Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaquе jοur il diminuе un реu.» Proverbe malgache

Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 10 avril 2019 à 15h23min
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

Le témoignage des victimes du putsch du CND se poursuit, ce mercredi 10 avril 2019 au tribunal militaire de Ouagadougou. Nacoulma Jean Firmin, attaché de santé, a relaté sa mésaventure qui date du 20 septembre 2015, alors qu’il tentait d’échapper au RSP.

L’attaché de santé, Nacoulma Jean Firmin a été roué de coups, le 20 septembre 2019, alors qu’il tentait d’échapper au RSP, dans les environs de l’hôtel Laïco. Son bourreau, un soldat cagoulé armé d’une cordelette est reparti avec ses téléphones et sa tablette.

Mais grâce à un système de sauvegarde sur l’appareil, la victime a reçu plus tard des images prises par son bourreau. Au regard des photos reçues sur le compte Google de M. Nacoulma, il s’agirait du soldat Soulama Seydou, qui était en fuite en Côte d’Ivoire.

Appelé à la barre l’accusé nie avoir effectué une mission à l’hôtel Laïco. Aussi il dit n’avoir jamais porté de coups sur quelqu’un, encore moins volé une tablette. Pour le parquet, il n’est pas tard pour l’accusé de reconnaître ses fautes et de demander pardon.

Mais Me Sawadogo Mahamadi a renvoyé le parquet à l’arrêt de renvoi et de mise en accusation en précisant que son client est poursuivi pour coups et blessures et non pour vol.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 avril à 15:47, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Écouté, fermez cette affaire. Il n’ y a jamais eu un coup d’état au Burkina. Que tout le monde rentre chez lui et on n’en parle plus.
    Voilà

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 17:24, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Il n’ y a jamais eu un coup d’état au Burkina. Que tout le monde rentre chez lui et on n’en parle plus.
    Voilà

    @Nabiiga, je suis sincèrement désolé pour vous que le procès du putsch ne répond pas à vos attentes. Je ne doute pas la déception qui vous anime et la frustration. La justice des hommes ne que de parodie. Avant même les plaidoiries vous sentez vous frustrer quand serait au moment le juge Seidou va commencer les relâches ? La justice n’est pas une satisfaction de notre fantasme de vengeance.
    Bon courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 17:33, par Sheikhy En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    On parle beaucoup de droit au mensonge depuis le début de ce procès. Je pense que ce sera l’un des ponts véritablement négatifs. je pense qu’il y a une limite parce que ce droit peut être acceptable dans des circonstances non évidentes. Sinon ça devient vraiment insupportable et frustrant pour tous. Les avocats doivent également aider la justice dans ce sens.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:32, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Monsieur l’avocat : Votre client depuis Abidjan avant son arrestation reconnaissait que le piège de la tablette l’accusait. Alors il faut cesser de prendre les Burkinabé pour des idiots et des aveugles... Le jour et la nuit ne sont pas à comparer. Il en est de même entre le diable et l’ange, entre les diables du RSP et les victimes de bonne foi. Après avoir tué et pillé des honnêtes gens, on veut maintenant se faire passer a des victimes et des anges. Monsieur l’avocat, vous et votre client, vous faites tout simplement de la manipulation ! Suivez le conseil des juges militaires, et demandez pardon aux victimes en attendant la sanction. Car, le prix du sang se paie tôt ou tard sur terre avant le séjour final. C’est une loi divine. Que les éléments du RSP sachent qu’aucune personne malhonnête sur cette terre ne peut y déroger à cette loi divine.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:36, par Jupiter En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Le plus admirable ici, c’est quand même cet attaché de santé pas comme les autres, qui dispose d’u tel système sur son portable, au point de recevoir de telles images sur son compte google ! En tout cas, on aura tout vu et tout entendu ici.

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 21:21, par Le Sahélien En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

      Mon cher, ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire... Quand tu utilises un appareil (Android, iOS ou Windows), tu as la possibilité de transférer tes données sur le Cloud, et c’est certainement que cette option était activée sur la tablette du pauvre monsieur. Ainsi, toutes les photos qui sont prises par l’appareil sont stockées (grâce à une connexion internet bien sûr) sur le Cloud. Il n’y a donc pas besoin de chercher à mettre en doute cette affaire de photos prises en CI et qui peuvent être vues pas l’attaché de santé. S’il a un téléphone et qu’il entre les coordonnées de son compte Google ou iOS ou Windows, et verra toutes les photos.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 01:19, par Papy En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

      Très cher ami Google ye permet de sauvegarder tes données sonde telle sorte que si tu perds ton téléphone tu puisse tout retrouver dans le nouveau téléphone. Il ya plusieurs autres applications qui le font aussi( i clous pour iphone Samsung cloud pour Samsung et autres)

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:40, par Skal de Banfora En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    M. nabiiga ! tu ferais mieux de la fermer. C’est pas un jardin d’enfant ici. Un peu de respect pour les victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 21:35, par Le Rambo du Faso En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Il apparaît clairement à la lumière de cette pièce que la plupart des éléments du RSP n’ont aucune notion de probité morale ni de savoir vivre ou du respect des règles et lois de la république. C’est un manque grave de professionnalisme et une totale méconnaissance de leur devoir et mission dans la république qui est celle de protéger et défendre la Nation et non piller, torturer férocement ou assassiner sauvagement
    Il faut un réquisitoire ferme et l’application implacable de la peine maximale possible (perpétuité assortie d’une peine de sûreté et l’indignité nationale avec confiscation des biens de tous les condamnés) et sévère suffisamment dissuasif pour éviter la récidive ultérieure de telles actes de barbarie et crimes qui ternissent l’image de l’armée Burkinabé.
    Caca, vous pourrez tenir compagnie à ses criminels en prison pour le restant de vos jours si vous le souhaitez. Mais sachez que le glaive de la justice s’abattra sur eux avec toute la rigueur nécessaire. En plus vous n’avez pas compris, l’ironie dans l’intervention de Nabiiga.
    J’ai parlé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 21:57, par Ka 1502 En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Le droit de plaider non coupable est un droit délibéré et prevu par le droit moderne ; c’est un droit sur conseil de son conseil ; mais lorsque les éléments de preuves sont tangibles,palpables et avérées, un adage dit qu’une faute reconnue est à moitié pardonnée ; les juges qui sont des professionnels et spécialistes du droit tiendront compte du comportement de chaque accusé . Nous attendons le verdict et sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 10:14, par CITOYEN En réponse à : Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits

    Je crois que le texte de Nabiiiga est purement et simplement ironique, alors ne vous emballer pas, il n’est quand mème pas CON !!!. A ce stade, je m’étonne que les accusés reconnaissent leur propre NOM, car apparemment il avaient décidé de tout renier. ET VOS NOM ? Bande de sicaire, vauriens.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire a requis des peines allant de 15 mois avec sursis à la perpétuité
Procès du putsch : Le Parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé
Procès du putsch : Le parquet militaire décharge le colonel Omer Bationo
Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo
Procès du putsch : Me Hervé Kam clôt les plaidoiries des parties civiles
Procès du putsch du CND : « Faire la politique n’est pas une garantie d’impunité », déclare Me Hervé Kam
Plaidoiries du procès du putsch : Trois accusés passés au crible par la partie civile
Général Djibril Bassolé : Les comptes rendus des audiences désormais servis à domicile
Plaidoirie du procès du putsch : « M. le président, vous avez rendez-vous avec l’histoire, faites honneur à la justice burkinabè », partie civile
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés