Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.» Jim Morrison

Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 7 avril 2019 à 15h51min
Energies et énergies renouvelables :  Un accord de 155 MW signé en une journée !

Débutée le jeudi dernier, la 3e édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA), a refermé ses portes, le samedi 6 avril 2019, au cours d’un dîner gala. Cette cérémonie de clôture a été présidée par le ministre de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo.

Du 4 au 6 avril 2019, la 3e édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) s’est tenue sous le thème « Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie ».

Venus de plusieurs pays d’Afrique et d’autres continents, des professionnels du domaine des énergies et énergies renouvelables se sont côtoyés autour des panels de haut niveau, des sessions de communication, des conférences publiques, des rencontres B to B, un salon d’exposition et une sortie terrain au niveau de la centrale de Zagtouli.

Selon le président du comité d’organisation de la 3e édition de la SEERA, Ibrahim Belem, c’est un cadre pour les entreprises et les individus de faire la promotion de leurs projets. « Cette édition a fonctionné comme une véritable plateforme regroupant les principales initiatives au niveau national et international qui promeut l’accès à l’énergie, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique », a-t-il indiqué.

Quant au premier responsable du département de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, la 3e édition de la SEERA a donné la preuve que le Burkina Faso a des choses à montrer au monde entier. En ministre visiblement comblé, il a déclaré que les participants « ont montré qu’en matière d’énergie renouvelable à savoir le solaire en particulier, nous [le Burkina] sommes résolument en avance et sur le point de prendre le leadership en Afrique ». C’est pourquoi, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo a félicité les participants pour le travail abattu.

Le ministre de l’Energie Dr Bachir Ismaël Ouédraogo

« Un jour historique pour le Burkina… »

Au cours de cette cérémonie de clôture, le ministre de l’Energie a annoncé que le Burkina va organiser, dans les mois à venir à Ouagadougou, une conférence internationale avec les différents chefs d’Etat sur les énergies.

Une autre bonne nouvelle de cette SEERA, le Burkina a signé avec les producteurs indépendants d’énergie (IPP), dans la journée du vendredi 5 avril, un accord de 155 mégawat (MW) de production solaire. « Hier, ça été un jour historique pour le Burkina et l’Afrique de l’Ouest parce que pour la première fois, en une seule journée, un pays a signé les IPP pour 155 MW. C’est un record ! » a déclaré le ministre Ouédraogo, avant d’ajouter que les kilowattheures (kWh) sont en dessous de 50 francs, contrairement à ce qui est vendu à 75 francs.

Recommandations

En attendant l’élaboration du rapport détaillé de la SEERA 2019, le président du comité d’organisation, Ibrahim Belem, a énuméré les recommandations formulées au cours de cette édition. Au nombre de dix, il s’agit entre autres de consolider le caractère international de la SEERA ; d’institutionnaliser le concours innovant énergie dédié aux jeunes et les rencontres B to B ; d’impliquer plus d’entreprises étrangères ; d’accorder une place de choix au genre et énergie ; et de susciter la participation d’acteurs économiques importants à l’image du secteur minier, du monde industriel, du secteur agricole et des collectivités territoriales.

Il faut noter que durant la cérémonie, des attestations, des prix de reconnaissance et des trophées d’hommage ont été remis aux participants, exposants et lauréats des concours.

Tout en remerciant les partenaires, les sponsors et les participants, le ministre de l’Energie leur a promis que la 4e édition qui se tiendra l’année prochaine, aura encore plus d’envergure internationale avec beaucoup d’innovations.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 avril à 17:57, par SAWADOGO En réponse à : Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

    Pourquoi c’est toujours en periode de chaleur qu’il ya des tapages mediatiques sur la SONABEL ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 23:55, par Patriota En réponse à : Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

    Ce jeune ministre est un visionnaire. J’admire sa forte conviction en l’energie solaire. Il est vraiment temps qu’on tire profit de ce soleil qui nous brule toute la journee.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 08:09, par yelmanè En réponse à : Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

    Continuons de nous chatouiller pour rire. En quatre ans aucune réalisation et zéro mégawatt et soudainement 155 mégawatt en une journée et réalisable en un an. Tout bon flatteur vit au dépends de celui qui l’écoute...

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 12:17, par Sidpassata Veritas En réponse à : Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

    Voyez l’enthousiasme du ministre pour l’accord signé avec des producteurs indépendants d’électricité : "Une autre bonne nouvelle de cette SEERA, le Burkina a signé avec les producteurs indépendants d’énergie (IPP), dans la journée du vendredi 5 avril, un accord de 155 mégawat (MW) de production solaire. « Hier, ça été un jour historique pour le Burkina et l’Afrique de l’Ouest parce que pour la première fois, en une seule journée, un pays a signé les IPP pour 155 MW. C’est un record ! » a déclaré le ministre Ouédraogo, avant d’ajouter que les kilowattheures (kWh) sont en dessous de 50 francs, contrairement à ce qui est vendu à 75 francs."
    Cette liesse qui s’exprime quand on demande à des privés de prendre des parts importantes dans des secteurs qui impactent massivement la souveraineté nationale est inquiétante, si ces fameux accord ne sont pas bien encadré juridiquement pour protéger la souveraineté économique et énergétique du Burkina. Sachant que les producteurs indépendants sont là avex leurs capitaux poir faire des bénéfices et non pour faire la charité, on doit se poser ici quelques questions.
    - les capitaux qui sont engagés sont- ils étrangers à 100% ou y a-t-il des fonds nationaux, soit de l’État ou de particuliers burkinabé ?
    Les fameux accord de production sont-ils limités dans le temps ou bien s’agit-il d’accord permanents du type monnaie CFA ?
    - Il y a eu des erreurs commises par nos dirigeant dans le passé qui ont ruiné les entreprises étatiques sans rien rapporter aux contribuables et à l’économie burkinabé. C’est la cas quand nos dirigeant se sont lancé dans la production du coton OGM avec l’aide de la célébré firme américaine, alors qu’aux même moment on laissait mourir FASOFANI, et qu’on partageait l’activité de collecte et de vente du coton avec des entreprises étrangères qui sont encore là a profiter du labeur de nos populations de cotonculteurs. C’est aussi le même genre d’erreur avec la privatisation sauvage de l’ONATEL, par la vente à une entreprise étrangère du noeud de la télêcommunication de notre pays livrant donc le contrôle de toute connexion et communication à une société nationale appartenant à un autre pays. N’est-ce-pas dans le même genre d’erreur que nos dirigeants actuels sont en train d’engager notre pays, livrant l’essentiel de la production de l’énergie dont nous avons besoin pour notre économie entre des mains et des puissances étrangères ? Le ministre se réjoui d’une production importance et moins coûteuse, a-t-on prévu dans les textes de ces accords des garantie que les prix ne monteront pas par la suite sans que l’État ait les moyens de contrôler et d’éviter une augmentation excessive et purement spéculative ? Actuellement l’État ne peut pas imposer à l’ONATEL d’investir massivement au Burkina pour améliorer les réseau et le service de l’opérateur traditionnel. Parce que les accord entravent l’action du gouvernement !
    - Pourtant des solution existent que l’on voit mettre en oeuvre dans d’autres’pays : faire en sorte que les particuliers nationaux, opérateurs économiques et petits épargnants, puissent être actionnaires dans les entreprises, aux cotés des sociétés d’État et des fonds étrangers. Par exemple, en France, des citoyens lamda ayant un compte d’épargne en banque se voyait proposer des actions pour l’entreprise du tunnel sous la manche, pour la privatisation de la Poste et pour d’autres société. Cela permet de mobiliser l’épargne locale dans un procecus gagnant-gagnant et de minimiser la part des firme étrangères dans des sociétés dont les service est vital pour l’économie et pour la souveraineté (pas seulement politique, mais énergétique, alimentaire etc.) de la nation. ON DIT SOUVENT QUE L’ETAT SEUL NE PEUT PS DEVELOPPER CE PAYS. MAIS QUEL SYSTÈME LES GOUVERNANT METTENT-ILS EN PLACE POUR QUE LE PEU DE MOYENS DE CHACUN SERVENT À LA CONSTRUCTION DE LA NATION ENTIÈRE ET QUE LES BÉNÉFICES QUE L’ON PEUT TIRER DE NOS POTENTIELS ÉCONOMIQUES PROFITENT À TOUS CEUX QUI ACCEPTENT DE METTRE LA MAIN À LA PÂTE DE LA TÂCHE NATIONALE.
    Il est indispensable de faire en sorte que tous puissent participer au labeur et bénefice nationaux : travailler ensemble pour profiter ensemble. Cela nous unie plus que les discours et produit un cohésion nationale sur la base d’un intérêt commun national que tous auront intérêt a préserver contre toute forme d’impérialisme et toute forme de terrorisme.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 16:27, par L’ANGE DE LA MORT En réponse à : Energies et énergies renouvelables : Un accord de 155 MW signé en une journée !

    Dr Bachir Ismaël Ouédraogo

    # CHAQUE FOIS DES CONFÉRENCES, DES DINERS GALA

    # MAIS RIENNNNNNNN

    # DONNEZ MOI SVP UNE ZONE AU BURKINA FASO OU LE COURANT ÉLECTRIQUE PEUT FAIRE 24 BONNES HEURES SANS SE COUPER

    P S RIEN QUE DES MENTEURS DE DERNIER NIVEAU

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Chambre des mines du Burkina : Une semaine d’activités pour promouvoir la santé et la sécurité au travail
SEMAFO BOUNGOU, un bon élève du Fonds Minier de Développement Local
Affaire charbon fin : « Un mensonge répété sans démenti devient la réalité », déclare Oumarou Idani, ministre des Mines
Charbon fin : Le procédé de traitement expliqué par Essakane IAMGOLD SA
Charbon fin de IAMGOLD Essakane SA : Il y a bel et bien eu fraude de l’or, enfonce le REN-LAC
Mine d’or Orezone de Bomboré S.A : Plus de 1000 emplois attendus, 144 milliards dans les caisses de l’Etat
Exploitation artisanale de l’or : L’Alliance pour une mine responsable lance un nouveau projet
Houndé : Les déchets d’une société minière inquiètent les populations
Mise au point concernant l’expédition de charbon fin provenant de la mine Essakane
Sociétés minières au Burkina : 1000 tonnes de cyanure consommées par mois
Mine d’or de Sanbrado : Le Premier ministre donne le top de départ des travaux de construction
Endeavour Mining au Nord : Le gouverneur Hassane Sawadogo sur le site minier de Karma
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés