Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. » Michelle Obama

Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

Accueil > Actualités > Opinions • Point de vue • vendredi 22 janvier 2021 à 12h00min
Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle  le Pr Charlemagne Ouédraogo

Connu pour ses prises de position courageuses sur le fonctionnement du système de santé dans notre pays, Dr Arouna Louré interpelle ici le nouveau ministre de la santé sur les conditions de réussite de sa mission.

Excellence Monsieur le ministre de la santé,

Au vu de mes prises de position parfois radicales, je me permets de vous adresser ces quelques pistes de réflexions qui englobent l’essentiel de mes propositions vis-à-vis de notre système de soins, et par-delà, de notre système de santé.

Je vous sais homme doué d’une certaine forme de management mais surtout un homme à l’écoute et particulièrement à l’écoute de la jeunesse. J’ose croire que vous sauriez mettre au profit de votre nouvelle mission cette compétence pour le bonheur de la santé de nos populations.

Monsieur le ministre de la santé,

Avant tout propos, je me permets de vous féliciter pour votre nomination. Plus qu’une simple félicitation, je vous présente là tous mes encouragements pour relever les défis qui se présentent à votre ministère dans un contexte international dominé par la maladie à coronavirus. Vous allez devoir trouver les moyens pour parer au mieux à cette pandémie de la Covid-19, sans oublier également les autres problèmes de santé de notre population qui sont aussi réels et pressants.

Permettez-moi de vous mettre en garde vis-à-vis de quelques erreurs humaines (dont certains ont payé le prix) qui pourraient anéantir tous vos efforts futurs si vous les commettez dès le départ.

Ne gérez pas votre ministère comme on gère un service médical spécialisé, mais plutôt comme on gère une grosse entreprise. De même, le poste de ministre n’est pas le lieu de régler des comptes personnels ni celui de faire un quelconque profit financier.

A cela, il faudrait que j’ajoute que vous n’êtes pas ministre pour faire plaisir à des compères ou à quelques individus, mais pour l’atteinte des objectifs de santé pour le peuple Burkinabè. La seule chose qui doit animer votre esprit est l’atteinte de ces objectifs de santé vaille que vaille. Ainsi donc monsieur le ministre, soyez disponible à l’écoute, mais ne laissez personne vous imposer quelque chose, même pas le président du Faso si cela peut vous empêcher à atteindre vos résultats.

Monsieur le ministre,

Comme je l’ai toujours cru, les ressources humaines sont la pierre angulaire de toute entreprise. Partant de là, les premières réformes devront porter sur ce volet de notre système de santé. Nous avons besoin d’une ressource humaine de qualité. Vous verrez que je parle peu de la quantité, certes cela sera nécessaire, mais je peux vous garantir qu’avec une ressource humaine de qualité, même peu, elle pourra relever des défis incroyables qu’un nombre pléthorique ne pourra le faire.

Une ressource humaine de qualité est une ressource humaine consciente de sa tâche et qui est capable de produire le paquet minimum d’activités hebdomadaire. Aujourd’hui nous devons reformer notre système de soins de telle sorte que des postes de travail soient définis avec un minimum de paquet d’activités hebdomadaire. Tenez-vous bien, quand je dis ressources humaines, il s’agit de tout le personnel du ministère. Demandez de la réflexion et des résultats à votre personnel, notamment les différents directeurs.

‘’Le poisson pourrit par la tête’’ dit-on. Ainsi certaines choses ne pourront pas s’imposer par la loi et encore moins par un décret. Cela pour dire que c’est votre rigueur au travail, votre intégrité et celle de votre entourage de travail qui imposeront le changement dans le comportement des agents de ce ministère.

Ne vous laissez pas abuser par les agences / projets tel que la CAMEG, le PROFOS, le PADS, la SOGEMAB

Excellence monsieur le ministre de la santé,

Vous conviendrez avec moi que notre système de santé n’a aucune planification holistique de développement. Nous naviguons à vue, louvoyant entre les rochers en colmatant de façon perpétuelle des brèches qui ne cessent de grandir. Notre plus grand défi sera de mettre en place quelque chose pour notre système de santé en général, mais pour notre système de soins en particulier qui aura une vision de mise en œuvre au moins sur 10 ans voire plus. Cela portera non seulement sur les ressources humaines (le nombre qu’il faut pour une activité donnée et la stratégie d’expansion dans nos différents centres), mais également sur les infrastructures et les équipements, notamment leur acquisition mais surtout la maintenance de nos appareils biomédicaux. Pour terminer avec cette idée, je vous demandereai particulièrement d’avoir un œil soutenu sur la réhabilitation de nos différents CHU, car ils se meurent ; et de ne point vous laissez abuser par les agences / projets tel que la CAMEG, le PROFOS, le PADS, la SOGEMAB, etc. affiliés à votre ministère.

Aujourd’hui les besoins pressant de notre système de santé sont d’une part la relecture de la loi portant règlementation générale de la commande publique afin de soustraire nos hôpitaux de la lourdeur administrative qui ne leur permet pas de répondre aux situations d’urgence. A cela, il faut ajouter l’urgence de la mise en œuvre effective de l’assurance maladie universelle qui permettra à nos hôpitaux de revoir le coût de leurs prestations et pouvoir avoir un budget d’investissement conséquent.

D’autre part, notre système de soins a besoin cruellement de la mise en place d’un SAMU-SMUR et d’une réorganisation de nos services d’urgence hospitalier et des évacuations sanitaires. Par ailleurs, la mutualisation des services et des biens en intra et inter hospitalier permettra d’optimiser l’offre de soins et de réduire certains coûts de fonctionnement : Monsieur le ministre, rien dans un hôpital n’est la propriété d’une personne.

Je ne saurais vous parler de tout cela et ignorer un pan combien important de notre système de santé : la santé communautaire. Avec les Partenaires techniques et financiers, vous pourriez trouver des solutions pour optimiser ce volet, de sorte à ce que nos populations puissent participer davantage aux prises de décisions qui concernent leur état de santé. Aujourd’hui avec la pandémie à coronavirus, nous avons besoin de la compréhension et de l’adhésion de nos populations aux différentes mesures de prévention.

Excellence monsieur le ministre de la santé,

Je ne saurais m’étaler davantage. Je vous souhaite beaucoup de courage pour votre mission. J’ose espérer que vous serrez bien meilleur ministre de la santé que vos prédécesseurs pour le bonheur de notre peuple.

Je vous remercie.

Dr Arouna Louré

Vos commentaires

  • Le 22 janvier à 11:06, par job En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Très belle interpellation. J’espère que ce n’est pas entré dans l’oreille d’un sourd.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 12:13, par HORUDIAOM En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Je ne suis pas sùr que le Ministre de la santé peut être appelé ’excellence’. Il me semble que c’est le Ministre des Affaires Étrangères qui porte ce titre. Avec les clans au Ministère de la santé,n’avez vous pas peur d’être maté ? Pour ma part, j’insiste, je persiste et je signe. La nomination d’un professionnel de santé au poste du Ministre de la santé, est une erreur monumentale en ce sens qu’il a déjà un parti pris. Il faut féliciter le président Blaise Compaoré qui avait une bonne lecture de ces nominations. Les meilleurs ministres de la santé ont été des technocrates. L’exemple le plus illustratif et le plus récent est Alain Yoda. Depuis l’arrivée du MPP au pouvoir, et fidèle à ses nominations farfelues, que n’a t-on pas vu au Ministére de la santé en terme de crises ? Smaila avec l’affaire CAMED, Nicolas MEDA avec cette affaire de l’organigramme, l’affaire des pharmaciens et des détournements, Claudine Lougué, Mme Covid19, on m’a fait mentir. Le président Roch persiste dans cette erreur avec cette dernière nomination. Mais l’histoire nous dira

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 21:50, par lepaysvamieux En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

      Je suis tout à faire d’accord avec votre point de vue. Voyez à chaque remaniement son nouveau ministre de la santé. La logique voudrait que Roch change en nommant autre profil. Le comble c’est que même le premier ministre fut ministre de la santé sans être de la santé. La logique est simple. Le ministère de la santé regroupe plusieurs corps et tous ceux ci sont utiles pour la bonne marche du système de santé. Ainsi une personne neutre travaillera avec toutes les sensibilités. Mais un médecin, un pharmacien, un infirmier, une sage-femme etc.,accordera plus d’égards pour son corps. Cela est normal et naturel car après la fonction de ministre tu repars dans ton corps. Je regrette Blaise Compaoré

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 12:28, par Martial En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Objectivement l’interpellation du Ministre dans la forme et dans le fond est très claire et bien précise : avoir une vision à long terme du système de santé et se mettre au travail avec ceux qui le veulent. Reste à voir si le ministre aura les coudées franches pour agir dans l’intérêt du peuple de manière durable, sachant que les politiques n’ont que leurs ventres à nourrir en priorité voire pour toujours.

    Bravo Docteur pour cette mise en garde.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 12:48, par egouembi En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Paroles d’un homme sage qui aime le Burkina et son prochain pour qui il veut son succès.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 13:04, par Vérité En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Interesting to read. Tidy and constant analysis. Keep up the good job

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 13:55, par Madi En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Hey Allah,Loure à repris sa plume encore ?mr le ministre svp nommé le dans une direction on va le voir à l’œuvre !!!joueur de banc de touche connais ballon des !! Si on nomme un gestionnaire les cris que c’est pas un professionnel et quand on nomme un pro on donne des consignes

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 15:06, par R En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Le défi pour le ministre de la santé c’est de réussir à mettre ses collègues du public au travail.
    Pour le moment les meilleurs ministres de la santé que le pays ait eu sont des gens issus d’autres ministères ou qui ne sont pas du domaine de la santé parce que eux savent se mettre au dessus des intérêts corporatistes. Parmi eux, il y avait un certain Alain Yoda…..
    Aujourd’hui malgré la fonction publique hospitalière, nos médecins travaillent peu. Ils refusent de monter la garde sous des prétextes fallacieux. Et pourtant ils touchent des indemnités de gardes. Quant aux spécialistes, ils travaillent à peine quelques heures par semaine. Si vous voulez les voir, allez en clinique. Même les professeurs ne sont jamais là. Quand vous êtes hospitalisés dans un hôpital public, vous êtes assailli d’ordonnances
    Le ministre aura réussi s’il trouve la formule qui permette aux médecins de donner le meilleur d’eux même pour le service public.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 15:55, par Passakziri En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    De bonnes suggestions au ministre , mais quelle Franchise d’action Aura t-il en fin de comptes ? Les intérêts ne sont-ils pas trop gros pour qu’une Reorganisation fonctionne ? Voyez-vous -même Docteur combien sont et privé et le publique ? C’est là qu un assainissement devrait avoir lieu. Travailler deux heures dans les h^^opitaux publics pour canaliser les patients vers les Services privés où on travaillera 6 h est un mercantilisme honteux toléré par les gouvernants depuis l’ère Compaoré. Ces Toubibs ( vos collègues ) sans compas moral stable troquent leurs blouses blanches contre les T-Shirt des partis au pouvoir lors des campagnes électolaristes , donc ca devient du Win-Win ; Le perdant dans tout ca c’est le Patient.
    N’en parlons même pas de certains infirmiers et infirmières qui vont dans le métier par nécéssité ou par Hasard des concours et non par vocation, souvent par le biais de ces écoles de Formation privées ne remplissant aucun Standard. Le mélange actuel est ingérable d’une manière.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 16:01, par koh En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Je pense que le président Roc devrait le nommer MINISTRE DE LA SANTE car il est très facile de dire : on doit ceci on doit faire cela. Les mossis disent que c’est celui qui est hors de l’arène qui sait lutter.
    Il n’avait pas besoin à mon avis de publier ce qu’il pense. Il pouvait tout simplement et discrètement demander une audience et rencontrer mr le ministre et lui faires ses propositions. à peine commencé on lui dit ce qu’il doit faire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 20:52, par HUG En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Il faut que les agents de santé optent pour le public ou le privé et non les deux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 21:42, par kidevine1502@gmail.com En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Depuis que la santé a été privatisée dans notre pays le pauvre ne peut plus se soigner .{} Le ministre doit baisser le coût des offres de soins s’il veut réussir. Interrogez les citoyens, et vous entendrez dire ceci " la santé c’est devenu du commerce.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 11:36, par AGREED En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Je ne suis pas de la santé mais je retiens cette belle interpellation du Dr Louré :
    " Ainsi certaines choses ne pourront pas s’imposer par la loi et encore moins par un décret. Cela pour dire que c’est votre rigueur au travail, votre intégrité et celle de votre entourage de travail qui imposeront le changement dans le comportement des agents de ce ministère."

    A bon entendeur SALUT !

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 11:53, par Le petit tranquilos En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Mr Louré c’est bien mais ce n’est pas arrivé. Vous parlez et vous laissez l’essentiel qui est le comportement de certains agents de la santé. Des agents qui passent leur temps à voler les patients. Quand ils descendent de leurs gardes, ils ont des sachets ou sacs à main remplis de médicaments. Comment on peut limiter la mauvaise gestion des marchés, si des agents de santé eux-mêmes sont des fournisseurs de réactifs et de films avec la complicité des chefs de service ou certains professeurs.
    Tant que vous même animateurs du ministère de la santé vous ne changez pas votre mentalité, même si le PF nomme un génie comme ministre, vous n’irez nulle part.
    Il faudrait aussi que le syndicat ai le courage de dénoncer les agents et professeurs malfrats.
    Comment une structure peut atteindre ces objectifs si celui qui vous a enseigner vous affecté dans son département afin que vous balancier les malades dans sa clinique. C’est pathétique.
    Que dieu vous aide à discerner afin de trouver le meilleur pour les burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 22:23, par Tomsank En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Merci Dr pour votre clairvoyance. C’ est toute l’administration Burkinabè qui
    Devrait être réformer. Les gens viennent jouer aux cartes dans les bureaux pendant que les dossiers dorment dans les tiroirs.la culture du travail à foutu le Camp du Burkina. Hélas hélas

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 06:30, par Konkona En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Bravo Docteur LOURE. Belle initiative et sincères vérités. J ajoute à vos conseils qu il faudra que le Ministre implique sans réserve les syndicats. Pour ma part, je trouve que vous êtes de ceux qui veulent voir le Ministre réussir sa mission. Le jour que vous aurez décidé de former une cellule de sages pour accompagner le ministère, volontiers je vous rejoindrai. Passer l information à travers un communiqué public. Bravo encore.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 14:28, par Jacqueline kiékiéta En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Bonjour Dr.
    Merci pour cette interpellation à l’endroit de M. Le Ministre, qui on espère va écouter les conseils d’un doyen pour le bien de la population..

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier à 01:37, par Dibi En réponse à : Ministère de la santé : Dr Arouna Louré interpelle le Pr Charlemagne Ouédraogo

    Très bien et bravo !
    Mais moi j’aurai mis l’accent sur la corruption et l’incompétence qui règne à tous les niveaux dans les structures de santé de ce pays - du garçon de salle en passant par l’infirmier, l’infirmière, la matrone, la sage-femme, l’assistant de santé, ... au médecin, diplômés pourris et incompétents qui pilulent dans les structures de santé au Burkina-Faso ; et qui ont transformé nos dispensaires, hôpitaux et cliniques privées en séjours de mort certaine pour les malades qui tombent dans leurs mains ; et où les gens du pouvoir et leurs affidés politiques biens placés se soignent au Maroc, en Tunisie ou en France et non au pays.
    On comprend alors leur indifférence face à la corruption des agents de santé et face au délitement des structures de santé complètement privatisées et non encadrées (au niveau des prix des actes et qualité des soins, compétences des soignants, même à minima).
    On peut vivre sans aller à l’école, même si c’est problématique.
    Mais dans un pays où on a peur du séjour à l’hôpital, en maternité, au dispensaire ou en clinique, gangrenés par la corruption et l’incompétence des agents adonnés aux trafics du moindre comprimés, compresses, flacons d’alcool... jusqu’aux poches de sérum et de sang récolté gratuitement par la banque de sang !
    C’est dire que le pays va mal, dans l’indifférence générale des pouvoirs publics (le sommet de l’Etat, le ministère de la santé, les directions des hôpitaux, les instituts de formation, les syndicats...).
    Bref, partout où la santé des Burkinabé mérite attention, il y a besoin d’un ressaisissement.
    Un sursaut national est nécessaire et urgent !
    Il y va de notre intérêt à tous car la santé est notre bien le plus précieux et la condition de notre vie !
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Construire le pays sur le socle de l’intelligence collective, prône Jérémie Yisso Bationo
Burkina : Le découpage de l’administration territoriale doit être accompagné de la rationalisation des circonscriptions administratives, pense Sansan Tori Hien
Mali : Le Gourma vers une zone de droit
Décès de la députée Claudine Ouédraogo : Longue lettre à ma sœur défunte !
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés