Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Auditions de Djibrill Bassolé : « On avance dans le bons sens », Me Guy Hervé Kam

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • samedi 22 décembre 2018 à 00h18min
Auditions de Djibrill Bassolé : « On avance dans le bons sens », Me Guy Hervé Kam

Deux heures d’audition suspendue et les journalistes en ont eu pour leur compte, en attendant le 7 janvier 2019, date de reprise du procès. Des déclarations aussi bien sur ces relations avec des civils et militaires accusés dans le dossier du putsch, le Général de Gendarmerie, Djibrill Bassolé en a fait. Son conseil, Me Dieudonné Bonkoungou, et Me Guy Hervé Kam de la partie civile apprécient.

Me Guy Hervé Kam, avocat de la partie civile

Me Guy Hervé Kam : « Même si le Général dit ne pas reconnaitre les faits, il y a quand même des propos très enrichissants qui ont été donnés par rapport au dossier. La suite est beaucoup attendue. Nous pouvons dire que nous avons été agréablement surpris car le Général lui-même reconnait la plupart des écoutes téléphoniques qui sont dans le dossier. On imagine maintenant que c’est le caractère intrinsèque de ces écoutes qui va faire l’objet de débat. Mais je crois qu’on avance dans le bons sens en ce qui le concerne.

On n’attend pas ici que des accusés viennent dire qu’ils sont responsables. Est-ce que les propos de l’accusé permettent ou non de détruire des charges qui pèsent contre lui ? Ce qu’on a entendu de la part du Général montre bien qu’on est en droite ligne de l’accusation qui est portée contre lui. C’est la première fois, qu’on entend de la bouche du Général lui-même qu’il y a eu des communications téléphoniques avec un certain nombre de personnes et le contenu de ces échanges tels que le Général le donne ne sont pas totalement différents de ce qu’on a dans ces écoutes. On va probablement discuter des nuances mais aujourd’hui, on a franchi un grand pas. Ça n’aurait pas été du tout la même chose si le Général disait qu’il n’avait jamais eu ces communications. Eh bien, il nous dira ce qu’il a eu et ce qu’il n’a pas eu ».

Me Dieudonné Bonkoungou, avocat du Général Djibrill Bassolé

Me Dieudonné Bonkoungou : « Le fait qu’il ait parlé à des personnes étrangères au Burkina, dans le cadre de la recherche de solutions à la crise du 16 septembre et jours suivants, n’est pas un secret. Dès son interpellation à la Gendarmerie, sans qu’on lui présente les écoutes téléphoniques supposées, il avait déjà abordé la question. Ce qui n’est pas quelque chose de nouveau. Il n’a pas été amené à en parler parce qu’aujourd’hui on lui oppose des éléments sonores ; il en a parlé avant même qu’on évoque quelque élément sonore que ce soit dans l’affaire. Cela n’accrédite pas l’élément principal qui est retenu contre lui et qui est la conversation Bassolé-Soro, qui est pour nous un truquage. Et on va le démontrer.

Par rapport à cette interprétation élastique que le Parquet veut faire de l’article 67, vous-mêmes vous l’aurez compris dès le début de l’audience, le Parquet a déclaré sans ambages qu’il ne peut pas donner la preuve de qui a tué, blessé et brûlé des biens. Et c’est d’ailleurs pour ça qu’il avait souhaité que la Chambre de contrôle retienne la charge de crimes contre l’humanité, ce qui est une charge bateau qui permet de ne pas faire de démonstration et d’accuser qui on veut pour les infractions.

C’est un aveu du parquet qui n’a pas de preuves. Le juge d’instruction n’a pas non plus investigué dans le sens d’établir qui a tué ou blessé. Il n’y a eu aucune orthodoxie dans la manière de procéder comme on le voit dans les enquêtes de tous les jours. Même quand les victimes viendront, vous verrez, je ne veux pas devancer l’iguane dans l’eau. Il y a des narrations qui vont certainement vous interpeller ».

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
Putsch de 2015 : « Il existe dans le pays, un manipulateur qui n’a toujours pas été débusqué », conclut Me Jean Degli
Procès du putsch : « Blaise Compaoré a voulu violer un seul article, ceux qui lui reprochaient cela ont violé toute la Constitution », soulève Me Degli
Procès du putsch : Pour Me Jean Dégli, le Gal Diendéré est jugé par désir de vengeance
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés