Roch M.C. Kaboré a fait beaucoup de changements à la tête de l’armée mais qui n’ont pas apporté la solution. Est-ce en changeant d’échelle, en passant des chefs d’état-major et ministres à président que la solution viendra ? Est-ce vraiment un problème d’hommes ? N’est-ce pas des défaillances structurelles ?

On peut se rassembler en foules mécontentes qui crient et grondent dans toutes les villes du pays, mais à part nos frustrations que nous exprimons que faisons-nous contre cet ennemi qui pourra surgir dans un autre coin du pays et frapper des soldats, des gendarmes, des policiers, des civils, des femmes et des enfants ? Ne nous laissons pas habiter seulement par la colère et la haine, cherchons à trouver des solutions créatives qui nous aiderons à résister contre nos ennemis. Après avoir pleuré les morts trouvons la sérénité de réfléchir sur les maux qui minent notre pays en ne surestimant pas le rôle du pouvoir politique. Les moyens de recouvrer la souveraineté de notre pays et son indépendance nous incombent tous.

Gouverner un pays en colère et qui doute de vos capacités

Ne réfléchissons pas comme certains politiciens et membres d’OSC qui pensent que toute crise doit emmener à une transition et sera pour eux l’occasion d’obtenir des strapontins. Comment faire baisser le mercure du thermomètre social en cette période hautement inflammable que vit le pays ?

Le pouvoir de Roch Marc Christian vit des moments difficiles, le pays vit très mal cette crise sécuritaire intensément meurtrière. A cette ignominie de l’abandon des gendarmes d’Inata à la faim et au massacre est venue s’ajouter la crise du convoi militaire français bloqué à cause de la douleur et de l’émoi de l’attaque d’Inata.

Gouverner un pays en colère et qui doute de vos capacités est le summum du supplice. A part les inconscients et les fous, personne ne se réjouit de cette mauvaise passe dans laquelle le pays se trouve.
Le gouvernement a cherché à calmer le front intérieur de diverses manières. Des programmes de communication prévues avant Inata sont devenus obsolètes et la diffusion rapportée comme ce passage radiotélévisé des ministres « sécuritocrates » du gouvernement.
Le sens de l’urgence et de l’essentiel est sûrement la cause du report du Conseil des ministres d’un jour.

L’Assemblée nationale a voulu entendre le gouvernement à chaud sur les questions sécuritaires, elle a dû accepter de patienter jusqu’au vendredi 26 novembre 2021. Ces reports montrent que le président et sa majorité travaillent sans doute avec les sapeurs-pompiers de la nation, les chefs religieux et coutumiers qui sont au-devant de toutes les crises du pays.

Le parti au pouvoir travaille aussi avec ce que l’on peut appeler la plèbe des organisations politiques et de la société civile pour les désolidariser de la marche du 27 novembre 2021. Et l’on a constaté que certaines ont commencé à s’en démarquer. Un autre moyen utilisé pour calmer le front intérieur, l’interruption de l’internet mobile. Ceux qui réclamaient l’Etat de siège ont ainsi un avant-goût de ce que cela peut être.

Le chef de l’Etat veut remobiliser la nation

Le chef de l’Etat s’est adressé à la nation dans la nuit du 25 au 26 novembre 2021 brisant le silence radio et la communication minimale qui avait cours jusque-là.
Il a annoncé des mesures sur un gouvernement resserré et plus soudé qui va, selon son importance, contribuer à réduire le train de vie de l’Etat. Une opération mains propres pour vider les dossiers pendants de corruption emmènera s’il est vraiment fait, du baume au cœur des hommes intègres de l’administration et de la jeunesse pour croire en la justice de notre pays.

Là aussi ce sont les actes et les faits qui pourront aider le gouvernement à reconquérir les déçus de sa gouvernance.
La mesure phare concernant la guerre est l’envoi des chefs militaires sur le terrain. Il ne faudrait pas que ce départ de Ouagadougou des gradés consiste à aller s’installer dans les chefs-lieux de région et à ne pas suivre les troupes au combat.

Le président du Faso a du pain sur la planche pour terminer son dernier mandat. Dès la publication du rapport d’enquête sur le drame d’Inata il faudra sévir, car il avait tendance à bannir ce mot de son vocabulaire. Et après, il doit poursuivre avec les autres mesures en ne se préoccupant pas des mécontents parce que c’est l’existence du pays qui est en cause.

Il ne devrait pas se hâter lentement comme à son habitude pour son gouvernement resserré. Si ce discours est fondateur d’une nouvelle pratique de gouvernance incarnée dans les trois mesures de réduction du train de vie de l’État, de lutte contre la corruption et de l’engagement des chefs militaires sur le terrain, il aura sonné le début de la résistance.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre 2021 à 20:23, par Just Go En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Le PF Rock dit : " C’est bien et c’est patriotique mais on ne voit pas comment la destitution du président nous préserve de cette guerre. Avec la tête du président Roch Marc Christian Kaboré"

    Nous, au contraire nous voyons clairement en quoi cela est necessaire. Nous voulons une rupture avec la France et Roch ne le fera jamais. Donc il faut le debarquer et enmener un Assimi Goita Burkinabé. C’est aussi simple que cela. Ne fait donc pas semblant de ne [as comprendre. Changer de ministre ou reduire la taille du gouvernement n’est pas la solution. Vous pouvez scensurer ce message mais c’est la verité vraie. La France est le probleme mais vous n’oserez jamais attaquer le probleme a la racine. Donc partez.

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre 2021 à 07:29, par Kabi En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

      Mais arrêtez avec la france !!
      La france n a rien à voir avec nos problèmes
      C est la seule à nous venir en aide , uvrez les yeux , qui peut croire que la france n est pas une aide , financière et militaire
      Le jour ou elle en aura marre de toutes ces critiques , et qu elle nous laissera tomber ,
      on aura plus rien , pour ne pas tomber , dans le chaos
      Les russes, les chinois ,vont venir par charité d âme peut être.
      , ils vont nous asservir !!!!!

      Répondre à ce message

      • Le 29 novembre 2021 à 09:17, par Ka En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

        Merci Kabi : Tous les anti- Français se trompent d’ennemi. Avec la génération Macron qui envoient leurs jeunes militaires mourir au Sahel pour notre cause, est la preuve que la France tourne la page de système France-Afrique. C’est pourquoi cher frère internaute Kabi je dis a ces ignorants haineux anti- Français, qu’il faut arrêter ça. Quand la France ne fait rien, c’est sa faute. Quand la France agit, c’est sa faute aussi. Il faut cesser d’imputer à des facteurs externes les causes de ses propres insuffisances et manquements. En 60 ans d’indépendance, qu’a fait nos dirigeants pour développer le continent afin de ne plus tendre la main à la France ? S’il y a des personnes qui jouent un double jeu, ce sont nos dirigeants qu’il faut accuser et non la France dont ses enfants viennent mourir pour nous.

        Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2021 à 20:27, par HumHum En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Mais Rock de quoi tparles ty ? Ron message ici C’est la meme chose qui est arrivé a Blaise. Ces paroles pourraient avoir été prononcées par Blaise en son temps avec tous les morts en moins.
    Donc comme le poisson pourri par la tete, il faudra la couper.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2021 à 20:50, par Zimm En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    President Kaboré, vous êtes le chef suprême des armées vous envoyez des gendarmes au front sans vous assurez qu’ils ont de la nourriture (le fondamental élémentaire de base). Ce manque de nourriture était partout dans les nouvelles à travers le monde, une vraie honte !
    idéalement vous devrez tiré les conséquences qui s’imposent à vous (à vous) à titre personnel.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2021 à 21:58, par Dibi En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Depuis 2014 et même avant, l’endocolonat pourri, corrompu aux affaires à Ouaga (gouvernement, armée, administrations, féodaux locaux), n’a pas de solutions à la crise sociale et sécuritaire. Tant il est gangrené par l’incompétence et la corruption, le clanisme, le népotisme et le religieux réactionnaire.
    Na an lara an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2021 à 08:30, par le Nomade En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Esperons qu’a partir de ce drame d’Inata, le President du Faso ne sera plus le meme, qu’il prendra toutes les mesures necessaires pour permettre a nos vaillants soldats de vaincre ces crminels qui endeuillent chaque jour le pays. Il faut combattre la coruption au sein de l’Aministration y compris celle de nos FDS. Le secret defense ne peut pas etre une couverture pour permettre a des mafieux au sein des FDS de s’enrichir. Par ailleurs tous les dossiers pendant devant les Tribunaux civils et militaires doivent etre vides. Justice doit etre rendue a toutes les victimes et les coupables doivent payer. C’est la seule maniere pour regagner la confiance du peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2021 à 10:55, par Danton En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Il faut mettre à la retraite ces officiers de l’intendance militaire qui sont corrompus jusqu’aux os et cessr d’envoyer nos hommes hors du pays dans des missions de maintien de la paix. Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2021 à 17:02, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Il ya un temps pour chaque chose et chaque a son temps. Pensez-vous qu’un DG à la tête d’une entreprise avec des performances notoirement mediocres y resterait toujours ? C’est possible sous nos tropiques corrompus. Je souhaite à certains mediateurs d’avoir une aide familiale (une bonne ) qui laisse tomber votre bébé 5 fois avec des traumatismes craniens et que vous hesitez à congedier la bonne sous pretexte de dialogue. Beaucoup de panelistes semblent se reveiller d’une hibernation de plus de 5ans et c’est au detour d’Inata qu’on se decouvre des talents de mediateurs.En realité, la demission de Roch ne changera rien si le c’est le même MPP et alliés qui sont aux commandes. Toute une nation incompetente (bravo à l’auteur de l’article sur l’incompetence qui tue) au vu et au su des methodes modernes de resolution des conflictualité Voilà d’où vient notre malheur et condamnation par le destin de notre pays. Heuresuesement, la Providence des 2017, avait dit à son prophète que des tenèbres s’abattront au point de tout engloutir mais ces tenèbres seront repoussés miraculeusement par une lueur indefectible de toute-derniere minute. Jeûneurs et intercesseurs, à vos diligences !
    A bas Dieu et vive l’intellectualité methodique.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2021 à 17:57, par MyMy En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    - M. ROCH MARC CHRISTIAN KABORE N’A JAMAIS EU LA MOINDRE MAIN SUR CE PAYS. ET IL NE L’AURA JAMAIS. IL EST UNE MARIONNETTE AUX MAINS DE NOS PIRES ENNEMIS QUE SONT D’ABORD LA FRANCE. QUE CEUX QUI ONT DES YEUX VOIENT. QUE CEUX QUI ONT DES OREILLES ENTENDENT. QUE CEUX QUI SONT CONSEQUENTS PARLENT. QUE LES IGNORANTS S’INSTRUISENT. QUE LES "MERCENAIRES DE LA PLUME" SOIENT DÉNONCÉS.

    LE SIMPLE ET TERRIBLE FAIT D’AVOIR RECONSTRUIT LES FRONTIÈRES DE LA HAUTE-VOLTA EN 1947, EN LE PRIVANT D’ACCÈS A LA MER (comme pourtant aussi promis au Mogho-Naba de l’époque, pour qu’il donne le maximum de soldats à la France contre l’Allemagne nazie dès 1941-42), ÉTAIT UN 1er ELEMENT QUI ATTESTAIT DEJA DE LA MALVEILLANCE DE LA FRANCE A NOTRE ÉGARD.

    - PRESQUE TOUS LES PAYS PAUVRES ET MISÉREUX DANS LE MONDE, ONT UN POINT COMMUN : LA FRANCE ET SON SYSTÈME DE CORRUPTION SOCIO-POLITIQUE IMPOSES A AUTRUI.
    QUAND ILS NE SONT PAS FRANCOPHONES ET QUE LA FRANCE Y ARRIVE, LES TROUBLES SOCIAUX ET LA MISÈRE S’INSTALLENT. C’EST UN FAIT. EST-CE UN HASARD ? IL SUFFIT DE S’INSTRUIRE POUR LE CONSTATER.

    - EST-CE GRATUIT QUE LE PARLEMENT ITALIEN (et 2 gouvernements successifs), DEPUIS 5 ANS ENVIRON, INVITE CONSTAMMENT L’UNION EUROPÉENNE A SANCTIONNER LA FRANCE POUR QU’ELLE RELÂCHE LES PAYS AFRICAINS ? POUR QU’ELLE ARRÊTE DE SABOTER LE DÉVELOPPEMENT DES PAYS AFRICAINS ? POUR QU’ELLE ARRÊTE DE PILLER LES PAYS AFRICAINS, ET CONDUIRE AINSI LES AFRICAINS A "L’EXIL" (appelé faussement EMIGRATION) ?

    - C’EST PARADOXALE QUE CERTAINS QUI ONT "FAIT L’ECOLE DU TUBABU" NE COMPRENNENT PAS CELA ; ALORS QUE CEUX QUI NE L’ONT QUE "FRÔLER" COMPRENNENT PARFAITEMENT LA CHOSE. ET ONT LE COURAGE DE LA DÉNONCER. BRAVOS A CES PERSONNES COURAGEUSES ET INTÈGRES. COMME QUOI, LE GÉANT OUSMANE SEMBENE A TOUT DIT ET COMPRIS DANS SON OEUVRE MAGISTRALE "Les Bouts de Bois de Dieu".

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2021 à 22:35, par Sacksida En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    En depit de l’insurrection Populaire d’octobre 2014, et les revendications tout a fait legitimes du Peuple Burkinabe ayant consenti des sacrifices enormes en vue de changements profonds de sa situation economiques et sociales ; force est de constater que depuis janvier 2016, nous n’avons que des Vendeurs d’Illusions profesionnels ; a savoir Rock Marc Christian Kabore et son MPP car le constat est amere et indigne du Burkina Faso. Quelques constats non exhaustifs ;
    Achats de Materiels Militaires defectieux a Coup de Milliards et sous tendus par de grosses corruptions au sommet de l’Etat ;
    Affaires et Vols de charbons fins de plus de 300 Milliards, aux detriments du Peuple Burkinabe ;
    Affaires de corruptions de vos Ministres achetant des biens immobiliers en Afrique et dans le Monde ;
    Detournements de 7 tonnes d’Or de 250 Milliards impliquant des gouvernants proches de la Presidence du Faso ;
    Affaires de surfacturations, de fausses missions et ventes des audiences du President du Faso ;
    Des milliers de morts victimes de terrorisme et de banditisme du fait de incompetence notoire de ce pouvoir insouciant et mediocre de proteger le Peuple Burkinabe ;
    Deux millions de personnes deplaces internes et dans la pauperisation continuelle ; pendant que des Ministres s’achetent des vehicules de 100 millions chacune et vivent dans des luxes insultants ;
    Des valises d’argents de la grande corruption sont convoyes vers Kosyam qui se trouve etre devenu l’Epicentre de la corruption au Burkina Faso ;
    Des FDS au Front de guerre qui sont affames par manque de ravitaillements alimentaires ; et de surcroit sont mal equipes pour faire face aux terroristes qui les tuent etc ;
    Alors dans ces conditions revoltantes ; si Rock Marc Christian Kabore et ses Hommes du MPP ont encore un minimum de Dignite Burkinabe, ils devraient avoir l’humilite et le Courage de rendre le Tablier tout simplement. Sinon l’histoire de la lutte revolutionnaire de Notre Peuple Burkinabe Integre s’en chargera inevitablement. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2021 à 07:57, par Aladji En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Les masques tombent
    Au Burkina Faso, à la différence de tous les autres pays du G5 Sahel, les Groupes armés terroristes agissent exactement comme des malfaiteurs qui ont été démarchés et installés.
    Tout commence avec l’attaque du 16 janvier 2016 sur l’Avenue Kwamé N’Kruma. Roch Marc Christian KABORE, qui, avec son MPP, a sonné la descente aux enfers pour le CDP et obtenu par le soulèvement populaire d’octobre 2014, la chute et la fuite de Blaise COMPAORE, doit payer pour cette « outrecuidance ». Il est cueilli à froid par cette attaque jamais perpétrée en plein cœur de Ouagadougou, comme pour lui dire, tu paieras cher cet affront, tu n’auras jamais de répit, tu quitteras le pouvoir avant le terme du mandat.
    Depuis, les attaques se sont multipliées et se sont généralisées pour atteindre le niveau actuel.
    De manière insidieuse, les attaques ont pour objectifs de créer des conflits ethniques, puis intercommunautaires, puis religieux (le pouvoir est accusé de vouloir éliminer les peulhs, il y a eu Yirgou, les attaques de temples, d’églises, de mosquées, les assassinats de Prêtres, de Pasteurs, d’Imams, etc.).
    Fort heureusement, les responsables religieux et coutumiers du Burkina Faso ont su montrer que le pays s’est toujours refusé d’entretenir le moindre germe de conflits ethniques ou religieux.
    Les attaques ont ensuite été perpétrées dans plusieurs régions, les unes après les autres, pour tenter un encerclement complet du pays.
    A chaque évolution des dossiers pendants dans les affaires Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, le putsch manqué des 15 et 16 septembre 2015, et à chaque étape du feuilleton judiciaire de l’extradition de François COMPAORE, les attaques d’envergure se multiplient au Burkina Faso.
    L’aile politique de ce mouvement de destabilisation était à ce point sûr d’elle, qu’elle a pu affirmer qu’il suffirait qu’elle arrive au pouvoir lors de l’élection présidentielle du 22 novembre 2020 pour mettre fin aux attaques.
    On connait la suite.
    La montée en puissance des Forces de Défense et de Sécurité, la création des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) et les soutiens multiformes du Gouvernement aux populations résilientes de toutes les zones éprouvées ont obligé ce mouvement à mettre la pression sur ses taupes au sein des forces engagées dans les opérations sur le terrain.
    Les dysfonctionnements dont parle le Président du Faso, Chef suprême des armées, procèdent de l’entrée en scène de ces taupes discrètement et de plus en plus ouvertement pour avoir raison du moral des troupes.
    D’aucuns se sentent toujours redevables des services et faveurs obtenus durant le long règne de Blaise COMPAORE et font semblant de faire leur boulot.
    Certains d’entre eux étaient là, durant les évènements d’octobre 2014 et de septembre 2015 et ont tout fait pour empêcher ou décourager les jeunes Officiers qui ont pris leurs responsabilités et joué les premiers rôles pour faire échec au coup d’Etat du RSP. C’est dire donc, selon la formule du Dr Seydou ZAGRE, Directeur de Cabinet du Président, « que le ver est dans le fruit », mais nous ne devons pas nous tromper de ver.
    De dignes fils et filles du Burkina Faso sont dans nos Forces de Défense et de Sécurité, qui ne demandent qu’à être responsabilisés pour en finir avec les Groupes armés terroristes.
    Ce n’est donc pas nos FDS qui sont à brimer, encore moins à détester ni à décrier. Ce sont les taupes du régime déchu qui y sont, qui tentent de faire jeter le discrédit sur les FDS. Nous ne devons pas tomber dans leur piège. Nos FDS sont notre fierté. Certains de ses éléments sont en mission, sous les ordres de l’aile politique de la destabilisation, qui donnent des motifs aux populations de se révolter contre le Gouvernement et Roch Marc Christian KABORE. Selon eux, ils seraient la cause des drames subis par nos troupes.
    Erreur de « Gaou ».
    Le Burkina Faso doit être le « bori ban nan » des Groupes armés terroristes, selon l’expert du Président SANKARA.
    La fin des attaques terroristes, le contrôle de l’ensemble du territoire national, le retour des Personnes déplacées internes dans leurs localités et le retour de la paix sont possibles.
    Le peuple doit identifier clairement les hommes et les femmes qui appellent à la démission de Roch Marc Christian KABORE comme les vrais alliés des Groupes armés terroristes et s’en démarquer aujourd’hui, demain et pour toujours.
    C’est ce que le peuple veut !
    C’est ce que le Gouvernement défend !
    C’est ce que Roch Marc Christian KABORE fait depuis son accession au pouvoir !
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso et son vaillant peuple !

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2021 à 15:52, par SOME En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

      belle analyse ! Cependant je ne suis pas d’accord que demander le depart de Roch soit une manoeuvre qui vous classe du cote de l’ennemi. Si les soldats ne demandent qu’a defendre le pays, pourquoi alors Roch n’a pas donné les ordres encore moins les moyens ? Si c’est parce qu’il est prisonnier de l’ennemi, nous l’a t-il expliqué ? pourquoi a -t-il laissé ces ennemis autour de lui alors qu’on les connait ? Pourquoi il ne fait rien excepté envoyer les enfants se faire tuer.
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2021 à 20:32, par MyMy En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

      - @Aladji : SI VOUS ÉPOUSEZ UNE FEMME DEJA DIVORCEE..., EST-CE QUE SON EX-ÉPOUX PEUT VENIR FAIRE LA LOI DANS VOTRE MAISON ?

      S’IL LE FAIT EFFECTIVEMENT, QUI ÊTES-VOUS ? VOTRE NOUVELLE FEMME RESTERA-T-ELLE AVEC VOUS ? C’EST QUI LE PRESIDENT (ou sensé l’être) DE CE PAYS DEPUIS 2015 ? QUI A PRÊTÉ SERMENT DE DÉFENDRE LE PAYS EN 2015 ET EN 2020 ? VOUS PERSISTEZ QUAND MÊME ?

      - VOUS NE RENDEZ PAS SERVICE A NOTRE PAYS. M. R. KABORE ET SON SYSTÈME SONT INCAPABLES ET DANGEREUX. QUELLE ATTITUDE DIGNE DEVRAIENT-ILS AVOIR ?

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2021 à 14:00, par Mninda En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    La panique et la peur sont toujours de mauvais conseillers . Dans cette situation ,le président du Faso a eu tord de tomber dans le piège de la livraison de la couche supérieur de notre armée à la vindicte populaire qui,est lynchée dans tous les médias . Hélas le président du Faso et son entourage exploitent diaboliquement cette naiveté maladive des burkinabè, en leur balançant la couche supérieure de notre armée en guise de défouloir . A mon avis, c’est une erreur , car il ne suffit pas d’envoyer des colonels et autres gradés au front pour résoudre ce problème de terrorisme . Malheureusement, face à des difficultés, le gouvernement du MPP excelle toujours dans la politique du bouc émissaire connaissant la facilité avec laquelle on peut facilement manipuler les burkinabè . Voilà que tout le monde est embarqué dans cette fosse solution d’envoi des officiers supérieurs au front et oublient l’essentiel . Quelqu’un a raison de dire que les burkinabè sont vraiment des burkinabêtes

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2021 à 07:02, par Alexio En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Mr Le President l epine dans vos souliers est la FRANCE DE MACRON qu i faudrait mettre a sa place et s emanciper comme le regime Malien.

    C est une question de rapport de force. La seule issue et votre salut est la diversification de partenaires. La federation de la Russie est une alternative tres serieuse a prendre sous son toit. Le temps joue contre votre regime si rien fait dans ce sens-la.

    L effronterie de l Armee francaise par son parade, apres que notre gendarmerie a perdu ses hommes a cause du desordre disiplinaire causant cette perte.

    Employer des chars de combat contre des terroristes en moto est du ridicule de cette Armee francaise.

    Ou estl a logique de guerre ?

    La France qui a des logiciels satellitaires et drones pour couvrir tout deplacement dans le Sahel n arrive pas venir about de des malfrats ?

    Une guerre asymetrique ne se gagnera pas avec les chars de combats.

    A moins que la France est en mission d exploitation miniere avec au Sahel.
    C est grace au Franc-Cfa que la France peut se permettre cette mesaventure au Sahel.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2021 à 08:24, par intello En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    on s’en sortira ,donc rester tranquille chers burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 11:06, par MIMI En réponse à : Burkina : Le président essaie de reprendre la main face aux mouvements de contestation

    Toutes les semaines, il y a des morts, des blessés, des déplacés ; pendant ce temps on danse dans les grandes villes comme Ouaga et Bobo : dancings, djanjobas... Les debits de boissons diffusent la musique à tue tete ! Que Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer », clame le président Damiba
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin Diabré ?
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo DAMIBA échange avec les forces vives des Hauts-Bassins
Burkina Faso : Le président Damiba s’oppose à un quelconque dédommagement des victimes de l’insurrection et celles de Yirgou
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, à l’écoute des forces vives des Hauts-Bassins
Rémunération des ministres au Burkina : Quand la mauvaise foi, la crise de confiance et l’égocentrisme s’en mêlent !
Immersion au sein des forces de défense et de sécurité : Une délégation gouvernementale à l’Etat-major général des armées
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, en visite de travail
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le morceau
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à ce qu’on entend dans l’opinion, que ce soit fondé ou pas », a confié Zéphirin Diabré au sortir d’une visite au MPP
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" le gouvernement sur la sécurisation des régions
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps de paix pour adopter une attitude de temps de guerre », propose Dissan Boureima Gnoumou du PPS
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés