Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

Accueil > Actualités > Société • • mardi 14 septembre 2021 à 22h50min
Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

Cinq personnes impliquées dans la mort d’un agriculteur à Boudiéri, dans l’Est du pays, ont été déférées, selon ce communiqué du procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Diapaga.

Le 05 septembre 2021 aux environs de douze heures quarante minutes (12h40mn), le Commandant de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Kantchari nous informait de la mort d’un berger suite à des dégâts causés par le troupeau de ce dernier au champ d’un agriculteur, dans un hameau de culture du village de Boudiéri, commune de Kantchari.

Il ajoutait que selon une source locale, la mort du berger serait consécutive à des coups qu’il aurait reçus de la part du propriétaire du champ.

Comme suite à cette information, des instructions ont été données à l’effet de se transporter sur les lieux, procéder aux constations d’usage et d’ouvrir une enquête circonstanciée.

Ainsi, le major du CSPS de Boudiéri a été requis afin d’examiner le corps sans vie de la victime qui a été identifiée par la suite sous le nom de TANKOANO Tamba, âgé de douze (12) ans environ et remise aux parents aux fins d’inhumation.

Au lendemain de l’enterrement, le 07 septembre 2021, la Brigade invitait les parents du défunt pour les auditions.

A la même date aux environs de sept heures trente minutes (7H30mn), un jeune du nom du OUALI Kpali, se présentait à ladite Brigade. De ses déclarations, il ressortait un lien avec la mort de TANKOANO Tamba, mais comme il était gravement blessé, puisque son pouce gauche a été amputé, il fût conduit au centre médical de Kantchari sous la surveillance du Commandant de Brigade, d’un de ses éléments et accompagné d’un parent du suspect pour des soins avant son audition.

Y étant, un groupe de trois (03) personnes fait irruption ; alors que le blessé ressortait et contre toute attente, un du groupe le rouait de coups de bâton, les deux autres en faisaient autant avec des cailloux. C’est ainsi qu’il a été battu à mort. Son accompagnant quant à lui a pu prendre la fuite. Le Commandant de Brigade présent sur les lieux en voulant s’interposer n’a eu sa vie sauve que grâce à des tirs de sommation. Les auteurs de ce crime ont profité prendre la fuite.

Sur le compte rendu de ces faits, une nouvelle enquête a été ouverte. La victime identifiée sous le nom de OUALI Kpali après examen médical a été remise pour inhumation.

Aux termes des investigations, onze (11) personnes ont été auditionnées, cinq (05) interpellées et gardées à vue pour leur participation et/ou implication dans la survenance de ces évènements malheureux.

Ces personnes ainsi interpellées ont été déférées à notre parquet ce jour 13 septembre 2021. Au regard des différentes pièces de la procédure, nous avons requis du juge d’instruction l’ouverture d’une information judiciaire contre elles, pour des faits d’assassinat, complicité d’assassinat, tentative d’assassinat, de rébellion et d’assistance aux criminels sur la bases des articles 122-1, 122-2, 122-4, 131-4, 131-5, 362-1, 362-2, 362-4, 363-1, 363-2, 363-3, 512-11 et 512-15 du code pénal et leur placement sous mandat de dépôt.

Elles ont été effectivement mises en examen pour ces chefs de prévention et placées sous mandat de dépôt.

C’est l’occasion pour nous, d’appeler les populations une fois de plus à une franche collaboration avec les acteurs de la chaîne pénale pour un meilleur traitement des litiges pénaux, d’une part et d’autre part à la tolérance pour préserver notre vivre ensemble.

En ces moments douloureux, le Procureur du Faso, présente ses condoléances aux familles éplorées et rassure que chacune des infractions relevées sera traitée avec la rigueur que la loi impose.

Fait à Diapaga, le 13 septembre 2021

Le Procureur du Faso

Salam OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 14 septembre à 12:09, par KingBaabu En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Comment une foule peut-elle lyncher un individu en présence des gendarmes qui l’accompagnent ? Le Burkina Faso n’est-il vraiment pas devenu une jungle ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 12:11, par le Nomade En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Toutes mes condoleances aux familles des victimes de cette barbarie qui confirme une fois de plus, que l’Etat n’existe plus. L’impunité et la corruption au sein de la justice font que personne ne croit plus en la justice dans ce pays et préfère se rendre justice. Pour que des civils osent attaquer un prétenu en présence du commandant de gendarmerie armé de surcroit, il faut dire que les auteurs ont fait preuve de détermination. Cependant, il faudra aussi enquêter pour comprendre l’attitude du Commendant !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 12:17, par TANGA En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Paix aux âmes des disparus.
    Chers tous, évitons de provoquer les uns afin qu’eux ne nous rentrent pas dedans. Présentement, le Burkina na pas besoin de ces genres de problèmes.
    Puisse Dieu nous aider !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 12:24, par broo En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    ces récits donnent "froid au dos ". comme ces nombreux cas de meurtres (BANFORA, BROUM BROUM...) nous sommes entrain de banaliser la mort, la vie humaine qui est très sacré "seul Dieu le créateur Dieu, l’auteur de la vie, qui a droit de vie ou de mort sur un être humain. l’autorité est garant de la sécurité individuelle et collective, elle doit prévenir et punir pour servir de leçons et éviter que démotiver d’autres à ôter la vie d’autrui.
    Tous les cas sont rapportés comme des faits divers, on ne voit aucune sanction à la hauteur et cela encourage d’autres et surtout la futur generation qui nous observe.
    IL FAUT QUE L’AUTORITÉ REVOIT LES SANCTIONS POUR EVITER A L’AVENIR UNE SITUATION INCONTROLABLE

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 12:35, par Paligba En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Quand 3 individus armés de bâtons mettre en déroute un groupe de quatre personnes dont deux gendarmes armés.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 13:01, par SOME En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Quelle horreur. Etait t-il necessaire de commettre une telle barbarie ? C’est extrêmement dommage et les maux manquent.

    la région de GAOUA est coutumière de ce genre d’action dès qu’un accident arrive dans un de leur village ,même si parfois c’est par la faute de l’habitant local .

    La justice doit donc être dure avec les auteurs de ce genre de crime . Et comme, le souligne le premier internaute ,comment une seule personne a pu commettre une telle horreur à la fois avec armes de guerre ,et armes blanches ?

    Si on regard souvent la reaction de nous les etres noirs je me pose la question es ce que ce pas par erreur qu’on nous a qualifié d’humains ?Imaginé a quel point on ne mechant ..

    Et si c’est le cas il doit être pendu haut et court !
    La région du sud-ouest a donné au Burkina Faso bien d’intellectuels de classe exceptionnelle mais bizarrement la population autochtone est restée et demeurée "sauvage" ! Je ne trouve pas de mot plus fort que SAUVAGE. Peut-être faut-il employer BARBARE ?

    Vraiment, ces agissements sont inhumains.

    Vous pensez que Dieu à du temps à perdre avec une population pareille ? Nous méritons bien les malheurs qu’on vit actuellement.
    Quand on va arrêter d’être moins que des animaux sauvages, Dieu va nous aider. En attendant, quand ce type saura qu’il va passer le reste de sa vie en prison, il dénoncera les autres...

    On deplore la sauvagerie de ce qui s’est passé à BANLO. Il y a 10 ans, un profaneur de tombe à Koudougou a ete enterrré vivant par une population en furie.... en presence de policiers ou gendarmes debordés. On a rapidement aboli la peine de mort pour faire plaisir aux occidentaux

    Les peuples Dagara et Lobi sont de vrai sauvages.
    Si on affecte meme un dagara ou un lobi dans sa région, il n"est meme pas content

    j’arrete là les citations de commentaires sur les evenements de Banlo Burkina / Bouroum-Bouroum : Trois occupants d’un véhicule abattus suite à un accident. Vous aurez compris que ces commentaires portent sur le drame advenu a Bouroum Bouroum lorsque 3 agents de la CCVA ont ete lynchés suite a un accident de la circulation ou un jeune enfant du village fut tué

    J’attends les commentaires des uns et des autres sur cet malheureux evement, et en particulier ces memes intervenants dont j’ai copié les interventions ici . J’attends la reaction du MPP et meme du president Roch sur ce qui vient de se passer a Kantchari.
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 15 septembre à 07:11, par El_monstro En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

      Monsieur, il n’y a rien a attendre. Les meme causes produisent les meme effets. Faillite de l’Etat. faillite d’une classe dirigeante venue aux affaires sans vision et par la corruption, nepotisme, immaturite.
      On est aussi responsable parce que l’on vote macaniquement les gens avec de gros boubous, avec de gros ventres et avec des grosses cylindrees. Combien d’hommes credibles avec une vision profonde pour ce pays ont ete ridiculises par cette classe qui accompagne Blaise depuis plus de 30 ans avec la complicite de ce meme peuple ?

      Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 14:51, par Soyons sérieux En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Voyez-vous, lorsque vous relater des faits, faites très attention à ce que vous écrivez, au risque que l’on ne prenne plus dorénavant pour argent comptant,ce que dites ! Où alors Avez-vous décidé de ne pas donner l’entièreté des faits ! Dans tous les cas, beaucoup de non-dits se font sentir dans cette description des faits.
    Tout comme certains l’ont déjà relevé plus haut, comment serait-ce pensable ou imaginable un temps soit peu, que trois personnes armés de gourdins et cailloux, aient pu lyncher un individu accompagné d’un de se proches et qui était sous la surveillance de deux gendarmes dotés d’armes à feu ( en tout cas au moins pour le CB ) ???
    De grâce, SOYONS SÉRIEUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 22:28, par Yaa sida En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Après lecture de ces faits, je me demandais si ce n’est pas du montage vu la gravité des faits. Il faut que l’autorité s’affirme dans le pays, des mesures fortes doivent être prises et appliquées car nous basculons dans une spirale de violence. Hier sud-ouest, aujourd’hui est demain ?
    Que dieu sauve le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 23:09, par Sans Regret En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Geometrie variable. Quand c’ est au sud- ouest, ce sont des sauvages, des barbares, c’ est leur comme ca. Quand c’ est ailleurs, c’ est un accident, on ne sait pas ce qui hante le Burkina. Pourtant, vous savez bien que ce qu’ il y a chez la poule, y en a aussi chez le canard ou bien vous avez un probleme particulier avec les gens du sud- ouest ? Si c’ est le cas, delimitez- nous un territoire et on sera content de vivre sans vous. Et sans regret meme. Merdde a la fin !

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 06:11, par HUG En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Voyez vous l heure est tres graveCertains semblent avoir mis de coté le pardon dans ce pays Curieusement comment peut on llyncher un individu devant ceux qui ont le devoir de le proteger : la gendarmerie .

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 08:51, par Paco En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Pourquoi les burkinabés sont violents. J’arrive pas comprendre une telle violence !!!

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 09:04, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Après avoir parcouru les écrits ci dessus, certains condamnent les gendarmes qui ont fait des tirs de sommation. Si jamais, si jamais et si jamais les gendarmes avaient utilisé de balles réelles et tués les 3 assassins, on allait voir les commentaires du ton "gazette facile" pendez les gendarmes" pourquoi après avoir tué le malade, vous gendarmes vous les tuer pour faire 5 victimes" amenez les chez le procureur" Ce sont ces genres de commentaires que les gens allaient écrire pour incriminer les gendarmes. Le rôle de la gendarmerie est de faire des tirs de sommation et de les arrêter et les conduire chez le procureur. Ce qui a été fait. Maintenant que veulent ce qui pensent que la gendarmerie n’a pas fait son travail ??? Dieu sauve le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 10:50, par SOYONS JUSTES En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Mon cher Sans Regret,
    en réalité,
    beaucoup ont profité du drame de Banlo pour verser leur haine viscérale contre les habitants du Sud-Ouest.
    En effet, ce sont en général des gens si fiers que même si tu viens avec des millions et tu te comporte yada-yada, ils peuvent te regarder dans les yeux et te dire la vérité sans aucun complexe, chose que beaucoup d’hypocrites ne supportent pas.
    C’est tout à fait compréhensible, dans une famille, dans une société, celui qui dit la vérité est toujours mal vu.
    L’Homme a peur de ce qu’il ne maitrise pas.
    Paix aux âmes des disparus

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 12:32, par Pandabf En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    L’autorite est aussi responsible de ce second deces car la victims start sous leur garde

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 12:40, par Zambo zambo En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    @ SOME
    Bonjour et merci pour le post et les réactions ;

    Personne ne dit que ce qui s’est passé à Kantchari est "joliment" (passez moi le terme) moins barbare qu’à Boroum-Boroum.

    Pourquoi ramener à chaque fois le débat à l’inter-régions sur fond d’inter-ethnicisme ? Dites moi que gagnons nous en agitant cette fibre de défenseurs des Dagara et des Lobis qui seraient pestiférés par les autres et je soupçonne votre doigt accusateur pointé sur d’autres régions et en fait sur d’autres ethnies. Ce jeu peut s’avérer extrêmement dangereux et je vous ai déjà conseillé de quitter dans ça.

    Personne de censé ne peut cautionner la vindicte populaire consistant à ôter la vie lors de rixes comme c’est le cas dans la Tapoa. Ici, bien qu’il s’agisse d’un conflit entre éleveurs et agriculteurs de « même ethnie » j’injuste compte tenu des patronymes, on ne peut en aucun cas cautionner de telles pratiques.

    Il faut d’ailleurs les circonscrire et faire en sorte que ces relents de vengeance primaire ne deviennent des "valeurs" magnifiées par une certaine internaute (Korotoumi) qui à tenter maladroitement de justifier le comportement barbare et sauvage des « autochtones » lyncheurs des 3 Agents du CCVA dans le Sud Ouest.

    Ce drame dans la Tapoa ne dédouane nullement les auteurs et ceux qui en font l’apologie tacite ou exprimée, des comportements barbares et sauvages constatés par des témoins et/ou victimes vivantes qui ont fréquenté la région où les 3 agents du CCVA ont été lynchés à mort.

    Il faut que ces comportements sauvages et barbares s’arrêtent qu’ils soient portés par n’importe quelle des ethnies du Burkina : Mossi ; Gourounsi, Boussanssi, Peulh, Lobi, Dagara, Birifor, Gourmanché, Bobo, Senoufo, Goin, Samo, Toussian etc...etc...

    Il ne faut pas nous inviter à utiliser des « barbarie/sauvage mètres » pour classifier nos communautés et nos régions mais il faut plutôt reconnaitre les faits gravissimes en chercher les causes profondes fussent elles coutumières, culturelles ou anthropologiques et tout ce que vous pouvez supposer et travailler à les prévenir.

    Il ne faut pas nous inviter aussi au silence complice sur des sujets soi-disant sensibles dont le non traitement conduit justement à des homicides volontaires crapuleux en bande organisée car c’est de cela qu’il s’agit dans ces deux cas.

    Réduire le traitement de chaque homicide de ce genre à une référence comparative avec Bouroum-Bouroum relève d’une volonté manifeste d’exciter les communautés concernées au replis identitaire et ce n’est pas bien ni pour ces communautés ni pour la Nation s’il en existe encore une au Burkina Faso.

    Si on veut être positif il faut donc savoir remuer ses méninges et manier son clavier avant d’intervenir sur ce forum pou ne pas contribuer à répandre la haine identitaire. Sinon, continuons seulement et on verra les conséquences d’une eau versée d’une calebasse qui ne peut être ramassée.

    Répondre à ce message

    • Le 15 septembre à 16:31, par SOME En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

      Mon frere c’est justement le genre de reaction que j’attendais. Oui tu as raison ! personne ne dit que c’est joli joli ce qui s’est passé a kantchari ou a bouroum bouroum. Oui effectivement je pointe un doigt accusateur, non sur une ethnie ou une region, mais sur certains individus (car il faut savoir distinguer l’individu du collectif) qui ont des reactions et des idees peu recommandables et qui prennent les lobis dagra pour des sauvages, oubliant que ces agissements represssibles sont le cas de toute personne et non ancrés dans l’ADN d’une ethnie donnée.

      Non je n’accuse aucune ethnie d’etre hostile aux dagara lobi, mais des individus tribalistes qui veulent profiter d’une situation pour diffuser leur tribalisme primaire. Voila ce que je combats. Relis les differents commentaires et les insanites. Alors s’ils etaient objectifs ils viendraient ressortir leurs insanites contre les Gourmantchés. Alors pourquoi ils se taisent maintenant ? C’est cela le tribalisme !

      Tu dis que « ce jeu peut s’avérer extrêmement dangereux » : non il EST dangereux et surtout dans la situation ou se trouve le burkina. Déjà on a tenté le tribalisme peul pour enroler quelques faibles d’esprit a faire du terrorisme, alors ce n’est pas a ce moment (ni a aucun moment d’ailleurs !) qu’il faut que l’on vienne nous resservir la « sauvagerie congenitale et legendaire » des lobi dagara, ces peuples qui ne sont meme pas dignes d’etre des animaux, etc. Alors ceux qui ont agi ainsi a kantchari et jusque meme à s’attaquer aux forces de l’ordre, ceux la sont–ils moins sauvages que les lobi dagara et plus civilisés ?

      « Il faut que ces comportements sauvages et barbares s’arrêtent qu’ils soient portés par n’importe quelle des ethnies du Burkina : Mossi ; Gourounsi, Boussanssi, Peulh, Lobi, Dagara, Birifor, Gourmanché, Bobo, Senoufo, Goin, Samo, Toussian etc...etc... »

      Chapeau mon frere voila le genre de reflexion dont nous avons besoin et que nous devons mettre en avant. Et c’est que le journaliste Ki Zerbo a relevé en « osant » ecrire son article et prendre le contre pied et expliquer les enjeux et implications des evenements malheureux de Bouroum Bouroum et des reactions des uns et des autres. Telle est la demarche logique et adequate, au lieu de tomber a bras raccourcis sur une ethnie sans meme connaitre les us et coutumes de ces ethnies. Que je le dise : il est strictement puni chez les lobi dagara tout meurtre que ce soit intentionnellement ou par accident. Le meurtrier et sa famille doivent proceder a des ceremonies mystiques pour retablir l’ordre social et l’harmonie avec le Tengan, c’est-à-dire la deesse Terre. Ceci n’est pas exclusif des dagara lobi, cela s’entend !

      Alors venir deblaterer que ces ethnies du sud ouest possedent la violence et la sauvagerie dans leur sang comme culture et qu’ils sont comme ca (comme si ailleurs ca ne se passait aussi comme ca, y compris a ouaga, Bobo, etc ou il y a la civilisation moderne, etc), c’est soit manquer d’analyse ou c’est par pur tribalisme. C’est pourquoi j’attends leurs reactions pour voir ce qu’ils vont dire sur cet evenement a kantchari. Dans la meme semaine, des villageois (ailleurs que dans le sud ouest) ont erigé des barricades contre les accidents trop frequents sur leur troncon de route : est ce de la sauvagerie ancrée dans leur culture ? Des gens ont relaté le cas de ces populations qui ont enterré des gens vivants suite a ce genre de comportements. N’est ce pas les tuer de facon sauvage ? est ce plus acceptable ? Ou sont ils ces tribalistes pour ne plus rien dire ?

      «  Il ne faut pas nous inviter à utiliser des « barbarie/sauvage mètres » pour classifier nos communautés et nos régions mais il faut plutôt reconnaitre les faits gravissimes en chercher les causes profondes fussent elles coutumières, culturelles ou anthropologiques et tout ce que vous pouvez supposer et travailler à les prévenir. »
      Que dire de plus ? Voila la vraie demarche a adopter

      « Il ne faut pas nous inviter aussi au silence complice sur des sujets soi-disant sensibles dont le non traitement conduit justement à des homicides volontaires crapuleux en bande organisée car c’est de cela qu’il s’agit dans ces deux cas.
      Réduire le traitement de chaque homicide de ce genre à une référence comparative avec Bouroum-Bouroum relève d’une volonté manifeste d’exciter les communautés concernées au replis identitaire et ce n’est pas bien ni pour ces communautés ni pour la Nation s’il en existe encore une au Burkina Faso.
      Si on veut être positif il faut donc savoir remuer ses méninges et manier son clavier avant d’intervenir sur ce forum pou ne pas contribuer à répandre la haine identitaire. Sinon, continuons seulement et on verra les conséquences d’une eau versée d’une calebasse qui ne peut être ramassée.
       »

      Je ne puis m’empecher de te citer tellement tu dis vrai ! voila contre quoi je fulmine de ne pas savoir adopter cette vision sage des problemes qui touche notre societe. Or qu’a dit Roch le president ? Pourquoi un parti politique (le MPP) trouve t-il utile de prendre position dans cette affaire tout en se taisant dans d’autres (et je ne ferai pas de comparaison) ? Pourquoi les deputés et maires de la region eux-mêmes ont trouvé utile de faire des communiqués cautionnant meme ces idées tribalistes ? Certains tentent de se retracter apres indirectement. Roch avait –il besoin de descendre dans l’arene alors que là ou l’on attend il ne bouge pas. Combien de burkinabe meurent chaque jour et sous les attaques terroristes et quel discours Roch a fait ? Je ne parle meme pas de rendre visite aux blessés, aux familles endeuillées, donner les moyens a l’armee, etc ? Ils se contente de decreter des jours de deuil. Sont ils en train de defendre une classe de fonctionnaires contre d’autres classes au sein de la nation ?

      Moi j’interviens pour que l’on ne continue pas a verser l’eau de la calebasse par terre, et pire a briser meme la calebasse pleine d’eau. Il ne sert a rien de faire du hoya hoya de reconciliation nationale et avoir ce genre d’idees qui trottent dans la tete des gens. C’est par là qu’il faut commencer pour instaurer un vivre ensemble. Oui j’apprecie grandement ton approche car c’est celle la que nous devons mettre en avant et non le tribalisme primaire de certains, a vouloir stigmatiser de facon selective les comportements des uns et des autres : c’est eux les tribalistes et non moi, comme certains donnent a entendre par rapport a ma position. Contrairement a ceux qui veulent voir en moi un defenseur tribaliste des lobi dagara
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 16:46, par yilké Augustin KOUDOUGOU En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Après avoir parcouru tous les commentaires et pour ne pas garder un silence coupable, je me vois obligé de dire merci à ZAMBO ZAMBO pour son analyse. Je le partage entièrement et lui apporte toute ma caution. Le Burkina Faso n’a pas besoin des conflits ethnicistes, régionalistes ou identitaires. Il a su dire haut ce que je pensais tout bas. Merci bien ZAMBO ZAMBO.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 16:49, par KOUDOUGOU Yilké Augustin En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Après avoir parcouru tous les commentaires et pour ne pas garder un silence coupable, je me vois obligé de dire merci à ZAMBO ZAMBO pour son analyse. Je le partage entièrement et lui apporte toute ma caution. Le Burkina Faso n’a pas besoin des conflits ethnicistes, régionalistes ou identitaires. Il a su dire haut ce que je pensais tout bas. Merci bien ZAMBO ZAMBO.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 16:33, par Zambo zambo En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    Salut mes Frères et merci de partager mon opinion
    Bonne suite à tous

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 12:37, par freddy le loup En réponse à : Agriculteur battu à mort à Boudiéri (Est) : Cinq personnes interpellées et déférées

    dans tout ça quelle est la part de responsabilité de la gendarmerie dans cette affaire ? le défunt est venu pour l’audition de la gendarmerie, au regard de ses blessures il a été conduit a l’hôpital sous la surveillance de la gendarmerie pour éviter justement les représailles de la famille de l’enfant. Comment 3 personnes armés de bâtons et de cailloux peuvent entrer dans une formation sanitaire, s’en prendre a un blessé devant le commandant de brigade et un gendarme. Non ce ne peut être vrai !!! le commandant , l’élément et le parent du défunt cela fait trois personnes et de l’autre coté trois agresseurs !! les deux gendarmes auraient pu maitriser les 3 individus même sans usage d’arme à feu, au regard de leur expérience et formation. le procureur doit poursuivre en justice le commandant de brigade et son élément pour négligence ayant entrainé la mort d’une personne sous garde. ils ont failli et doivent payer pour ça.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés